A Sombre Dance

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Estatic Fear
Nom de l'album A Sombre Dance
Type Album
Date de parution 1999
Labels CCP Records
Style MusicalDoom Death
Membres possèdant cet album68

Tracklist

1. Intro / Unisono Lute Instrumental 01:22
2. Chapter I 05:03
3. Chapter II 04:51
4. Chapter III 03:33
5. Chapter IV 10:31
6. Chapter V 04:51
7. Chapter VI 04:50
8. Chapter VII(Instrumental) 04:52
9. Chapter VIII 03:16
10. Chapter IX 06:22
Total playing time 48:31

Chronique @ RunCold

28 Décembre 2011

Un contraste saisissant entre les deux parties de la musique, d'une justesse rare

J'ai bien conscience que la perfection n'existe pas, cet album ne fait pas exception à la règle, mais comment pourrais-je mettre un simple 19 à une œuvre qui mérite plus ? Je lui est donc attribué un 20 par dépit, faute de ne pouvoir mettre que des notes rondes...
Estatic Fear, où la peur extatique dans un français approximatif, est un projet datant de 1994 créé par Matthias Kogler, un compositeur autrichien assez peu connu, surtout en dehors des sphères "métalliques", et qui nous signe ici sa deuxième et a priori dernière œuvre, après un Somnium Obmutum de bonne facture mais qui présentait encore quelques défauts...

Ici, avec A Sombre Dance, Herr Kogler nous fait don d'une œuvre classique, qui baigne dans une ambiance médiévale. Pour réaliser son projet, il a fait appel à de nombreux musiciens, jouant aussi bien des instruments de facture assez traditionnels comme la guitare acoustique, le violoncelle ou le piano, mêlés avec des instruments plus anciens tels la flûte ou le luth. A tout ça il a ajouté des éléments issus du metal, comme de la guitare électrique (dont il joue lui-même) et des percussions - qui donne un côté noir et dramatique à l'album - et soutenus par deux voix au chant harsché, une black et une death, elles-même contrastées avec la délicate voix de mezzo-soprano de Claudia Schöftner.

On pourrait grâce à ça facilement assimiler ce groupe au metal gothique, d'autant plus que les tempos lents à l'honneur aident le rapprochement au doom... Mais il y a quelque chose de différent, le gothic metal n'est-il pas un genre mélangeant la musique lourde du metal avec des éléments issus de scènes rock undergrounds ? Ce sont bien parfois des éléments classiques et des voix éthérées qui se mêlent au metal, mais là Matthias Kogler a été bien plus loin... De même qu'il existe le black shoegaze, on pourrait créer une étiquette pour ce groupe unique de "classical black metal" ou "black néoclassique". Dans une moindre mesure on peut aussi l'associer au metal symphonique d'Empyrium ou au black avant-gardiste.

Mais venons plutôt à la musique au lieu de tergiverser sur l'étiquette admise au groupe...

L'album débute sur une introduction instrumentale joué uniquement au luth, toute en douceur...
Ensuite débute le Chapitre I, où l'on peut déjà entendre la voix de Claudia qui chante ici en un anglais quelque peu désuet parlé comme au XIXème siècle, sur une mélodie folk acoustique et délicate au début puis métallique et masculine dans la seconde moitié du morceau. Suit le Chapitre II qui débute à la flûte et se poursuit sur une mélancolique mélodie au piano sous le son d'une pluie battante qui s'égrène, monotone. On note aussi le chapitre III chanté en allemand et doté d'une superbe intro aux cordes et au violon ; le Chapitre IV est la pièce culminante de l'album de près de 10 minutes, différente dans sa structure des autres pièces, mélangeant une multitude d'ambiances ; le superbement baroque Chapitre VIII avec ses orgues radieuses et ses chœurs aériens et enfin le Chapitre IX, chapitre de clôture, où la puissance atteint son apogée sur la fin, tragique, les claviers, l' "orchestre", les voix...

La musique est axée sur une esthétique d'opposition que l'on pourrait qualifier en français de "la belle et la bête" entre le côté féminin de la musique - qui fait ici introduction aux morceaux, dans des mélodies folk, baroque et classique, instrumentales ou chantées par Claudia - et le côté masculin, toujours à la fin, de la bête, plus lourd préférant les éléments "metal" pour un rendu plus sombre, confirmé par le chant rugueux des deux compères de la belle, qui offre des déclamations en anglais pour l'un et des paroles plus invocatoires en latin pour l'autre. Seul l'introduction, l'instrumental folk Chapitre VII et le gros morceau tiroir de l'album, le numéro 4, échappent à ce schéma. Par ailleurs la seconde partie du chapitre IX - qui sert de fermeture à l'album - ose mélanger les deux faces de la musique, l'ange et le démon se mélangeant, se disputant dans un vain effort final avant la fin, achevé sur une exquise mêlée de chœurs aériens et d'un metal beaucoup plus terre-à-terre et mourant sur une dernière note de guitare lancinante.

