Emperor of Sand

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Mastodon
Nom de l'album Emperor of Sand
Type Album
Date de parution 31 Mars 2017
Style MusicalMetal Progressif
Membres possèdant cet album57

Tracklist

1. Sultan's Curse 04:09
2. Show Yourself 03:02
3. Precious Stones 03:46
4. Steambreather 05:03
5. Roots Remain 06:28
6. Word to the Wise 04:00
7. Ancient Kingdom 04:54
8. Clandestiny 04:28
9. Andromeda 04:05
10. Scorpion Breath 03:19
11. Jaguar God 07:56
Total playing time 51:10

Acheter cet album

Mastodon


Chronique @ Pingu

17 Août 2017

Emperor Of Sand nous permet de retrouver un Mastodon en grande forme et toujours aussi efficace.

Mastodon fait partie de ces groupes qui m’énervent, m’horripilent, m’asticotent, me tarabustent. Pourquoi ? Parce que le chroniqueur frustré que je suis, trouve cela indécent qu’après près de 15 ans de Sludge Prog Metal (pour la faire courte), les Américains n’aient pas encore commis de véritable faux-pas. Certes, on aime ou on n’aime pas, leurs différentes sorties ne sont peut-être pas toutes égales, ou du moins tout le monde ne les percevra pas de la même manière, mais tout de même... Il va donc sans dire que j’attendais Mastodon au tournant avec cet Emperor Of Sand. Enfin l’occasion rêvée pour moi, palmipède acariâtre, de lâcher mon poison sur le groupe ! Cependant, c’était sans compter le théorème des covers d’album moches nous disant que : toute œuvre possédant un artwork au goût passable voire douteux, relève soit du génie, soit de la casserole. (Ne me flagellez donc pas dans les commentaires, s’il vous plait !) Verdict ?

Depuis la sortie de The Hunter (voire Crack The Skye si on est gentils), on peut dire que la formule magique de Mastodon est bien rodée : des riffs aux sonorités Stoner/Heavy avec une touche de psychédélisme pour le fun, des couplets/refrains entrainants, parfois imparables, un trio de voix qui apporte un peu de fraîcheur (bon, on entend plus souvent la voix rauque et éraillée de Sanders et celle nasillarde de Dailor dans le présent objet), un batteur aux 5 bras plutôt porté sur ses toms et des solos de gratte très psychés également. Cette recette du tube Mastodonien est appliquée à la lettre sur les 3 premiers titres de cet Emperor Of Sand, donc pas de grosse surprise jusque-là. On change un peu de tempo avec Steambreather, plus lent et plus écrasant, un riff d’intro qui pète la classe pour un titre qui tiendra un peu plus la longueur et un passage très Stoner/Sludgy qui fait du bien par là où ça passe, mais toujours dans un esprit assez fidèle à ce que le groupe avait l’habitude de pondre sur The Hunter ou bien Once More ‘Round The Sun.

Bon, je vais pas vous faire un dessin (quoique, peut-être que j’aurais plus de succès en faisant ça ?), ni faire du titre par titre (même moi ça m’endort quand je l’écris, alors j’imagine même pas quand c’est quelqu’un qui le lit), nous sommes en terrain conquis sur une bonne moitié de l’album où Mastodon ne se renouvelle pas concrètement (peut-on l’en blâmer ?) mais nous sert des titres super efficaces (refrains accrocheurs, riff Prog’n’Roll, arpèges « maisons » sur Scorpion Breath) et ce, pour toute la famille. Ainsi, dès les premières écoutes, nous ne serons pas perdus et en ce sens l’album est assez accessible et presque « easy-listening » (même ma grand-mère a dodeliné de la tête quand j’ai mis la galette dans la voiture la dernière fois). Quand certains morceaux s’annoncent un peu faiblards avec des refrains qui ne convainquent pas forcément, Mastodon met tout le monde d’accord avec un petit solo des familles (Word to The Wise, ou le solo psyché et destructeur d’Ancient Kingdom), un lead sorti de nulle part ou bien un riff bien taillé.

Et je vous entends crier au scandale : « où est le génie annoncé par le théorème des pochettes moches ?! » ou encore « je viens de me taper 3 paragraphes de cette merde pour qu’on me dise qu’au final c’est bien mais sans nouveautés ?! »

Calmez-vous, c’est pas encore fini.

