Fake Idols

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Fake Idols
Nom de l'album Fake Idols
Type Album
Date de parution 25 Avril 2014
Style MusicalMetal Mélodique
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1. One Way Trip
2. My Hero (ft. Mia Coldheart)
3. Switch
4. Push Me Down
5. When the Curtain Closes
6. Far from my Widow
7. No One
8. I am Wrong
9. My Favourite Game (The Cardigans Cover)
10. The Prankster
11. All my Memories
12. The Trap of a Promise

Chronique @ Eternalis

13 Avril 2014

Fake Idols est un plaisir à déguster juste avant l’été, frais et pétillant.

Tous ces groupes prometteurs qui ne donnent pas suite, qui après quelques albums au-dessus du lot ne parviennent malheureusement pas à passer un certain cap et abandonnent, au regret des observateurs qui avaient misé quelques pions sur eux.
Les exemples sont nombreux, tous les ans sont annoncés le split de combos dont on pensait pourtant voir venir le salut, sans véritables explications, si ce n’est la lassitude de sacrifices répétés n’aboutissant finalement jamais (je me souviens encore de l’annonce du split de Machine Men qui avait pourtant sorti un des albums de power mélodique les plus intéressants de 2007 avec "Circus of Fools").

Cette fois-ci, ce sont les italiens de Raintime qui sont concernés, et qui ont disparu des radars depuis la sortie du controversé (quoique…peut-on appeler une controverse un album qui a fait finalement si peu de vague ?) "Psychromatic" qui avait été la source de grands changements musicaux pour le groupe. Effectivement, on se souvient du death mélodique un brin torturé de "Tales from Sadness" ("The Experiment", quel morceau !) puis du death mélo’ purement influencé par la scène scandinave du destructeur "Flies & Lies" qui avait même repris avec une énorme classe le fameux "Beat It" de Mickael Jackson. Mais voilà, les italiens avaient subi le départ Luca Martina qui était alors le compositeur principal du groupe et Claudio Coassin, vocaliste talentueux et multifacette avait voulu offrir une nouvelle impulsion au groupe. Fini le chant death, bonjour les éléments plus électroniques, une musique plus moderne et surtout une dimension très mélodique qui n’a visiblement pas trouvé son public (dommage).
Quatre ans plus tard, Raintime n’est plus et Claudio Coassin, fidèlement accompagné d’Enrico Fabris (batterie) a formé un nouveau groupé avec le guitariste et bassiste de Slowmotion Apocalypse afin de s’offrir un nouveau départ tout en conservant la veine de "Psychromatic".

Autant dire que Fake Idols (titre d’un morceau de "Psychromatic" d’ailleurs) se veut moderne, tranchant mais avant tout très mélodique et que Claudio n’a pas forcément eu l’envie de revenir au chant death de ses premières années. "One Way Trip" ne surprendra pas véritablement les connaisseurs de Raintime dans le sens où la sensation d’en écouter la suite logique est palpable. Le riff est entrainant et catchy au possible, des chœurs sont là pour renforcer une rythmique sur laquelle le public pourra se faire un plaisir de chanter, Claudio a clairement l’envie d’en découdre et balance un premier refrain absolument dantesque qu’il est impossible d’oublier dès la première écoute. L’influence suédoise d’un In Flames moderne est toujours palpable mais on ressent surtout une dynamique, une volonté d’aller vers l’avant qui place directement les italiens dans les starting block ! Fake Idols, plus encore que le troisième opus de Raintime, cherche à aller à l’essentiel en mettant complètement de côté les aspects plus sombres et tourmentés des débuts du groupe, à l’exception peut-être de l’énorme "Switch", à l’aspect sensiblement plus syncopé sur certaines mélodies mais néanmoins très accessible, malgré le fait que l’on ressente une certaine brutalité et véhémence dans la façon de chanter de Claudio qui fait plaisir à entendre. Clairement, le passé de Slowmotion Apocalypse pour la moitié du groupe n’est qu’historique dans le sens où on est ici très loin du penchant plus hardcore du groupe.

Cependant, on pourra regretter sur la longueur cette trop grande facilité d’écoute qui pourrait trahir le groupe face à une certaine frange du public. Car si l’album s’écoute et se digère très facilement, on peut aussi penser que certaines choses auraient pu être creusées plus loin, qu’une plus grande complexité aurait parfois été louable pour contrebalancer avec tous ces riffs catchy. "When the Curtain Closes" par exemple, sort du lot grâce à un solo de toute beauté mais ce n’est pas forcément le cas d’une fin d’album qui tient un peu trop lieu de remplissage ("I Am Wrong", "All my Memories"). "My Hero" attire également l’attention mais c’est plus pour le featuring avec la sauvage Mia Coldheart que pour la composition à proprement parlé, probablement trop générique. "The Pransker", réintégrant des éléments électroniques et un Claudio bourré d’effets rappelle ce qui nous avait plu sur Psychromatic bien que le refrain ait une tonalité synthétique et artificielle dérangeante. La reprise parfaite de The Cardigans ("My Favourite Game") rappelle aussi de bons souvenirs et fait comprendre que Claudio est un vocaliste sachant clairement s’approprier des compositions extérieures en les intégrant à son style propre et cette reprise est la preuve de sa capacité d’adaptation impressionnante.

Au final, Fake Idols est un plaisir à déguster juste avant l’été, frais et pétillant mais qui manque de cette saveur de nouveauté que l’on pensait trouver si Raintime avait continué. Probablement trop ancré dans une écriture liée à la scène, ou simplement dans une volonté de se faire plaisir avant tout, Fake Idols aura surement du mal à sortir réellement de la masse avec ce premier album, peut-être même plus que Raintime en son temps. Néanmoins, il est indispensable de leur laisser une chance car c’est sur scène que leur musique prendra de l’ampleur, inévitablement. Affaire à suivre dans les prochains mois…

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Fake Idols


Autres albums populaires en Metal Mélodique