PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Thrash Metal Metallica St. Anger
Album, date de parution : 05 Juin 2003 - Elektra Records / Vertigo Records
Produit par : Rock Bob
Style: Néo Metal

NOTE SOM : 11/20
Toutes les notes : 12/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Frantic 05:50
2. St. Anger 07:21
3. Some Kind of Monster 08:25
4. Dirty Window 05:24
5. Invisible Kid 08:30
6. My World 05:45
7. Shoot Me Again 07:10
8. Sweet Amber 05:27
9. The Unnamed Feeling 07:08
10. Purify 05:13
11. All Within My Hands 08:48
Total playing time 1:15:01

modifier l'album  imprimer cet article
1296 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent
528 avis 11 12/20
Chronique
13 / 20
    M666, Mardi 08 Juillet 2008 parlez-en à vos amis  
9ème album des Horsemen. Il fut sûrement un des albums qui fit le plus parler de lui dans le monde du Métal et le plus mal aimé des fans de Metallica !

Resituons-nous dans le contexte de 2003 : Metallica ; 20 ans de carrière dont des albums pour le moins mythiques (comme le « Black Album », le CD de métal le plus vendu au monde, ou la perle qu’est Master of Puppets), avec des membres dorénavant quarantenaires, des albums qui convainc de moins en moins, le départ de Newsted, la pub de Lars contre le serveur Napster, et surtout le départ de James pour soigner son problème d’alcoolisme et engendrant sa dépression... et quand St Anger arrive dans les bacs, la colère des fans de voir leur style musical complètement transformé et un son qui écorche les oreilles dès la première écoute. Résultat : St Anger se place en bas de la pile de CD ou est jeté par terre pour mieux fracasser la boîte à coups de pieds !

Stop ! Enlevons tout ce qui entoure St Anger pour passer à la chronique d’un simple album.

St Anger c’est 11 musiques et 75 minutes de son... faites le calcul et vous verrez que la moyenne est d’environ 7 minutes par musique :-S...c’est pour le moins assez long ; un défaut de cet album est le fait que les plans se répètent souvent au sein des musiques ; il suffit d’écouter « St Anger » pour comprendre. Ça ne fait pas de St Anger un mauvais album mais disons que le groupe aurait pu condenser chaque musique pour faire un album plus facile d’écoute et sans longueurs (altérant la qualité des musiques).

Passons au son : on ne peut nier que la production laisse à désirer : plus on augmente le volume et plus le brouhaha se fait sentir. Le son rebutera beaucoup de fans (caisse claire façon « garage » et guitares au son très gras qui prend souvent le dessus sur la double pédale). Néanmoins après l’avoir passé plusieurs fois, vous verrez que l’écoute n’est pas si difficile qu’elle en a l’air : il faut laisser le temps de le dompter.

Concernant leurs musiques, on peut dire que les années ’90 sont belles et bien terminées !!! Le quatuor Black Album, Load, ReLoad et Garage Inc est très loin dorénavant ! On assiste là à un retour plus « thrash » (bien que l’album n’en soit pas) : le groupe a laissé tombé les solos de Kirk pour se tourner vers des Load lourds et accrocheurs. Le morceau Some Kind of Monster est le plus significatif... et ça marche ! Même si l’on peut concevoir un vide dans de nombreux morceaux dû à l’absence de solos et la répétition des plans, on ne peut nier que ces derniers ne vous laisseront pas indifférents et que le groupe, sur l’ensemble de l’album, a eu beaucoup d'inspiration, que ce soit dans l’enchaînement des différents accords ou le jeu de batterie très bon de Lars (qui nous fait part de bon nombre de nouveautés rythmiques) : des morceaux comme Sweat Amber, My World (sûrement les 2 meilleurs de l’album) de par leur originalité, leur richesse et leur accroche, sont à écouter d’urgence... on y découvre un genre nouveau et un Metallica bien moins sombre. Purify vous entrainera sans problème (bien que le refrain mette assez mal à l’aise...à vous d'en juger), Invisible Kid vous étonnera de part son côté bon enfant et entrainant mais les 8 minutes 30 sont... dures à supporter. Quant à St Anger et SKOM, elles sont incroyablement imprégnées de la déprime d’Hetfield et laissent une atmosphère très particulière derrière elles ; comme un mélange de mal-être et de haine sur SKOM et de tristesse, de colère et de résignation sur St Anger.

