The Nocturnal Silence

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Necrophobic (SWE)
Nom de l'album The Nocturnal Silence
Type Album
Date de parution 02 Août 1993
Produit par Skogsberg Tomas
Enregistré à Sunlight Studio
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album145

Tracklist

Re-Issue in 2003 & 2011 by Hammerheart Records
1. Awakening... 04:25
2. Before the Dawn 04:22
3. Unholy Prophecies 05:42
4. The Nocturnal Silence 05:13
5. Inborn Evil 04:54
6. The Ancients Gate 05:31
7. Sacrificial Rites 04:52
8. Father of Creation 06:02
9. Where Sinners Burn 04:11
Total playing time 45:12

Chronique @ Fabien

29 Avril 2007
Necrophobic se forme à Stockholm en 1989 autour du guitariste David Parland et du batteur Joakim Sterner, avec la ferme intention de lâcher un deathmetal pointé du côté sombre. Le line-up se stabilise avec l’arrivée du growler Stefan Harrvik (sévissant également au sein du terrible Crematory suédois), puis notre groupe sort notamment en 1991 la demo-tape Unholy Prophecies, qui fait un grand bruit dans l’underground et promet un avenir certain. Cimentant ses bases avec Tobias Sidegard à la basse, le quatuor confirme dès l'année suivante avec l’excellent EP The Call paru chez Wild Rags Records, lui assurant une signature avec l’écurie Blackmark Productions, aux côtés de ses compatriotes d’Edge Of Sanity, Seance et Cemetary.

Déjà habitué aux Sunlight Studios de Stockholm depuis sa demo-tape culte de 1991, Necrophobic rejoint l’ingénieur Tomas Skogsberg une troisième fois, pour les sessions de son premier album The Nocturnal Silence immortalisé en ce mois de mars 1993. Le groupe affronte en revanche le départ de Stefan peu avant l’enregistrement, le remplaçant au pied levé par Anders Strokirk, growler d’Hetshead qui assurera l’intérim jusqu’en 94. Paru à la fin de l’été sans gros efforts de distribution de la part de son label, le disque connait toutefois rapidement une importante reconnaissance dans le milieu et un accueil mérité dans la presse spécialisée.

A l’image du pentagramme inversé de sa pochette, The Nocturnal Silence est un album à l’aura purement diabolique, qui rappelle l’imagerie maléfique et sans compromis d'un Deicide ayant conquis le monde quelques petites années auparavant avec ses deux premiers albums. Disque à la fois brutal et bénéficiant d’un sens désarmant de la musicalité, l’effort de Necrophobic séduit dès les premières notes. Notre quatuor a trouvé le compromis idéal entre la violence des rythmiques, l’incision des lignes de guitares du compositeur & riff-master David Parland, et l’apport de mélodies noires, qui donnent beaucoup d’accroche pour des morceaux mémorables.

Les envoutantes introductions d’Awakening... et du titre éponyme, les cascades de riffs des redoutables The Ancient Gate et Where Sinners Burn, la multiplication de passages percutants ou éclatants, les discrètes apparitions aux claviers, la subtile construction des morceaux et leur montée en puissance, sont autant d’atouts imparables dans les mains de Necrophobic. Ajoutons à cela une interprétation solide pour citer la fludité du jeu de batterie de Sterner, les riffs acérés et les soli merveilleusement sombres & mélodiques de Parland, la profondeur du chant guttural de Strokirk, pour l'obtention un effort irréprochable & saisissant.

En cette année 1993, n’ayons pas peur des mots, Necrophobic immortalise un pur classique du deathmetal placé sous le signe de l'antéchrist, rappelant non seulement à chacun la véritable définition du mot riff, mais renfermant aussi des atmosphères d’une sacrée densité et tout aussi noires. Effort de groupe, The Nocturnal Silence n'en reste pas moins l’album death légendaire de David Parland, qui poursuivra rapidement une autre aventure avec Mikael Svanberg (Lord Ahriman) au sein du groupe de blackmetal Dark Funeral.

Fabien.

13 Commentaires

28 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

theknot - 14 Octobre 2013: Excellente retouche, pour un disque qui l'est tout autant. Ca me fait d'ailleurs penser que j'étais déçu du peu d'enthousiasme des gens au hellfest lors de l'hommage à Parland que leur a fait Dark Funeral.
Reigoth - 15 Octobre 2013: Voilà un groupe que j'aime beaucoup.....
Eaque - 18 Octobre 2013: Blackmoon n'était certainement pas un monstre d'originalité, mais quel compositeur il était ce fumier ! Toujours à l'origine des grands quand ce n'etait pas des classiques. Je n'etais pas au hellfest cette année là mais vraiment dommage car il était franchement un soldat de l'extrême comme on n'en fais plus ! R.I.P Et continue d'hanter les crânes des petits et à venir !
Miskatonic - 20 Fevrier 2014: Dès les 1ères notes l'ambiance est posée, occulte, inquiétante et mystique, à l'image de cette merveilleuse galette de Necrophobic qui en cette année 93 tapait très fort dans le monde du metal. Les riffs sont inspirés du début à la fin, l'atmosphère "yvôl" à souhait, les soli de toute beauté (The Nocturnal Silence, Father of Creation, ou le dévastateur Sacrificial Rites) et les vocaux écorchés d'excellente facture. Un must de death black tendance melo à classer sans problème au côté du Somberlain de Dissection.

A noter que de nombreux fans (dont je fais parti) se sont cassés les dents pour retrouver d'où est issu le diabolique sample de Unholy Prophecies. Ce n'est que récemment que j'ai découvert qu'il provenait d'un petit film d'horreur américain intitulé Whispers (Murmures d'Outre-Tombe) adapté d'un roman du célèbre Dean Koontz.

Alors, pour le plaisir :
"I'm a satanist. I believe in the dark lord. His time is coming very soon. Christ worshipers will be slaughtered, babies will be sacrificed on the alters of churches and temples to the dark prince, and fire will consume the good and the weak...I look forward to it!"
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Necrophobic (SWE)


Autres albums populaires en Black Death