Year Zero

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nine Inch Nails
Nom de l'album Year Zero
Type Album
Date de parution Avril 2007
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album169

Tracklist

1. Hyperpower ! 01:41
2. The Beginning of the End 02:47
3. Survivalism 04:22
4. The Good Soldier 03:23
5. Vessel 04:51
6. Me, I’m Not 04:51
7. Capital G 03:48
8. My Violent Heart 04:13
9. The Warning 03:38
10. God Given 03:49
11. Meet Your Master 04:08
12. The Greater Good 04:50
13. The Great Destroyer 03:17
14. Another Version of the Truth 04:06
15. In This Twilight 03:33
16. Zero-Sum 06:10
Total playing time 1:03:27

Chronique @ bojart

24 Avril 2011

Un pur produit cosmétique parfaitement marketé

Il faut quelquefois être objectif envers un groupe qu’on aime passionnément et lui dire ses quatre vérités, les yeux dans les yeux, en se rappelant qu’il est composé d’êtres humains, faillibles et imparfaits, tout comme nous, auditeurs. J’ai déjà écharpé Marilyn Manson pour son frisbee « The Golden Age of Grotesque », album d’électro-industriel cousu de fil blanc, Korn va y passer pour avoir commis l’obsolète « Take a Look In The Mirror », auto-plagiat des trois albums précédents, etc…je n’épargnerais personne…même pas Nine Inch Nails, ma formation favorite d’indus m’ayant émerveillé avec le patchwork de sonorités et de rythmiques de « The Fragile », bouleversé avec la noirceur violente et salvatrice de « The Downward Spiral », étonné avec l’intimité et la Sincérité de « With Teeth » et enfin, m’ayant ravi avec l’originalité retrouvée de « The Slip »… où est-donc « Year Zero », Bojart ?? Loin, très loin voire nul part. On dirait qu’ici, Trent Reznor est comme un métronome ayant creusé son sillon avec patience, résistant aux ravages de l’alcool et de la drogue, aux orages relationnels, aux outrages du temps qui passe mais qui aurait pris un détour fumeux, entraînant l’auteur/compositeur/interprète vers une voie sans issue, dénommé « Year Zero », sorti en 2007.

« Marketing ». Des indices multiples furent laissés aux fans de NIN, afin d’appeler deux numéros de téléphone permettant pour l’un d’écouter une conversation en rapport avec le sixième album du groupe et pour l’autre un extrait du premier Single. Mais également pour accéder à plusieurs sites internet reliés les uns aux autres et crées pour promouvoir « Year Zero ». Une sacrée opération marketing, ce que Trent démenti en expliquant que c’était une expérience, une forme d’art et pas seulement un truc pour vendre l’album…mon œil, oui !
« Hautement conceptuel ». Selon Trent, cet album le serait (ça, on l’avait compris). L’histoire racontée est une contre-utopie se déroulant en 2022 et narrant une vision particulière (et bien américaine) de la fin du monde, inspirée des indépendantistes du sud des Etats-Unis, qui bandent en attendant une improbable guerre civile et des survivalistes se terrant dans les Rocheuses en attendant 2012.

Passons à l’album auquel participe le vocaliste Saul Williams et le producteur Atticus Ross. Trent Reznor changea complètement de musicos pour enregistrer cet album. Celui-ci ne contenant que deux Singles (Trent a dû être vexé par le journaliste de Rolling Stone qui disaient que tous ce foin promotionnel impliquant les fans de NIN en faisaient une dream-team du marketing et a décidé de ne pas sortir d’autres Singles.). D’abord il y a « Capital G », sa rythmique groovy et ses couplets rappés, ce qui n’est pas antinomique avec ce que propose NIN depuis le premier album où Trent rappait sur « Down in It » et « Sin » puis dans « The Downward Spiral » avec Ruiner et « Big Man With a Gun » sans oublier « Starfuckers, Inc. » et « Even Deeper », produit par Dr.Dre(The Fragile), « Sunspots » et « You Know What You Are » (With Teeth) et bien sûr « 1,000,000 » et « Letting You » (The Slip). Tant d’exemples qui contredisent ceux qui s’étonnent d’un Reznor rappeur. « Survivalism », qui résume en trois couplets le concept déjà-vu d’une Amérique totalitaire, propose un mariage entêtant entre tempos indus, sonorités électros et vocaux alliant vigueur et suavité. Sympathique mais lassant à la longue… »Vessel » s’avère être divertissant avec ses sons synthétiques qui s’entremêlent aux scratchs. Le refrain entraînant m’as souvent fait hocher la tête mais tout cela est devenu vite rébarbatif…seuls le poétique et onirique « In This Twilight » et le touchant « The Good Soldier » tirent réellement leurs épingles du jeu grâce à la composition originale pour le premier et grâce aux textes pour le second. Car une fois qu’on a entendu les cinq morceaux cités, on se retrouve à chercher une aiguille dans une botte d’aiguilles (ça se dit, oui !) et évidement, il est fortement improbable qu’on trouve cette foutue aiguille !