Le chant de James tout au long de l’album transpire de cette colère... il est parfois très imparfait notamment sur quelques passages de Purify et All within my hands, mais ça reste largement acceptable (on en a vu des voix dégueux et fausses dans le monde du métal ! Au final, on se rend compte, après plusieurs écoutes, que la force de St Anger est avant tout dans l’atmosphère des musiques. Ceci dit, il est clair qu’il n’est pas facile à comprendre, car cet album va puiser ses ressources dans diverses influences musicales très différentes (il suffit d’écouter Frantic, SKOM, Dirty Windows, Invisible Kid et Sweet Amber pour voir cette diversité). L'expérimentation va quand même parfois trop loin ; The Unamed Feeling est à la limite ; elle vous surprendra mais est vraiment très intéressante. Dirty Windows se démarque trop de l'album de part son style et parait être le titre le plus faible et All Within My Hands prend des allures d'expérimental mais ne convainc pas (malgré quelques bons éléments).

Pour résumer St Anger a lui seul crée un genre nouveau et il serait dommage que le style ne perdure pas à travers d’autres groupes. Alors bien sûr au premier abord, St Anger est loin d’être l’album que les fans attendaient : difficulté d’écoute dû à l’enregistrement, longueur excessive de l’album et style musical encore changeant. Et pourtant c’est une réalisation vraiment très inspirée et assez recherchée : le retour en force de Lars, l’efficacité des breaks et les enchaînement des accords de guitare suffisent à faire de St Anger un album vivant.

Metallica est-il mort ?...Non, pour peu qu’ils pensent à leur musique avant leur fric.




12 Commentaires
Chronique
12 / 20
    AmonAbbath, Mardi 08 Septembre 2009 parlez-en à vos amis  
Voilà plus de six ans que le débat ne s'éteint pas : St Anger, génie musical ou bouse cosmique? Comment pourrait-on bien répondre à cette question tout en respectant l'avis de chacun, et en ne se permettant pas de juger un groupe culte qui de toute manière en sait plus que la plupart d'entre nous sur les débuts du Heavy Metal? Ce n'est effectivement pas tâche facile, sans tenir compte du fait que ce cd ne me sied guère! Mais plus objectivement, en étudiant un peu les réactions des fans (qui ont eu une influence sur le groupe pour la création de l'opus suivant), on se dit que St Anger est un disque essentiel dans la discographie des californiens et qu'il convient de le laisser à la place qui est la sienne. Je vais donc tenter d'analyser l'oeuvre une nouvelle fois pour vous, lecteurs, comme pour moi, afin de déterminer avec le plus de justesse possible quelle importance il a, tant en ce qui me concerne que d'un point de vue musical. Alors, comme dirait l'autre, ...And Justice for All!

C'est dès sa sortie que St Anger a atterri entre mes mains, en même temps que l'album Issues d'une formation Neo Metal bien connue. Et comme tout bon apprenti metalleux en pleine crise d'adolescence, je ne savais pas trop à quoi j'avais affaire mais j'ai acheté tout ça les yeux fermés. Très vite, Shoot Me Again et The Unnamed Feeling me semblent sortir légèrement du lot, mais rien ne me choque. Je trouve la musique bizarre, et un ''truc'' résonne sans cesse et ça m'énerve (Lars, veux-tu bien ranger cette cocotte minute et prendre ta caisse claire?). Je possédais déjà Garage Inc. qu'une fille m'avait refilé (même pas vendu, c'est vous dire ce qu'elle en pense) et je ne voyais vraiment pas le rapport entre les deux (pas extra pour commencer à écouter Metallica me direz-vous), j'en venais même à me demander s'il s'agissait bien du même groupe (franchement, qui a dit ''les ignorants sont bénis''?)!
Quelques années après, je me suis mis à crier comme tout le monde (ou presque, ça va) que St Anger était un ratage sans pareil, un bourrinage sans intérêt, une ignominie, bref une m**de (hou le vilain!). Le disque, ''tapé'' au fond d'un tiroir, risquait bien de ne plus jamais voir la lueur du jour. Mais les nombreuses réactions positives et les débats sur de nombreux webzines ont commencé à me travailler : que pouvait-on bien trouver à dire que j'eusse honteusement mis de côté? Plusieurs écoutes supplémentaires n'y ont rien changé (et mes commentaires en témoignent) : pas moyen d'adhérer!

