Songs of Grief and Solitude

Liste des groupes Black Pagan Drudkh Songs of Grief and Solitude
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Drudkh
Nom de l'album Songs of Grief and Solitude
Type Album
Date de parution 19 Octobre 2006
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album86

Tracklist

1.
 Sunset in Carpathians
Ecouter02:47
2.
 Tears of Gods
Ecouter08:34
3.
 Archaic Dance
Ecouter03:28
4.
 The Milky Way
Ecouter09:52
5.
 Why the Sun Becomes Sad
Ecouter05:45
6.
 The Cranes Will Never Return Here
Ecouter03:26
7.
 Grey-Haired Steppe
Ecouter02:08

Durée totale : 36:00

Acheter cet album

Drudkh



Chronique @ Paganwinter

17 Décembre 2009
Drudkh, comme un certain nombre de groupe officiant dans le domaine du metal Pagan-Folk (Borknagar, Finntroll, Manegarm,...), s'essaie à l'exercice délicat de la production d'un album exclusivement accoustique, et dans le cas de Drudkh, avec ce Songs of Grief and Solitude, un album entièrement instrumental. Borknagar avait eu droits à des critiques mitigées, Finntroll s'en était fort bien sorti, tout comme Manegarm. Qu'en est t-il alors de cet exercice de style pour le numéro 1 ukrainiens du Pagan Metal? Pour un petit rappel, Drudkh avait jusqu'alors évoluer dans le registre du Pagan Black metal à forte tendance ambiant et athmosphérique, registre ou il continue de prospérer. Autant le dire de suite, Drudkh, n'avait jusqu'alors jamais produit des morceaux qui aurait fais rire un clown, alors je me suis demandé, avant écoute, comment ceux-ci allaient négocier le virage. Je ne m'attendais ni à une épopée forestière à la Finntroll ni à une vague de Folklore guilleret, et je n'ai pas eu tort.

Sans pour autant être renfermé de tritesse ou de solitude dépressive, malgré le titre de l'album, les compositions proposée sont dans un domaine, je dirais, mélancholique. Mélancholie, comme dans beaucoup de cas de figure, d'une époque révolue, celle d'ou vient les légendes et mythes dont s'inspire les 7 titres du disque. Jouées sur un rythme quasi similaire de bout en bout, Drudkh va faire évoluer sa musique en apposant des couches d'instrument. Une guitare accoustique en doublant une autre, de la flûte doublée, que rarement par du clavier, ou encore quelques notes d'un bassiste fort discret, sans oublier quelques percussions officiée à l'aide d'une sorte de tambourin, d'après la sonorité.

Des titres d'ailleurs qui se ressemblent tous, pour ainsi dire. En fait, l'album n'est pas très long, lorsqu'on arrive au seuil des 37 minutes que l'oeuvre dure, on a la désagréable impression d'avoir fait le tour déjà 3 morceaux auparavant, et cela même en comptant sur le fait que les morceaux sont de durée des plus aléatoires (2.08 minutes à 9.52 minutes). En gros, deux guitaristes gratouillent sur leurs cordes de manière bien peu variée et parfois, lorsque l'inspiration vient, un autre instrument fait son apparition. L'album commence pourtant avec un morceau intro plus ou moins intéressant, Sunset in Carpathians, mais difficile par le suite de rester complétement croché à la musique sans revasser. Oui c'est apaisant, mais je n'aurai pas cracher sur des accords plus variés, comme sur The Milky Way (non cen'est pas une chanson sur les fameux chocolats de notre enfance).

L'album, je le répète, est à considérer comme une sorte de test, comme un concept album. A ce titre beaucoup de fans de Drudkh, le Drudkh que l'on connaît tous, pourrait faire la moue à l'écoute de ce Songs Of Griefs and Solitude. Pas nécessairement mauvais, mais franchement pas riche non plus, moi, il m'a bien plu, le temps de l'écoute, couché dans mon plumard, lumière étteinte, mais le lendemain, je l'avais déja sorti de ma tête. Encore un album qui, dans le fond, ne va qu'aggrémenter un certaine discographie, du moins dans mon cas.

Encore juste un petit mot sur le livret, qui recèle toute un panoplie de belles illustrations fort sympathiques ou se mèle légendes, animaux et démons à la façon de peintures classiques.

Paganwinter

2 Commentaires

5 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Deathpair - 17 Décembre 2009: Déçu par cet album, surtout que certaines chansons ne sont ques des reprises de thèmes déjà utilisés (par exemple The Cranes Will Never Return Here n'est rien d'autre que l'intro de Solitude...)
A part la superbe Tears of God j'ai rien retenu.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ mariosmash

10 Mars 2011

un bon disque à savourer calmement seul dans sa chambre...

Drudkh est un très bon groupe opérant dans le black metal, comme de nombreux groupes du genre on trouve dans leur discographie un opus entièrement acoustique, et c’est à cette perle que je veux m’attaquer aujourd’hui car elle est excellente et très complexe. En effet, là ou des disques comme « Urmines Hävd » de Manegarm ou « Evocation I » d’Eluveitie nous livrent des titres faciles à accrocher au premier abord, ce Songs of Grief and Solitude demandera de nombreuse écoutes plus ou moins attentives. L’auditeur doit se plonger dans cette musique et essayer de l’interpréter du mieux possible. Le disque est accompagné d’un livret ou figurent de magnifiques dessins dans un style traditionnel, ou du moins ancien, ces images méritent aussi de l’attention et on y passe du temps à en saisir les moindres détails. Durant tout ce CD la musique évoque des contes et légendes d’Ukraine, et certains des airs utilisés sont des morceaux traditionnels, sachant cela nous pouvons commencer l’écoute…

On découvre là une musique entièrement instrumentale, rythmée essentiellement par le doux son des flûtes et des guitares acoustiques, tout cela accompagné par le chant des oiseaux. L’absence de chant est comblée par la flûte qui joue clairement le rôle d’une piste de chant clair, c’est assez original de voir la flûte utilisée de cette façon (du moins c’est comme ça que je perçois les choses). Ensuite on trouve la guitare en deuxième place, et on reconnait bien là le style de Drudhk, des mélodies mélancoliques, avec un coté dissonant, qui peinent à s’arrêter, mais on en redemande, car cette musique nous hypnotise. On trouve en plus petite quantité des percussions, assez discrètes.

Conclusion, un disque à considérer comme un véritable album, et non pas une « passeé du groupe. Disque à savourer calmement seul dans sa chambre, rien qu’en écoutant, ce Song of grief and solitude est un voyage musical des plus intéressants et des plus curieux qui soit parvenu à mes oreilles. Je recommande cette galette à tout mordu de folk, ou de musique mélancolique, qui aime écouter des chose calmes. 17/20.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Drudkh


Autres albums populaires en Black Pagan