12 Gauge

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Kalmah
Nom de l'album 12 Gauge
Type Album
Date de parution 24 Fevrier 2010
Enregistré à Tico-Tico Studio
Membres possèdant cet album115

Tracklist

1. Rust Never Sleeps 05:16
2. One of Fail 04:10
3. Bullets Are Blind 04:27
4. Swampwar 04:19
5. Better Not to Tell 03:58
6. Hook the Monster 04:04
7. Godeye 04:25
8. 12 Gauge 05:50
9. Sacramentum 06:28
Bonustrack (Japanese Release)
10. Cold Sweat (Thin Lizzy Cover) 03:10
Total playing time 42:57

Chronique @ valentheris

17 Mars 2010
Dans une lointaine contrée froide et boisée
Se tenait un homme à la voix agressive et à la guitare enjouée
De talentueux musiciens vinrent se joindre à son combat
Et tous ensemble s'unirent sous une bannière sur laquelle on pouvait lire « Kalmah »

Forts de mélodies efficaces, de riffs puissants et entraînants
De martellements de batteries dynamiques et d'un hargneux chant
Ils firent leur succès bien mérité grâce à cinq albums de haute volée
Et revinrent en 2010, une nouvelle baffe nous assener.

Trêve de poésie boiteuse et en avant pour le décorticage de ce sixième album des Finlandais de Kalmah. Malgré des débuts quelque peu difficiles, qui de nos jours, pour venir parler de metal mélodique en ayant jamais entendu ne serait-ce qu'un seul titre de ce groupe faisant désormais partis des ténors du genre de la scène Finlandaise ? Nous ayant laissé en 2008 avec un « For the Revolution » s'éloignant quelque peu de leurs précédentes productions en terme d'essence musicale avec une production plus puissante, la présence de chœurs et un le côté légèrement black vers lequel la voix de Pekka Kokko mis un peu de côté, ce « 12 Gauge » se veut être dans la continuité de ce dernier.

A peine « Rust Never Sleeps » débute-t-il, que dans la sonorité de l'introduction de ce premier titre se fait déjà ressentir la 'pâte' de Kalmah. Certains pourront regretter le fait que le groupe ait perdu quelques-uns de leurs éléments musicaux et compositeurs tels que ceux suscités, seulement chaque groupe est confronté un jour ou l'autre à un changement de line up ou de label. Dans le cas de Kalmah, ce ne sont que des détails tant l'âme du groupe vit et persiste encore au sein des compositions et que l'on soit fan ou simple connaisseur, aucun dépaysement n'est à envisager.
Des titres tels que « Swampwar » montrent en à peine quelques secondes que les précédents productions telles que Swamplord ou Swampsong sont les piliers-base du groupe et que les frères Kokko sont à l'aise dans leurs marais et ne le quitteront pas de sitôt. Ce riff puissant, cette batterie déchaînée, reflètent tout ce qu'ils ont toujours fait de mieux. Lors d'une première écoute le tout peut paraître très similaire, cependant, une fois que chacun des magnifiques riff vous aura imprégné vous vous sentirez en présence d'une pièce maîtresse de la formation.

Et ce ne sont pas d'autres compositions dans le genre de « Bullets Are Blind » avec son intro courte, mais montant dans un crescendo grandiloquent qui me feront mentir. Dans le même genre « One of Fail » et son refrain qui donne une furieuse envie de taper du pied et d'envoyer valser le mobilier avec nos cheveux ou encore « Godeye » et son habile mélange de sinistre et de symphonique et son solo très jouissif montrent la capacité du groupe à créer des compositions envoutante ou entraînant sous son meilleur jour.

Malgré ses élans de mélodie, cette galette n'en renferme pas moins son lot d'agressivité que tout album du genre se doit de posséder. Ce sont donc des éléments tels que « Hook the Monster » ou le titre éponyme (« 12 Gauge » donc...) qui se chargent de pousser le niveau de brutalité à un cran supérieur bien qu'aucun des autres titres présents ne soient en manque à ce niveau-là. Le premier nous offrira donc un riff plus tranchant, comblé par des choeurs agréables et un break mélodique des plus délectables tandis que le second cédera la place à une atmosphère plus étouffée disposant d'un solo dont le groupe a le secret.

Avant de clore l'opus, la création de « Sacramentum » semblait de toute évidence nécessaire ! Un départ lourd, un break intense, un refrain profond, le tout destiné à clore en beauté cette nouvelle pièce très réussie.
Certes, Kalmah à légèrement changé depuis ses débuts, mais ce ne sont que des détails à ce niveau là et nous sommes en présence d'une très bonne production. Les ingrédients faisant le succès de la bande sont au rendez-vous et que vous soyez fan ou néophyte il serait grave de passer à côté.

