Abominations of Desolation (Demo)

Liste des groupes Death Metal Morbid Angel Abominations of Desolation (Demo)
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Morbid Angel
Nom de l'album Abominations of Desolation (Demo)
Type Cassette
Date de parution Octobre 1986
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album59

Tracklist

1. Chapel of Ghouls 04:57
2. Lord of all Fevers and Plagues 03:26
3. Hellspawn 02:34
4. Azagthoth 05:49
5. Demon Seed 02:12
6. Angel of Disease 05:36
7. Abominations 04:19
8. Unholy Blasphemies 04:00
Bonustrack
9. Welcome to Hell (Live) 05:00
Total playing time 37:53

Acheter cet album

Morbid Angel


Chronique @ Fabien

18 Juillet 2007
Formé en 1983 autour de Trey Azagthoth, Morbid Angel cherche très tôt à redéfinir les bases de la noirceur et de la brutalité, à l’instar de ses confrères de Death, Possessed ou Repulsion, étant ainsi à l’origine du deathmetal typiquement américain. Après la démo Bleed for the Devil sortie en mai 1986, le groupe se décide à enregistrer un album cassette en septembre de cette même année, le fameux Abominations of Desolation, produit par le jeune David Vincent, n'ayant à ce moment pas encore intégré la formation. Le line-up se constitue en effet à l'époque du batteur & hurleur Mike Browning (futur Nocturnus) et du guitariste & compositeur Trey Azagthoth, sans oublier la présence de Richard Brunelle et John Ortega (non Sterling V.Scarborough comme on peut parfois le lire), que l'histoire semble pourtant occulter.

Dépassant les limites instaurées par Celtic Frost ou Possessed, Morbid Angel lâche une musique incroyablement brutale pour l’époque, appuyée par les vocaux de Browning, entre timbre écorché et guttural, constituant ainsi l’une des premières productions rangées véritablement sous la bannière 100% death US. Mike Browning n’assène certes pas les rafales de blast-beats développées plus tard par son impitoyable successeur Pete Sandoval, bien que ses rythmes restent relativement tapageurs sur les nombreuses parties rapides de l’album.

Malgré quelques longueurs et des rythmiques manquant encore d’une certaine précision, Morbid Angel est déjà en place, possédant ce potentiel énorme, à l’image du cultissime Chapel Of Ghouls, considéré à juste titre comme l’un des morceaux deathmetal les plus terribles jamais enregistrés. De plus, à l'instar des redoutables Morbid Tales ou Seven Churches, Abominations of Desolation comporte une atmosphère malsaine, blasphématoire et satanique, qui renforce la brutalité des compositions, apportant un charisme indéniable à la formation, sur laquelle plane désormais une aura mystique.

De fait, même si Abominations of Desolation se distribue à l'époque uniquement en tape-trading (K7 échangées), tout comme le Slaughter of the Innocents (Horrified) de Repulsion en cette année 1986, l'album fait néanmoins très vite parler de lui. De nombreux deathsters le considère commme le premier véritable full lenght de Morbid Angel, bien que son géniteur Trey Azagthoth le renie en tant qu'album, insistant sur le fait que son groupe n’était pas encore prêt.

Depuis, à l’exception de Demon Seed, Morbid Angel a réenregistré tous les morceaux d'Abominations of Desolation sur ses réalisations suivantes (3 sur Altars, 3 sur Blessed, 1 sur Covenant & 1 sur Formulas), rebaptisant au passage les titres Welcome To Hell et Azagthoth par Evil Spell et The Ancients Ones. Ainsi, si l’édition CD d'Earache de 1991 peut paraître dispensable pour nombre de deathsters, elle reste toutefois le témoignage unique de la genèse du dieu Morbid Angel, et plus largement du mouvement deathmetal tout entier. Oeuvre culte, et profondément occulte, à défaut d'être parfaite.

Fabien.

3 Commentaires

17 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
bastino - 18 Juillet 2007: il faut tout remettre dans son contexte,l'album renfermait effectivement déjà les germes de la révolution du genre à l'époque,en partie due au génie du compositeur trey azagthot mais la consécration(à très juste titre d'ailleurs) ne se réalisera vraiment qu'avec un premier line-up stable à la sortie du mythique "altar of madness"propulsé par un batteur hors-pair rapide comme l'éclair et précis comme un métronome !!!
Fabien - 18 Juillet 2007: Je n'en pense pas moins. C'est bien pour cela que j'explique qu'Abominations ne représente que la genèse de Morbid Angel. La consécration viendra bien sûr avec l'arrivée du charismatique David Vincent et du travail acharné de Pete Sandoval ; néanmoins, les bases sont bel et bien présentes sur Abominations.

Merci de ta remarque, mon ami Seb' ;)
Fabien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Morbid Angel


Autres albums populaires en Death Metal