Envaatnags Eflos Solf Esgantaavne

Liste des groupes Black Metal Horna Envaatnags Eflos Solf Esgantaavne
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Horna
Nom de l'album Envaatnags Eflos Solf Esgantaavne
Type Album
Date de parution 23 Mars 2005
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album162

Tracklist

1. Vihan Tie 07:26
2. Musta Temppeli 08:09
3. Vala Pedolle 08:28
4. Kirous Ja Malja 04:23
5. Saastainen Kaste 04:28
6. Kuoleva Lupaus 07:34
7. Zythifer 03:36
Bonustrack
8. Kuilunhenki 04:49
Total playing time 48:53

Chronique @ ArchEvil

09 Décembre 2007
Il est parfois difficile de dénicher la perle rare. En quête d'une noirceur toujours plus profonde, la soif de découverte nous emmène souvent vers ces déchets musicaux que nous enverront voltiger en pestant contre l'artiste maudit. Pas toujours facile d'y trouver son bonheur.

C'est là qu'on y reconnait les grands. Alors noyé au beau milieu d'un océan d'oeuvres insipides, il arrive en une fois, l'album que l'on cherchait, l'album qui nous arrêtera dans notre dédale pour que l'on puisse prendre le temps d'y poser une oreille. Notre intérêt grandissant au fur et à mesure, la deuxième oreille s'y joint, nous stoppons alors nos occupation et cessons de penser alors qu'une connexion inexorable se produit avec le travail des musiciens. Nous prenons la pochette dont la cover semble traduire en image l'aura malfaisante apparue autour de nous depuis le lancement du disque, le nom de Horna nous hypnotise et nous savons d'avance que l'objet aura sa place bien haut dans notre playlist.

Evaatnags Eflos Solf Esgantaavne, un titre sûrement pas choisi pour attirer l'oeil furtif, est avant toute chose tout ce que le Black Metal renferme en lui, volontairement dépourvu de tout atout de séduction facile et baigné d'une atmosphère glaciale et intime renforcée par une production cracheuse sans être négligée.
Il n'est pas là pour séduire, pourtant sa beauté et sa grandeur sont inestimables. Son sens de la mélodie est magnifique, sa structure très cohérente ne faiblit pas, parvenant sans difficulté à garder l'auditeur collé à chaque riff. Ceux-ci sont d'ailleurs exécutés avec un savoir faire respectable, bénéficiant d'un excellent travail de composition qui sur aucun titre n'est prit à la légère.
Entraînant, tel est l'adjectif que l'on pourrait lui attribuer, nourrissant une haine virulente par son chant déchiré, appuyé tout aussi bien par blast beats fulminants et mid tempos angoissants peut être coutumiers dans le genre mais d'une efficacité captivante, que de rythmiques soutenues au groove entêtant.
Une énergie qui aura déjà asservi l'esprit dès Vihan Tie, amorcé sur cette formidable bourrasque qui laissera la part belle à des guitares tout aussi crues que mélodiques, une mélodie dont le souffle assassin frappe toujours sa cible. Et ces assemblages sulfureux ne lassent pas, au contraire, on en redemande encore tellement ce pouvoir fascinant paraît nous ensorceler. J'oserais même qualifier Kirous Ja Malja de black'n'roll, aussi prompt au headbang qu'à une danse euphorique éfreinée.
Méritant une production typiquement old school, chaque instrument permet une écoute aisée. La basse même a droit à une place honorable, une place qu'on ne regrettera pas vu son importance, principalement sur l'instrumental Zythifer, une superbe pièce pour lequel celle-ci fait preuve d'un magnifique travail harmonique sur une ligne spectrale apaisante.

En fin de compte, l'album est bien plus que ce que je recherchais, personnellement, il ne s'agit de rien de moins qu'un chef d'oeuvre qui offre un fameux piédestal à la scène finlandaise et un statut de leader à Shatraug. Horna, qui évoluait dans un registre totalement différent avec Sudentaival, opus black death particulièrement dévastateur, aura ainsi exploré beaucoup de facettes du Black Metal, aura gardé son honneur en comparaison avec la qualité de ses oeuvres et aura continué avec ce chapitre fastueux, hermétique à toute excuse de la part de quiconque se permettant de passer à côté.

Hailz Horna

3 Commentaires

11 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
sargeist - 09 Décembre 2007: Un putain de grand album éternel, le meilleur Horna pour moi, qui fait largement partie des tout meilleurs albums de BM!
Whyrdena - 17 Septembre 2008: Une perle torturée, torturante, malsaine, triste, crasseuse, mais aussi étrangement mélodieuse... Parfois légèrement souriante, rock'n'roll, en effet. K-V-L-T!!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ KVARFORTH