En conclusion, un album qui se veut comme une ode à la nature d'une grande beauté, des compositions subtiles qui offre une grande homogénéité à l'ensemble sans un instant aucun provoquer le moindre soupçon de lassitude. L'album se trouve être très bien présenté en plus, avec un superbe livret dont les pages ressemblent à s'y méprendre à de vieux parchemins ; la pochette aussi, dans des tons gris sans être nullement triste, où l'on voit une femme à demi-statufiée, au regard neutre et profond, devant un décor sylvestre esquissé et estompé par les brumes. Coup de cœur 20/20.

4 Commentaires

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
gransmurf - 29 Décembre 2011: Attention, dans le deuxième paragraphe tu marques "sa seconde et à priori dernière œuvre". Or qui dit second dit dernier, c'est que rien ne suit. Par contre si il y a un troisième alors on dit deuxième. Désolé je chipote ;)

Merci pour la chro, l'album est vraiment magnifique!!
Vrael - 02 Janvier 2012: Qui dit que la perfection n'existe pas dit que le 20/20 n'est pas parfait ! =p
Chronique magnifique pour une perle rare.
 
Stratos99 - 17 Juin 2012: Il n'existe pas de mots pour décrire ce qu'on ressent quand on écoute cet album.
Il a quelque chose de magique qui nous transporte ailleurs pendant les quelques 49 minutes.
Je trouve qu' Estatic Fear ne peut être comparé à aucun groupe actuel, même si je retrouve une partie de ce que je ressens en écoutant "A Sombre Dance", quand j'écoute du Evig Natt "I am Silence", ce mélange de voix d'une rare justesse.
Un pur chef d'oeuvre,et je n'hésite pas non plus à mettre 20/20.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Peter.K

25 Mai 2006
Assez semblables à leurs collègues d'Empyrium, les membres d'Estatic Fear signent un doom folklorique, dont seuls les grands groupe ont le secret.
Tout au long de cet album ce sont des odes sorties des profondeurs des forêts qui nous bercent tranquillement les oreilles.

De nombreux instruments, tous magnifiques, composent l’œuvre. On peut retenir guitare acoustique, électrique, basse, batterie, piano, lute, flûte, violon, orgue... Le tout formant une harmonie parfaite avec ce qui pour moi symbolise le mieux cette ambiance: la nature.
Un hommage à la nature, c’est pour moi une belle description de ce chef-d’œuvre.

La pochette, superbe, symbolise parfaitement cette ambiance, à la fois féerique et sombre.
C’est cette ambiance qui règne tout au long de l’album, et qui rend ce CD si charmeur et unique. J’ai bien dit unique, car même si la musique d’Empyrium peut paraître très proche, elle est pourtant différente. Ce qu’il manque peut-être à Estatic Fear, c’est la mélancolie de Empyrium. Peu importe, ils n’en ont pas besoin, la richesse et la beauté de la composition suffisent pour combler l’auditeur. Beauté est d’ailleurs un mot très faible, il aurait fallu réinventer un mot à la sortie de cet album ! Un mot unique pour cet album.

Les voix également ont un grand rôle ici : une voix féminine, très charmeuse, une voix black et une voix death très rauque ! Le groupe nous montre que des voix très différentes peuvent se marier (même si ce n’est pas nouveau), et que surtout des voix « violentes » peuvent accompagner une si belle musique.

Les morceaux n’ont pas de titres, chacun étant un chapitre de l’album. Ils s’enchaînent parfaitement, on ne peut pas dire que l’un ressort du lot plus que l’autre, ils sont tous indispensables et symbolisent chacun une étape de cet étrange voyage.
La fin de l’album est comme un réveil suite à un rêve, l’avantage ici, est qu’il ne tient qu’à nous de replonger !

Conclusion : Un album exceptionnel, qui en comblerait plus d’un.
Merci Estatic Fear !

2 Commentaires

8 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
kryzos - 19 Juin 2009: Album magnifique effectivement. Je suis toujours autant subjugué par la beauté de cet album malgrès de nombreuses écoutes. Chapeau Estatic Fear et merci Peter K pour la chronique..
 
mykerinos - 01 Novembre 2011: excellente chronique pour un album sublime que j'écoute depuis plusieurs mois et dont je ne me lasse absolument pas
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Estatic Fear


Autres albums populaires en Doom Death