PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Misanthrope (FRA) Variation on Inductive Theories
CD, date de parution : 1993 - Holy Records
Style: Death Progressif

NOTE SOM : 13/20
Toutes les notes : 11/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Solstice of Poetries
2. Aquarium
3. Childhood Memories
4. La Démiurge
5. My Black Soul
6. Aeternitas
7. The Grey Orchard
8. Atlas
9. Monolith in Ruins
10. And Also the Lotus
11. Mourning Humanity

modifier l'album  imprimer cet article
36 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
11 avis 1 11/20
Chronique
12 / 20
    BEERGRINDER, Vendredi 04 Novembre 2011 parlez-en à vos amis  
audace musicale insensée pour les adeptes, bordel incompréhensible pour d’autres, Variations... est un peu tout cela

Venant de monter son propre label, Philippe Courtois de l’Argilière se lance dans le grand bain en signant les grecs de Nightfall, dont le premier full lenght Parade Into Centuries sera le premier disque estampillé Holy Records. C’est donc fort logiquement que Misanthrope, la formation du jeune guitariste chanteur entouré des frères Moréac (JJ à la basse et CH à la guitare) et de Ollivier Gaubert à la batterie, sort également son premier album par ce biais. Variations on Inductive Theories (1993) ne s’annonce pas vraiment dans la lignée brutale et directe des cadors hexagonaux, mais plutôt dans un Death atmosphérique original dont l’avant-gardisme cantonnera à un relatif anonymat, malgré quelques réactions enthousiastes dans l’underground (et également des moqueries…).

Arborant fièrement des tee-shirts The Gathering et My Dying Bride, les musiciens de Misanthrope marquent leur différence. Si le Death français connaît quelques heures de gloire avec Loudblast, Agressor, No Return, Mercyless ou Massacra, il a raté le train du Death / Doom (comme celui du Thrash Metal quelques années plus tôt) emmené par Paradise Lost et consorts. Les musiciens de Livry Gargan semblent vouloir réparer cette erreur, distillant dans leur Death Metal des touches atmosphériques et dépressives proches du Doom.

Aquarium propose un Death Metal étonnant, aux guitares enlevées et aux touches mélancoliques et plaintives. Mais l’univers du quatuor n’est pas aisément pénétrable, mélangeant parfois des plans progressifs complexes (pas toujours totalement maîtrisés) avec un Death Metal aux ambiances décadentes et plaintives, à ce titre Philippe utilise son chant de multiples façons, là encore pas toujours à la perfection : les voix claires de My Black Soul manquent de puissance et de justesse.
On précisera également qu’une production plus costaude aurait vraiment été souhaitable, l’enregistrement au Mélodie Studio de Dreux manquant un peu d’épaisseur.

Derrière les approximations, on perçoit pourtant un potentiel énorme, les plans guitares sont intéressants et variés (peut-être trop), JJ Moréac est déjà très adroit pour faire sonner ses quatre cordes, particulièrement sur Monolith in Ruins, et surtout une ambiance assez unique émane de ce disque : perversion, mélancolie, colère sont ici mêlées dans un maelström musical avant-gardiste qui part dans tous les sens.
Cependant la mayonnaise parvient parfois à prendre, notamment sur La Démiurge, au début lourd et lent presque sabbathien, avant une glissée progressive vers un Doom / Death plaintif saupoudré de quelques passages de guitares appuyés.
Parmi les morceaux marquants, Monolith in Ruins illustre bien la folie du combo. Il débute sur un étrange riff décalé, enchaîné par une accélération et un chant criard de Philippe. On notera aussi un solo de basse aérien de JJ.

Décriés par les uns, encensés par les autres, audace musicale insensée pour les adeptes, bordel incompréhensible pour d’autres, Variations on Inductive Theories est un peu tout cela, mais reste surtout un OVNI, fruit de l’imagination débordante de ses géniteurs. Les principes et l’imagerie sont posés, pour les morceaux ou les disques qui tuent il faudra attendre un peu.

BG




4 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Think. Feel. metal.’ Contact - Liens
Follow us :