Final Holocaust

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Massacra
Nom de l'album Final Holocaust
Type Album
Date de parution Fevrier 1990
Produit par Pösselt Ulrich
Enregistré à RA.SH Studio
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album218

Tracklist

Re-Issue in 2014 by Century Media
1. Apocalyptic Warriors 05:24
2. Researchers of Tortures 04:01
3. Sentenced for Life 05:12
4. War of Attrition 04:46
5. Trained to Kill 05:33
6. Nearer to Death 05:39
7. Final 03:24
8. Eternel Hate 05:46
9. The Day of Massacra 04:13
10. Beyond the Prophecy 03:21
Bonustracks (Re-Issue 2014)
11. Researchers of Tortures (Live in France 1990) 04:53
12. War of Attrition (Live in France 1990) 04:59
13. Sentenced for Life (Live in France 1990) 05:12
14. Final Holocaust (Live in France 1990) 06:05
15. Eternal Hate (Live in France 1990) 03:50
16. The Day of Massacra (Live in France 1990) 06:20
Total playing time 47:16

Chronique @ Fabien

06 Juillet 2007
Formé en 1986, Massacra pratique un deathrash à ses début, réalisant plusieurs démos prometteuses qui attisent inévitablement la curiosité des labels. Privilégiant une structure moyenne par rapport aux géants comme Roadrunner, qui mettent très vite les groupes sur la touche, les parisiens concluent alors avec Shark Records, écurie possédant notamment à cette époque les deux premiers Sepultura (licence Congumelo) et venant de signer les jeunes deathsters hollandais de Thanatos.

Enregistré en octobre 89, Final Holocaust sort en février de l’année suivante, reprenant entre autre tous les titres de la fameuse démo Nearer from Death. A l’instar du premier Loudblast (ou des premiers Pestilence & Thanatos), le deathmetal de Massacra, même s’il est particulièrement brutal, possède un côté encore thrashisant, principalement dû à leur ingénieur du son Uli Posselt, qui ne possède pas une culture extrême suffisante pour leur permettre d’obtenir la lourdeur recherchée, notamment dans la batterie de Chris Palengat au son assez plat.

Malgré tout, Massacra obtient un son de guitares très tranchant, appuyé par la voix très agressive de Pascal (ou de Fred sur deux morceaux), conférant beaucoup de violence aux compositions. Ces dernières sont remarquables pour un premier album, techniques et structurées, solides rythmiquement, et renfermant des solis particulièrement agressifs.

Tout au long des 47 minutes de l’album (version CD avec les très bon bonus Trained to Kill et Beyond the Prophecy), Massacra fait preuve d’une grande inventivité pour casser la linéarité engendrée par ce déferlement de violence, en proposant des intros lourdes (Final Holocaust), des refrains accrocheurs (Researchers Of Torture) ou des breaks écrasants (Sentenced For Life), rendant l’opus vraiment ultime.

Véritable concentré de haine, Final Holocaust impose Massacra comme le leader de la scène deathmetal française de l’époque, aux côtés de son confrère Loudblast. De plus, le contrat avec Shark Records, correctement distribué au niveau international, permet au groupe de s’exporter, notamment sur le territoire germanique où il rencontre un succès notoire. Aujourd’hui encore, Final Holocaust est considéré comme un classique de la période deathmetal de Massacra, aux côté des deux réalisations suivantes du groupe.

Fabien.

8 Commentaires

10 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

albundy57 - 25 Septembre 2009: Ce "Final holocaust" est une pure merveille tout comme ses deux successeurs ! MASSACRA prouve que la France n'était pas en reste en terme de groupes géniaux,à cette époque "bénie" du death metal...
Bark_at_The_Moon - 20 Novembre 2012: Au fait, quelqu'un sait-il de quel compositeur est la musique classique en introduction du premier titre de l'album, "Apocalyptic Warriors" ? Je cherche cette information depuis longtemps... Merci d'avance.
Fabien - 21 Novembre 2012: Il s'agit de "Gloire immortelle de nos aïeux", du choeur des soldats dans l'acte IV de "Faust", le célèbre opéra de Charles Gounod. Les soldats y chantent ce choeur martial populaire.
Pour information, dans l'acte III, Marguerite chante le fameux air des bijoux (Ah! je ris de me voir si belle en ce miroir), dont Hergé s'était emparé pour le personnage de la Castafiore dans ses bandes dessinées de Tintin. Fabien.
Bark_at_The_Moon - 21 Novembre 2012: Merci Fabien ! C'était mentionné nulle part sur la pochette du cd. Grâce à toi je sais désormais. Super !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Massacra


Autres albums populaires en Death Metal