Sons of Northern Darkness

Liste des groupes Black Metal Immortal Sons of Northern Darkness
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Immortal
Nom de l'album Sons of Northern Darkness
Type Album
Date de parution 04 Fevrier 2002
Labels Nuclear Blast
Produit par Tagtgren Peter
Enregistré à Abyss Studio
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album960

Tracklist

Re-Issue in 2005 by Nuclear Blast in a Deluxe Edition with a bonus DVD.
DISC
1. One by One 05:00
2. Sons of Northern Darkness 04:46
3. Tyrants 06:18
4. Demonium 03:57
5. Within the Dark Mind 07:31
6. In My Kingdom Cold 07:17
7. Antarctica 07:12
8. Beyond the North Waves 08:03
DVD (DELUXE EDITION 2005)
1. Wrath from Above 06:18
2. Damned in Black 07:40
3. One by One 05:40
4. Tyrants (Part 1) 02:00
5. Tyrants (Part 2) 04:55
6. Solarfall 06:57
7. Beyond the North Waves 10:35
Total playing time 1:40:13

Chronique @ ArchEvil

21 Avril 2009
Pour la plupart d'entre vous, présenter Immortal en est devenu désuet. Ces norvégiens en armure, parfois plus connus pour leurs poses ridicules que pour leur musique, ont taillé il fut un temps leur propre pierre de la seconde vague Scandinave du Black Metal. Malgré leurs débuts cahoteux, le gigantissime Pure Holocaust mit en 93 les pendules à l'heure et s'inscrivit comme l'un des plus grands chef d'oeuvre black metal de cette période, ce grâce à un guitariste nommé Demonaz au jeu inimitable et capable de donner un son glacé et venteux à son instrument ainsi qu'à un chanteur bassiste du nom de Abbath, dont le timbre vocal à la fois solennel et crispant fit pâlir plus d'une âme mélomane. Ce duo de choc atteignit l'un des sommets des ventes du genre avec le puissant Battle in the North et tenta de repousser les limites de la célérité avec Blizzard Beasts. La rupture se confirma alors en 95, lorsque Demonaz fut prit d'une tendinite le rendant incapable de reprendre le manche pendant un petit bout de temps. Selon certaines constatations, la vitesse qu'il avait atteint sur le petit dernier fut la principale raison de ce handicap et ce fut d'autant plus consternant que la qualité du disque en soit fortement compromise, faute à une production maladroite et pas du tout adaptée.

Depuis 1999, Abbath a repris la guitare et le contrôle du navire, ayant de surcroît déniché un batteur stable au pseudo de Horgh ( chose qui faisait défaut au groupe jusque là ), et bourlinguait à travers les eaux du heavy et du thrash black sur At the Heart of Winter, initiative louable dans l'optique où il fallait bien se renouveler. Cet album est encore considéré par certains comme le chef d'oeuvre du groupe. Il fallait reconnaître l'excellence de ses compositions et sa nouvelle dimension, peut être un peu cheap et tirée en longueur par moments, mais réelle et terriblement puissante. Le groupe se maintenait sur son piédestal grâce à un thrash metal puissant au contours parfois proches du black sur Damned in Black, leur musique gagnait en accessibilité. Déjà vidé de sa substance sulfureuse propre au black metal depuis At the Heart of Winter, on pouvais dès lors se poser des questions sur leur avenir.

2002, la sortie de Sons of Northern Darkness. Annoncé comme étant le testament d'un groupe sur le point de splitter, la nouvelle fit certainement frémir la plupart des fans de la dernière heure.
Dès lors, un gros changement saute aux yeux. Le groupe qui était resté fidèle à Osmose Production depuis ses débuts signe son dernier album chez Nuclear Blast... Ouch...Vous savez, ce label devenu une entreprise de masse comptant énormément sur de gros vendeurs tels In Flames, Edguy ou Dimmu Borgir... D'accord, Immortal, ce n'est plus trop du black et, oui, c'est devenu un metal plutôt accessible capable de faire des chiffres. Mais tout de même, à en entendre les opinions de Abbath encore farouchement opposées à ce type de démarche, ce constat laissait entrevoir une traitrise énorme et imprévue. Et une fois la galette dans le lecteur et la pochette toujours aussi dérisoire entre les mains, c'est certainement avec une forte appréhension que les auditeurs appuyèrent sur le bouton play...

