United Abominations

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Megadeth
Nom de l'album United Abominations
Type Album
Date de parution 08 Mai 2007
Produit par Sneap Andy
Style MusicalHeavy Thrash
Membres possèdant cet album633

Tracklist

1. Sleepwalker 05:53
2. Washington Is Next 05:19
3. Never Walk Alone... a Call to Arms 03:54
4. United Abominations 05:35
5. Gears of War 04:25
6. Blessed Are the Dead 04:02
7. Play for Blood 03:49
8. À Tout le Monde (Set Me Free) (ft. Cristina Scabbia) 04:11
9. Amerikhastan 03:43
10. You're Dead 03:18
11. Burnt Ice 03:47
Bonustrack (Japanese Release)
12. Out of the Tiles (Led Zeppelin Cover)
Total playing time 47:56

Chronique @ Julien

15 Mai 2007
Il y a des gens qui changent et des gens qui ne changeront jamais. Dave Mustaine fait partie de ces gens qui auront toujours leur mot à dire et qui ne se laisseront jamais marcher sur les pieds. On aime ou on aime pas ce personnage mais il ne laisse personne indifférent. Je fais partie de la première catégorie de personnes, « j’aime ».
En lisant la plaquette donnée avec le CD, je devais m’attendre a un savant mélange de tout ce qui a fait la renommée du groupe (enfin de Dave Mustaine). La barre est donc placée très haut d’entrée de jeu, surtout que les critères de comparaison en cette année 2007 sont assez énormes. Alors pétard mouillé ou bombe nucléaire ?

Alors bien entendu, même si le line up actuel fait moins rêver que celui d’il y 15 ans, l’ami Dave sait tout de même s’entourer d’artistes talentueux qui mettent en valeur la qualité des compos qui jalonnent ce United Abominations. Le titre est assez évocateur, non ? Pour simplifier le fil directeur de ce disque, on peut dire que la critique se porte sur les Nations Unies qui n’arrivent pas à canaliser les excès de certaines personnes. Et ça, écrire des textes acerbes et bien tournés, on sait faire chez Megadeth. Mais le plus important est de faire passer tout ça en musique. La construction du titre éponyme est tout simplement impressionnante. La présence de passages radiodiffusés à la manière d’entant est excellente et renforce le coté très « guerre » dispensée par la rythmique monstrueuse. Bon OK, ça fait très Peace Sells, mais bon, ce n’est pas grave, le riff est excellent point barre ! Non content de faire référence à l’un de ses meilleurs albums, les autres titres tirent le meilleur de ce qu’a pu être Megadeth. Un petit titre à la Countdown to Extinction, un gros refrain type Cryptic Writings et voilà, le tour est joué. L’album est dans la boîte et nous sommes bien heureux de voir que les années n’ont pas d’emprise sur l’un des groupes les plus influent en matière de Thrash.
Mais il ne faut pas non plus s’attendre a une avalanche de tubes, il se pourrait que certains titres plus moyens passent rapidement à la trappe. Mais bon, c’est quand même le lot de bon nombre d’albums d’avoir quelques titres passables. Pas de quoi crier au scandale.
Et la nouvelle version de « A Tout le Monde » alors ? Eh bien ce n’est pas la meilleure chose qu’est fait Mister Mustaine. Pourquoi succomber aux critiques de gens qui n’ont rien compris à la chanson en l’édulcorant avec le chant de la belle Cristina Scabbia ? Pas franchement top et pas très bien réinterprétée, cette version XXIème siècle de ce classique mérite tout juste le droit de figurer en bonus. On aurait aimé un autre titre de la teneur d’un « Washington Is Next ». Enfin, ce n’est pas vraiment grave.
Il y a une autre chose assez amusante qui se trouve dans l’artwork de ce disque. Derrière le CD se cache ce que je crois être les quatre cavaliers de l’apocalypse. Clin d‘oeil à une hache de guerre enterrée ou fabulation de mon esprit ?

Voilà, sans révolutionner le monde du Thrash, ce nouveau Megadeth tient parfaitement la route. Un bon disque à l’ancienne qui trouvera preneur chez les fans de la première heure autant que chez les jeunes aficionados. Il ne reste plus qu’à attendre le live !!!!!!!!!!