Que ce soit l’électro-indus mélodique « The Great Destroyer » (vide de sens), la critique vainement dénonciatrice du nom de « God Given »(indus frelatée), le soporifique « Me, I’m Not »(tellement conceptuel avec un Trent Reznor qui semble chantonner à la sortie du lit, la tête dans le fion sur une compo de fond de tiroir) ou le pitoyable « My Violent Heart »(maniaco-dépressif, ce titre…), respirant l’ennui entrecoupé de gesticulations vocales inutiles . Des morceaux sans âmes ni cœurs, puant la facilité et l’absence de Sincérité à plein nez. Bref, ça sent fort le doigt dans le cul.Les instrumentaux, aussi surfaits les uns que les autres, déroulent leurs musicalité répétitive (Comparez-les à « Pilgrimage », « Just Like You Imagined » ou « A Warm Place », vous comprendrez) et leur néant émotionnel. Là, on se dit : « Quel gâchis ! », « Quel dommage ! » ou comme moi, « Trent…tout ce cirque promotionnel, ces déclarations vaniteuses pour ça ? »

Un pur produit cosmétique, au dehors comme au-dedans, une déception quasi-absolue pour moi que ce « Year Zero », bien produit mais plat. Surcoté et à oublier.

Bj

8 Commentaires

2 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

jamesmith - 30 Avril 2011: Comme quoi, les goûts et les couleurs... Pour ma part, je me suis bien éclaté en écoutant ce disque, ça ne m'était pas arrivé avec NIN depuis "The Downward Spiral", et la série de maxis qui allaient avec. C'est pas un chef d'oeuvre, mais le père Reznor est encore bien en phase avec son époque. C'est un vieux routard, et être capable de pondre encore des morceaux comme "The Beginning Of The End" ou "Vessel"...moi ça me va tout à fait.
rambo53 - 09 Novembre 2012: Je suis encore en train de l'écouter pour essayer de l'apprécier, mais nan malgré 3 ans d'essais et d'écoutes infructueuses celui ci ne passe toujours pas, j'ai toujours mis du temps à pleinement apprécier un album de NIN mais là nan même avec le temps il ne passe pas du tout.
Il est monotone, lent, trop plat et régulier, pas de surprises en tout cas pas de bonne.
Ce qui me plaisait chez lui était son mélange organique, électronique, mais là l'électro à prit bien trop le pas sur l'organique, mais encore les sons seraient travaillés et originaux d'acord mais là quedal.
De toute façon pour moi la créativité de Trent est morte, il suffit d'écouter la BO de "social network" aucun progrès on nous sert la même sauce que ce "year zero" en instru, et pour millemnium hormis la formidable reprise d'immigrant song" rien d'extraordinaire bien qu'un poil plus intéressante et sombre collant bien au film mais pas révolutionnaire.
Silent_Flight - 10 Novembre 2012: Je suis d'accord avec toi Rambo pour Year Zero, en revanche la B.O de Social Network m'emporte à chaque écoute.Pareil pour How To Destroy Angels, c'est space mais je suis réceptif à leur univers. En fait on aime ou on n'aime pas, mais je n'irai pas jusque dire que Reznor manque d'inspiration.
rambo53 - 10 Novembre 2012: HTDA j'accroche pas trop non plus, c'est plus trip hop mais ça me laisse assez froid. Par contre la BO de social network me fait chier mais bien j'ai pas eu l'impression qu'il ait évoluer musicalement depuis year zero à son écoute et c'est ça qui me dérange en fait, alors que si l'on prend les albums des débuts là il y a de l'évolution, de l'émotion et tout ce que tu veux, car ça passe aussi par la voix de Trent hors la BO est instru, et en plus électro donc pour moi c'est vite vu.
Nan vraiment pour moi Reznor c'est plus ce que ça n'a été depuis longtemps.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Sadus

