Europe

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Europe
Nom de l'album Europe
Type Album
Date de parution 14 Mars 1983
Produit par Tempest Joey
Enregistré à Electra Studio
Style MusicalHeavy Mélodique
Membres possèdant cet album155

Tracklist

Re-Issue in 2009 by Wounded Bird Records
1. In the Future to Come 05:00
2. Farewell 04:16
3. Seven Doors Hotel 05:16
4. The King Will Return 05:35
5. Boyazont 02:32
6. Children of This Time 04:55
7. Words of Wisdom 04:05
8. Paradize Bay 03:53
9. Memories 04:32
Total playing time 40:04

Chronique @ dark_omens

05 Octobre 2014

Une excellente curiosité à découvrir ou à redécouvrir...

Pour beaucoup la simple évocation du nom d’Europe est source d’une franche rigolade teintée d’un mépris à peine voilé. C’est le souvenir conspué de manière dédaigneuse tantôt pour une coupe de cheveux permanentée, tantôt pour une musique bien trop mièvre. C’est le regard de l’intransigeance obtus pour ces chansons bien trop fédératrices (si tant est que cela puisse être un défaut), pour ces couplets aux sons bien trop éloignés de ce mouvement de radicalisation amorcé avec l’émergence du Black Metal, l’apogée du Thrash, la naissance du Death Metal

Je pourrais continuer ainsi à énumérer ad vitam aeternam tous les maux, et le mépris qu’inspire ce groupe à certains. Il y a sans doute du vrai dans tout ce qu’on reproche à la bande à Joey Tempest, pourtant ces stigmates, accentués par le succès phénoménal et la gloire grisante, sont surtout jugements valables pour le Europe de The Final Coundtown. C’est celui-là qui, en effet, promène ses boucles blondes, dont chaque mouvement fait frémir sur les scènes du monde entier des foules entières de jouvencelles étourdies. C'est celui-là qui prend des postures surjouées complices, et dont chaque attitudes calculées fait frissonner les mêmes demoiselles, aux sons de titres bien trop aseptisés dont chaque intervention de synthé vient altérer et masquer outrageusement les harmonies accrocheuses des guitares. Pourtant il y eut une vie avant The Final Countdown.

Et elle commence en 1983 avec cet album éponyme. Un disque où, dès les première notes, l’élément étonnant, qui nous frappe d’emblée, c’est la teneur de ce son très feutré, plutôt grave, qui enrobe cette musique lui donnant un parfum très seventies. On le ressent d’autant plus fortement en s’intéressant de plus près au jeu des toms et des grosses-caisses de Tony Reno, mais aussi en écoutant les guitares de John Norum. Ce son est particulièrement cohérent dans la mesure où les morceaux d’Europe sont très influencés par le Rock et le Hard Rock des ces années-là. On peut considérer le choix singulièrement audacieux alors que la tendance de l’époque est plutôt à l’éloignement allant, au contraire vers des productions aux sonorités de plus en plus claire, des sons de plus en plus secs, et donc de plus en plus distinct.

Un deuxième élément, non moins marquant, est l’absence quasi-totale de claviers. Quelques airs viennent bien en enrichir, de-ci de là, une intro, un titre, mais avec une sobriété et une parcimonie dont on ignorait Europe capable. Le principal instrument de mélodie est donc bien ici la guitare, et la voix.

Un troisième élément, est ce chant. Beaucoup seront ahuris de découvrir un Joey Tempest dans un registre un peu plus grave, un peu plus forcé, mais aussi, de temps à autre, malheureusement, un peu plus approximatif. Il nous offre également, parfois, des choix un peu saugrenus, dangereusement caricaturaux; ainsi les premiers aboiements (comment les appeler autrement) ? d'In The Future To Come, témoignent d’une jeunesse mal contrôlé et d’un petit manque de discernement.

