PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Power Mélodique Labyrinth (ITA) Sons of Thunder
CD, date de parution : 2000 - Metal Blade Records
Style: Power Mélodique

NOTE SOM : 13/20
Toutes les notes : 14/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Chapter 1
2. Kathryn
3. Sons of Thunder
4. Elegy
5. Behind the Mask
6. Touch the Rainbow
7. Rage of the King
8. Save Me
9. Love
10. I Feel You
Bonustracks
11. Miles Away
12. Ti Sento

modifier l'album  imprimer cet article
57 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
 €6,65
11 avis 2 14/20
Chronique
10 / 20
    dark_omens, Mercredi 26 Juin 2013 parlez-en à vos amis  
Ce disque qui aurait dû être une consécration pour Labyrinth est raté

Ce sont les égarements de l’homme qui nous enseignent les plus belles leçons. Ce sont des erreurs que naissent souvent les plus belles choses. Ce sont des échecs les plus conséquents et les plus cuisant que l’humanité s’est instruite et a grandis. Mais que pouvons nous apprendre de nos plus admirables œuvres ? Que pouvons-nous apprendre des dons des autres ? Si ce n’est nous émerveiller lorsqu’ils tiennent du génie. Mais le talent n’est rien d’autre qu'un cruelle compagnon lorsqu’il est incapable de vous conduire, à nouveau, vers ces états de grâce si étonnants.

Après un remarquable Return to Heaven Denied, fruit magnifiquement gouteux, cadeau des dieux que seul un certains nombres d’entre-nous surent récolter ; inutile de dire que nous attendions fébrilement la cueillette suivante. Nous regardions pousser et grandir l’agrume sur l’arbre, espérant patiemment qu’il devienne, lui aussi, une pomme d’or tant convoitée. L’inquiétude finit par nous gagner. Raconter ce « Sons of Thunder » en dehors de son contexte, omettant de dire quel quasi désastre il faillit devenir, négligeant de parler de la difficile difficulté que dut traverser Labyrinth pour qu’il finisse de murir ; serait falsifier la réalité. Alors que l’album est enregistré, le groupe découvre que le mixage en est atroce, le son effroyable, la production épouvantable. Tellement indigne que la sortie est repoussée. Le fruit n’est pas d’or, mais jaunâtre. Il n’est pas juteux mais saumâtre. Il promet d’être au mieux aigre, au pire complètement pourris.

Après deux longues années d’expectatives, de déboires et de misères, Return to Heaven Denied connais enfin son successeur.

Si le contenu reste presque inchangé, évoluant toujours dans un Heavy Speed Metal à tendance Progressive et Mélodique, le contenant quand à lui, a beaucoup évolué mais malheureusement pas dans le bon sens. Le son de ce disque, loin d’être véritablement catastrophique, handicape lourdement la richesse et la finesse de la musique de Labyrinth. De telle sorte que le groupe se noie inlassablement dans une mixture au mieux complexe, au pire brouillonne. C’est d’autant plus flagrant pour les parties de Matt Stancioiu, définitivement intégré dans le groupe en lieu et place de Frank Andiver, dont les cymbales envahissent de manière trop imposante le peu d’espace qui lui est impartie, dont les toms nous obligent à tendre l’oreille dans un effort surhumain afin d’en entendre un minimum, dont les grosses-caisses distillent une sorte de sons caverneux qui devient difficile à distinguer dès que le musicien tente d’y marteler des double-croches.si essentielles dans les parties rapides lorsqu’on joue du Speed Metal, même progressif (Sons of Thunder, Elegy…).

Un désastre aussi vrai pour les claviers qu’on devine bien plus qu’on entend réellement. Au cœur des morceaux ils sont prodigués avec autant de parcimonie qu’un bout de pain en temps de guerre. Et en réalité, là ou Return to Heaven Denied nous offrait un son clair et net, donnant un sens au mot précision ; Sons of Thunder n’en est que l’ombre. Une ombre décharné, absente, fantomatique. Et au profit de quoi ? D’une basse mise très en avant, de guitares aux riffs quelques peu fatigués mais omniprésentes, et d’un chanteur qui est le seul à tenter de sauver un navire à la coque brisée qui tangue dangereusement.

Détaillé les morceaux devient évidement un projet inutile. Cette production les rends ternes et sans âmes, imprécis et confus, vides et insipides, inconsistants et fades …Mais est-il vraiment nécessaire d’en rajouter ? Seul Love, ballade où la voix de Rob Tyrant, soutenue simplement par un piano, arrive enfin, à nous faire ressentir autre chose que le froid glacial qui nous avait étreins jusqu’alors. Mais le répit est de courte durée et avant de nous égarer définitivement, nous abandonnant dans les méandres de notre désespérance Labyrinth nous achève avec un I Feel You reprise sans grand intérêt, puisque possédant les mêmes défauts que le reste, d’un groupe de Pop italienne, Matia Bazar.

Ce disque qui aurait dû être une consécration pour Labyrinth est raté, et sonnera, sans aucun doute possible, le tocsin d’une lente agonie. Le groupe mettra quelques décennies avant de se relever de cette chute.




0 Commentaire
Commentaire
13 / 20
    Supreme, Jeudi 14 Mai 2009 parlez-en à vos amis  
J’ai vaguement entendu parler de Labyrinth comme étant un rival des italiens de Rhapsody. Je me dis que rivaliser avec Rhapsody, ça ne peut être que bon. Et un achat kamikaze de plus, un ! ! !
Première écoute, je commence à me poser des questions genre « quand est-ce que l’on mange » et « si on pouvait manger sept repas par jour sans vomir »... Après manger, je me dis que je devrais le réécouter. La faim m’a peut-être empêché d’appréciér le cd. J’appuie de nouveau sur « play » et en avant la musique!! Le constat a changé. Cela n’est pas au niveau de Rhapsody certes, mais ce groupe a ses thèmes bien à lui, contrairement à ceux qui copient Rhapsody et leurs dragons en tout genre. Là, Labyrinth nous assure une vraie originalité avec comme thème les royautés européennes du XVIIème et du XVIIIè siècle.
Revenons au cd… Produit par Neil Kernon, l’album manque cruellement de clarté et de puissance, ne mettant pas en valeur les rythmes fous présents ici et c’est le principal défaut de cette troisième galette, qui demande plusieurs écoutes pour l’apprécier. La voix de Rob Tyrant colle bien avec les mélodies, surtout sur la neuvième piste « Love » ou l’on entend au mieux sa voix. L’album se termine par une reprise, nommée « I Feel You », d’un groupe que je ne connais pas (si vous le connaissez, faites moi signe ;-). Au finish, ce n’est pas le Pérou mais il faut l’écouter plusieurs fois pour pouvoir l’apprécier. Il se révèle être finalement un bon album de heavy metal, qui passe bien après avoir manger...




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Just metal.’ Contact - Liens
Follow us :