Il fallait se mettre à la place de James Hetfield et sa bande pour commencer à y voir plus clair. Les bides commerciaux des deux précédents opus, une cure de désintox pour Hetfield, des musiciens se demandant certainement quelle direction prendre désormais, ... Oui, nous attendions mieux que ce qu'ils ont servi, mais en avait-on le droit? ''Mais enfin, c'est Metallica, un culte, bien sûr qu'on avait le droit!''. Ce sont avant tout des humains qui ont surmonté une période noire.

Réellement, à quoi sert St Anger? Qu'y trouve-t-on que les deux ou trois précédents ne donnaient pas/plus? Un retour à la rage, loin de toute forme de pop ou de rock aseptisé, voilà ce qu'on y trouve. Bon, les paroles d'Hetfield et sa façon de chanter, le fameux son de caisse claire, les Riffs gras et répétitifs, avouons qu'ils sont tous caricaturaux, c'est un peu comme si Metallica se moquait de lui-même. Mais au delà de ça, quelques idées commencent à germer : fini le son (trop?) parfait des deux derniers cd et surtout du black album, place à un certain fouillis, accentué par le jeu d'Ulrich et la manière dont son instrument sonne. Une basse vrombissante et de remarquables (mais courts) passages planants sur All Within My Hands lors desquels la caisse claire prend un sens inédit et même agréable! Pourtant, avec tous ces éléments réunis nous restons bien loin du thrash d'origine, mais il y a manifestement une volonté de faire.

Je vois désormais ce disque comme la grosse colère du Metallica pas content, tout comme chacun peut s'énerver et taper n'importe comment dans tout ce qui bouge lorsque rien ne va! Ensuite on se sent mieux, et on peut poser de nouvelles bases afin de repartir du bon pied.

Les fans dans l'attente d'une nouveauté à se mettre sous la dent ont été comblés pour certains, déçus voire atterrés pour d'autres, mais au pire on est maintenant en droit de se dire que St Anger a permis à la formation de se remettre sur les rails, voire même de s'analyser elle-même afin de comprendre ce qui n'allait plus et de tenter de résoudre le problème à l'avenir. Alors si l'oeuvre avait pour but de lancer un nouveau genre, une mode digne du grunge, c'est un sacré ratage. Mais même dans ce cas, pas total, car Metallica est bel et bien de retour avec son Death Magnetic, pas encore parfait, arborant de gros défauts et un son toujours pas digne de leur talent, mais qui prouve que ce talent ne s'est pas éteint et peut encore faire naître un album fabuleux.

Il existe un grand groupe qui a modifié une bonne partie de la vision musicale mondiale. Adulés, contestés, ils sont toujours là et le font savoir. Entre les perles et les échecs de leur carrière, on trouve une curiosité, une sorte de tumeur qui a grossi avant de frapper de plein fouet. Mais étonnamment, elle s'est calmée. En fait le seul risque qu'elle présentait était de tuer le groupe si on tentait de l'enlever. Aujourd'hui, toujours en place, elle est le maillon qui manquait pour que la chaîne retrouve sa solidité. St Anger existe, et il faudra faire avec. Moi, j'y arriverai...

