Black Metal Ist Krieg

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nargaroth
Nom de l'album Black Metal Ist Krieg
Type Album
Date de parution 2001
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album243

Tracklist

1.
 Intro
Ecouter02:03
2.
 Black Metal Ist Krieg
Ecouter05:01
3.
 Far Beyond the Stars (Azhubham Haani Cover)
Ecouter04:48
4.
 Seven Tears Are Flowing to the River
Ecouter14:47
5.
 I Burn for You (Lost Foul Cover)
Ecouter02:56
6.
 The Day as Burzum Killed Mayhem
Ecouter09:20
7.
 Pisen Pro Satana (Root Cover)
Ecouter02:40
8.
 Amarok - Zorn des Lammes (Part III)
Ecouter09:30
9.
 Erik May You Rape the Angels
Ecouter06:58
10.
 The Gates of Eternity (Moonblood Cover)
Ecouter05:04
11.
 Possessed by Black Fucking Metal
Ecouter06:33

Durée totale : 01:09:40

Acheter cet album

Nargaroth



Chronique @ valentheris

08 Mai 2010
Rene« Kanwulf/Ash »Wagner fait partie de ces musiciens qui, bien qu'ils évoluent dans un registre musical très peuplé et réservant de moins en moins de surprises au fil des années pour cause de groupes délaissant une pâte personnelle au profit d'un classicisme qu'ils espèrent efficace, arrivent à se démarquer de la masse par un concept qui leur est propre, encouragé par une personnalité qui ne les fait céder à aucun compromis.

Débutant sa carrière dans le black metal par une démo sobrement intitulé « Orke » en 1991, il faudra attendre 1998 pour que le premier album officiel du groupe voit le jour. Intitulé « Herbstleyd », ce premier opus sort alors que Kanwulf est en pleine période de dépression à cause de la mort de son meilleur ami. Il y eut divers problèmes de productions qui n'ont pas arrangé les choses, mais « Herbstleyd » reste tout de même, encore aujourd'hui, aux yeux de nombreuses personnes, la meilleure réalisation de Kanwulf. Cependant, alors que son âme est plus noire que jamais, un deuxième album voit le jour au début de notre nouveau millénaire : « Amarok » (comprendre « loup » en Inuit). En revanche, cet album n'en est pas tout à fait un... en effet, cet opus est un ensemble de pistes non éditées et de vieux titres, ce qui lui laisse finalement un statut de dispensable.
À ce stade-là, Nargaroth apparaissait encore alors comme un autre groupe de black metal qui ne sortait pas de l'ordinaire même si Kanwulf et Charoon démontraient alors une forte propension à savoir créer des rythmes entraînants, des ambiances et des riffs qui restent longtemps en tête, ce qui est devenu (ou continue d'être !) une marque de fabrique de Nargaroth.

C'est donc en 2001 que sort l'opus le plus célèbre de Kanwulf et sa bête, j'ai nommé « Black Metal Ist Krieg ». Si la qualité intrinsèque de l'album fut et continue d'être discutée, il n'en reste pas moins à l'arrivée un bon album de black metal dans sa forme et une oeuvre chargée d'histoires, tant celles habituellement narrées par Kanwulf (la trilogie d'Amarok), que de récits à propos de l'histoire du black metal (seconde vague). C'est à la fois l'album le plus conceptuel du groupe dans son fond, mais aussi le plus personnel que Kanwulf ait sorti.

On pourrait bien sûr avancé que ce n'est pas tout à fait le cas étant donné que chaque parole des suivants opus, qu'ils soient des mcd ou non (Rasluka, Geliebte des Regens) sont des poèmes écrits par Kanwulf dans ses heures les plus noires au fil des années qu'il a enrichi en musique afin de donner à ces expressions lyriques l'ampleur qu'elles méritaient. Et pourtant...