La chance que nous avons... Immortal aura tenu jusqu'au bout. Au lieu de nous proposer un disque édulcoré et racoleur, le groupe rajoute un pare choc à butoirs à son engin et nous rentre dedans à du 200km/h. Certains diront que les moyens techniques de Nuclear Blast y sont beaucoup... Ils peuvent dès lors ravaler leurs estimations en carton pâte. Oui, le son est déjà plus agressif que sur les deux précédents, combiné au mixage surpuissant, cela peut amener le goût d'une carrure artificielle. Mais malgré cette façade, on se rend compte de la débauche d'énergie déployée par les trois gars.
Toujours bien thrash, avec ses influences heavy bien marquées, Immortal semble avoir abouti pour de bon le travail sur Damned in Black. Horgh n'a jamais été aussi performant, les riffs terrifiants s'enchaînent sans faiblesses, Abbath préserve sont timbre aussi cru que posé, le tout est un magnifique panzer bien huilé, aussi divertissant que techniquement au point. Il semble que le groupe s'est décidé à frapper très fort une dernière fois en libérant tout ce qu'il lui restait dans les tripes. Et Belzébuth sait ô combien de tonnes nos chevelus sont encore capable de bombarder.
D'ailleurs, l'auditeur n'a pas à attendre la déflagration. Dès le début de One by One, le missile est tiré sur ce riff qui tue et les blasts considérables de ce satané Horgh, titre témoin de l'adresse du groupe pour manier le riff thrash par excellence. La voix impériale de Abbath nous soumet sans effort, le solo court mais intense et les monstrueuses speederies du titre éponyme ne calent pas ce crâne déjà étourdi par la première claque. Aucun ralentissement sinon ces titres plus mid-tempos, tels Tyrants ou Antartica, sur lesquels une guitare clean réverbérée vient ajouter un petit interlude atmosphérique sympathique. Tout l'inverse se produit sur Demonium et sa grêle de brutalité jouissive qui rappelle les tueries de Battle in the North, marque de puissance et d'inspiration brûlante du groupe. Beyond the North Waves clôture le disque sur son mid tempo une petite touche de nostalgie point dénuée de sa poigne de fer.

On sent que le groupe a également voulu retourner un tantinet au sources de par cette agressivité bien plus développée et ses atmosphères nettement plus marquées que sur le précédent. Certains regretteront certainement les fresques envoûtantes de At the Heart of Winter qui auront fait le charme du groupe en 99 alors que d'autres resteront attachés aux années black on ne peut plus glorieuses du combo. Sons of Northern Darkness reste cependant un disque d'une puissance et d'une maîtrise à toute épreuve, et ne se montre pas pour autant aseptisé tant l'odeur du métal en fusion et le toucher du givre nordique atteignent leur cible : les tripes et cette fichue nuque qui commence à rougir. A titre personnel, ce disque est le meilleur Immortal seconde période. Tous les éléments y sont, rien n'est à jeter. Il s'inscrit alors comme la seconde apogée du groupe ; car même si il n'égale pas l'impact et la grandeur de Pure Holocaust, ces deux oeuvres ne sont nullement comparables schématiquement.

A la suite de ce grand album, Immortal splitta. Abbath entama alors son projet annexe nommé I, groupe mêlant le heavy motorheadien et le thrash black de Sons of Northern Darkness.
Plusieurs échos en provenance du groupe lui même prévoyaient une certaine reformation. Mais si c'est pour prendre le risque de nous sortir un disque insipide, je dis non. Un tel nom de devrait pas être souillé de la sorte. Laissez la légende perdurer.

8 Commentaires

16 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

eulmatt - 21 Avril 2009: Ce disque est à la fois la synthèse d'une décennie copieuse et une forme d'achèvement. Immortal semble mué par une force artistique impressionnante, et son identité est telle qu'il y a bien longtemps que le groupe a traçé sa voie sans se soucier des étiquettes et des genres. Amusant d'ailleurs, car pour les ignares ce groupe fait figure d'épouvantail du cliché BM, ce que musicalement il n'est plus depuis longtemps., comme tu le précises en début de chronique.

