PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Néo Metal Korn See You on the Other Side
CD, date de parution : 2005 - Virgin
Produit par : Terry Date
Style: Néo Metal

NOTE SOM : 10/20
Toutes les notes : 13/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
DISC 1
1. Twisted Transistor
2. Politics
3. Hypocrites
4. Souvenir
5. 10 or a 2-Aay
6. Throw Me Away
7. Love Song
8. Open Up
9. Coming Undone
10. Getting Off
11. Liar
12. For No One
13. Seen It All
14. Tearjerker
DISC 2 (CD BONUS)
1. It's Me Again
2. Eaten Up Inside
3. Last Legal Drug (Le Petit Mort)
4. Twisted Transistor (The Dante Ross Mix)
5. Twisted Transistor (Dummies Club Mix)
6. Twisted Transistor (Live in Moscow - Video)
7. Hypocrites (Live in Moscow - Video)

modifier l'album  imprimer cet article
611 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
196 avis 4 13/20
Chronique
10 / 20
    MercuryShadow, Lundi 19 Fevrier 2007 parlez-en à vos amis  
Petit rappel des faits: en 2003, Korn tente de préserver une popularité chancelante en sortant "Take a Look in the Mirror", un disque reposant sur des ficelles bien connues et appréciées de longue date par leur public. Mais cet album sent la panne d'inspiration à plein nez, le recyclage de formules usées jusqu'à la trame, la capitalisation facile sur ses acquis, le raclage de fonds de tiroir; bref, Korn donne subitement à ses fans l'envie de leur coller une taloche ou deux, histoire de leur faire comprendre qu'il ne faut pas non plus prendre les gens pour des cons. Deux ans plus tard, Brian "Head" Welch rencontre Jésus, arrête la coke, la méthadone et le métal pour aller jouer le dimanche dans sa paroisse. A ce niveau, ça sent la fin de carrière anticipée à plein nez.
Le groupe dément les rumeurs de split, et annonce qu'il planche sur un nouvel album en compagnie de divers producteurs, parmi lesquels The Matrix et Atticus Ross, plus connnus pour leur travail sur des disques de Britney Spears, Avril Lavigne ou Pink. On commence alors à se dire que ça ne sent plus seulement la fin de carrière mais carrément l'internement d'office en institution psyChiatrique de haute sécurité.

Puis "See You on the Other Side" déboule dans les bacs. La simple sortie de ce disque était, en soi, une bonne nouvelle puisqu'elle signifiait que le groupe n'était pas encore mort; pour ce qui est du contenu, c'est plus discutable. Je vais être franc: cet album est sorti depuis plus d'un an, je l'ai écouté une bonne douzaine de fois, et je ne sais toujours pas quoi en penser. On y croise de bons, voire de très bons morceaux ("Twisted Transistor", Hypocrites", "10 or a 2-Way"); Korn fait enfin l'effort de se réinventer, de se remettre totalement en question, et affirme haut et fort son amour de la new-wave et de la pop-song. Au moins tenons-nous là un disque risqué, qui se démarque nettement de ses prédécesseurs. Contraint d'évoluer pour ne pas dépérir, le groupe n'a pas esquivé ce défi, et cela force le respect.
Le problème est que l'ensemble ne tient pas vraiment la route. Korn retombe dans le patchwork, comme il avait pu le faire sur "Follow the Leader", avec une série de morceaux sans cohérence, sans unité. La deuxième moitié de l'album est emblématique de ce défaut et l'auditeur décroche immanquablement passé le sixième ou septième titre; ce manque de cohérence se retrouve même dans la construction de certains morceaux dont les différentes parties ne fonctionnent pas ensemble ("Liar", "Open Up"). Bref, ce disque laisse tout même transparaître les failles d'un groupe qui revendique des sources d'inspiration nouvelles sans tourner le dos à son passé (quoique...), mais tatonne encore sur le dosage des ingrédients.

A en juger par ce "See You on the Other Side", Korn hésite et ne convainc pas vraiment; cet album est celui d'un groupe vivant, mais égaré. Sauront-il se reprendre? Au vu des turbulences qu'ils traversent depuis deux ans (départ de Head, pause d'au moins un an de David Silveria), rien n'est moins sûr.




