PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Nachtmystium Assassins: Black Meddle Part I
CD, date de parution : 10 Juin 2008 - Century Media
Produit par : Sanford Parker
Style: Black Avantgardiste

ajouter les paroles de l'album
NOTE SOM : 17/20
Toutes les notes : 18/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. One of These Nights (Intro) 01:50
2. Assassins 08:07
3. Ghosts of Grace 04:49
4. Away from Light 02:19
5. Your True Enemy 04:15
6. Code Negative 06:48
7. Omnivore 05:05
8. Seasick Part I: Drowned at Dusk 04:52
9. Seasick Part II: Oceanborne 02:48
10. Seasick Part III: Silent Sunrise 04:12
Total playing time 45:05

modifier l'album  imprimer cet article
61 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
28 avis 3 18/20
Chronique
17 / 20
    Orileus, Mercredi 03 Décembre 2008 parlez-en à vos amis  
J'annonce tout de suite : je ne connais rien à la musique psychédélique, tout au plus ai-je des albums de Jimi Hendrix et jadis ai-je écouté Pink Floyd à mes heures perdues (maintenant je me rends compte que j'aurais dû plus m'y intéresser tant leur musique est excellente). Mais rien qui ne puisse me poser en spécialiste; cette chronique est donc l'œil d'un metalleux sur cette chose bizarre qu'est Assassins : Black Meddle Part I. Cela ne va pas être forcément objectif, et il y aura sûrement une certaine redondance dans l'utilisation des descriptions et des termes vu ma méconnaissance de l'environnement "hippie défoncé".
Du « Black metal psychédélique », c'est par ce terme qu'était décrit le dernier album de Nachtmystium et c'est ce qui m'a poussé à l'acheter vu que cela me semblait assez original.
Analysons la bête :

Visuellement tout d'abord, rien que sur la pochette le groupe annonce l'ambiance, ce disque est un profond bad-trip; c'est le joint de trop qui fait que pendant les 45 minutes qui vont suivre le monde devient noir et tout vos malheurs refont surface. Clairement, ce Nachtmystium ne cache pas son délire psychédélique, au niveau du livret c'est exactement le visuel qui se faisait dans les années 70' (regardez le logo du groupe....) avec des fleurs et des cheveux longs style hippie, avec une touche sombre bien sûr (le squelette est pas forcément joyeux).

Du « Black metal psychédélique », mais qu'est-ce que c'est? Plus j'écoute cet album et moins le coté black metal me semble palpable, et pourtant plus j'apprécie l'album.
(i)-Psychédélique c'est le paysage musical : un trip qui tourne très mal. C'est plein de sonorités « spatiales » et de sons bizarres (les guitares claires ont un chorus complètement taré), une utilisation de la reverb et des balances qui par moment donne un vrai coté halluciné. La basse est limite funk par moment, et le pire c'est que ça ne rend pas l'ambiance plus joyeuse, mais complètement défoncée.
-Une utilisation des claviers, épars et en retrait, mais qui dans les endroits où ils apparaissent explosent l'ambiance enfumée. En effet, c'est pas du sympho; ici pas de chœur, violons ou autres instruments pompeux; juste des sonorités vaguement electro et très 70' (justement).
-L'utilisation d'un saxophone sur certains morceaux; et ayant pratiqué cet instrument pendant 7 ans, je peux vous dire que c'est pas de la merde ce qu'il joue. Des espèces d'impros qui encore et toujours donnent une coté décalé et hors de ce monde (comme beaucoup de gens après trop de verres).
-Enfin les quelques soli sont complètement imprégnés de la fièvre hippie; même style que Hendrix, très rock; ou alors complètement taré (mais pas n'importe quoi); rien à voir avec du black sur ce point. Mais.....

(ii)Black Metal parce que semble-t-il Nachtmystium n'a pas oublié ses origines. Quelques blast-beats, pas mal de double pédale (surtout les premiers morceaux),un chanteur qui hurle et gémit ses tripes jusqu'à l'overdose et des guitares saturées, ça c'est du black. Mais en fait, il n'y a pas que ça, et les éléments black de l'album sont autres : d'abord l'ambiance, ici c'est noir, le trip est trop violent, il n'y a plus d'espoir : du bon black quoi.....Mais c'est pas une descente aux abysses infernales dans les bras de l'ange Lucifer, tout en psalmodiant Hail Sathanas à tout bout de champs.....Non, c'est juste une pièce oppressante, enfumée et sans lumière. La seule chose à faire est alors de sombrer car la peur nous rend claustrophobe, et la fumée chargée de beuh nous rend halluciné; et alors que notre cerveau se ferme, on perçoit le chaos sous sa forme originelle.......
Ensuite (et surtout je trouve), cet album est black car il est très spontané. On sent tout de suite qu'il a été composé en "bœuf", lors des répétitions, il n'y a qu'a écouter certains passages de basse limite impro pour s'en rendre compte. Alors forcément certaines transitions sonnent bizarres ou manquent à l'appel, mais qu'est-ce-que ça faisait longtemps que j'avais pas entendu un album ou les musiciens font sentir leurs tripes sans que ce soit du "true black". Et mine de rien c'est ce qui est le plus important je trouve dans le black, il faut que tu sentes le désespoir du groupe, sa haine et sa noirceur; et ceci n'est pas palpable pour un groupe qui analyse ses riffs, les décortique jusqu'à ce que tout soit parfait. Mais le black c'est sale et imparfait, le black c'est instinctif et libre. Et Nachtmystium l'a bien compris, et ne compose pas sa musique, Nachtmystium EST sa musique. D'où un très bon album black pour ce flots d'émotions.

