PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Fusion Hollywood Undead American Tragedy
CD, date de parution : 05 Avril 2011 - Universal Music Group / Polydor / Octone Records
Produit par : Gilmore Don
Style: Fusion
1 2

NOTE SOM : 7/20
Toutes les notes : 16/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
Deluxe and itunes edition contain bonus tracks
1. Been to Hell 03:23
2. Apologize 03:27
3. Comin' in Hot 03:43
4. My Town 03:36
5. I Don't Wanna Die 03:59
6. Hear Me Now 03:34
7. Gangsta Sexy 03:54
8. Glory 03:34
9. Lights Out 03:51
10. Coming Back Down 03:23
11. Bullet 03:18
12. Levitate 03:24
13. Pour Me 04:03
14. Tendencies 03:32
Total playing time 50:41
Bonus tracks (Deluxe Edition)
15. Mother Murder 04:10
16. Lump Ya Head 03:37
17. Le Deux 03:45
18. S.C.A.V.A. 04:04
bonus track (itunes edition)
19. Street Dreams 4:04
Total playing time 70:21
Bonus tracks (iTunes Pre-Order edition)
20. Comin' in Hot (instrumental) 3:43
21. Apologize (instrumental) 3:27
Total playing time 77:31

modifier l'album  imprimer cet article
46 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
32 avis 3 16/20
Chronique
10 / 20
    Mr4444, Vendredi 06 Avril 2012 parlez-en à vos amis  
N’est pas Rage Against The Machine qui veut

Le mélange Rap-Metal ne laisse pas indifférente notre planète musicale. Entre ceux qui s'insurgent et ceux qui admirent, ceux qui y sont indifférents et ceux qui trouvent que cela a de la gueule. Mais malgré tout, nul ne peut passer à côté des succès mondiaux que Rage Against The Machine a engendrés, démocratisant ce style, repris ensuite par Limp Bizkit, Clawfinger ou dans notre hexagone par Lofofora ou Mass Hysteria (à un degré très différent). Hollywod Undead fait aussi partie de cette mouvance Rap-Metal, à la différence que le groupe insiste beaucoup plus sur le côté rap de leur musique.

Hollywood Undead ne fait pas dans la dentelle et s'ils sont adulés par la mouvance « jeune » du Néo-Metal à succès, leurs attitudes exubérantes en font de bonnes têtes de Turcs, à commencer par leurs dégaines masquées probablement inspirées par Slipknot. En 2008, le groupe sort son premier album, joliment intitulé « Swan Songs » qui, s'il ne brillait pas par une originalité hors du commun, avait le mérite d'être suffisamment remuant et musicalement bien entraînant et sympathique pour accrocher l'oreille. Mais avant tout, pour aimer Hollywood Undead premier jet, il faut accepter de baigner dans une ambiance « djeun'z » rythmés à coups de « fuck you, bitch ». Mais mis à part cela, nous pouvons essentiellement retenir le groove entrainant du groupe, qui parvenait à accrocher l'oreille de l'auditeur.

« American Tragedy » sort donc trois ans après cette première offrande. Changement de chanteur clair à la clé et c'est parti ! Autant le dire tout de suite, ce disque est un véritable bordel, de très bons titres côtoyant des étrons, et aucune cohérence ne ressort d'une tracklist semblant avoir été décidée par tirage au sort. Et comme dit plus tôt, les titres étant soit très bons, soit très mauvais, on décroche beaucoup trop souvent. En soit, il y a un côté Rock qui sort plus qu'un côté Metal, les vocaux hurlés de « Swan Song » ont totalement disparu, la verve textuelle de Deuce complètement évaporée au profit de textes prônant les filles, le sexe et l'alcool. Dans cet album se mélangent trois catégories de titres : les rocks, les rap et les autres.

Par quoi on commence ? Par un défaut qui gâche la plupart des refrains. Que ce soient les meilleurs titres comme les plus mauvais, le chant putassier et clairement trop facile et déjà entendu cinquante fois. Véritablement lassantes, ces envolées pops horriblement ratées gâcheront nombre de moment. Danny est l’exemple même de la voix basique qui ridiculise les refrains de beaucoup trop de groupes de Metalcore (simple exemple).

