PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Heavy Symphonique Nightwish Century Child
CD, date de parution : 24 Juin 2002 - Spinefarm Records / Drakkar Entertainment
Enregistré à : Finnvox Studios
Style: Heavy Symphonique

NOTE SOM : 14/20
Toutes les notes : 17/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Bless the Child 06:12
2. End of All Hope 03:55
3. Dead to the World 04:20
4. Ever Dream 04:44
5. Slaying the Dreamer 04:32
6. Forever Yours 03:50
7. Ocean Soul 04:15
8. Feel for You 03:55
9. The Phantom of the Opera 04:10
10. Beauty of the Beast 10:22
a/ Long Lost Love
b/ One More Night to Live
c/ Christabel
Bonustracks (Official Collector's Edition)
11. Lagoon 03:47
12. The Wayfarer 03:24
13. Bless the Child (Edit) 04:05
14. End of All Hope (Live) 04:17
15. Dead to the World (Live) 04:45
Total playing time 1:15:36

modifier l'album  imprimer cet article
1070 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 €5,34
 buy
270 avis 3 17/20
Chronique
13 / 20
    Metzly, Samedi 21 Juillet 2007 parlez-en à vos amis  
Une grande carrière ne se fait pas sans embuches ni petits ratages. Aprés le trés grand Oceanborn et l'excellent Wishmaster, voila le dernier nouveau né de Tuomas Century Child qui malheureusement sera loin d'être l'album du siècle...
Ne vous méprenez pas se n'est pas non plus un désastre mais vu ce dont Nightwish est capable de nous pondre, on était en droit d'attendre beaucoup mieux.

C'est à cette époque que les tensions au sein du groupe commençent à naitre: le discret Sami Vanska quitte ses accolytes brisant ainsi la grande amitié qui le liait à Tuomas. Il parait que c'est aussi à cette période que les relations se détériorent entre Tarja et Tuomas, et comme tout le monde le sait, cela conduira à son eviction fin 2005. Seule bouffée d'air frais, l'arrivée de Marco Hietala à la basse qui reboostera considérablement le moral des troupes.

Musicalement Century Child perd de la vitesse par rapport à ses prédécesseurs, malgré quelques influences et riffs plus heavy qu'à l'accoutumée. Toutes les chansons ont a peu prés le même son ce qui enlève beaucoup de relief et d'homogeneité à l'album. Le chant de Tarja se fait beaucoup moins classique perdant ainsi de sa puissance et de son lyrisme et cela reste bien dommage. Malgré une certaine émotion conservée, les morceaux restent désespérement mélancoliques voire dépressifs. Seul Slaying The Dreamer nous reveille à coup de bon gros riffs lourds, de montées en puissances de quelques vocalises et surtout un bon passage bien heavy ou enfin on peut secouer un tantinet la tête.
Marco Hietala se révèle être un trés bon vocaliste et donne plus d'ampleur au morceau à chacune de ses interventions. Sa présence toute récente au sein du groupe, son charisme et son expérience apportent une nouvelle dimension à l'image de Nightwish et dés lors il participera (vocalement) à de nombreux autres morceaux.
Au fur et à mesure que l'on écoute cet album, on découvre des chansons toutes plus dramatiques les unes que les autres, d'Ever Dream à Forever Yours en passant par Ocean Soul ou Feel For You, toutes parlent de la tristesse d'un amour perdu, de la perte d'espoir etc...
Alors bon, au bout d'un moment on aimerait bien que ca évolue un peu. On note clairement une flagrante perte de vitesse aprés Slaying The Dreamer où tous les morceaux ont un leger effet soporifique, avec des riffs extrèment basiques, pas de grands soli ni grandes envolées de chant... Sans doute que Tuomas souhaitait que le chant sonne plus intimiste, mais une telle perte de puissance vu le potentiel de Tarja cela reste vraiment décEvant, voire même frustrant.

N'ayant pas encore des moyens colossaux à l'époque, le groupe s'offre malgré tout les services de l'orchestre philarmonique de Joensuu pour amplifier le côté symphonique de l'album, or malheureusement l'orchestre reste encore bien trop en retrait et sa présence trop discrète ne rend pas vraiment l'effet esconté.
Seul les deux derniers morceaux se détachent réellement du reste, The Phantom Of The Opera reprise d'Adrew Lloyd Weber, célèbre compositeur de comédies musicales, nous refait (ou simplement fait pour certains) découvrir ce grand morceau dans une version plus heavy, en s'adaptant au style actuel du groupe.
Et pour conclure l'album, heureusement en beauté, Tuomas refait le choix du long morceau épique de fin avec Beauty Of The Beast, tout comme Fantasmic cloturait Wishmaster.
C'est donc une compo ambitieuse de plus de 10 minutes, qui tout comme sa précédente, est divisée en trois parties et qui relève largement le niveau de l'album.
Trés belle mélodie, bien structurée, puissance du refrain et dernière partie magistrale. On retrouve enfin du panache auquel le groupe nous avait habitué et qui malheureusement a manqué tout au long de l'album. A noter que sur la partie intitulée Chrystabel la voix masculine n'est d'autre que le petit Sam Hardwick (qui a grandi) qui narrait les quelques lignes de son poème sur Dead Boy's Poem. Il apparait également au début de l'album sur Bless the Child.
Petite note positive donc pour finir ce CD assez déprimant et décEvant, Century Child n'est pas non plus une catastrophe finie mais il est évident que ce n'est pas non plus du grand Nightwish.