19 Janvier 2008
Horna. Un nom qui nous rappelle à quel point la scène finlandaise a à nous offrir. La légion des ténèbres menée par Shatraug, qui incarne à lui tout seul les fondements du black metal finlandais, compositeur, guitariste et vocaliste du groupe auprès de Corvus (qui officie dans Korgonthurus) nous pond en cette année 2005 un album qui restera dans les mémoires.
En effet "Envaatnags Eflos Solf Esgantaavne" est sûrement l'œuvre la plus aboutie, la plus travaillée et la plus prenante de leur longue discographie. Sachant qu'Horna arpente la scène black metal depuis plus de 15 ans, on se dit qu'en effet on n’a pas affaire à des novices en la matière. Horna est un groupe qui n'a jamais faillit à son éthique. Qui mieux qu'Horna, réputé pour son black metal haineux et glacial pouvait nous faire une telle démonstration de génie musical ? La question ne se pose pas. Tout au long de ces huit titres (sachant qu'il y en a 13 sur une édition très limitée de cet opus) on se prend d'une envie de destruction et de mort, car cet album respire la noirceur d'une profonde haine et d'un profond dégoût de l'humanité. Parfois presque occulte, l'album s'oriente vers un true black criard, avec une production crue, et une voix légèrement mise en avant. La voix profondément inhumaine de Corvus nous surprend à nous faire ressentir des choses enfouies au plus profond de nous-même, comme une inexorable destruction à venir.
Les riffs sont ravageurs et barbares, ils se répètent inlassablement et nous emmènent face à la pourriture de notre vile existence. Mais rien ne se détache, c'est une œuvre d'une homogénéité incroyable, et Horna expose son œuvre telle une pierre tombale.
Des premiers jours d'Horna en 1993 à aujourd'hui, le groupe est toujours resté en phase avec le sceau artistique qu'ils avaient assené, c'est à dire un black metal cru, blasphématoire et malsain.
Mais l'évolution est tout de même présente, même si elle s'est faite à bon escient, naturellement. Du black sombre et caverneux de "Kohti Yhdeksän Nousua" au black punk de "Sotahuuto" en passant par l'aspect occulte de "Haudankylmyyden Maille" ou encore le black influence death du légendaire "Sudentaival", Horna fait son chemin et devient disciple confirmé de l'invisible, le mal.
"Envaatnags Eflos Solf Esgantaavne" est empreint de ce coté noir et crépusculaire, tranchant et virulent, cru et visionnaire.
Shatraug est totalement dévoué aux arts sombres, explore des dimensions funestes, expose ses croyances sataniques et païennes.
Des titres comme Musta Temppeli nous démontre à quel point on peut repousser les limites du glauque et atteindre une dimension funèbre écrasante et effrayante que l'on pourrait presque toucher du doigt. Ici l'inhumain est exprimé à travers une âme terrestre, et la vie perd tout son sens.
La sincérité, voilà ce qui se dégage de cet album purement true et extrêmement malsain.
Les rythmes jouent un rôle prédominant, tantôt lourds et lents, nous plongeant dans un perpétuel recommencement écrasant de noirceur et de douleur, tantôt rapides et désinvoltes.
Et l'on continue de fléchir sous le poids de la vérité sombre et funèbre, les hymnes s'enchaînent, tous empreints de cette haine surdimensionnée, de cette noirceur pétrifiante, de cette froideur inquiétante. Horna prend son temps pour établir et étaler ses ambiances violentes et maladives, "Kirjous Ja Mailja" ou encore le terrible "Saastainen Kaste" crachent leur dose de maléfisme.
Une démarche noble et sombre, à la manière de Darkthrone, toujours animée par la flamme noire qui brûle en eux.
On se plait à se croire emporté vers les contrées de Finlande, parmi les forêts inquiétantes avec comme seule compagne la nuit. Car dans l'univers d'Horna, la lumière ne perce jamais. Seuls l'ombre et le démon ont leur place sur le trône impérial d'un monde sans issue.
Chaque titre est un hymne qui retranscrit à merveille la désolation qui peut naître en nous, comme les premières pluies d'automne qui nous glacent les os, comme le vent froid qui brise en nous tout espoir, comme une étreinte de la faucheuse déposant un baiser empoisonné sur nos lèvres.
Un album assassin, une arme qui atteint toujours sa cible, l'homme et sa stupide religion, moyen de pouvoir inventé par l'être humain. Cette galette, du début à la fin, prend aux tripes, enfonce l'auditeur dans la noirceur de ses plus inavouables pensées, le plonge dans les cendres de sa damnation funeste, et le mène loin d'ici, en enfer, ou rien ne vit et rien ne prospère. Car leur musique se ressent, au plus profond de notre faible âme, telle une élévation spirituelle spontanée et diabolique. Le pouvoir des ténèbres, tout comme celui de Dieu, est infinie.
L'album se termine en trombe avec le colérique "Kuilunhenki".
Horna, délivré de tout carcan qui limiterait son talent, trace son avancé sous le spectre sinistre du true black metal.
Horna suit ses instincts et non des impératifs commerciaux. Leur musique ne fait que serrer davantage au fil des écoutes notre cœur.
Horna signe ici un chef-d’œuvre qui s'inscrit déjà comme une œuvre majeure dans l'histoire du black metal. Rarement il m'aura été donné l'occasion de tomber si une œuvre si impressionnante et d'une telle qualité.
Un Mythe.

Kvar...

4 Commentaires

8 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
sargeist - 19 Janvier 2008: Héhé, encore merci pour cette chronique de EESE. Un superbe album, on le sait maintenant lol
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Horna


Autres albums populaires en Black Metal