- Note personnelle (ce que ce disque me fait aujourd'hui et ce qu'il m'a appris à mes débuts, la place qu'il a dans ma collection): 6/20
- Note objective (enfin, le plus possible n'est-ce pas), d'après ce que ce disque a apporté à la musique et au groupe, après mûre réflexion: 12/20




12 Commentaires

Commentaire
    hammeraxe, Dimanche 06 Janvier 2008 parlez-en à vos amis  
Je viens de lire toutes les chroniques de St Anger et je me dis que la mienne va faire tâche au milieu. Autant annoncer la couleur tout de suite je place cet album dans le top ten de tous les temps. Aie !
Et j'assume : le contenu est fidèle au titre, c'est de la fureur à l'état pur ! La brutalité façon Metallica ! La colère de Jaymz n'est endormie qu'à l'occasion de quelques arpéges sur St Anger, d'une intro envoûtante (Sweet Amber) et elle se déchaîne de plus belle. Le " Kill, kill, kill.." hurlé jusqu'à l'extinction de voix (pour un chanteur comme J.Hetfield ça veut dire quelque chose !!) sur toutes les combinaisons de croches est une sorte d'orgasme de rage.
Metallica est définitivement le plus grand groupe de métal de tous les temps, ceci implique la création et l'exploration de nouveaux sons, de nouvelles voies, ils auraient pu se contenter d'être les leaders du Speed Metal depuis leurs dix-huit ans et jusqu'à la retraite, mais si une telle attitude convient à Slayer elle serait indigne de Metallica !
Ainsi l'anecdote du son de batterie, quand Lars Ulrich cherche un son plus tribal pour un cd hypnotique, il passe la main sous la caisse claire et vire le timbre, c'est simple et ça marche mais gardons-nous de réduire le jeu de ce formidable musicien à ce tour de passe-passe ! Lars est plus qu'un grand batteur, c'est aussi un véritable créateur qui nous assène ici quelques grooves aussi jouissifs qu'incompréhensibles... Et moi j'aime ça !
Il n'y a pas de solo ? La belle affaire ! Certains groupes devraient en tirer une leçon qui nous montrent en même temps que leur grande maîtrise technique une imagination proche du degré 0.
Le cd s'est mal vendu, la presse n'a pas aimé ? Franchement on s'en bat les c..., si on s'en tenait à ces critères on n’écouterait pas cette musique, moi la musique je l'écoute avec mes oreilles, mon cœur et mes tripes et c'est moi qui décide si elle est bonne ou pas !
Pour finir un petit mot sur les bassistes de Metallica. Cliff Burton était un grand, le jeu et la personnalité de Jason Newsted redoutables, on n’était pas loin de penser qu'il serait irremplaçable, et là ils nous sortent Roberto...

Trop fort, putain, trop fort !!




131 Commentaires
Commentaire
    MercuryShadow, Lundi 12 Fevrier 2007 parlez-en à vos amis  
Se pencher à nouveau sur "St Anger", trois ans après sa sortie, procure une impression étrange. L'excellent documentaire "Some Kind of Monster" a en effet jeté sur ce disque un éclairage bienvenu, nous livrant plusieurs clés permettant de décoder quelques-unes des intentions qui animaient Metallica lors de sa composition. Malheureusement, rien sur ce son de batterie devenu culte, assurément le pire que le métal ait jamais connu! Si vous désirez entendre Lars Ulrich cogner sur un bidon, précipitez-vous, c'est du jamais-entendu.

Blague à part, "St Anger" fut accouché dans la douleur, et doit davantage être vu comme un instantané de l'état d'esprit de James Hetfield après sa cure de désintoxication que comme un album à part entière. Aucun titre, ici, n'a la carrure à devenir un classique; ils se révèlent même assez répétitifs, s'appuyant sur des Riffs qui tournent en boucle pendant de trop longues minutes. Tous les morceaux dépassent les cinq minutes (et atteignent parfois les neuf), ce qui rend ardue l'écoute de l'album dans son intégralité, d'autant plus que la production de Bob Rock est atrocement rêche. C'est bien simple, on a l'impression de se trouver dans le garage du groupe durant un boeuf.
Ce constat est d'autant plus regrettable que l'on décèle de temps à autres des fulgurances, des éclairs de génie qui nous laissent imaginer ce qu'aurait pu être cet album si le groupe n'avait pas été complètement paumé lors de sa composition. Un morceau comme "The Unnamed Feeling" est emblématique: pris séparément, les éléments qui le constituent permettraient de construire deux ou trois très bonnnes chansons; mais réunis ici, la sauce prend mal, il manque ce petit plus, cette touche d'inspiration qui aurait permis de lier l'ensemble.