Par un titre qui sera parodié à outrance, tant il est cru et donne une impression de true attitude immature, Kanwulf exprime sa vision d'une scène black metal souillée par la rivalité permanente entre les groupes, les mensonges et l'abandon de l'esprit du black metal par certains, juste histoire de s'élever au-dessus de la masse. Par ce simple mot « Krieg » (Guerre), Kanwulf nous donne sa définition de ce genre musical dans lequel il évolue : naît pour contrer le Death, puis ayant évolué pour s'opposer à toutes sortes de choses (idéologies, religions, mouvement politiques...) jusqu'à devenir l'incarnation d'une musique en marge où chacun peut y trouver sa force de combattre et d'exprimer ses opinions. Et s'il nous donne cette définition-ci, c'est pour la simple et bonne raison, qu'il a expérimenté tous ces fondements lors de la composition de cet opus.

Alors que la galette arrive entre nos mains, plusieurs choses nous viennent à l'esprit. Tout d'abord, la pochette n'est pas sans nous rappeler que Kanwulf est fan de Burzum. En effet, l'image ressemble à une célèbre photo de Varg, armé, coupée avec celle du Transylvanian Hunger de Darkthrone. Et sous cette illustration stéréotypée que se cache-t-il ?

Eh bien nous avons ici, pas moins de onze titres, dont quatre reprises. Chacune est ici présente, car elle représente quelque chose de précieux aux yeux de Ash. Morceaux découverts par hasard quelques années auparavant offrant quelque chose de puissant à notre compositeur ( « I Burn For You »), ou des morceaux cultes du genre : « Pisen Pro Satana », elles ne sauront pas être appréciées par tout le monde.

Si des morceaux tels que « Pisen Pro Satana » ou « The Gates of Eternity », proposent des riffs aptent à paraître sur un album de Nargaroth : répétitifs, mais entraînant, les deux autres que sont « I Burn For You » et « Far Beyound The Stars », bien qu'elles représentent quelques choses de fort aux yeux de Kanwulf, peuvent laisser froides et offrent d'ailleurs un certain cassage de rythme.

Après une intro assez moyenne (pour éviter le jargon « un peu bidon »), le célèbre titre éponyme (que l'on adore ou que l'on déteste. Je ne pense pas qu'il puisse y avoir de juste milieu pour des titres pareils), BMIK, fait donc son apparition. Les bases sont posées : une voix violente, agressive, éraillée, que soutien un riff entêtant, mais diablement entraînant avec une batterie plus efficace que ce qui se faisait dans les compositions précédentes, élément surement dût à la présence du batteur de Maniac Butcher.
La cassure de Far Beyond The Star, s'opère malgré tout, mais l'un des meilleurs morceaux du groupe arrive par la suite. « Seven Tears Are Flowing To the River », une composition aussi longue et belle que son titre, nous parvient et nous entraîne dans une atmosphère mélancolique, portée par un riff monotone et mélodique. Sûrement l'une des compositions « longues durées » les plus réussies du groupe.
Pour ce qui est des périples que peu offrir Nargaroth, la trilogie Amarok, n'est pas en reste. La partie II arrive lentement, sur un fond de ciel pluvieux et de chant clair, avant d'imploser et de nous livrer la suite de l'épopée sur un riff et une concordance vocaux/rythmiques dont Kanwulf a le secret.

Deux des titres les plus intéressants du cd en sus de ceux suscités, sont certainement « The Day Burzum Killed Mayhem » et « Erik May you Rapped The Angels ». Le premier comme son titre l'indique et le récit de l'implosion au sein de la scène black metal après le meurtre d'Euronymous par Vikernes, vu par Kanwulf, qui nous livre une de ces meilleures et plus célèbres compositions.
Le second titre mentionné est un hommage à Erik "Grim" Brødreskift, batteur de Gorgoroth, Immortal et ami de Kanwulf, qui s'est suicidé en 1999. À noter que les dernières secondes de la piste sont issues d'un des derniers live avec Immortal de l'homme en question, qui selon les dires de beaucoup de personnes, aurait laissé un vide au sein de la scène.

