Dreamless

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Fallujah
Nom de l'album Dreamless
Type Album
Date de parution 29 Avril 2016
Labels Nuclear Blast
Produit par Mark Lewis
Enregistré à Audio Hammer Studios
Style MusicalDeath Progressif
Membres possèdant cet album34

Tracklist

1. Face of Death
2. Adrenaline
3. The Void Alone
4. Abandon
5. Scar Queen
6. Dreamless
7. The Prodigal Son
8. Amber Gaze
9. Fidelio
10. Wind for Wings
11. Les Silences
12. Lacuna

Chronique @ Icare

23 Juin 2016

Beaucoup risquent d’être écartelés entre la violence ponctuelle de certaines parties et ce côté atmosphérique et planant

Fallujah est un groupe déjà reconnu pour quiconque s’intéresse à la scène deathcore/death progressif. Déjà fort de deux albums dont un The Flesh Prevail très remarqué par les amateurs de death technique et brutal à touches progressives et spatiales, le jeune combo californien nous revient en avril 2016 sur Nuclear Blast avec leur nouvelle livraison, Dreamless.


Ici, le quintette exploite au maximum la direction musicale initiée sur l’album précédent, à savoir un deathcore violent et sporadique enveloppé de longues plages atmosphériques et planantes à mi chemin entre Born of Osiris et Cynic. L’ambiance se veut plus que jamais stratosphérique, suggérant un voyage intersidéral, et le mélange détonant du combo entre brutalité death et mélodies spatiales atteint ici son paroxysme. Le son, extrêmement synthétique, n’aide pas à s’immerger dans ces 55 minutes, même s’il faut reconnaître qu’il se prête plutôt bien à ce style qui se veut froid et mécanique.

Face of Death s’ouvre sur le bruit mystérieux d’un espace vide et glacial et se mue en une musique épique à base de claviers planants, de percussions et de petits bidouillages électroniques. Puis les guitares arrivent, lourdes et saccadées, appuyées par une batterie subtile lâchant des salves de double pédale assassines avant que la voix d’Hofman ne résonne, bien agressive et puissante : tout cela s’enchevêtre, pour un morceau à la fois massif, lent, mélodique et aux forts relents progressifs.

Le choc n’en est donc que plus violent quand déboule Adrenaline, bien plus rapide et percutant, démarrant sur les chapeaux de roue sur ce riff à la fois complexe et accrocheur. Gros blasts, growl ultra caverneux, beatdowns gras, envolées lyriques et virtuoses des guitares qui tricotent à tout va sur des rythmes atrophiés et affolants de complexité, le tout baignant toujours dans ces sonorités stellaires apaisantes… On a même le droit à une fin de titre feutrée et jazzy, qui fait la part belle à la basse et au jeu fouillé d’Andrew Baird.

D’une manière générale, le quintette alterne parties saccadées appuyées par une double supersonique et ces guitares progressives qui égrainent un chapelet de notes aiguës et synthétiques qui sonnent parfois comme un clavier. Le growl d’Alex Hofman, lassant sur la longueur car manquant de variété, cohabite parfois avec un chant féminin (The Void Alone, Dreamless, le bon Abandon, qui semble garder une certaine cohérence mélodique, avec cette fin de titre entêtante avec notes spatiales, riffs en saccades et salves de double ultra carrées) qui incarne la facette plus atmosphérique de la galette.

Le titre éponyme coupe l’album en deux, proposant pendant 6,18 minutes une mélodie légère qui semble flotter comme en apesanteur, avec quelques vocaux chuchotés et lointains, une batterie aérienne et des guitares tout en fluidité. La suite sera plus mélodique et apaisée par rapport à une première moitié d’album plus agressive, et The Prodigal Son fera office de transition, avec un bel arpège et un nouveau riff de tueur, à la fois tordu et mélodique, suivi d’un deathcore à la fureur et à la complexité extraterrestres qui vient nous perdre dans un fouillis de rythmes et de riffs inextricables.

Le tout est évidemment incroyable de technicité, et la prestation des zicos force le respect, mais Fallujah semble pêcher par ambition, tentant de concilier deux styles qui se heurtent parfois au sein d’un même titre de manière un peu forcée. L’espace sonore est parfois trop chargé par tous ces instruments qui s’enchevêtrent de manière un peu stérile, annihilant trop souvent l'émotion qu commençait à poindre.

Il est donc plutôt difficile de suivre le quatuor dans ses expérimentations musicales, et il est probable que de nombreux auditeurs risquent d’être écartelés entre la violence ponctuelle de certaines parties qui pilonnent sec (Scar Queen avec ces roulements de batterie supersoniques et les vocaux assommants du chanteur) et ce côté atmosphérique incarné par quelques passages entièrement instrumentaux assez légers (le début de Wind Wings, titre plutôt réussi avec cette intro relaxante et progressive où les instruments metal viennent se greffer petit-à-petit tout en douceur). On constatera d’ailleurs que les Américains explorent toujours plus le côté expérimental et planant de leur musique, avec notamment Fidelio et Les Silences en deuxième partie d’album, qui nous plongent dans une sorte de sérénité vaporeuse sur fond d’électro ambiant spatial et éthéré.

Attention, on ne peut pas dire que Dreamless soit un mauvais album : la dextérité des musiciens, la richesse instrumentale des pistes et la complexité des structures en font un album indubitablement intéressant, mais ces douze titres sont vraiment difficiles à aborder; on regrettera aussi un côté un peu trop intellectuel et artificiel, un manque de spontanéité qui étouffe l’émotion pure qui aurait pu nous emporter dans la béatitude du grand vide cosmique.


Voilà donc un album que les fans de progressif et de belles envolées guitaristiques pourront apprécier, mais qui risque de décevoir les fans d’un death plus direct et agressif. Même si on appréciera la prise de risque, on se tournera plutôt vers la livraison précédente de Fallujah pour se prendre une grosse mandale car Dreamless, comme son nom l’indique, ne fait pas vraiment rêver…

5 Commentaires

8 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Sken - 23 Juin 2016: Moi déjà le précédent qui était un très bon album m'avait un peu laissé cette impression de "too much" et de chaos sonore sur certains passages, ça semble être encore plus le cas sur celui-là donc je passerai surement mon tour. Merci pour la chro l'ami ;)
supertiptip - 24 Juin 2016: Perso je trouve que Dreamless de loin le plus travaillé du groupe. L'accent est mis sur l'épaisseur sonore dans une ambiance cosmic de plus le chant feminin qui ponctue l'album me fait grave penser au dernier mechina qui a une ambiance similaire. Le groupe ressemble de plus en plus à Between The Buried And Me qui est un groupe que j'adore. Je terminerai par dire que j'ai largement préféré Dreamless à Magma qui pour moi une grosse déception en terme de Deathprog.
Fonghuet - 26 Juin 2016: la façon que tu en parles me porte à croire que c'est un album qui me plairait, contrairement aux autres de leur discographie
 
Op467 - 01 Juillet 2016: Quelle claque cet album prog death la beauté et la puissance méléés, mieux que le dernier katatonia trop apaisé et sans puissance.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Fallujah


Autres albums populaires en Death Progressif