Un quatrième élément, le plus important, est la nature de compositions proposées. Résolument Hard Rock, bien loin des mélodies faciles, des arrangements peaufinés à l’extrême, des refrains convenus fédérateurs, elles témoignent d’un potentiel enthousiasmant, mais elles sont encore bien trop immatures pour être totalement captivante, du moins pour l’instant. Certaines des chansons de cet Europe pourraient même aisément s’apparenter, dans une certaine mesure, à un Heavy aux riffs pesants, agrémentés de rythmes enlevés, et ce grâce au jeu de doubles grosses-caisses de Tony ; rendant quasiment méconnaissable le groupe tant fustigé par nos butors évoqués au début de ce pamphlet. Citons pour étayer le propos les morceaux Memories et l’instrumental Boyazont. D’autres pourraient aussi s’apparenter à cette description, la double grosse-caisse en moins, tel l’excellent The Child Has Gone.

The King Will Return et Word Of Wisdom sont, quant à eux, les deux morceaux les moins réussis, hésitant entre deux genres bien distincts, la ballade romantique dans les couplets, et un Hard plus énergique dans les refrains. En ce sens, ils naviguent dans une mixture douce-amère, là où le choix unique de l’homogénéité se serait avéré, selon moi, plus judicieux.

Dans l’ensemble, aussi surprenant que cela puisse paraître, et en dehors des caractéristiques des pistes décrites jusqu’à maintenant, le reste de l’album nous propose une musique aux riffs plutôt lourds, ou Heavy, adoucit par la côté mélodique du chant de Joey Tempest. Ce mélange donnant naissance à un art à la croisée du Hard-Rock et du Heavy Mélodique de très bonne facture. Pour terminer notons le caractère exceptionnel des soli de John Norum qui ajoute encore du relief à ces chansons, et donc à cet album.

Un premier pas avec pas mal de défauts dus principalement à l’inexpérience, mais aussi beaucoup de vertu, dont le retentissement fut discret (excepté au Japon grâce, entre autres, au morceau Seven Doors Hotel
).

Une excellente curiosité à découvrir ou à redécouvrir.

4 Commentaires

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
lerodeur - 15 Mars 2015: Une belle chronique, bien composée. J'aurais été un chouïa plus enthousiaste que Sombres Présages, pour ma part. Ce disque est excellent et n'oublions pas qu'il n'a été enregistré qu'en deux jours par un groupe d'adolescents suite à une victoire dans un télé-crochet. Celà excuse largement les quelques approximations d'un album au son sans ampleur mais dont les compositions montrent déjà le talent époustouflant des jeunes EUROPE dans l'art du Heavy Mélodique. "In the Future to Come" ouvre bien l'album, "Farewell" (qui s'apellait "Rock On" sur leur première démo) est un de leurs meilleurs titres, "Seven Doors Hotel" est splendide et "The King Will Return" est un très beau blues où John Norum fait des merveilles. La face B n'est composée que de morceaux au minimum bons, souvent brillants ("Words of Wisdom", "Memories"...). EUROPE, ici, est déjà un grand groupe, et tant pis pour les moqueurs qui en sont restés aux synthés "pouêt-pouêt" de leur tube de l'automne 86. Ils ne savent pas ce qu'ils ratent.
RockJensen - 25 Septembre 2016: Sympa la chronique!
J'aime beaucoup cet album qui propose une belle entrée en matière des jeunes suédois et un talent déjà bien présent. De jolies compos bien mélodieuses et les solos de John Norum, du pur bonheur. Ahhh la triplette Seven Doors Hotel/The King Will Return/Boyazont...énorme.
Le style reste accessible puisque c'est la marque de fabrique du groupe mais aussi plus percutant que The Final Countdown, album en demi-teinte et plus mitigé que je place d'ailleurs en dessous de celui-ci(et WOT mon favori) pour des raisons évidentes.
Raisons qui causeront d'ailleurs le départ de Norum du groupe jusqu'à la reformation en 2004.


montesquieu1689 - 25 Octobre 2017:

Très belle chronique pour l'ex-fan que je suis d'Europe depuis 1985 (et que je suis toujours un peu dans mon coeur) que je prend plaisir à lire.

Objective, elle illustre exactement tant la teneur de l'album que, plus généralement, l'esprit d'Europe perçu aussi bien pour les profanes (auditeurs de variétés et autres qui ont incontournablement connu le célèbre "Final countdown") que pour les membres de notre grande famille du Hard / Metal.

Europe, on adore ou on déteste. Mais quand on adore comme c'est mon cas, une telle chronique est un délice à lire et à méditer. Alors merci à son auteur.

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Europe


Autres albums populaires en Heavy Mélodique