Omega Wave

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Forbidden (USA)
Nom de l'album Omega Wave
Type Album
Date de parution 22 Octobre 2010
Labels Nuclear Blast
Style MusicalThrash Bay Area
Membres possèdant cet album114

Tracklist

1. Alpha Century 02:00
2. Forsaken at the Gates 04:54
3. Overthrow 04:43
4. Adapt or Die 05:14
5. Swine 06:30
6. Chatter 02:16
7. Dragging My Casket 06:44
8. Hopenosis 05:30
9. Immortal Wounds 05:29
10. Behind the Mask 05:39
11. Inhuman Race 06:25
12. Omega Wave 06:00
Total playing time 1:01:33

Chronique @ GLADIATOR

11 Novembre 2010
Groupe culte du Thrash californien, déjà auteur de quatre albums (dont le cultissime "Forbidden Evil"), Forbidden (le groupe) fit son grand retour sur scène en 2008 avec brio. Son retour en studio se devait d'être également tonitruant, autant dire que nous attendions la formation au "virage qui tourne"...

Ce retour très attendu ne satisfera pas pleinement les fanatiques d'un Thrash "pur et dur", mais comblera ceux qu'une certaine complexité ne rebute pas.
"Omega Wave" fera-t-il oublier "Forbidden Evil"? La réponse est clairement Non, car le pari était audacieux. Surpasser l'excellence des compositions du premier album s'avérait difficile, mais Forbidden n'est pas tombé dans le piège de la surenchère et a préféré "compétence" à "compétition"...Les californiens n'ont pas tenté de franchir le mur du son, et c'est tant mieux.

Le groupe a d'abord choisit de mettre toutes les chances de son côté: La pochette rappelle celle de son premier méfait, mais reste sobre. La production est proche de l'esprit "Thrash", rude et live. La présentation du CD est simple, sans bonus-tracks, juste soixante-et-une minutes (et des poussières de metal) pour douze titres de Thrash technique très travaillé.
Dès "Forsaken At The Gates", une bourrasque s'abat dans votre salon. "Adapt Or Die" décolle votre tapisserie et le reste de l'album s'emploie méthodiquement à détruire tout vos meubles. Chaque morceau est un voyage entre des salves de riffs sévères, des changements de tempo (nombreux) , des cassures brutales de cervicales et de longs soli époustouflant de virtuosité. Les deux bretteurs des six-cordes ont eux aussi évité le piège de "celui qui joue le plus vite" et utilisent leurs compétences et leur science du "riff qui tue" pour installer les ambiances et mettre en place des titres assez complexes et assez longs. Exemple est donné avec le gigantesque "Swine", qui est une des pièces maitresses de l'album. Accélérations foudroyantes, vocaux hallucinés et riffs "marteau-pilon" se succèdent ainsi pendant plus de six minutes sans que l'ennuie s'invite une seconde.
"Omega Wave" est très mélodique malgré tout grace à la superbe prestation de Monsieur Russ Anderson. Ce dernier grimpe sur le podium des meilleurs chanteurs du style, pas très loin de Chuck Billy (d'ailleurs invité sur l'album). Son chant s'est radicalisé, est devenu plus profond et par conséquent, plus mature.

Le travail de la section rythmique est par ailleurs remarquable, et s'adapte sans problème à la complexité instrumentale des compositions. Forbidden a donc accouché d'un monstre de "Techno-Thrash". Certains passages peuvent même être qualifiés de "Thrash progressif" tant les structures musicales sont développées et abouties.

Cependant, deux petits "bémols" sont à déplorer:

L'ordre choisi pour les titres n'est pas judicieux. En effet, les trois premiers titres (en exceptant l'intro "Alpha Century") sont les plus simples et les plus directs. Il aurait été plus pertinent d'intercaler ces titres avec les autres afin d'obtenir un ensemble plus équilibré.

Une fois de plus, la basse est presque absente du mixage final. Un "virus" qui touche beaucoup de productions ces temps-ci...Quelle misère...


J'aimerais pour terminer cette analyse, revenir sur l'interlude "Chatter" (bavardage). Ce mini-titre(deux minutes)est composé de diverses voix mélangées et incompréhensibles, et de quelques notes de guitare tristes et sombres. Malgré tous les bavardages (politiques), la détresse et la précarité sont malheureusement toujours d'actualité...


Forbidden a réussi avec "Omega Wave" là ou Dark Angel avait échoué avec "Time Does Not Heal" : Proposer un Thrash ambitieux, "adulte" et efficace. Toutefois, vous êtes prévenus: "Omega Wave" est un disque qui peut paraitre alambiqué aux premières écoutes. Mais peu à peu, cette vague "Omega" vous emporte...loin...



18/20 Glad.




31 Commentaires

16 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

BEERGRINDER - 14 Novembre 2010: Mmmm, Forbidden fait partie des groupes cultes auxquels je n'ai jamais jeté une oreille, le Thrash Metal est décidément une branche dans laquelle j'ai pas mal de lacunes.

J'avoue que le fait que tu insistes sur la fait qu'ils ne veulent pas "franchir le mur du son", qu'ils n'entrent pas dans la "compétition", "évitent le piège de celui qui joue le plus vite", ne m'incite pas vraiment à me jeter sur ce disque, moi qui adore le Thrash ultra rapide à la old Kreator / Dark Angel.

J'ai aussi vu les mots "progressif" et "mélodique" qui ne m'incite pas non plus à sauter le pas.

En revanche les accélérations foudroyantes, chant radicalisé, et autres riffs qui tuent, ça me parle davantage.

Mon commentaire doit paraître bien froid aux autres intervenants, mais pour moi le côté émotionnel ne joue pas vu que je ne connais même pas ce groupe, à creuser donc (ou pas).
 
GLADIATOR - 14 Novembre 2010: Effectivement BG , si tu cherches un album de Thrash plus féroce , plus rapide ou plus impitoyable que les récents (ou anciens) Kreator ou Exodus (par exemple) , cet album ne te transportera pas . Le Thrash de Forbidden est plus fouillé et recherché que la moyenne , mais comporte néanmoins son lot de riffs et de "bastonnades"..."Omega Wave" est très diversifié , même si on reste quand même dans le Thrash . Tu peux essayer tout de même , mais l'uber-brutalité" n'est pas le créneau de Forbidden , c'est sur . Merci pour ton com , qui permet de préciser un peu plus encore le style de Thrash joué par Forbidden



Pour revenir au titre "Swine" , de par sa construction plus "progressive" , il est vrai qu'il fait penser à certains aspects de la musique de Nevermore . Mais l'ensemble du disque s'en éloigne quand même .
adamp1 - 14 Novembre 2010: belle chronique!! maisun peu de culture sur le groupe. j'entends parler de changement par rapport a Forbidden evil et Twisted. Bah heureusement c'était en 80's mais y'a eu Distortion entre temps et Omega en est la suite logique, donc Forbidden avait déjà réussi là ou Time Does Not Heal avait échouer!! magnifique album en tout cas qui pour une fois mérite le terme de techno trash attribué un peu facilement à mon gout.

merçi glad

ps: on ne dit pas nevermoresque mais Forbiddenesque vu qu'il fesait déjà ça quand Loomis bossait ses gammes ;)
MCGRE - 01 Avril 2014: Bon juste un petit commentaire pour dire que cet album est gigantesque vraiment c'est bien simple en ce moment il tourne en permanence je ne m'en lasse pas putain la classe hé hé et les grateux sont prodigieux , bref du thrash de haute volée .
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Forbidden (USA)


Autres albums populaires en Thrash Bay Area