Menace to Society

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Lizzy Borden
Nom de l'album Menace to Society
Type Album
Date de parution Septembre 1986
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album91

Tracklist

Re-Issue in 2002 by Metal Blade Records with 4 bonustracks
1. Generation Aliens 04:30
2. Notorious 04:14
3. Terror on the Town 05:23
4. Bloody Mary 04:40
5. Stiletto (Voice of Command) 03:32
6. Ultra Violence 04:09
7. Love Kills 05:23
8. Brass Tactics 03:27
9. Ursa Minor 04:00
10. Menace to Society 04:08
Bonustracks (Re-Issue 2002)
11. Taking Over the World (Demo)
12. White Rabbit (Jefferson Airplane Cover) (Demo)
13. Stiletto (Voice of Command) (Demo)
14. Betrayer (Demo)
Total playing time 43:26

Chronique @ samolice

19 Avril 2012

Le coup de hache le plus tranchant du groupe

Lizzie Borden took an axe
And gave her mother forty whacks.
And when she saw what she had done
She gave her father forty-one.

(Lizzie Borden prit une hache,
Et frappa 40 fois sa mère.
Quand elle réalisa l'horreur de son geste
Elle frappa 41 fois son père.)


Lizzie Borden ? Une star. Les métalleux l'adorent. Flotsam and Jetsam ("She took an axe"), Alice Cooper ("Inmates, we're all crazy") ou Macabre ("Lizzy Borden") lui ont rendu "hommage" dans leurs chansons. Rob Zombie l'a même immortalisé sur le manège sanglant du Captain Spaulding dans son film « La Maison des 1 000 morts ».

Lizzie Andrew Borden (1860-1927), vieille fille sans histoire (jusqu'alors) fut accusée du double meurtre, à la hache, c'est tellement plus romantique, de son père et de sa belle-mère, le 4 août 1892 à Fall River, dans le Massachusetts. La couverture médiatique du procès, qui vit Lizzie être acquittée, fit entrer ce fait divers dans la culture populaire américaine.

Perso, niveau comptine, mes enfants préfèrent à coup - de hache - sur notre bon vieux tube "Une souris verte" - un titre pourtant lui aussi bien gore, qu'est-ce qu'il prend l'animal -. Bref, voilà donc le pourquoi du patronyme de ce groupe originaire de Los Angeles et formé par les frères Lizzy Borden (chant) et Joey Scott Harges (batteur) en 1983. Le chanteur aimait la sonorité de ce nom et prit le même ainsi que la hache qui allait devenir le célèbre gimmick du groupe sur scène et amorcer l'ambition théâtrale des frangins pour des concerts sanguinolents, fortement influencés par Kiss et Alice Cooper.

Cette même année 1983, le sampler « Metal Massacre 4 » présente le premier titre enregistré par le groupe, "Rod of Iron". Un contrat en poche chez Metal Blade, l'EP « Give 'Em the Axe » est enregistré. S'ensuit le premier excellent full-length “Love You to Pieces” (1985). Quelques mois plus tard, le groupe propose un double live - voilà qui est pour le moins ambitieux après seulement un album - « The Murderess Metal Road Show » (1986), que les magazines français accueillent fraîchement, l'influence envahissante de Maiden les ayant refroidi. Pourtant, ma vieille VHS ne se remet toujours pas de ce concert qui a vu le groupe reprendre le "Live and Let Die" des Wings bien avant un certain Guns 'n Roses.

Lizzy Borden, souhaitant battre le fer tant qu'il est chaud - dédicace à Largod -, enregistre dans la foulée « Menace to Society » (1986). Le combo met le paquet sur le visuel de l'album en proposant une pochette magnifique.

???!!!???!!!! (traduction : étonnement, colère, stupéfaction, indignation).

Non je blague.