En attendant il ne reste plus qu'à espérer que le groupe ne change pas sa très réussite recette et continu de nous faire partager son indéniable talent. Le point positif quant à la suite serait qu'ils changent un petit peu d'atmosphère vis-à-vis de « For the Revolution ». Très bon certes, mais qui pourrait lasser ou donner une trop grosse impression de déjà vu à force.

Valentheris.

10 Commentaires

12 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Demoneyes46 - 27 Mars 2010: Très bon album, toutefois je l'aurai appelé "for the revolution 2", on a vraiment l'impression qu'il n'y avait pas assez de place dans l'opus précédent et qu'ils ont fait une suite tant l'atmosphère et les sonorités sont proches.
C'est très bon, mais comme tu dis si justement ce serait bien d'avoir un prochain album qui ne soit pas "for the revolution 3", surtout pour le fan de Black Waltz que je suis...
Little_Scarab - 06 Avril 2010: Je trouve que par rapport a un "the revolution" "12 gauge" est un chef d'oeuvre lol (comparé biensur, on est pas encore a un sampsong). Mais tout de même il déboite bien cet album, plus inspiré, plus puissant et toujours très technique, on retrouve enfin Kalmah.

Perso j'aurais bien balancé un petit 17 =)
Matai - 05 Mai 2010: Très bonne chronique.
J'ai découvert Kalmah avec cet album justement, que je trouve vraiment très bon et pas très décevant par rapport au reste de la discographie. Un réel plaisir, un mélange de puissance, de mélodie et de technique...
NICOS - 06 Octobre 2011: Little_Scarab dit " on est pas encore a un Sampsong ". Ca se discute, car cet album est très bon. Commr tous les KALMAH. Tu voulais peut etre dire pas encore a un SWAMPLORD. Là, OK. Mais ils ne feront plus jamais un truc comme ca!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ thechaosinside

26 Mars 2010
C'est avec plaisir que j'écoute pour la troisième fois cet album, sans en être lassé .. Je l'écoute en boucle, et c'est pas pour dire mais on l'attendait
"gauge" ! On a pu apercevoir les avancements sur le myspace de Kalmah qui ne pouvait forcément que vous donner encore plus envie de l'acheter, c'est ce que j'ai fait dès sa sortie ! La concurrence de Children of Bodom a littéralement écrasé le dernier bébé de ce dernier.. On commence par le premier titre: "Rust Never Sleep". On pourrait croire que c'est une intro, mais celle-ci se met à carburer, la chanson manque un peu d'âme, mais le headbang est très facile. Il manquerait un peu plus d'ambiance, dirais-je. Ensuite, nous avons le droit a une piste vraiment typique et cette chanson est une des rares à avoir un tel charisme, il devrait y en avoir plus des comme ça ! Et ce, dans tous les groupes, le nom n'est d'autre que : "One a Fail".

Cette piste est pour moi culte, les riffs sont plus ou moins simples, mais nous avons une ambiance, très joyeuse, et le solo peut ravir tous musiciens ! Il est digne d'anti-kokko. Je suis le groupe depuis pratiquement ses débuts, et je pense que cet album est le mieux réussi, le son est extraordinaire, j'avais peur d'être déçu, mais finalement, que du bonheur d'écouter un album digne du nom du groupe, surtout lorsqu'on l'aime. La Finlande est le royaume des Dieux !
Le troisième titre est, aussi bien... comment dire... tous les titres ont un peu la même présence. On a envie de faire valser ses cheveux, et de s'éclater le cou sur cette musique. Kalmah a décidé de prendre la tête de la Finlande et de s'étaler partout où il peut, et c'est sûrement avec cet album qu'il le pourra le plus !

Parlons de nos amis Outre-Atlantique, pas les Américains, non non. Kalmah a aussi décidé de privilégier les Japonais, avec une piste intitulée
"Cold Sweat" bande de vénards ! C'est ma préférée je crois bien, on peut voir la prestation de Kokko encore une fois, dans ses solos de "virtuose". Il nous éblouit, moi il m'en a fait tomber mon chocapic par terre. Bref, je vous recommande à tous cet album qui est peut-être l'un des plus attendus de l'année, avec celui de Rhapsody of Fire, qui arrivera le 30 avril. Black label society aussi prépare une très grosse sortie, j'espère ne pas être déçu. Achetez-le, et headbanguez bien mes chers amis chevelus.

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
_Nathas_ - 27 Mars 2010: Cet album est effectivement divin.
Bonne chronique!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Kalmah


Autres albums populaires en Black Death Mélodique