Alors que « Possessed By black Fucking Metal» s'achève, comment pourrions nous résumer cet album de Nargaroth, qui a immanquablement marqué les esprits tant en positif qu'en négatif. Je dirais simplement que c'est un album intéressant, délivrant de bonnes compositions et qu'il est à posséder (ou au moins à écouter) si vous êtes fan du groupe. Après, il est vrai que comme Ash le dit lui-même c'est du « Metal allemand, misanthropique et détestable, pour les obsédés de Nargaroth et créatures similaires à mon être seulement» et que l'album prend plus d'ampleur lorsque l'on prend conscience de l'état dans lequel il a été composé et les tenant et aboutissants des lyrics. Des points forts, des points faibles, mais faîtes l'effort, qui sait ? Peut-être que si vous êtes détracteur votre avis pourra changer pour une ou deux compositions et sinon tant pis. Car après tout Nargaroth fait du Nargaroth et il en sera toujours ainsi.

Valentheris.

23 Commentaires

8 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

dyingPunisher07 - 09 Octobre 2010: Sinon pour ce qui est de la chronique, elle est tout bonnement exelente, très bien rédigée, parcourant magnifiquement bien els moindres recoins et recoins de cette bête amblématique de Nargaroth.
valentheris - 09 Octobre 2010: Merci bien.
dyingPunisher07 - 10 Octobre 2010: de rien
thedeath666 - 22 Mai 2011: Bon, j'aqi pas l'album et franchement, je pense pas me le procurer, les riffs répétitifs, c'est comme ceux qui changent touts les 3 secondes, on s'y perd au bout d'un moment. Toujours est-il que "Seven..." est magnifique.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Necroreaper

16 Mai 2009
Avec Black Metal Ist Krieg, Kanwulf et sa chose Nargaroth sortent à mon gout leur meilleur album jusqu’à ce jour. En effet, son black metal n’aura jamais été aussi noir, violent et armé. Une vrai tuerie dans tous les sens du terme que se soit dans l’annihilation de votre matière grise que le chaos sonore produit par des riffs venus de l’au-delà.
Signé sur le label No colours records, la production n’est ni mauvaise ni très bonne car on a toujours le son cru du true black metal mais les mélodies sombres sont toutes à fait audibles. Musicalement, les riffs de guitares sont ultra sombres, dépressifs et remplis d’une misanthropie à toute épreuve. Ils peuvent se faire rapides et rentre dedans comme dans le sulfureux Black Metal Ist Krieg ( cette album porte quand même bien son nom ) et plus atmosphériques et lents comme dans Far beyond the stars. La batterie évolue aux sons des guitares, comme avant elle alterne blast pour les parties les plus brutales et mid tempos lourds quand ça se calme. Le chant de Kanwulf est vraiment hyper malsain et criard, un peu un mix entre Nocturno Culto et Varg Vikernes. A noter la présence d’intros dont une est l’extrait du procès de Varg Vikernes ( enfin si je ne trompe pas ).
Textuellement, le misanthropisme pur et dur est mis en valeur continuellement tout au long de l’album.
Bref, Kanwulf réussi à produire un excellent album de pur black metal misanthropique.

6 Commentaires

1 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
dyingPunisher07 - 24 Mars 2010: non je suis de l'avis de necroreaper cette album est exelent, un vrai chef d'oeurvre du black, un album culte, certe violent, mysanthropic, malsain et tout le reste mais exelent!
dyingPunisher07 - 21 Avril 2010: ha ben je crosi que tu pex te le procurer sur le site de No Colours Records
dyingPunisher07 - 22 Avril 2010: de rien vive le black metal, quoi que ej trouve que à part cette album Nargaroth est vraiment très bof'
dyingPunisher07 - 16 Août 2010: putain tu repose un com sur cette chronique, que de nostalgie, bon sinon faut avouer que t'as raison^^
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Nargaroth


Autres albums populaires en Black Metal