PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Stoner Doom Electric Wizard Come My Fanatics...
Album, date de parution : Janvier 1997 - Rise Above Records
Style: Stoner Doom

NOTE : 17/20
Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
Re-Issued in 2006 with 2 bonustracks
1. Return Trip
2. Wizard in Black
3. Doom Mantia
4. Ivixor B/Phase Inducer
5. Son of Nothing
6. Solarian 13
Bonustracks (Re-Issue 2006)
7. Demon Lung
8. Return to the Son of Nothingness

modifier l'album  imprimer cet article
95 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique/commentaire Album précédent
34 avis 3 17/20
Chronique
18 / 20
    bojart, Mardi 24 Avril 2012 parlez-en à vos amis  
Un coît musical permanent

Deux ans seulement après leur premier opus, les britanniques d’Electric Wizard, groupe original dans le monde enfumé du stoner doom, ont sortit leur second album « Come My Fanatics… » Avec la même équipe de choc : Mark Greening à la batterie, Tim Bagshaw à la basse (après le split de 2003, ils formeront Ramesses) et bien sûr, l’imposant Jus Oborn à la gratte principale et rythmique ainsi que seul vocaliste. Les effets spéciaux sonores ou FX sont assurés par les trois amigos de Dorchester. Si le précédent skeud était rempli de l’influence glorieuse d'abord de Cathedral mais aussi de Sleep, particulièrement sur les titres « Electric Wizard » (ressemblant, au niveau de la basse et de la batterie, à « Holy Mountain ») et « Devil’s Bride » (empruntant un des riffs de « Dragonaut » pour son refrain), ce n’est surement pas volontaire, comme Goatsnake avec Trouble et The Obsessed. La musique d’EW était alors monolithique bien que déjà entraînante.
Sur cette deuxième galette, c’est un tout autre son de cloche! Black Sabbath et Saint Vitus deviennent les gourous d’un Sorcier Electrique moins empesé et plus oppressant. Gardant une cadence typiquement doom et des sonorités stoner et psychés, le groupe agrémente ses compositions d’éléments…drone (principalemnt des brown noises) mais surtout stoner (Kyuss principalement) avec ce mur de son hyper-gras et incroyablement lourd.

Un doom de haute-voltige vient infiltrer nos esgourdes dès les premiers accords de « Return Trip ». Avec sa composition simple mais très efficace, accompagnée d’un drone parfaitement exécuté, ce titre aura vite fait de vous rendre accro’ ! La langue baveuse sortant de votre bouche pateuse…attention au retour de trip, même musical! On enquille sur l’emblématique « Wizard In Black », plus Black Sabbathien tu meurs (d’O.D)! On pense de suite à « Paranoid », second opus des gars de Birmingham mais aussi aux troisième album de Saint Vitus, l’inoubliable « Born Too Late ». Le refrain se fait sombre et mystique, la guitare et la basse alourdissent une atmosphère déjà bien pesante…les solos me font penser aux fulgurances de Jimi Hendrix sur « Foxy Lady » ou « Voodoo Child (Slight Return) » à Monterey ou Woodstock. Le pont fait frémir avec ce drone doom noir et abyssal qui nous retourne la tête !

Une voix féminine se fait entendre au travers d’un écho flippant sur des circonvolutions guitaristiques. Et puis silence radio…ou plutôt semi-conscience résiduelle de la Medula Oblongata(centre nerveux contrôlant la respiration et les battements du cœur). « Ivixor B/Phase Inducer » ou l’art et la manière de détourner les interférences cérébrales pour essayer de décrypter la pensée. Sans haine ni violence, comme un trip sous acides vécu au fond des catacombes de paris ou dans la crypte de Drugula (héros récurrent de « Witchcult Today » et « Black Masses »), alter-ego halluciné de Dracula, fantasmé par EW. D’un coup, la voix orientale résonne de nouveau, de loin en loin, couverte par les transmissions neuronales entre conscient et inconscient…un bouillonnement de l’esprit qui clôt cet incroyable intermède.

