PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Néo Metal I-def-I In The Light of a New Day
CD, date de parution : 23 Avril 2007 - Copro Records
Style: Néo Metal

ajouter les paroles de l'album
pas de note
Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. The Horror
2. Incite The Sunrise
3. Truth Or Dare?
4. Static And Signals (Speaking Without Words)
5. Kinetic
6. 966
7. Tunnel Rat
8. Prosthetiquette
9. Mano Destra Mano Sinistra
10. Asyla (She Of The Flames)
11. Army Of The Locust
12. Closing Season
13. Beauty Into Devastation
14. What Keeps You Safe
15. Broken Glass

modifier l'album  imprimer cet article
2 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 €2,96
 buy
0 avis 1 0/20
Chronique
    Chacal, Mercredi 09 Avril 2008 parlez-en à vos amis  
Après avoir sorti un premier EP en 2006, « Bloodlust Casuality », les anglais d’I-def-I sont de retour avec leur premier véritable album « In The Light Of A New Day », et, à mon avis, ces jeunes vont faire parler d'eux ...

Encore à ce jour, et heureusement d'ailleurs, on découvre des groupes auxquels on adhère complètement, soit parce que le style musical est en parfaite adéquation avec nos goûts personnels, soit parce que le combo arrive, dans un premier temps, à susciter notre curiosité avec un « je ne sais quoi » qui plaît et, dans un second, réveille en nous un nouvel intérêt. Ensuite, il y'a les autres, ceux qui ne collent pas vraiment à notre univers musical et qu'en général on laisse de côté car il reste bien assez de bandes de la première catégorie à découvrir. Pour ma part, I-def-I fait partie de ce troisième lot. Leur style trash coloré de metalcore n'est franchement pas ma tasse de thé, mais, pour une fois, ce « je ne sais quoi » qui plaît est curieusement au rendez-vous ...

I-def-I est souvent étiqueté alternative métal. Pour être plus précis, je dirais qu’ils pratiquent plutôt du trash mélodique progressif. En effet, le quatuor ne propose pas seulement des riffs classiques qui bombardent mais arrivent à créer une alchimie étrange en mélangeant différentes atmosphères, pour le moins divergentes, en prenant la puissance du metalcore associée à celle du trash old school tout en y ajoutant des mélodies indécentes, tirées pour la plupart du mouvement grunge.
Pour pouvoir se permettre un tel melting-pot, il faut nécessairement des musiciens possédant un certain savoir-faire et croyez moi, c'est le cas.

Et le rendu dans tout ça ? Et bien, il est franchement impressionnant. Même si c'est loin d'être mon style de prédilection, il faut bien admettre que j'ai été estomaqué par le résultat. La puissance du tonnerre est bien présente ; I-def-I le prouve dés les premières secondes avec « The Horror » et sa rythmique qui dépote plein pneus. Mais la musique du groupe se la joue Dr Jeckyl et Mr Hyde ... Après la déferlante sonore du couplet, le chanteur reprend une voix claire et pose un refrain hyper mélodique avant de repartir sur un break agressif complément syncopé. C'est là toute la magie et la force du combo, ce mélange détonnant de puissance pure et de mélodies gracieuses. Le style grunge est vraiment omniprésent tout au long de l'album par ses complaintes torturées : « Truth or dare ? », « Tunnel rat » rappelle franchement des airs d’Alice In Chains ; le ralentissement de « Closing season » remémore plus que fortement la signature de Soundgarden. Mais à côté de ça, on retrouve la puissance d'un Anthrax en pleine « Mosh attitude » ou d'un Machine Head en pleine guerre. A voir la différence énorme de style entre le premier titre hyper catchy et incisif et le dernier, acoustique planant, on se dit qu'il y a un monde entre. C'est vrai et cette diversification prouve le talent et l'ouverture d'esprit des musiciens d'I-def-I.

Puisqu'on en est à parler d'eux, il faut bien admettre que ces gars sont doués. Si je passe sur le batteur qui fait un travail démentiel, le bassiste qui connaît la véritable signification du verbe « pilonner » et le gratteux qui va user son pédalier à force de passer de la grosse disto au son clair, le plus impressionnant reste Chris Maher, le chanteur. Ce dernier arrive à pousser des hurlements à en cracher ses amygdales, puis, la seconde d'après, poser une mélodie dantesque en voix claire comme si de rien n'était avant de retomber dans une furie épique. La grande classe !

Même si « In The Light Of A New Day » ne m'a pas transformé en trasher invétéré et que son écoute d'un trait me paraît raide, il en ressort que certains côtés m'ont bien plû. Il faut bien reconnaître que Chris Maher et ses acolytes font vraiment un travail fabuleux et que le mélange de tous ces styles musicaux différents mais pourtant extrêmement compatibles donne un rendu curieux et intéressant. Les fans de riffs puissants, de blasts épiques, de compos à tiroirs et de mélodies navigants entre furie et désespoir devraient trouver de quoi se rassasier. Laissez vous tenter par leur MySpace !




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Metal your head !’ Contact - Liens
Follow us :