Laissez-donc résonner Roots Remain dans vos misérables esgourdes, admirez la majestuosité (mot compte triple au Scrabble) de Jaguar God et craignez la fureur (graou) d’Andromeda et de Scorpion Breath ! Sur ces deux derniers titres, l’ami Troy Sanders s’énerve et pousse une gueulante comme au bon vieux temps (coucou Leviathan et Blood Mountain), la bête se débat. Mastodon en a encore sous le pied et tient à nous montrer qu’il n’est pas encore sénile ou en total mode pilotage automatique.

Avec deux morceaux de longueur appréciable (6min30 du côté de Roots et presque 8 minutes pour Jaguar God), le groupe nous prouve qu’il n’a rien perdu de son talent pour créer des titres aux ambiances plus posées et prennent le temps d’asseoir leur propos. Roots Remain permet, en milieu d’album, d’apporter un souffle nouveau avec une partie presque atmosphérique précédant le solo final et une outro au piano. De même, Jaguar God, pièce maîtresse de l’œuvre, nous ramène aux années « Crack The Skye » : une intro toute en douceur typée « ballade », un couplet quasi-céleste avant de nous asséner le coup du Mastodon derrière la nuque, gros riffs tous azimuts sur fond psyché. Le tempo s’accélère en fin de morceau avant de s’achever sur un solo encore une fois réussi et prenant, surement un des titres du groupe véhiculant le plus d’émotions et résumant la musique du monstre en huit minutes.

Emperor Of Sand se veut accessible et ratisse large. Emperor Of Sand ne révolutionne pas le son du groupe mais se veut l’aboutissement (le condensé ?) de 15 ans de carrière (voire plus si on compte les démos, mais on va pas chipoter). Emperor Of Sand nous permet de retrouver un Mastodon en grande forme, toujours aussi efficace et ce dès les premières écoutes.

Alors voilà, me voilà une fois encore frustré de n’avoir pu déverser ma haine sur le groupe car il sera difficile de lui faire quelques reproches sur ce dernier né. Autant vous dire que j’attends le prochain avec impatience, la suite de l’histoire est prometteuse.


4 Commentaires

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Chacal - 18 Août 2017: Merci pour la chronique. Je ne suis pas tout à fait d'ac avec toi, je trouve justement que de tous les albums c'est celui qui est le plus en pilotage automatique. Je n'y trouve aucune surprise et quasiment aucune évolution. Néanmoins, ils ont le don d'écrire des titres toujours plaisants, donc ça passe bien, mais c'est la première fois où je trouve que le groupe se répète vraiment. Mais bon, les membres du groupes étant très occupés sur d'autres projets, Dailor a composé la plupart des titres : espérons plus de mixité sur le prochain !
 
David_Bordg - 18 Août 2017: Au contraire de CHACAL, je te rejoins sur cet album, superbe de bout en bout que j'ai moi aussi chronique il y a quelque temps déjà pour heavy sound, d'ailleurs le GONE IS GONE est lui aussi fantastique et ma note pour ce dernier étant encore plus haute.
Pingu - 18 Août 2017: @Chacal : Effectivement, il n'y a pas vraiment d'évolution, le groupe reprend tout ce qu'il a fait auparavant et en a servi un condensé mais qui est plutôt bien foutu : plaisant dès la première écoute et avec assez de profondeur pour qu'on y revienne sans trop se lasser. Quant au pilote automatique, je faisais plutôt référence au fait qu'ils auraient pu se contenter de nous filer une quinzaine de titres entre 3 et 4 minutes format "radio" et basta. Sinon, merci pour les infos et comme je l'ai dit, j'attends de voir la suite : s'ils nous resservent la même sauce ça risque de moins le faire, j'espère des prises de risques sur le prochain !

@David_Bordg : Je ne connais pas, j'irai checker ça ! Merci !
Abigael - 22 Août 2017: Après Crack The Skye, j'ai décroché. J'ai trouvé beaucoup de facilité dans leur musique, moins technique et surtout moins surprenante à mon goût. Je pense que cet album ne m'apportera donc rien de plus mais j'y jetterai tout de même une oreille. Merci pour la chronique.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Mastodon


Autres albums populaires en Metal Progressif