Battlefields

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Hate Forest
Nom de l'album Battlefields
Type Album
Date de parution 25 Septembre 2003
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album66

Tracklist

1. Ukrainska Narodna 01:56
2. With Fire and Iron 09:12
3. Ukrainska Narodna 01:05
4. Our Fading Horizons 10:32
5. Ukrainska Narodna 02:00
6. Glare Over Slavonic Lands 10:18
7. Keening 02:45
Total playing time 37:48

Chronique @ ArchEvil

27 Décembre 2007
L'oeuvre de Hate Forest est Purity, le disque de l'aboutissement d'un animal au sang bouillant. la bête cachée au beau milieu des futaies d'Europe de l'est peut rougir de son son moyen d'expression : Un Black Death Lobotomisé, pratiquant avec adresse une hypnose simpliste mais obsédante.
Après la naissance d'un tel pavé dans la marre, la crainte d'un tournant grimaçant est universelle.
Mais Saenko est fidèle à lui-même. Le vieux loup colérique mue mais garde sa sombre robe. Les circonstances obligeant, il est sorti de sa tanière, parti en ermite vers un petit village reculé à l'abri des divergences urbaines dans un souci ethnique et identitaire radical.
Une fois sur place, l'homme s'adapte. Il a sorti son synthétiseur dans l'idée que quelques nappes nonchalantes feraient figure d'artifice caustique aux oreilles.
Ensuite, monsieur sort sa boîte à rythme et sa guitare mais au grand étonnement de tous, laisse ses peaux de côté pour revêtir un brillant costume de guerrier slave.
C'est alors qu'il commence à dessiner les champs de bataille. Les plaines apparaissent, la poussière monte, Roman invoque l'esprit de ceux qui ont combattu et péri ici. Il semble aimer la foule ; il en a même engagé la chorale pour chaque interlude.

En tant qu’amateur de musique ethnique et traditionnelle, je ne peux que rester bouche-bée devant l'authenticité de l'émotion traitée par les choristes. Sans chipotage ni rudiment, entêtants et puissants, leur beauté intrinsèque pousse à l'accompagnement des déclamations. Cette première messe funéraire, marque du penchant identitaire du disque construite sur trois couplets progressifs tristounets catapulte l'auditeur dans le milieu, prêt à subir la charge.

Cette escouade est caractérisée par des riffs lourds, très death metal mais dont la présence d'une boîte à rythme très bien ciselée donne une approche quasi doom.
La voix de Roman passant d'un guttural caverneux aux hurlements belliqueux se marie aussi avec les mids tempos angoissants du début que sous la cavalcade de grosse caisse.
Le clavier en revanche a prit place d'honneur et livre de lourdes nappes brumeuses, rehaussant par moment la tonalité.
Quatre passages de chorale, trois titres metal. Heureusement, ces dernier avoisinent chacun les 10 minutes, le temps pour nous de voyager au travers du cercle théâtral et conquérant de Battlefields. Un disque dont la certaine grandiloquence pourrait rapidement séduire moult amateurs de musique sombre et expérimentale, voire même les inconditionnels admirateurs des ancêtres en drakkars malgré le contexte totalement étranger.

Malheureusement, si Battlefields a tout pour attirer l'oreille au premier abord, son charisme répétitif peut vraiment saouler. Le côté très caverneux de l'ensemble en devient même dérangeant, et c'est souvent au moment crucial ou l'on se sent partir avec la galette, que tout retombe lamentablement. Celle-ci aurait pu sauver l'honneur vers la fin grâce à son mid tempo onirique, mais déjà là, la phase avec l'esprit tire sur la réserve.
En gros, Battlefield est trop mou, ce malgré son homogénéité imperfectible, et le fait qu'il s'agisse d'un exemple de concept album en devient gênant. L'imagination de Roman Saenko débordant d'inventivité, aussi bien sur Hate Forest que sur Drudkh, semble montrer ses premières faiblesses sur ce dernier.
Un album sans réel avenir d'ailleurs, que Roman laissera unique dans sa discographie car un an plus tard, notre homme délaissera son uniforme militaire pour retourner hurler sa haine dans les bois sur Sorrow.

Battelfield est donc une pièce indispensable dans la discographie de Hate Forest. Il n'est certes pas transcendant, mais jouit de son arrangement déclamatoire et rêveur valant bien un petit crochet par chez lui.



5 Commentaires

9 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

ArchEvil - 10 Fevrier 2008: Ah bah ouais, faut s'y habituer. Ce ne sont pas les choeurs mielleux et idylliques typiquement orthodoxe et cathédralesque mais plutôt la petite troupe du coin chantant leur messe funéraire. Je les trouve excellents mais c'est vrai que ça passe pas toujours pour tout le monde le ton dissonant.
 
Nokthor - 11 Fevrier 2008: Et bien j'avoue préféré les chants religieux et grégoriens en latins plutôt que les chants ukrainiens .
Je pense que en ce moment , c'est un peu un phénomène de mode en Ukraine , d'être pro-patriote , étant donné que le pays n'est indépendant que depuis peu , et c'est pourquoi Nokturnal Mortum et autre Drudkh parlent énormèment de leur pays dans leurs paroles .
bojart - 29 Novembre 2011: Un album unique en son genre qui m'as presque immédiatement séduit par ses compositions épurées à l'extrême et de ce fait, assez élitistes, ses vocaux caverneux et cette musicalité quasi-doomesque. les choeurs slaves me plaisent car ils font l'identité de ce disque vraiment spécial.

Une oeuvre fortement originale qui m'as personnellement marqué.
widomar - 25 Juin 2012: j'aime cet album depuis longtemps et je me lasse jamais de "With Fire and Iron" !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ mopirl

20 Mai 2013

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
goueli - 07 Août 2013: Battlefields n'est pas le meilleur album d'Hate forest mais il est le plus "ambitieux" c'est toujours cool d'avoir à faire à un groupe qui essaient de changer un peu de style au moins une fois dans sa carrière
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Hate Forest


Autres albums populaires en Black Death