Et juste après, que dire du truculent « Son of Nothing » ? Ouvert par un riff aussi obscur que le Soleil noir, ce morceau fleure bon le THC et une certaine poudre blanche disposée sur un disque de Warning (une des idoles du groupe anglais). Profitant d’un refrain accrocheur couplé à de légers effets sonores à peine perceptibles, ce titre, c’est d’abord un puissant duo basse/batterie rejoint par un jeu de guitare addictif au possible, des mini-solos de grande qualité. L’accélération de cadence portant le bis-repetita du second couplet est un hommage à Black Sabbath (dont la référence à « War Pigs ») ; Tout se termine sur un sample cinématographique tiré de "la Planéte Des Singes".

Et voila la perle de cet album : l’incroyable instrumental de fin baptisé « Solarian 13 ». Tout commence avec cette ligne de basse sensuelle et douce, auquel s’ajoute la guitare de Jus, qui lui vole la vedette grâce à son riff délicat et hypnotisant. Un duo érotique s’engage entre 6-cordes et basse et pour arbitres, les fuzz, les percussions et l'écho vrombissant des instruments de Jus et Tim. Un pur ravissement qui ne cesse de m’émerveiller écoute après écoute. La meilleure composition d’Electric Wizard, à mon humble avis.

Pour information, sur la réédition de 2006, le bonus track "Demon Lung" est un titre enregistré avec Orange Goblin en 1996 et qui sortit en EP.

Bj




16 Commentaires

Commentaire
17 / 20
    fl0))), Jeudi 07 Janvier 2010 parlez-en à vos amis  
On ne présente plus Electric Wizard. S'il y a encore quelques années le groupe restait plutôt méconnu, l'engouement post-Witchcult Today le voit propulsé au rend de culte, aux côtés d'un certain Reverend Bizarre, autre entité devant laquelle les fans de Doom se prosternent à la moindre allusion, le front dans la poussière, en murmurant des incantations incompréhensibles...

"Come My Fanatics" est donc le deuxième album du Wizard, et il est important car c'est celui qui définit vraiment leur son, ce son si particulier, cette "over-saturation" vrombissante qui fait frémir vos enceintes et ravit votre serviteur d'un sourire de contentement sadique.

L'imagerie Satanique et psychédélique fait ici son apparition grâce à cette pochette qui est franchement, mais alors franchement bien réussie (une habitude chez Wizard?) et met en scène un collage d'une photographie de l'Eglise de Satan (Anton Lavey est au premier plan sur la droite, face à ses adeptes) sur une peinture spatiale.

La musique consolide les bases du style initié sur le précédent disque, à savoir un Doom influencé par Black Sabbath et Saint Vitus, très lent, pour ne pas dire hypnotique, où les effets psyché côtoient une guitare et une basse ultra grasses: autant dire le Wizard que l'on connaît!

Le sentiment qui se dégage de ce disque est cependant plus noir que pour Dopethrone, car il plane sur Come My Fanatics un je ne sais quoi de malsain, une aura réellement inquiétante. Peut être est-ce dû à cette voix surchargée de "phaser" et de "délay", ou encore à ces interludes bruitistes et ce chant féminin oriental et loitain au début d'Ivixir B, voir évidemment ce feeling maladif du riff. Tout dans ce disque évoque le malaise. La photo du groupe est d'ailleurs plus qu'éloquente...

On retiendra particulièrement les hymnes (avec un grand "H"!) doomesques de Return Trip et Doom Mantia, mais aussi le chef d'œuvre atmosphérique/drone Ivixor B/Phase Inducer.

Pour résumer, imaginez vous un soir, dans votre maison campagnarde éloignée de tout, après une journée de merde. Vous mettez votre DVD d' "In the Mouth of Madness" de Carpenter (ou un autre film d'horreur, mais un truc quand même bien glauque) et vous fumez une énorme pétard à jeun. Come My Fanatics serait en quelque sorte la bande son de votre bad trip...autant dire que c'est pas du joli.




5 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘Made by Metal’ Contact - Liens
Follow us :