Alors oui, c'est limite surproduit, l'approche technique pioche allègrement dans le death metal (ce qui était déjà pleinement assumé sur son prédécesseur), la thématique frôle parfois l'auto-parodie: on peut lister des réserves à la pelle...mais quand One By One démarre, le grand frisson est là: d'une puissance de feu incroyable (le jeu de Horgh est dévastateur), Immortal parvient à magnifier ses riffs inspirés et son atmosphère glacée et épique, le tout dans un cadre ultra carré et martial.
Dans son approche épique et brutale qui franchit allègrement les frontières rigides du black metal, je place ce disque aux côtés d'un Armada (Keep Of Kalessin), dans les monuments norvégiens des années 2000 qui resteront dans les annales. Et là, on peut faire toutes les analyses que l'on veut, c'est le grand frisson qui parle...

Pour la suite à venir, et bien il y a fort à parier que cela devrait se situer entre SOND et le concept "I". Pourquoi pas après tout ? Je ne suis pas trop inquiet au niveau de la légende Immortal, Abbath a suffisamment de personnalité pour savoir où il va, et le père Demonaz traîne toujours ses guêtres dans l'ombre...
 
GLADIATOR - 22 Avril 2009: Oui , surproduit...malgré une puissance de feu digne d'un bombardier , je lui trouve un côté un peu "artificiel" , qui m'a toujours empêché de l'apprécier pleinement...Par instant , la batterie sonne comme "programmée" , alors que ce n'est certainement pas le cas..."Demonium" est une tuerie , et tout l'album oscille entre Death , Black , Thrash et même Heavy . C'est ce qui , à mon sens , en fait un des albums les plus "mature" de toute la scène extrème . Recommandé pour les non-initiés , dont je fais assurement partie...
Merci Arch . Glad.
LuneNoire - 14 Août 2010: Sons Of Northern Darkness qu'est la rune sur une pierre, le tout est que la pierre ne casse pas.
Immortal sur cet album a représenté tout ce que j'aime: La musique pensante, entraînante et majestueuse.
Comment ne pas penser au froid et au nord qui parcourt cette musique ?
Inégalée !
20/20.
 
David_Bordg - 14 Janvier 2015: le meilleur avec at the heart of the winter. je le trouve fabuleux sur tous les points.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Mika_Helvetia

15 Décembre 2005
Immortal... Ce Grand groupe Norvégien respecté de tous ! Hélas il s'éteind avec ce spendid Sons of Northern Darkness !
Les connaisseurs s'apercevront que le style a bien évolué depuis Pure Holocaust et autre Diabolical Fullmoon Mysticism, mais malgré des riffs sonnant beaucoup moins true personne ne se permettra de contester l'appellation Black Metal du groupe...
Les riffs sont arrivés a une grande maturité suite aux expériences de At the Heart of Winter et Damned in Black. L'album m'en parait d'ailleurs plus convaincant !

Entrons sans tambour ni trompette dans une déferlante de riffs puissants et des proférations glorifiantes de Abbath envers les ténèbres et la Norvège ! C'est One By One ! Le morceau le plus puissant et martial de l'album soutenu du début jusqu'à la fin par batterie et guitare ! Les riffs sont rapides et lourds, la rythmique est rapide et soutenue avec passablement d'entrée en action du double pédalier !

Sons of Northern Darkness, la chanson donnant son titre album décrit parfaitement par son titre l'esprit du groupe ; Ténèbres glacés du royaume (immaginaire ?) de Blashyrkh ! Cette fois ci on se calme un peu histoire de reprendre son souffle après One By One... c'est une batterie plus reposée mais qui ne perd pas de puissance qui commence, puis un riff plus fluide. On se calme quelque peu pour repartir dans un esprit épique mais sombre sur le refrain entamé par Abbath "Fly throughout the sky... Sons of Northern Darkness" au ton de vaincoeur guerrier quelque peu nostalgique de la fin de la guerre... cette guerre qui va tout de suite repartir pour s'éteindre qu'à quelques secondes de la fin du morceau.

Suivent Tyrants et Demonium composés dans un esprit très sombre et mystique... Peu de choses à dire sinon qu'on prend un plaisir malsain à les écouter.

Within The Dark Mind repars dans un esprit plus militariste mais toujours aussi sombre avec un riff un peu plus soutenu que dans les deux morceaux précédents.