Alors jamais deux sans trois? Et bien non pas toujours, aprés la perfection d'Oceanborn et l'excellentissime Wishmaster, Century Child n'ira pas au panthéon des grands albums. Tensions naissantes dans le groupe? Manque d'inspiration? On ne peut pas dire qu'il ait vraiment marqué les esprits...




2 Commentaires
Commentaire
18 / 20
    Supreme, Mercredi 13 Avril 2005 parlez-en à vos amis  
Après les excellents « Wishmaster » et « Over the Hills and Far Away », Nightwish revient avec un tout nouvel album: « Century Child ». Le premier, après le changement de line-up du groupe (le bassiste Sami Vänskä est remplacé par le célèbre bassiste Marco Hietela (Sinergy)). Y a t’il eu du changement ?
En effet OUI, il y a eu un gros changement. Le groupe est plus axé sur le gothic tout en gardant un coté heavy. La première chose à noter est la basse qui est beaucoup plus présente (presque inaudible sur les anciens albums) certainement dû au changement de musicien. Le bassiste démontre aussi ses talents au niveau du chant sur « Dead To The World » ou encore « Slaying The Dreamer ». Son timbre est nettement différent de celui de Tarja mais le duo colle assez bien. Le rythme général a été revu à la baisse mais ce qui frappe le plus, ce sont les mélodies très variées. Le son a plus tendance à aller vers les graves par oppositions aux précédents albums. Tout ce changement n’est pas forcement mauvais, ça apporte de la fraîcheur au groupe. Il est même bien réussi.
Le premier titre le montre parfaitement. Il commence par la voix céleste de Tarja puis viens crescendo le groupe avec un gros son.
Sur cet album, on retrouve aussi le morceau le plus violent du groupe : « Slaying The Dreamer ». Mélodie au son très grave avec beaucoup de basse.
Les ballades ont toujours leurs places. Elles n’arrivent pas au niveau de celles de « Oceanborn » mais elles sont beaucoup plus poétiques que les précédentes ballades du groupe.
Suit une reprise: « The Phamtom Of The Opera ». Ceux, aimant la version originale, trouveront cette reprise excellente, les autres trouveront ce morceau bien aussi.
Un long titre (plus de dix minutes) clôture l’album. Je le trouve magnifique du début à la fin. Il change trois fois de mélodies. Vous pouvez aimer une partie et ne pas en aimer une autre (personnellement j’aime les trois ;).
Difficile de retranscrire ce que l’on ressent en écoutant cet album sur papier. Certains sont déçus car ils dEvaient sûrement s’attendre à ce que cet album soit du même genre que les précédents, même si ce n’est pas un changement radical. D’autres (dont je fais partie) seront agréablement surpris de ce changement. A vous de vous faire votre propre opinion…




0 Commentaire
Commentaire
    leclavierlugubre, Vendredi 03 Avril 2009 parlez-en à vos amis  
"Petit" avis sur ce disque.

Premier album parvenu à mes oreilles de ce groupe finlandais si cher à mon coeur, je vais m'efforcer d'être le plus objectif possible.

Century Child: sans l'ombre d'un doute l'un des albums les plus marquant de la discographie de ce groupe.
Après un:
- Angels Fall First, très naif et trahissant des influences textuelles très " clichés" : "Elvenpath", avec un morceau éponyme émouvant.
- Un Oceanborn : beaucoup, mais alors beaucoup, typé power typique finlandais ( comment ne pas penser à Stratovarius sur "Gethsemane" et "Stargazers"), avec des morceaux de génie comme "Pharaoh sails to Orion" et "Passion of the Opera".
- Un Wishmaster: album phare parmi les albums phares du heavy mélodique avec les hymnes intemporels(y en a beaucoup): She is my sin, The Kinslayer ou encore le morceau Wishmaster, morceau épique étalon du power sympho.
- Un "apéritif" basé sur une reprise par ailleurs transcendée : Over the Hills and Far Away.

... Un album plus sombre - mais alors plus sombre -,plus typiquement gothique - l'ambiance de Bless the Child, la reprise d'un titre de Lacrimosa : Phantom of the Opera -.
Des morceaux puissants, rendu plus bourrins par l'ajout de la voix de Marco Hietala(ex-Tarot, Sinergy), d'une Tarja chantant plus bas et un son de guitare accordée plus grave: ( "Dead to the world", le speed "End of All Hope"), alterné de morceaux très goth avec l'hymne ultime et très très émotionnel "Ever Dream" ou encore le touchant "Ocean soul" suite de "Dead Boy's Poem" sur Wishmaster et le très dispensable ( "Tuomas tu voulais remplir ras la gueule la galette?!): Feel for you.

Century Child est ce qu'on peut appeler un album "charnière": il synthétise ce que le groupe a fait, en y ajoutant une coloration plus noire et il augure la suite : Après écoute attentive on remarque qu'"Ever Dream" a la même structure que "Nemo" ; des sonorités indiennes nord américaines sur "Forever Yours" augurant le "Creek's Mary's blood" sur Once.
Après on reconnait la patte Nightwish : texte à deux champs lexicaux " angel" et " child", vraiment le talon d'achille du groupe, la ballade à faire chialer, les duels virtuoses guitare/claviers : le titre bonus "The Waylander", "dead to the world" et "End of All Hope", et ce sens de la mélodie épique et émotionnelle à la fois dynamique et planante.

Un grand album, a plus d'un titre marquant, amorçant le début de la fin en ce qui cOncerne Tarja (elle prit un break après l'enregistrement de l'album).

18/20.

Le Clavier Lugubre.




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Think. Feel. metal.’ Contact - Liens
Follow us :