"St Anger" n'est donc pas, de toute évidence, un grand album; ce n'est sans doute même pas un album susceptible d'intéresser pour ses seules qualités musicales. Mais c'est le disque que Metallica avait besoin, au sens littéral (et viscéral) du terme, d'enregistrer. C'est à ces onze compositions décousues, frénétiques, éprouvantes, mal produites, que l'on doit la survie du groupe emblématique de toute une génération. A ce titre, et si les Four Horsemen se reprennent et nous prouvent qu'il leur restent des choses à partager avec nous, "St Anger" mérite le respect. Dans le cas contraire, il ne s'agira que de la piètre épitaphe d'un grand du métal.




21 Commentaires
Commentaire
    bigoud, Lundi 08 Janvier 2007 parlez-en à vos amis  
Petite histoire :

6 ans il aura fallu attendre !!! 6 ans pour que les Four Horsemen nous sortent un nouvel album ! Petit résumé de ce qui s’est passé pendant ces 6 années : Metallica, en manque d’inspiration décide de sortir « Garage Inc. » qui est un double album de reprises allant de Mercyful Fate à Motörhead en passant par d’autres groupes. C’était juste histoire de faire patienter les fans. Par la suite, Jason Newsted, le bassiste, décide de se barrer du groupe pour aller jouer ailleurs. Il a d’ailleurs son groupe, Echobrain, et a joué avec Ozzy Osbourne. Kirk Hammett apparaîtra un peu plus tard comme guest dans le groupe de Jason. Kirk étant sûrement le seul gars sympa dans les Three Horsemen. Hé oui Three !!! Dur dur de retrouver un bassiste. Des mois d’audition et rien !! Et là Metallica reçoit un coup de fil de MTV leur disant qu’ils aimeraient consacrer une émission à Metallica avec des groupes (Sum 41, Korn, Staind,…) qui reprendraient leurs titres. Metallica fut enchanté mais le problème c’est que eux aussi devaient jouer des titres, donc trouver un bassiste ! Aïe !! Les auditions continuent, et là Robert Trujillo épate et laisse bouche bée Kirk, James et Lars. Ils n’en reviennent pas du talent et de la rapidité de Rob. C’est décidé, il est engagé. Rob a déjà un casier bien chargé, il a joué chez les Suicidal Tendencies et chez Ozzy Osbourne. Les Three Horsemen sont redevenus les Four Horsemen.

Album :
Les chansons de St. Anger étaient déjà finies quand Rob est arrivé mais ça ne l’a pas empêché de mettre un brin de basse par ci par là. Alors cet album ?? Un titre accrocheur, une pochette pas mal, retour aux sources de Metallica ?? Eh beh non !! Encore une déception mais là ce n’est pas pareil que sur Load et ReLoad. Quand on écoute St. Anger, on se dit que Load et ReLoad ne sont pas si mal en fait !! Alors oui cet album est mauvais voir très mauvais.
On constate quelque chose qui fera mal aux oreilles durant tout l’album, c’est le son de la batterie de Lars et plus particulièrement de sa caisse claire (qu’il dit avoir payé une fortune). Un son de casserole que l’on pourrait reproduire dans nos cuisines. Niveau guitare, c’est pourri, aucun solo. Pourtant Kirk joue sur cet album, mais non, M. Ulrich n’a pas voulu de solos. Bref, ne nous énervons pas de trop. Pas de solos, un son de batterie désagréable, des Riffs pourris, des titres trop longs. Le plus court dure 5min 15. Aucun titre n’est bon et je ne vois pas pourquoi Metallica s’est obstiné à jouer « Frantic » en Live qui est tout bonnement horrible.

