PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Doom Death My Dying Bride The Dreadful Hours
CD, date de parution : 13 Novembre 2001 - Peaceville Records / Soyuz Music / Night Of The Vinyl Dead

NOTE SOM : 18/20
Toutes les notes : 17/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
Re-Issue in 2002 by Soyuz Music.
Re-Issue in 2009 by Night Of The Vynil Dead
1. The Dreadful Hours 09:23
2. The Raven and the Rose 08:13
3. Le Figlie Della Tempesta 10:08
4. Black Heart Romance 05:24
5. A Cruel Taste of Winter 07:36
6. My Hope, the Destroyer 06:45
7. The Deepest of All Hearts 08:56
8. The Return to the Beautiful 14:24
Total playing time 1:09:29

modifier l'album  imprimer cet article
187 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
48 avis 3 17/20
Chronique
18 / 20
    L4G4RT0, Vendredi 19 Novembre 2010 parlez-en à vos amis  
A cette époque les fans de My Dying Bride s'inquiétaient de l'avenir du groupe : les deux albums précédents avaient été moins bons que d'habitude, et "The Deadful Hours" a été reçu avec des attentes après les deux compilations "Meisterwerk".

L'album démarre avec la chanson homonyme, "The Dreadful Hours" et quel départ ! Les premiers instants sont simples et pourtant efficaces, dépressifs... le morceau enchaîne quelques passages furieux, avec des grunts colériques et un clavier énorme. C'est une grande chanson, produite avec brio et que j'oserai qualifier de parfaite. Arrivés à la fin des 9 minutes 23 on se demande "quoi ? C'était si long ?".
Encore une fois, quel départ ! Bon je ne vais pas chroniquer l'oeuvre track-by-track parce qu'il n'y en a pas vraiment besoin : c'est sombre, parfois épique, et les grunts d'Aaron sont meilleurs que jamais.
De nouveau, il n'y a pas de violon et plutôt que de contruire des chansons brutes et intenses comme sur les albums précédents, My Dying Bride s'énervent dans des riffs plus forts, des grunts plus puissants et un chant clair mieux placé que sur "The Light at the End of the World"... ah, et il y a aussi ces passages au clavier qui sont les meilleurs que j'ai jamais entendu du groupe.

La première demie-heure de cet album est également constituée de trois chansons qui ont leur âme propre, et chacune d'entre elles est vraiment superbe ! Sincèrement, écoutez-les sans interruption parce qu'elles sont riches : vous allez traverser l'enfer avant de vous reposer dans un paysage d'Automne. Vous comprendrez tout de suite le choix de l'artwork.
Le dernier morceau vous semblera familier : c'est un réenregistrement de "The return to the Beautiful" de leur premier album. Une excellente chanson de doom.

Donc My Dying Bride est de retour pour nous faire passer un super moment, ils ont réussi une fois de plus. Ils ne sont plus aussi doom qu'avant, parfois ils créent des paysages, parfois ils sonnent plus death metal mais leur doom est quand même présent.
Maintenant leur style est plus beau que jamais. N'hésitez pas : si vous comprenez que les groupes doivent évoluer et changer, achetez cet album.

18/20




0 Commentaire
Commentaire
19 / 20
    Krokodebil, Mardi 14 Octobre 2008 parlez-en à vos amis  
J'ajoute une chronique à cet album, pour détailler un peu parce qu'il vaut le détour ;)

2001, MDB a déjà une sacrée carrière derrière eux, avec une expérimentation (géniale je trouve) avec 34.788% par exemple.

Mais The Dreadful Hours est plutôt un retour aux sources pour moi, y a des moments cet album sonne vraiment comme As the Flowers Withers, mais avec plus de moyens (forcément).

Ca commence avec le titre éponyme The Dreadful Hours qui, au début, semble sonner comme un long morceau plaintif et lancinant comme ils savent le faire, bien mais pas transcendant ... et puis là, de loin, se pointe LE son et le morceau décolle complètement. On part dans la violence et la beauté (bref, MDB quoi) et le morceau s'achève dans la douceur et la mélancolie, comme une fin d'album presque. Il faut donc réveiller l'auditeur, et là The Raven and the Rose nous ravit.
Ce morceau est une tuerie, ça sonne vraiment bien, des influences black derrières tout ça, du doom, du death, vraiment rien à dire.
Ensuite le Figlie Della Tempesta, un morceau long (10 min environ) qui rappelle quelques bons souvenirs de morceaux à la fois planants et violents , un régal aussi dans son genre ...

Passons Black Heart Romance, morceau sympa sans plus, trop court sûrement malgré un bon riff, pour se pencher sur un nouveau joyau : A Cruel Taste of Winter. Rien que le nom déjà, on a l'impression d'avoir la Mort sonner à notre porte pour nous envoyer tout ce que l'hiver a de plus mordant dans la tronche, et le morceau le montre bien, la hargne du chant nous fait sentir que le texte n'est pas en reste non plus ...
[d'ailleurs je vous conseille de bien vous pencher sur les textes, c'est un pur régal]
Je passe les 2 suivants pour parler un peu du dernier :
Return To The Beautiful qui n'est autre qu'une reprise de Return Of The Beautiful, le chef d'oeuvre d'As the Flowers Withers (ceci explique cela). Le plus long morceau de MDB, le voici, 14 minutes d'art. Ils ont repris l'ancien, l'ont dépoussiéré, et surtout l'ont refait avec les moyens en plus : le son est impeccable et les arrangements aussi, mélodie lancinante qui devient beaucoup plus agressive, petit passage atmosphérique dans les Enfers (petite précision au cas où on serait pas "My Dying Bride" râlé avec force), et surtout les dernières minutes clairement Death du morceau, qui concluent un des meilleurs albums du groupe avec rage.

Un régal.




5 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Just metal.’ Contact - Liens
Follow us :