6 Commentaires
Chronique
13 / 20
    celin, Mercredi 14 Décembre 2005 parlez-en à vos amis  
Après plus de dix ans de carrière,six albums, un best of et une line up stable ,Korn semblait avoir tous les atouts en main pour durer et réussir!Seulement le destin en a choisi autrement en arrachant le malheureux Head à son nid!Et comment ne pas se demander ce que vont devenir nos idoles préférés avec un membre en moins sachant que la magie Korn reposait en grande partie sur l'harmonie que formait les deux guitaristes!?Mais rien ne les arretera,la preuve en est, seulement quelques mois après le départ de leur compagnon,Korn nous revient avec un septième album "See You on the Other Side".
Mais Korn réussira t -il à garder une certaine cohésion et crédibilité auprès de ses fans?!L'annonce de plusieurs producteur plutot étrange dans le genre(des producteurs ayant collaborés avec Madonna,Avril Lavigne ou encore Britney Spears!!)nous faisaient nous inquiéter quant aux futurs projets de nos chers compagnons!Mais revenons en à notre mouton "See You on the Other Side"
Tout d'abord à la première écoute on semble bien loin du Korn que l'on a connu.Les gros riffs de guitares et les breaks surprenant à faire jumper toute une fausse ont quasiment disparu pour laisser la place à des rythme groovy,dansant...
Twisted Transistor le premier titre de l'album est l'un des titres marquant de cet album par son rythme assez entrainant et sa mélodie grinçante qui nous reste en tête!Hypocrites,le troisième titre commence par une intro plutot effrayante,mystérieuse et les couplets guitares se font saccadés avec toujours ce grincement de guitare inquiétant bien carctéristique de Korn!Le fond est le même mais le tout à changer!La voix de Jonathan s'est calmé pour monter dans les aigues,ou pour laisser la place à un chant un peu plus mielleux et langoureux(Open Up)."Throw me Away" aurait très bien pu faire partie de la bande original Queen Of The Damned avec son mini solo mélancolique en fin du morceaux et son atmoshere plutot glauque,inquiétante!Le son est industriel,électro un peu comme sur le dernier Manson,notamment à cause des effets ajoutés sur la batterie(Love Song).Car Korn a perdu son coté originel,son coté un peu "roots".Les arrangements y sont nombreux,notamment par l'ajout de samples."Liar" est l'un des titres que je préfère et donne un nouveau souffle à cet album(positif cette fois ci!)La fin de l'album,quant à elle nous plonge dans un univers un peu triste,nostalgique,mélancolique...
Pour résumer je dirai que c'est un album qui décevra pas mal de fan je suppose et qui n'en ralliera pas de nouveau je pense...seulement on se rend compte que Korn n'a pas perdu toute son inspiration,de bonnes idées se trouve sur cet album mais Korn se cherche encore...Peut etre un grand retour pour le prochain album...on l'espère en tout cas!




10 Commentaires
Chronique
16 / 20
    Arachnid, Mardi 09 Mars 2010 parlez-en à vos amis  
Ce septième opus est un renouvèlement bienvenu dans la discographie du groupe...

Septième album du groupe, See You on the Other Side marque un gros tournant dans la carrière de Korn. Depuis Follow the Leader en 1998, le groupe avait pris l’habitude de sortir un album par an, toujours en variant leur style, toujours en proposant une nouvelle facette qui différencie le CD du précédent. See You on the Other Side échappe à la règle, à cause du départ de Head, de leur arrivée chez Emi et Virgin Records mais aussi grâce à cette volonté de se renouveler de façon quasi-radicale en sortant des morceaux à la fois beaucoup plus sombres, plus lourds mais aussi plus pop.

La première fois que j’ai écouté le CD (au moins quatre ou cinq fois en boucle), je ne l’avais pas vraiment apprécié. Trop différent, trop monotone, trop plat, pas assez Korn. J’avais tort. J’étais même ensuite à l’opposé de mes premières impressions car les morceaux sont spéciaux, assez éloignés de ce qu’à pu proposer le groupe auparavant mais au final pas si inconnus que ça. Korn arrive donc à se renouveler tout en proposant un nouveau style, plus alternatif, aux rythmes pop mélangés à leur son tout bonnement Kornien. On sent que le groupe aime à expérimenter leurs sonorités mais sans se précipiter, sans oublier leurs racines neo. Ainsi, See You on the Other Side devient à son tour un album à l’identité propre, distinctif parmi la discographie du groupe.