Arrêtons-nous ici. Vous l’aurez compris, cet album est mauvais et est l’un des pires albums écrits dans l’histoire du Metal. Alors oui c’est un grand coup de gueule que je pousse, alors s’il vous plaît messieurs les Four Horsemen, respectez vos fans et écrivez de la musique potable comme on aime.

Une honte !!!!!!!

Metallica est devenu MERDALLICA!!!




44 Commentaires
Commentaire
10 / 20
    Finnish_metal_fan, Vendredi 04 Janvier 2008 parlez-en à vos amis  
Décevant. Que dire de plus, sinon que Metallica ne fait que s'enfoncer dans la médiocrité depuis le début des années 90, excepté bien sûr le Black Album qui reste bien supérieur à tout ce que le groupe américain a réalisé par la suite. Donc, St-Anger est selon moi de thrash metal le plus raté par le groupe. Il n'y a aucune créativité, il n'y a pas de solos apparents, les morceaux sont longs et insignifiants. Metallica n'innove pas et se retrouve dans une situation très peu reluisante. Le groupe commence par la pièce Frantic, qui pour la qualité de l'album n'est pas si mal, mais le refrain est quant à lui ridicule, avec son"Frantic tic tic tic tic toc" Est-ce bien digne d'un groupe de cette envergure de se rabaisser à de telles paroles enfantines? Malgré tout, l'écoute de ce morceau jusqu'à la fin pourrait valoir la peine, car les 35 dernières secondes de celui-ci constituent une riff de guitare assez bonne qui nous permet de croire que Metallica, en se forçant pourrait refaire de bons albums. Puis St-Anger, avec encore là un refrain nul et sans fidélité à leur style, est néanmoins la seule pièce tyîque à Metallica sur cet album. Puis, Some Kind of Monster, reprise inutile d'un morceau déjà mauvais à mes oreilles est une perte de temps totale pour l'écouteur. Le reste de l'album ne vaut pas la peine que l'on s'y attarde tellement il est pauvre. Les rythmes, mais surtout les mélodies sont peu variées et pauvres. Même la voix de James Heitfield semble fatiguée par moments, comme s'il se demandait vraiment ce qu'il faisait a enregistrer de la musique comme cela. L'album va de mal en pis avec des morceaux qui s'enchaînent dans une ribambelle de ridicule et de médiocrité dans les paroles et les Riffs. Lorsque l'on a pris la malheureuse peine de l'écouter, on se demande où sont passées les bonnes années "Ride the Lightning", "Kill'em All", "Master of Puppets" et "...And Justice for All". Le groupe ne peut qu'espérer de faire un meilleur album que St-Anger la prochaine fois, ce qui n'est pas très compliqué. En plus de cela, le groupe doit se mordre les doigts en regardant évoluer Dave Mustaine et Megadeth, qu'ils ont mis à la porte, réussir à produire encore de bons albums et se faire faire des éloges par la presse et les fans. Bonne chance Metallica!!!:P




8 Commentaires
Commentaire
    Jo_Ragnarok, Jeudi 25 Fevrier 2010 parlez-en à vos amis  
Quelque chose me gêne. Cet album est l'album typique qui, avec un peu de recul, est "incriticable" sur tous les front (enfin disons, par moi, car certain ne se sont pas gené et c'est tant mieux).
Attention, je ne dis pas que cet opus est tellement bon qu'on ne peut pas se permettre de le critiquer, je ne trouve d'ailleurs pas qu'il soit excellent.
Mais deux point s'affrontent dans mes pensé: est-il vraiment commercial? Metallica a-t-il profité de l'ascension du néo metal pour faire son chemin dans cet voie également ? D'une certaine manière, je pense que oui, mais alors, la démarche d'un groupe est pour le moins étrange, car quand le néo metal se contente de la structure 3x(refrain-couplet), Metallica font de leurs coté l'album le plus long qu'il n'ait jamais fait...

Démarche paradoxale d'un groupe qui a perdu ses repères (affaire Napster, tension, cure de désintox de James, départ de Jason...), ou alors véritable rage et génie d'un groupe qui veut démolir la baraque en reprenant tout à zéro?
Je rappelle au passage que la prod' limite est tout à fait volontaire, que le groupe voulait faire une musique brute, crasseuse et authentique, démarche qui n'a pas plus à beaucoup de monde... mais qui, finalement est tout sauf commerciale, non?