Pour poursuivre, le groupe enchaîne davantage avec côté rap vexant et énervant de par une attitude se voulant provocante, mais finissant tout simplement par devenir ridicule, le tout rehaussé par un électro bien souvent de mauvais goût. « Apologize » en est le parfait exemple avec cet électro basique semblant tout droit sortir d'un vieux délire 80's, agrémenté d'un rap purement agaçant et d'un chant plat. « Gangsta Sexy » veut se payer une petite ressemblance avec Snoop Dog, mais sans même le frôler, Hollywod Undead parvient à créer LE stéréotype pur et dur du rappeur ridicule voulant se la jouer méchant. Tellement risible que c'est presque une libération d'entendre le niais chant clair sur le refrain. « Lights Out » est digne de passer sur Fun Radio de par une musique purement ridicule et d'un chant rap totalement plat, mené par une partie électro qu'on n'oserait même pas passer en boîtes. « Pour Me » poursuit dans la vague des titres ridicules, mais que le groupe s'est imposé pour respecter son quota de chansons commerciales. Peut-être plus délicate que les autres, mais gâché par toutes ses voix et ses montages purement superficiels.

Outre les chansons purement et simplement mauvaises se trouvent des chansons instrumentalement sympathiques mais vocalement insupportables. « I Don't Wanna Die » en fait les frais, le piano (clavier) pose les bases d'une musique plus atmosphérique, mais le chant vient tout gâcher de par son caractère trop électronisé et son rap vaguement ressemblant à un Eminem enrhumé ou encore à un Jay-Z constipé. « Coming Back Down » accueille un rythme de batterie entraînant et une guitare acoustique agréable, mais devinez ce qui rend le titre lourdingue ? Le faux réveil de la guitare et le très mauvais chant joueront contre un morceau aux apparences agréables. « Levitate » et « Tendencies » sont du même acabit. Electro sympathiquement remuant pour la première, guitare massive pour la deuxième, mais chant purement stéréotypé bon pour passer à la dernière radio à la mode. Tout comme « My Town » finalement...

Finalement, il reste le pentagone du disque. Cinq titres tout simplement réussis. Comme le titre d'introduction « Been to Hell », massif à souhait, guitare écrasante bien qu'un peu trop synthétique et surtout, les trois chants rap s'accordent à merveille et le chant clair dégage les sinus (!), « Glory » apporte un côté un peu épique avec ses longs riffs et son chant furieux et rapide, ou encore « Hear Me Now » est ses vocaux rapides et énervés qui apportent une grosse envie de se bouger, sans compter sur un chant clair totalement dans le ton (c'est suffisamment rare), sans compter ses riffs étendus et son électro entraînant. Ajoutez à cela la batterie puissante et efficace et vous obtenez le titre parfait de cette galette.

Enfin, il reste deux chansons particulières. La première, « Comin' in Hot » possède un gros côté lourd, rap stéréotypé, on prend un clip, on met des filles en décolleté et mini-short et on obtient sans contestation le titre rap par excellence. Et pourtant, ses vocaux énervés et son électro intense en fond un titre qui fera sans conteste bouger les foules en live. « Bullet » est une vraie perle ! Aucun véritable rap, les quatre vocalistes se partagent des plages de chants très agréables et la guitare acoustique donne véritablement envie de claquer des doigts, surtout au rythme de cette batterie entraînante. Un coup de cœur.

Au final, « American Tragedy » est un disque purement inégal. Un gros bordel dans la tracklist empêchera une écoute attentive de ce disque. Un côté très lourd, une imagerie et une dégaine trop stéréotypés, trop copiés et finalement de très mauvais goût. Peu de titres vraiment efficaces, trop de chansons gâchées et des morceaux carrément nuls, Hollywod Undead était un groupe très (voire trop) prometteur. Mais trop d’attentes tue l’attente et « American Tragedy » est un disque tout simplement raté et trop long. Surement appréciable pour un auditeur débutant ou archi-fan du genre et de musique typé radio. Mais n’est pas Rage Against The Machine qui veut.




2 Commentaires

Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Just metal.’ Contact - Liens
Follow us :