Qui dit expérimentation dit surprise, et ici il y en a en pagaille. Conservant ce côté sombre et glauque, on perçoit tout au long du CD cette mélancolie suintante, ressortant même dans des titres groovy ("10 or a 2-way", "Throw Me Away") mais surtout dans des morceaux purement tristes, empreints d’une ambiance froide, glaciale même, notamment sur le quasi-instrumental "Tearjerker", d’une beauté encore jamais atteinte par le groupe...

Un album formaté ? Oh que non, les vieux d’jeunz de Bakerfield ont mûri de plus belle lurette et les titres avoisinent dans les 4 minutes en moyenne pour une durée d’écoute d’une heure. De quoi faire ravaler la salive aux détracteurs haineux. Dès l’étrange introduction qui nous conduit directement au single-phare "Twisted Transistor", on perçoit un net changement : plus groovy, plus lourd, plus heavy aussi, le long morceau se délecte comme du petit lait et nous fait revenir en arrière, à l’époque du glauquissime Issues. Comme à l’habitude en ce qui concerne les singles ou les titres imposants, Korn a su trouver LE riff en question, le riff qui reste en tête, qui nous fait dire d’une simple écoute : « Ah ! ça, c’est Twisted Transistor ! » Et il en sera de même avec le puissant "Coming Undone", l’excellent "Liar" et le monstrueux "Getting Off".

On sent dans See You on the Other Side une volonté de revenir en arrière, aussi bien à travers les paroles enivrantes, tristes et sombres de l’époque Life Is Peachy/Issues, mais aussi à travers la musique : des morceaux typés singles se mêlant à de longs titres morbides, et puis il y a aussi le retour de la fameuse cornemuse qui faisait auparavant une partie du succès de Korn. Jonathan Davis reprend donc son souffle et nous renvoie le temps d’un court mais mémorable instant (sur "Liar" et "Open Up") un nouvel air de son instrument fétiche. Il réitère également à la fin de ce morceau son phrasé hip-hop-ultra-rapide-incompréhensible comme sur Follow the Leader. Ainsi, sans forcément rentrer dans les détails de chaque titre, on reste cloué sur place par tant d’inventivité, même dix ans après le premier album. Le clou du spectacle ? "Tearjerker", assurément. Ce morceau conclut d’ailleurs l’album comme un assaut final lacrymal terrassant.

Quasiment pas de défauts pour cet album qui regorge de bonnes trouvailles et d’inventivité. Le second disque bonus propose quant à lui des titres encore plus glauques, surement les plus morbides que le groupe ait pondu depuis Issues, en particulier "Last Legal Drug (Le Petit Mort)". Trois titres inédits, deux remixes et deux vidéos live, le double CD vaut donc le coup. Petite déception quant aux clips en revanche, peu inventifs comparés à ce que Korn avait proposé jusque là, sauf pour "Twisted Transistor", une merveille hilarante et bien pensée.

Boudé par de nombreux fans, hué par certains, ce septième opus est pourtant un renouvèlement bienvenu dans la discographie d’un groupe qui ne finira pas de nous étonner, d’avancer malgré les déceptions personnelles et de ne jamais tourner en rond.




2 Commentaires
Commentaire
    SaCRO, Samedi 04 Avril 2009 parlez-en à vos amis  
Un énième avis sur cet album qui, comme depuis un certain temps, font espérer les adeptes du Korn de 1994...
A la première écoute, j'ai totalement accroché sur Twisted Transistor. Une ambiance différente, comme un grain de folie sur cette chanson. Puis, les chansons se suivent, ne se ressemblent pas forcément, mais lassent tout de même. Je découvre certains éléments que je n'avais pas encore vu chez eux [comme l'intro de Love Song, ou un riff du début de Liar]. Je note tout de même certaines chansons pas mal du tout ::Throw Me Away, Seen It All, Tearjeker, qui sont les trois chansons les plus calmes de l'album, dirons-nous. On sent la présence Korn sur Throw Me Away, mais Tearjeker, j'avais encore jamais vu ça : complètement autre chose, ce qui n'est pas pour me déplaire. Je ne peux pas parler du bonus en revanche.

Conclusion :: cet album aura encore fait espérer certains pour RIEN. Le côté sombre de Korn [1994] a disparu, au profit de nouvelles mélodies, d'une nouvelle ambiance... Au simple regard de l'artwork, on sent du changement. Et le titre, See You on the Other Side, est-il si innocent après tout? N'est-il pas un appel, comme "qui nous aime nous suive"?




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘metal inside you’ Contact - Liens
Follow us :