07 Avril 2007
Year Zero, c'est certainement l'album dont la sortie a été la plus médiatisée et mystérieuse, des petits indices disséminés un peu partout dans différents sites, et aux dires de Mr. Reznor, on s'attendait à un ovni musical, une bombe !
Un retour aux sources aurait été une bonne chose car With Teeth, l'album retour de NIN, aura été plutôt mal perçu, les morceaux étant beaucoup trop "pop" et "light" pour le public.

Je préviens à l'avance, la chronique de ce disque a été faite lors de l'écoute du Streaming disponible sur http://www.yearzero.nin.com je ne prends donc pas compte du concept, de l'artwork et des paroles de l'album...

Alors que dire de ce Year Zero ?

Autant vous dire de ne pas vous attendre à un "Back To The Roots" car plus de cris de rage, plus de refrains destructeurs comme dans le passé, les guitares électriques se font plus discrètes, la batterie disparait au profit de nombreux samples, certes, mais de qualité.


Le premier titre Hyperpower est une petite introduction sombre qui finit dans un déluge de guitars et de samples explosés, on s'attend à un réveil et là vient The Beginning Of The End, titre moyen qui nous fait envisager le pire : un gros larsen, une partie de batterie assez pauvre, et Trent qui essaie tant bien que mal de faire "groover" sa chanson (oui oui, z'avez bien lu) rien de bien folichon mais ce n'est certainement pas la chanson qu'il faudra retenir de cette album.

S'ensuit 'Survivalism' apparement le tube de Year Zero, et là ça passe déjà mieux, enfin un refrain Ninesque, mais rien de nouveau et la guitare me laisse un peu de marbre, mais bon ne désespérons pas : suivant :

The Good Soldier définit assez bien l'album, le morceau est lent, martelé par une boite à rythme, quelques samples s'inscrustent par ci par là, vient même un solo de guitare (minimaliste certes mais il est là)
Vessel commence par une partie de guitare à la distortion pour le moins "survitaminée" mais le rythme reste toujours très lent, Trent se veut plus persuasif sur son chant mais cela reste toujours dans le classique. Le morceau se termine par un déluge de samples apocalyptiques...

Me I'm Not fait partie de ces morceaux à oublier, lent, toujours, avec une boite à rythme, rien de nouveau sous le soleil et on s'emmerde ferme...

Capital G est pour le moins surprenant, Trent se met presque à "Raper" (!) (sic) ce qui s'avère pour le moins pathétique, on s'y fait mais ça dérange. Un refrain se desSine mais toujours rien de folichon.

My Violent Heart se révèle plus intéressant, c'est certainement le titre le plus violent, se succèdent des parties calmes avec des parties chargées en samples indus ou Trent irait presque jusqu'à crier, pour finir avec un solo de guitare pour le moins "électrisé" (au bout du huitième morceau on se dit qu'on commence à tenir le bon bout !)
The Warning calme nos ambitions et se révèle tout à fait chiant... God Given ? Encore pire, Trent continue à raper
On se dépèche de passer à Meet Your Master, un peu mieux, un refrain interessant mais là on commence sérieusement à s'interroger, qu'est devenu Nine Inch Nails ?

La déprime s'accentue avec The Greater Good enchaînement de samples sans intéret (à mes yeux)The Great Destroyer est un peu plus original dans sa démarche mais ne parvient pas à vraiment à capter mon attention.

Another Version Of The Truth n'est qu'une petite bulle d'air dans cet océan de sample destructeurs, ou une partie de piano se fait entendre puis disparait

In This Twilight, au contraire me captive, la partie chant est très intéressante, une certaine mélancolie se desSine, mon coup de coeur !
Et l'album se clot sur Zero Sum, qui fait envoler toutes mes espérances sur la possibilité de prendre mon pied en écoutant les derniers Nine Inch Nails...