Alors oui d'accord, les guitares sont accordées en drop C comme System Of A Down (groupe très populaire à l'époque de St Anger), oui les chansons sont super longues et les structures se répètent avec peu ou pas de changement, oui le chant de James Hetfield oscille entre l'excellent et le "p'tain, il va se prendre des baffes dans sa gueule!", mais Metallica nous offre un album tellement
différent et unique de ce qui existe que on ne peut pas cracher comme l'on fait certain sur cet album... car même si la qualité musical n'est pas tout à fait au rendez-vous, on voit bien que le groupe avait envie de cracher ses tripes et d'emmerder tous ceux qui les avait critiqué jusque là... et ça, c'est rock'n'roll!

Cet opus s'inscrit parfaitement dans la carrière du groupe, avec du recul, on se dit qu'il n'auraient pas put sortir autre chose qu'une galette pareille à cette période de leur carrière...

Je suis finalement assez déçu que le groupe soit revenu à ses début avec l'album suivant, car là, la démarche est vraiment commerciale suite à l'échec de St Anger.
Pour mieux comprendre la période que Metallica a traversé avant cet album, voir le passionnant film "Some Kind of Monster".




0 Commentaire
Commentaire
7 / 20
    iliketovomitvomit, Jeudi 24 Juin 2010 parlez-en à vos amis  
Tels les "X FACTOR" de Iron Maiden ou les "FILOSOFEM" de Burzum (mais que vient faire Burzum là-dedans me direz-vous), le succès de cet album est inversement proportionnel à la quantité d'encre qu'il aura fait couler à son propos, certains acclamant un renouvellement du style et un retour à la force brute après deux opus soporifiques, d'autres accusant des morceaux peu inspirés et une mise en place approximative.

En fait, après avoir longuement écouté cette galette en pesant le pour et le contre, j'en ai déduit que cet album aurait pu être plutôt bon, si autant de petites gouttes dans le vase ne faisaient pas tanguer la barque. Je jette en vrac les idées qui me viennent à propos de cette rondelle :

La prod' est délibérément mauvaise : le magma des guitares est fréquemment couvert par la batterie au son de caisse claire exécrable mais culte (personnellement j'aime malgré tout ce côté cradingue dans la caisse, c'est la touche perso de l'album et je ne crache jamais sur les touches perso). Ce nouveau Metallica est plus rageur, vaguement Neo-Metal, sans toutefois groover comme Mass Hysteria et c'est regrettable.

Les morceaux sont beaucoup trop longs pour ce qu'ils ont à offrir : intro à la con-couplet-refrain à la con-couplet... 5 minutes en moyenne et même pas de solos(!). C'est évidemment un parti-pris mais il est beaucoup trop primaire pour réussir. Les Riffs se ressemblent tous et nous agacent. On sent vraiment que Metallica ne s'est pas creusé la tête pour les compos, ou alors, si oui, il est grand temps qu'ils prennent leur retraite (non, quand même pas, remember "Death Magnetic"...)!

Hetfield en fait des tonnes, ne dégage pas une véritable brutalité dans le chant, préférant visiblement faire le guignol tout le long (cf le refrain risible de "Frantic", le couplet à l'eau de rose de "St Anger"...).
Voici mon impression finale : cet album semble avoir été bouclé en trois coups de manivelle, histoire de ranimer l'intérêt pour le groupe après une période de désert productif et sautant sur l'arrivée du nouveau bassiste (qui est noté dans le line-up de la pochette, mais qui ne joue pratiquement pas dans l'album, Bob Rock le remplaçant auparavant...). Bourré de défauts, on décèle une rage de tout bousiller et deux-trois bonnes choses qui montrent qu'en se cassant le fessier un minimum ils auraient fait un bon album. Ce n'est malheureusement pas le cas. À garder donc pour les metalleux vraiment peu regardants ou pour les inconditionnels.




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘Just metal.’ Contact - Liens
Follow us :