(iii)Malgré tout, pas que du Black sur certains points :
-Tout d'abord la production des guitares, c'est un son étouffé et contenu, j'ai pas dit inaudible car chaque nuance se fait entendre (en partie du au profond feeling du groupe), mais avec un coté gras et assourdi que l'on retrouve plus à mon avis dans le doom (un peu à la Esoteric en fait, mais ce groupe a vraiment un coté psyché donc c'est normal si on y pense). Cela enlève donc la haine que devrait procurer l'écoute d'un album de black mais rend l'écoute vraiment oppressante.
-Ensuite par moments le chant est assez personnel : pas du black, pas du death. Hurlé mais mélodique, le chanteur vit la musique du fond de ses tripes. En fait, il faut vraiment écouter pour comprendre vraiment, c'est pas facile à expliquer : rauque et clair à la fois. Un peu à la Gojira, de loin (désolé c'est le seul chant que je connaisse qui s'en rapproche). Et d'autre fois c'est du "agonisant murmuré".
-Enfin certaines compos sont vraiment à dix milles lieux du black (notamment le triptyque Seasick qui pourrait facilement être rangé dan le rock-psyché si on enlève le chant), que ce soit au niveau des riffs ou des solos. Il en ressort donc une musique originale sans être expérimentale, mais qui conserve la noirceur du black tout en proposant une ambiance différente; en effet, là ou la majorité des groupes de black s'efforcent de pondre l'ambiance la plus froide et inhumaine, Nachtmystium nous plonge dans un paysage qui est vraiment réchauffé, mais qui croule sous une fumée opaque nous anesthésiant le cerveau. Et à partir de ce moment, on voit tout et n'importe quoi; mais la principale sensation c'est cet espace oppressant, même dehors la fumée nous étouffe et nous noie (cf. Seasick) dans le chaos de notre âme. Cet album c'est un naufrage de la conscience. (j'avoue je me suis enflammé sur ce passage, mais j'essaie au mieux de vous faire partager mon ressenti).


Je ne vais pas faire l'inventaire de toutes les chansons, mais en résumé cet album se condense en ces mots : hallucination, spatial, désespoir, saxophone, bizarre, improvisation, black-metal. Je sais cela n'a aucun sens , mais cela correspond exactement aux images qui me viennent en tête à chaque écoute de Black Meddle part I. J'ai été assez surpris lors de ma première écoute, mais depuis je me le passe assez souvent. Pour faire simple, cet album est au black-metal ce que Esoteric est au domm-death, à savoir une trop forte consommation de diverses substances.
Génial et sincère.




3 Commentaires
Commentaire
19 / 20
    Metalneverdie, Jeudi 16 Octobre 2008 parlez-en à vos amis  
Mon dieu, quel album ! J'avoue ne jamais avoir entendu parler de Nachtmystium avant mais... comment ai-je pu passer à côté de ce groupe si prometteur ?
Comment pourrait-on décrire la musique du groupe ? Et bien, on ne peut pas. Assassins regorge de plusieurs influences, mais l'esprit black et rock 'n' roll style année '70 y sont très présents. La surprise est d'autant plus grande quand on apprend que le groupe vient d'Amérique, où d'habitude le black metal n'est pas vraiment réputé.

L'album commence sur un "One Of These Nights", une sorte d'intro qui fait déjà bonne impression dès le début et on sent que ça va partir. Et bien oui, la chanson titre ouvre les hostilités par un un riff black non négligeable et une voix black qui colle parfaitement à l'ensemble. Puis arrive le refrain très accrocheur, où le chant se trouve limite entre le black et le clair. La chanson a beau durer 8 minutes, on ne s'ennuie pas une seconde.
Le reste de l'album sera de la même trempe, avec "Ghosts Of Grace", "Your True Enemy" et "Omnivore" qui reste brutal et rock 'n' roll, un interlude assez glauque "Away From The Light" et les trois parties de "Seasick" qui se rapprocheraient plus d'un Pink Floyd.

La production, qui est vraiment très bonne, nous laisse profiter de tous les instruments.
Un grand bol d'air frais !




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Think different, think metal.’ Contact - Liens
Follow us :