8 Commentaires

26 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Nightwing - 31 Mars 2009: Critique très juste! Bravo
cilou013 - 08 Juillet 2009: super critique mais j'aurai mis 17/20!pour moi, 16 ce n'est pas assez!!
pielafo - 07 Novembre 2009: washington is next! ne ressemble pas a du maiden. Mais par contre se qui y ressemble, c'est never walk alone... a call to arms. ne trouvez vous pas que l'outro ressemble enormement a "brighter than a thousant suns"?
Tchiseko - 28 Avril 2011: J'aime tout l'album , SAUF cette immonde reprise de à tout le monde....Sérieux, à quoi elle sert la Mme LacunaCoil (petit surnom parce que j'ai pas retenu son vrai nom --') dans cette chanson ?
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Eternalis

29 Septembre 2009
Nous avons besoin d’un nouvel ordre mondial !

Ces quelques phrases disséminées en français dans la chanson éponyme de ce onzième opus ne seront pas passées forcément inaperçues. Trois ans après l’album du retour triomphal que représentait le génial "The System Has Failed", Dave Mustaine, armé d’un nouveau line-up (les frères Drover notamment, guitariste et batteur) compte bien revenir au sommet du thrash.
Prétentieux mais néanmoins attachant, le personnage n’est pas peu fier de ce qu’il réalisa en 2007 et pense sincèrement être revenu à ses racines, sans barrière ni concession.

Certes, nous sommes très loin de la platitude du triptyque Cryptic Writings / Risk / The World Needs a Hero, mais les sphères célestes affichées sur le coup de maître de 2004 semble évaporées. L’interprétation est là, la puissance présente, la production largement supérieure (Andy Sneap apporte une tonalité très métallique et claquante comme il le fit si bien avec Arch Enemy ou Nevermore) mais l’inspiration paraît évanouie. Malgré un résultat satisfaisant, on ne peut s’empêcher de penser à l’album précédent, doublé d’un grand regret tant les expérimentations passées sont oubliées, voilées au profit d’un disque typique, comme jeté en pâture à des fans trop impatients.

Si l’on prend l’exemple de "Washington Is Next !" (très bon texte au passage), la déception se situera au niveau d’une mélodie trop présente, trop superficielle et facile, qui étouffe toute possibilité d’accélération, tandis que Dave chante sur la quasi intégralité du titre. Certes, le refrain se retient très facilement, mais Megadeth ne parvient pas à mordre, simplement rugir, muré et impuissant. Son chant, immédiatement identifiable, est quant à lui réussi, mais les soli se font attendre, s’ouvrant sur un break façonné de la main de la vierge de fer (au tapping, on croirait Adrian Smith) mais la tentative de solo à contretemps rate son coup, et ne convainc qu’à moitié, même si rien n’est réellement mauvais. Sans doute les exigences étaient-elles trop hautes.

Cependant, au travers d’un sublime "United Abominations", intriguant et puissant, doté d’un riff lourd et vicieux, on sent renaître une ambiance plus rude et pernicieuse qui fait tant de bien. Glen Drover se veut particulièrement à l’aise sur ce morceau, dosé et sobre. Mustaine retrouve un type de chant réellement dérangeant, particulièrement sur ce refrain où il semble littéralement vomir ses paroles de dégoût. On retrouve également un mince filet des nouveautés précédentes sur l’original mais inabouti "Amerikhastan", intégralement narratif. Mais une nouvelle fois, c’est cet aspect lisse, manquant de rugosité qui déçoit, une atmosphère easy listening malgré un propos des plus brûlants.

"À Tout le Monde (Set Me Free)" posera également une nouvelle question d’éthique, dans la réelle valeur et surtout l'intérêt artistique de présenter une nouvelle version d’un morceau passé, en apportant la superficialité d’un guest inutile en la présence de la jeune et jolie (bien mise en avant dans le clip) Cristina Scabbia (Lacuna Coil). Un riff légèrement accéléré, un solo quelque peu plus long, un accent français inchangé, une composition qui en devient insipide.
Insipide. "Gears of War", traitant du jeu du même nom, et réalisé en alliance avec son développeur, souffre également de cette platitude extrême qui faisait défaut à Megadeth ces dernières années. Une intro mystérieuse, quasi mystique, un premier riff efficace et surtout des chœurs noirs qui semblaient exprimer une réelle sensation de guerre. Mais passé l’intro, le titre se perd dans sa propre insignifiance, tablant sur un même et unique pauvre riff, que le chant mécanique de Dave ne sauvera pas.

Complètement inégal, "United Abominations" ne parvient presque jamais à enchaîner deux bons morceaux, rendant continuels espoir et déception. Pour un "Sleepwalker" au riff écrasant et jouissif, ouvrant superbement le disque (que de solos …), on pleurera un pitoyable "Blessed Are the Dead", au riff très proche du AC/DC de "For Those About to Rock". On prendra un splendide "Burnt Ice", à la prestation soliste étincelante de talent et de technique (quel final !) pour jeter son précédent "You’re Dead", mid-tempo sans enthousiasme bercé de remplissage.

