Enemy of God

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Kreator
Nom de l'album Enemy of God
Type Album
Date de parution 10 Janvier 2005
Labels Steamhammer
Produit par Sneap Andy
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album597

Tracklist

Re-Issue in 2006 by Steamhammer with 1 DVD included.
DISC
1. Enemy of God 05:44
2. Impossible Brutality 04:31
3. Suicide Terrorist 03:29
4. World Anarchy 03:55
5. Dystopia 03:41
6. Voices of the Dead 04:33
7. Murder Fantasies 04:50
8. When Death Takes Its Dominion 05:39
9. One Evil Comes (a Million Follow) 03:20
10. Dying Race Apocalypse 04:41
11. Under a Total Blackened Sky 04:29
12. The Ancient Plague 06:58
BONUS DVD (ORIGINAL EDITION)
1. Impossible Brutality (Clip)
2. Making of "Impossible Brutality"
3. Making of "Enemy of God"
4. Violent Revolution (Live)
5. Phobia (Live)
BONUS DVD (DIGIPACK RELEASE 2006)
Recorded live at Wacken Open Air, Germany, 2005.
1. Intro / Choir of the Damned
2. Enemy of God
3. Impossible Brutality
4. Pleasure to Kill
5. Phobia
6. Violent Revolution
7. Suicide Terrorist
8. Extreme Agression
9. People of the Lie
10. Voices of the Dead
11. Terrible Certanity
12. Betrayer
13. Flag of Hate
14. Tormentor
Recorded live at the Rockpalast
15. Reconquering the Throne
16. Renewal
17. Servant in Heaven - King in Hell
Videoclips
18. Enemy of God (Extended Terror Version)
19. Making of "Enemy of God"
20. Dystopia (Animated)
21. Impossible Brutality
22. Dying Race Apocalypse (Kreator Clip Contest Winner)
Total playing time 55:50

Chronique @ eulmatt

03 Septembre 2010

un thrash moderne, puissant et racé, qui ne fait surtout pas dans la nostalgie larmoyante

20 ans après ses débuts, en plein renouveau du thrash metal, la légitimité de Kreator reste intacte. Non seulement par l'intemporalité de ses missiles imparables lâchés au cœur des années 80, quand le thrash teuton offrait un répondant musclé aux américains, mais également, malgré quelques grincements de dents chez les plus orthodoxes, par une gestion courageuse et pleine d’audace de ces fameuses années 90 si délicates. Et si de nos jours, il est devenu plus tendance de louer l’intégrité indécrottable d’un Sodom – alors qu’il n’y a pas si longtemps on raillait quasi systématiquement son manque d’audace et son surplace musical – Mille Petrozza s’est au moins affranchi des critiques liées à l’absence de prise de risques. Certes, ses élans industriels ou gothiques, bien que loin d’être dénués d’intérêt, ont relégué Kreator plus ou moins au second plan, mais ce courage artistique lui a permis a minima de gagner un certain respect des metalheads bien au delà du noyau dur des thrashers. Et ces derniers ne lui ont pas tenu rigueur bien longtemps de la période Outcast / Endorama, dès lors que Violent Revolution (2001) annonçait un sérieux retour aux fondamentaux.

Dès lors, Enemy of God est annoncé comme l’album qui doit conforter Kreator comme le maître absolu du vieux continent en terme de thrash metal.
Artwork savamment choisi, thématiques strictement dans le ton, quitte à frôler la caricature, et surtout quelques morceaux phares absolument destructeurs en guise de préparation d’artillerie lourde...

Le titre éponyme, qui introduit l’album, a en effet ce qu’il faut pour faire frémir les plus nostalgiques: premier riff nerveux qui déboule d’entrée. Son moderne, puissant, profond. Première salve de batterie de Ventor (devenu métronome après des années de pratique…), qui canalise la puissance de feu des gratteux. Le panzer est lancé pleins fers, Mille est très énervé. Arrivée du refrain. En-emy-of-God ! Allons donc, voilà donc qu’il nous ressort un refrain qui tue comme au bon vieux temps. Les minutes passent à une vitesse folle. On ne met pas longtemps à comprendre qu’on est en face d’un thrash de très haut calibre. Surtout quand arrive ce passage central, à rythme plus posé, amenant un solo superbe de finesse et d’harmonie, le genre de petit truc grisant à apprécier en esthète, avant une ré-accélération brutale digne de ce nom. En termes d’efficacité, Kreator n’a sans doute jamais fait aussi bien depuis les années 80.