Pour conclure, Trent s'est calmé mais le côté maladif et lancinant est toujours bel et bien là et on pourrait désormais classer Nine Inch Nails dans le pop-indus-depressico-lancinant
Tous les titres sont assez sombres et lents, Trent murmure sussure, se complaint, et à coup sur Year Zero est une oeuvre intelligente, qui se comprend et s'apprend, qu'il faut apprivoiser... Mais à mes yeux, NIN s'aventure dans un terrain boueux, les amateurs de techno maladive seront ravis, moi je m'en vais dépité...



9 Commentaires

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

nahald - 23 Décembre 2007: Ben il est pas si pourrie que ca non plus .

Je vient de me le procurer , il est meme plutot bien ce nouvelle album .

Juste qu'il on changer de style c'est tout .
metalmat66 - 27 Juin 2009: "13 sur 20, ca doit etre une blague, sur tous les sites les notes sont plus élevés..."

C'est une raison suffisante pour dire qu'il est bon ?
baloo - 07 Août 2009: Metalman66 j'aime tes interventions toujours très pertinente, m'otant presque les mots de la bouche...

L'intrigue autour de l'album m'a completement fasciné ainsi que le génie commercial de Reznor pour faire monter le Buzz autour de son nouvel album...

Album Correct mais sans plus...
rambo53 - 04 Fevrier 2010: Merci Sadus tu me rassure je pensais être le seul à ne pas avoir plus accroché que ça à cet album. Pourtant fan de NIN il m'a vraiment déçu j'avais l'habitude de voyager avec leurs albums mais là j'ai du louper le départ!
Trop d'électro pas assez de hargne et un phrasé rappé!!! Nan pas dans NIN!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Fetus

04 Septembre 2007
With Teeth avait déçu les puristes de Nine Inch Nails, certains prétendaient qu’il était trop simple et beaucoup moins profond que ce que nous avait proposé le groupe pendant le reste de sa carrière. Ce nouvel opus de Trent Reznor va les consoler largement. Year Zero change complètement de style mais n’en est pas moins travaillé (comme un certain The Downward Spiral). Le disque commence sur "The Begining Of The End" (après l’intro "Hyperpower !" bien violente), un titre rock électro parfaitement dans la continuité de With Teeth. Viens ensuite le Single "Survivalism" qui nous fait rentrer un peu plus dans ce nouveau genre musical pour le groupe. Trent nous chante d’une voix très sensuelle la reposante "The Good Soldier". La piste suivante, Vessel, est vraiment très originale, avec cette espèce d’accord de guitare qui arrive sans prévenir et une voix étouffée lors du refrain. Pendant que" Me I’m Not" nous fait découvrir les nouvelles influences de Year Zero (ce titre pourrait servir d’instrumentale à une chanson de rap), le tube "Capital G" nous parle de la guerre (la voilà la chanson engagée !) Après une hargneuse "My Violent Heart" et une étrange The Warning arrive le morceau le plus étonnant de la galette : "God Given". Très dansant, très électro, qui pourrait même passer en boîte de nuit ! Ecoutons maintenant "Meet Your Master". Un refrain qui tue, parfait pour se défouler en concert. "The Greater Good" s’enchaîne parfaitement, un titre semi-instrumental (on entend parfois Trent chuchoter) dont l’ambiance est assez glauque. L’excellente "The Great Destroyer" nous fait entendre un Reznor avec une voix magnifique et finit dans un délire électronique. Des notes de piano égarées parviennent jusqu’à mes oreilles attentives… "Another Version Of The Trust", me faisant penser directement à A Warm Place (dans The Downward Spiral). Une instrumentale très émouvante, donc. En écoutant "In This Twilight "(la ballade de l’album), des images de déserts, de villes abandonnées et de paysages apocalyptiques me viennent à l’esprit. Les énormes nuages gris s’en vont doucement pour laisser place à quelques rayons de soleil. Progressivement, tous ces chantiers de batailles sont éclairés par une lumière forte : "Zero Sum", qui finit en beauté ce disque, un des plus original et novateur de ce qui se fait en ce moment.

19.5/20

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Nine Inch Nails


Autres albums populaires en Metal Industriel