C’est de cela qu’il s’agit tout au long du disque, d’une antithèse constante entre qualité indispensable et remplissage commercial temporaire (mega Dave n’allait pas distribuer un album de six morceaux hein …), à l’image de son livret vide et voué au texte, alors que la photo centrale est une pure merveille (Vic versant le sang des Etats Unis dans des pompes à essence).
Déçu, on ne peut que l’être à l’image de la carrière du groupe, et de son fugitif retour en 2004. Le récent et indispensable "Endgame", marqué du sceau de l’excellence et de la constance, ne sera-t-il qu’une chimère cachant une prochaine désillusion ? Tout sera dévoilé en temps et en heure … la fin approche …

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
StAnger - 22 Mai 2013: Tiens, c'est assez rare pour le souligner mais je ne suis pas (fondamentalement) d'accord avec toi concernant cet album. Peut être est ce parce que je suis devenu un inconditionnel de Mustaine au moment de la sortie de cet opus... Ou peut être que 3 ans après avoir écrit cette belle chronique tu es revenu sur quelques défauts que tu trouvais si gênants ;).
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ tornado_of_thrash

12 Janvier 2008
Nous sommes choyés d'avoir ce chef-d’œuvre en considérant que Megadeth avait abandonné son identité thrash pour rejoindre une plus grande audience depuis le plus accessible « Countdown to Extinction » en 1992. Rassurez-vous cet album comporte les meilleurs morceaux de la discographie de Megadeth depuis « Rust in Peace » en 1990. Si « The System Has Failed » (2004) représentait le retour en force de Dave Mustaine, « United Abominations » est un effort collectif de Megadeth maintenant formé des frères Glen (guitare) et Shawn (batterie) Drover et de James Lomenzo (basse). L'album n'est pas du thrash « à la dark angel », on s'entend, mais plutôt du heavy metal mélodique avec quelques passages plus rapides et intenses. Soit on aime soit on est déçu. Plus on écoute l'album plus on l'adopte. J'ai adoré personnellement bien que les défauts soient évidents. Par exemple, « Blessed Are the Dead », «À Tout le Monde (Set Me Free)» et « You're Dead » sont des chansons sans intérêt. Le riff principal de « Never Walk Alone... A Call to Arms » ressemble à « Vortex » (titre mauvais) de Megadeth. Aussi, suis-je le seul à avoir remarqué la similarité frappante entre un riff de «Sleepwalker» et de « Seeds of Hate » d'Exodus (1987) ? Bien sûr, certains argumentent que « Washington Is Next ! » est directement pompé de « Wasted Years » d'Iron Maiden bien que les deux soient suffisamment différentes. On ne parle certainement pas de l'album le plus original et recherché de Megadeth mais il faut reconnaître que l'effort est là. Les compositions sont très bien construites et engagées politiquement. Il n'y a pas que du mauvais les 17/20 sont amplement mérités. « Sleepwalker » et « Washington Is Next ! » sont les meilleurs titres du groupe depuis « Rust in Peace » et démolissent les hits mid-tempo de « Countdown to Extinction » et « Cryptic Writings » en live ! Le reste de l'album varie de très bon (« UA », « Play for Blood », « Burnt Ice ») à moyen pour les titres mentionnés auparavant. Tout de même, l'album comporte pas moins de 57 soli de gratte ce qui me procure automatiquement une jouissance profonde et incontrôlée. Finalement, pour ceux qui ont la critique facile je ferais remarquer que cet album vaut mieux que n'importe lequel opus de Metallica depuis « ...And Justice for All ».

7 Commentaires

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Necromantix - 22 Mai 2010: C'est pas pour dire mais Megadeth n'a pas encore fait de skeud culte comme Master ou And Justice
megalex1986 - 04 Mars 2011: Ben quand même Peace Sells... But Who's Buying et Rust In Peace peuvent se targuer d'être des monument au même titre que And Justice For All... et Master Of Puppets.
MCGRE - 02 Décembre 2011: @Necromantix Ouh alors la je crois que tu délire mec , Peace Sells et Rust In Peace comme le dit megalex1986 sont des monuments du thrash il n'y a pas photo vraiment culte de chez culte .
MCGRE - 02 Décembre 2011: Ouai je pense que Necromantix a des acouphènes hé hé , non sérieusement MEGADETH avec ces deux albums a marquer l'histoire du thrash et du métal en général donc si c'est pas culte ça alors moi je me met au hip hop yo yo mec .
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ megalex1986

03 Mars 2011

Bon album, mais plutôt inégale venant de ce Megadeth retrouvé.