Le second single qui enchaîne, Impossible Brutality, présente une facette plus posée, plus lourde mais toujours aussi puissante. Autour d’un riff central massif, le morceau est savamment construit: passage central rapide et nerveux, break plein de lyrisme, là encore le résultat est redoutable.
L’album s’enchaîne avec fluidité dans une veine assez similaire, un gros thrash au son très puissant, à l’assise imposante (la double est quasiment perpétuelle), oscillant entre passages mid-tempo (Suicide Terrorist,…) et plus véloces, comme sur World Anarchy avec ses étonnants couplets franchement Slayeriens.
Il est de bon ton de préciser toutefois que ce Kreator version 2005 n’a plus grand chose à voir avec celui de Pleasure to Kill. Plus moderne, plus carré, moins échevelé, il prend surtout une tournure plus mélodique. On le ressent dès ces premiers morceaux au travers du lyrisme très NWOBHM du jeu de Sami Yli-Sirniö, mais cette empreinte devient de plus en plus présente au fil des morceaux. A partir de Dystopsia, le disque semble franchement basculer vers ce parti pris mélodique, à tel point que l’atmosphère se rapproche foncièrement d’un thrash/death mélo à la Arch Enemy sans qu’on y prenne garde. Ce basculement net, bien camouflé par un début d’album trompeur, ne vient pas pour autant entamer la qualité musicale. Tout au plus il fera fuir ceux qui voient encore en Kreator les jeunes thrashers à cartouchières défendant un metal guerrier et ultime. Mais pour ceux qui acceptent l’idée que le thrash peut aussi évoluer au delà des fondamentaux dogmatiques des années 80, bref qu’il peut légitimement se moderniser, et qui ne sont pas rebutés par l’aspect mélodique, ce que propose Kreator a de quoi séduire. Certes, parfois les Allemands en font un peu trop (le riffing mélodique un peu cul-cul de Voices of the Dead, ou le kitsch absolu du refrain de Murder Fantaisies), ce qui aurait d’ailleurs pu être facilement évité, tant l’album est dense (12 morceaux pour plus de 55 minutes...). En outre, on pourra aussi faire la fine bouche sur l’inspiration parfois limite du riffing (le réemploi de quelques recettes éprouvées ne gêne pas Kreator), ce qui laisse à penser que ce retour à un thrash musclé et moderne n’est pas forcément signé du sceau de la spontanéité...

On doit néanmoins souligner le travail minutieux de construction des morceaux. Alternant avec beaucoup de maîtrise couplets puissants, accélérations bien senties, breaks mélodiques soignés, le tout solidement ancré par une rythmique musclée et un chant à l’agressivité constante, Kreator évite toute longueur, tout temps mort et parvient à rester efficace tout au long de l’album (ce qui n’est pas une gageure sur une telle durée), ponctuant d’ailleurs par un Ancient Plague se voulant la synthèse parfaite de cette alliance de puissance et de mélodie qui fait la force du disque. Bref, malgré les quelques réserves que l’on peut émettre sur le compte d’Enemy of God, malgré l’absence de morceaux vraiment mémorables au-delà des deux premiers cités, il faut reconnaître que la teneur du disque reste franchement séduisante, et permet sans discussion à Kreator de rester une référence incontestée du thrash européen. Et là, pour éviter tout quiproquo, je parle bien d’un thrash moderne, puissant et racé, qui ne fait surtout pas dans la nostalgie larmoyante.

7 Commentaires

19 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Nightwing - 06 Septembre 2010: Chronique juste et précise pour un merveilleux album qui confirmait tout le bien que l'on pouvait penser de Violent Revolution. Comme Fabien, Hordes of Chaos m'avait déçu à sa sortie, perdant de toute la fraîcheur de ce Enemy of God foutrement efficace.
Topher - 29 Septembre 2010: Mon album préféré de KREATOR ^^
Necromantix - 14 Décembre 2010: Excellent album, Petrozza au sommet de son art. Mais contrairement à toi; Voices of the Dead me plait au plus haut point.
samolice - 20 Janvier 2016: Merci pour la chro.
10 ans après sa sortie, je trouve ce disque imparable. J'ai pourtant eu un peu de mal à l'époque, va savoir pourquoi.
"Impossible brutality" et "Dystopia" sont énormes je trouve. En fait, il y a peu de titres qui ne sont pas excellents. Et les soli, waow mortel (putain celui de "Voices of the dead", le pied).

Marrant que tu parles de Arch Enemy car Michael Amott vient taper le solo sur "Murder Fantasies".
Bref, c'est devenu mon disque préféré du groupe depuis "Extreme Aggression" et ceux qui ont suivi ne m'ont pas autant emballé.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Julien

11 Fevrier 2005
Plutôt que de sortir un énième compilation Kreator a préféré nous sortir Enemy of God. Ce CD a en effet la particularité de contenir tous les riffs (éclusés) du thrash. 20 ans de riffs réunis sur 1 seul et unique CD pas mal.

Il faut le savoir Enemy of God n’est pas la perle d’ingéniosité mais voilà à l’heure où le thrash old scool a été jeté aux poubelles, Kreator nous ramène au beau milieu des année 80. Bien sûr, le son est très énorme et très moderne mais la composition même des morceaux est très classique. Grosse intro, rythmiques soutenus, solo de guitare très prévisible. Reste que le style de Kreator est bien péchu et Mille nous donne un véritable cours de thrash. La où les vieux groupes du genre cherchent de l’inspiration (Metallica) ou ont tout simplement splité (Coroner), Kreator ne se pose pas de question et tant mieux.
Donc les morceaux ont tous la patate et celui qui est le plus mis en avant (Clip ; making of du clip) est à juste titre nommé « Impossible Brutality ». Technique, refrain accrocheur on ne demande rien de plus pour se régaler. La voix de Mille et sa technique sont impeccables comme le reste du groupe d’ailleurs.
Le comble c’est la présence d’un super DVD avec 2 clips live, 2 making of et le fameux clip de « Impossible Brutality ». Formidable !!!!!

Véritable machine à voyager dans le temps Enemy of God ravira tous les fans du groupe ainsi que tous les amateurs de thrash. Il a même de quoi séduire les plus jeunes d’entre nous qui ne connaissent que le thrash dit moderne.

0 Commentaire

9 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Kreator


Autres albums populaires en Thrash Metal