In My Kingdom Cold, comme son nom l'indique ne fait pas dans soleil tropical... Ce sont des riffs malsains et une batterie excitée et entrecoupée de rythmes tout aussi rapides mais plus creux... Et lorsque "In my kingdom cold... At the mountains of madness" et entonné durant le refrain on aurait presque, que dis-je presque on a envie d'y être!!!

Après une petite intro ; un vent glacial accompagné de petits accords tout aussi froids au clavier, on repart dans la puissance de One By One avec Antarctica. C'est le second morceau le plus puissant de l'album. Une déferlante, une tempête ? Aucun mot pour en exprimer la puissance phénoménale du morceau qui ne se "relache" (relache est une hyperbole dans ce cas là) ce n'est que pour repartir en puissance ! Une piste que je ne me lasse d'écouter !

Terminons avec le morceau phare : Beyond The North Wawes ! Un véritable hymne national à la gloire des grands Vikings ayants courageusement parcouru les mers et protégé la Norvège ! L'intro de ce morceau est composée de bruissements de vagues et d'une sorte de petite lyre ou un instrument dans le gener... Puis on repart dans un riff nous faisant coller le poing contre le coeur avec un sentiment de fierté ! Les paroles sont tout simplement magnifiques et je conseils d'ailleurs aux amateurs aguéris de les consulter.

Un album excellent et peu comparable à ce que faisait Immortal en ses débuts, la grandeur de cette album est d'ailleurs accentuée par le fait d'une évolution réussie du groupe avec lequel aucun faux pas n'a été fait contrairement à certains groupes ayant atteint le sommet de leur gloire...
Malgré tout et bien que celà ne m'ait jamais dérangé grand nombre évoqueront la voix de "crapaud" d'Abbath mais ce n'est vraiment pas grand chose !


10 Commentaires

22 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

rikkit - 07 Décembre 2008: Peut on me comseiller cette album si je ne suis pas grand fan de Black metal? je n ai en fait écouté que «Beyond the north waves» que j ai trouvée exelente.
 
GLADIATOR - 25 Avril 2009: rikkit : oui , très recommandé...
Baal666 - 23 Avril 2013: Un super album concentré en noirceur que j'ai un peu sous estimé sur ma note...
 
David_Bordg - 14 Janvier 2015: une tuerie
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Black_Requiem

26 Avril 2009
Ceci est le dernier album dans la vie du groupe Immortal (sniff, c'est dur mais il fallait bien que cette épopée fantastique s'arrête un jour, dommage que ce soit depuis l'été 2003)qui vient clôturer en beauté une époustouflante carrière de 13 ans. L'aventure Immortal a commencé en 1990 et depuis tous les albums ont contribué au succès du groupe qui s'est vite étendu.

Ainsi ce Sons of Northern Darkness marque une fin, mais quelle fin !!! Tout d'abord, l'album commence avec le superbe « One By One », morceau dans le plus pur style du groupe, c'est à dire du Black Metal à tendance True. Le mariage entre la pochette et la musique est excellent, la musique froide et violente colle parfaitement avec les teintes noires et bleutées de la pochette qui s'ouvre en 4 parties sur lesquelles on peut voir Abbath, Iscariah et Horgh poser avec des armes de leur composition, un nuage de corbeaux passant au fond. Tout est fait pour régaler à la fois les yeux et les oreilles. A écouter tous les disques de Immortal, il est difficile de croire que (tellement la musique est complexe) ce sont 2 ou 3 musiciens seulement qui jouent. Ce disc est du Immortal pur et dur, le son et la rage du groupe n'ayants que très peu changés depuis leur début. Puis les titres s'enchaînent, l'avant dernier titre, « Antarctica » fait entendre le bruit du vent qui se change vite en tempête lorsque les musiciens entament leurs notes, et finalement tout se termine par un morceau où se mêlent (pour le début) la guitare sans effet de Abbath et le bruit d'une source, source qui sans cesse irrigue le coeur des fans et leur rappelle que le groupe fut l'un des tout grand nom de la scène Black internationale.

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
swof - 31 Octobre 2009: Enterrement bien prématuré...
 
David_Bordg - 14 Janvier 2015: merite une note bien plus eleve: 19 pour ma part!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Immortal


Autres albums populaires en Black Metal