2002, Dave Mustaine annonce la dissolution de Megadeth à notre grand désarroi, la cause serait dûe à une blessure au système nerveux au bras gauche. David Ellefson émet pourtant l'idée que Mustaine dissout le groupe à cause de la mauvaise entente entre les 2 compères et du succès moins grand que dans la passé. Le bassiste ira même déclarer un procès au rouquin pour des royalties non-payées. Bref c'est avec une grande joie que Dave annonce la reformation du groupe en 2004, mais est-ce pour une raison commerciale ou musicale ? The System Has Failed, album ô combien réussi, nous démontre que le rouquin a encore de l'inspiration pour nous. 2007, Megadeth nous offre le successeur de l'album précédent. Alors ? Megadeth arrive encore à nous pondre des morceaux toujours aussi sublime? Et bien, oui et non... Premièrement ,pochette toujours aussi belle où l'on peut constater notre mascotte favorite, cette fois-ci plus humaine, un ange se plaçant à ses cotés près des bâtiments des Nations-Unies en feu. Tiens, peut-être un clin d'œil à l'album Peace Sell... But Who's Buying où figure VIC devant les ruines des bureaux de l'O.N.U ? Mais cela sera le seul point en commun. Oui car il faut déjà vous prévenir, Dave Mustaine, qui au début privilégiait l'instrumental dans ses chansons, chante maintenant énormément sur cet album avec une voix beaucoup plus grave qu'à ses débuts.

Mettons la galette dans le lecteur, et le premier morceau se fait entendre. L'album commence avec cette intro à la guitare clean ayant ce petit effet de chorus bien agréable, laissant la basse diriger la mélodie, jusqu'à ce que ce riff lourd, pesant, vienne écraser l'intro pour nous laisser ensuite cette guitare, mélange de heavy/thrash, suivre les paroles. Et oui comme je l'ai dit au-dessus, Dave chante beaucoup plus qu'à l'accoutumée mais je trouve que sa voix est plus belle qu'à ses début, mais ce choix est complètement subjectif. Quand aux soli, et bien ils sont une fois de plus parfaitement bien réalisés.

Gears of War, oui comme le jeu, possède aussi cette intro magnifique inspirée du génial Sweating Bullets, mais qui contrairement à ce dernier se révélera bien moins original. Le nouveau morceau s’ouvre sur un riff de guitare accompagné par la voix de Dave mais qui n’apporte rien de nouveau, le riff aurait pu être mieux exploité, ce morceau servant juste de bouche-trou. C’est malheureusement la grande faiblesse de cet album qui, bien qu’il contienne de belles perles, font baisser la note. Des morceaux n'ayant juste pour emploi que de remplir un album et ne présentant rien d'original, comme You’re Dead, Never Walk to Arms… A Call to Arms, Amerikhastan et Burnt Ice. Mais malgré ces morceaux passables n'ayant que pour réelle utilité que de remplir un album, Dave Mustaine nous pond toujours des morceaux exceptionnels tels que Washington Is Next dont l’intro m'évoque de loin celle de Wasted Years mais étant tout aussi bien réussie. Plus heavy, plus mélodique, ce morceau est magnifiquement bien composé et nous démontre encore une fois tout le talent des guitaristes présent avec ce solo incroyable.

Le morceau éponyme possède cette ambiance malsaine que nous avait fait découvrir Megadeth avec ses premiers albums. Cette voix semblant sortir de la radio, où l’on entend « nous avons besoin d’un nouvel ordre mondial » récité en plusieurs langues, grandiose, merveilleux, fantastique, Megadeth nous sort le plus beau morceau de l'album. Mais la véritable erreur est cette reprise ... A Tout le Monde (Seat Me Free). Mais pourquoi seigneur Megadave !? Pourquoi avez vous fait cela !? La version de Youthanasia était magnifique, génialissime, remplie de sentiments, … et c’est parce qu’une personne a commis une fusillade dans une école (triste événement) et qu’il avait écouté A Tout le Monde juste avant qu’il ne passe à l’acte qu’il fallait la dépoussiérer pour montrer aux gens que les paroles ne reflétait en rien l’acte du criminel !? Parce que cette version se détache surtout de l’original par ce chant accompagnant mal les instruments et la voix de Christina Scabbia n’apportant rien à la chanson. Bref ce morceau est le gros point noir de l’album. Après lecture de l’album, force est de constater que Mustaine nous sort un album ayant des bons morceaux mais le tout inégal, la faute à des morceaux servant uniquement à compléter l’album. Mais ce qui n’empêchera pas Megadeth de sortir ensuite le génialissime Endgame.

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
megalex1986 - 16 Avril 2011: Oui, c'est vrai que Endgame ratrappe le coach. Car faire un album thrash pour revenir à ses origines, c'est bien, mais faudrait qu'il soit bien réussis. Surtout que pour Megadeth, on a le droit de s'attendre à autre chose de leur part.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Megadeth


Autres albums populaires en Heavy Thrash