La pochette, plus-ringarde-c'est-Valérie-Damido-qui-refait-la-déco-de-ton-appart, m'avait un peu refroidi au départ. Même au second degré, ça passe pas vraiment. Sérieusement, matez donc Lizzy, debout sur un char, avec une espèce de coquille triple XL ridicule! Et je ne vous parle même pas du dessin qui orne la pochette intérieure, pathétique... Elle se veut pourtant représentative du thème général autour duquel s'organise l'album : la rébellion. Nous en avons déjà parlé, never judge a book by its cover. Tout juste, car l'album est excellent.
L'opus est dans l'ensemble plus heavy que le précédent. Le terme n'existait pas à l'époque mais nous nous trouvons ici dans des zones de turbulences proches du power métal. Souvent construites selon une recette similaire, basse (Michael Davis) ou plus souvent batterie en intro, une guitare puis l'autre et enfin le chant de Lizzy qui déchire le tout ("Generation Aliens", "Brass Tactics", "Love Kills"), les chansons font immédiatement taper du pied. "Notorious" ou "Terror on the Town" sont d'autres exemples de ces titres straight-forward (ou droit au but pour les amateurs de ballon rond) qui donnent envie de hurler les bras en l'air en faisant le célèbre signe de ralliement cher à R.J. Dio.
La voix haut perchée de Lizzy, qui compte pour beaucoup dans la personnalité du groupe, ne plaira certainement pas à tout le monde. Années 80 obligent, les aigus sont souvent de sortis ("Notorious" et son refrain puissant gonflés aux sons des "Hail Caesar")

Lizzy Borden, le groupe, évoque parfois Queensryche, notamment sur les power ballades ("Ursa Minor", "Bloody Mary", qui dénonce la violence conjugale et ou Lizzy utilise un chant moins crié et plus émotionnel). Autre influence évidente, les guitares Maiden-like sont toujours présentes (la fin de "Stiletto", "Ultra Violence", titre inspiré de l'oeuvre de Kubrick "Orange Mécanique") et l'ombre de Steve Harris plane également à la basse ("Notorious"). Pour autant, Alex Nelson, qui enregistrait là son premier disque avec le groupe, et qui est décédé le 17 mai 2007 dans un accident de voiture, et Gene Allen tissent des toiles de guitares intelligentes ("Stiletto" et son break surprenant qui annonce un très bon solo suivie d'une basse guillerette, l'intro de "Menace to Society").

L'album se termine sur une voix trafiquée qui annonce un test du EBS ("Emergency Broadcast System"), célèbre message d'alerte aux populations dont l'action est de prévenir d'un danger imminent. Attention à ce qu'en 2012, compte tenue de la période trouble que nous connaissons, il ne s'agisse pas d'une véritable alerte.

Le son de l'opus, signé Jim Faraci et le groupe, est daté - je ne connais pas le remaster de 2002 - et le mix, plutôt mal équilibré entre les instruments, manque de relief/tranchant. Lizzy a révélé dans une interview qu'il y avait trop de chefs en cuisine au moment de l'enregistrement - tous les membres du groupes - avec des points de vue trop discordants. Au final, un album à conseiller en priorité aux fans de métal des années 80, les amateurs des sonorités et productions actuelles risquant de ne guère y trouver leur compte.

Et dire qu'il est possible que le tueur à la hache rôde toujours (quoi qu'il ne doit plus être tout jeune). Au cas où, méfiez-vous lors du passage du groupe cette année au Hellfest...

24 Commentaires

10 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

samolice - 11 Avril 2013: Pouce rouge Zaz pour la réf à la nunuche brune.
Pour la voix de Lizzy et ses lignes mélodiques, je comprends ce que tu ressens. C'est aussi pour d'autres ce qui fait en partie le charme de l'album. Je suis plutôt de ceux là.
Et puisque tu évoques "Visual Lies", je trouve la prod' encore béton aujourd'hui. Ce disque plus "formaté" aurait dû pêter la baraque à l'époque.
MetalHeadbanger - 22 Avril 2013: A Largod : J'en ai fait partie des gars qui ont pu recevoir du sang sur la tronche au Hellfest, c'était juste énorme. Par contre j'ai eu les mains collantes et couvertes d'hémoglobine pendant tout le reste de la journée... mais ça reste un super souvenir !
OVERKILL77 - 31 Août 2013: J'avais même pas calculé ta chronique Sam...

J'ai vu ce skeud et j'me suis dis: Lizzy Borden... Lizzy Borden c'est méchant ça ! Et effectivement c'est bien méchant...
Je dois quand même approfondir le truc, je n'en suis qu'à 2 écoutes à l'heure oú j'écris ces lignes...

Je te donnerai mon ressenti dans quelques temps...
MCGRE - 14 Août 2017: album un peu bancal
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Lizzy Borden


Autres albums populaires en Heavy Metal