Forgotten Legends

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Drudkh
Nom de l'album Forgotten Legends
Type Album
Date de parution 18 Août 2003
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album164

Tracklist

1.
 False Dawn
Ecouter15:57
2.
 Forests in Fire and Gold
Ecouter08:55
3.
 Eternal Turn of the Wheel
Ecouter11:44
4.
 Smell of Rain
Ecouter02:46

Durée totale : 39:22

Acheter cet album

Drudkh



Chronique @ Nattskog

24 Août 2004
Drudkh, projet parallèle de deux membres de Hate Forest et Astrofaes est un groupe de black metal assez mystérieux. Les deux membres refusant de répondre à la moindre interview et ne laissant ni photo ni signature, le mystère semble avoir été choisi pour entourer ce projet déjà responsable de deux albums en tout juste deux ans d’existence.
Drudkh est un mot de Sanskrit (supposé être la langue parlée à l’origine par la race aryenne – on voit déjà le niveau, mais comme sans savoir cela, on ne peut pas se douter d’une quelconque idéologie nazillonne dans ce CD, il faut en faire abstraction) qui signifie « forêt » ou « bois ».
Originaire d’Ukraine (encore un), ce groupe a pour thème principal les vastes forêts de l’Est de l’Europe, mal connues jusqu’à une époque assez récente (début XXème je pense) et ayant inspiré des auteurs romantiques comme Bram Stoker (« Dracula »).
Musicalement sans grande ambition, le groupe nous dessert un black metal froid, carré, lent, très burzumien et dépressif (si ce n’est pas un pléonasme).
Les guitares, lancinantes, régulières et très répétitives sont suffisamment poignantes pour captiver tout amateur de Burzum et consorts. Les riffs, souvent répétés tout le long du titre, à quelques variantes près lorsque le chant s’en mêle, sont d’une tristesse absolue. Du coup, on ne voit pas la longueur du titre s’étaler : trop occupés à tresser sa corde de chanvre…
Le chant, puisqu’on en parle, n’est pas du tout burzumien. Assez proche de ce qu’on pourrait appeler écorché, il reste tout de même un peu gras, donnant une sonorité particulière, assez cadavérique et caverneuse.
La batterie elle est assez basique : très carrée elle aussi, elle ne blaste JAMAIS, ne fais pas dans le technique, ni dans l’extravagant. Elle soutient les guitares et le chant…
Alors bon, c’est vrai que ce genre de musique n’apporte pas grand chose de nouveau au black metal… c’est même très "old school", mais ça fait du bien par où ça passe, le son étant plutôt correct, on entend bien les différentes parties d’instruments, et ça ne casse pas les oreilles.
Pour ce qui est du livret, il est assez beau : plein d’illustrations dans la veine des pochettes de Paysage d’Hiver (dessins au fusain), on y sent une profonde solitude qui ressort très bien dans les compositions et aussi sur la pochette de l’album. De même, à chaque page, un mot est écrit par dessus le dessin, des mots sympathiques comme « tristesse, amertume, douleur, désespoir,… », indiquant très bien la couleur musicale.
En conclusion, cet album a tout pour plaire à la majorité des black metalleux qui se respectent. Dépressifs s’abstenir.

8 Commentaires

15 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Deathpair - 07 Juin 2009: hey, si y'a du blast dans False Dawn à environ 3 minutes.
Viggdred - 03 Mars 2010: @Sakarov.
Ben ouais, Hate Forest semble assez NSBM, à priori....
bojart - 17 Juillet 2012: Je suis d'accord avec Vigg', Hate Forest "semble" NSBM...poto, un secret de polichinelle : il sont, je crois, nationaliste et réac'.
rikkit - 17 Juin 2013: Encore une fois on va se détendre les mecs, nationalistes et réac ne veut absolument pas dire NS. Quoiqu'il en soit, chronique beaucoup trop sévère, cet album est un chef d'oeuvre, un des meilleurs albums de Black qu'il m'ait été donné d'écouter. Forgotten Legends est rempli du haine latente Autumn Aurora le sera beaucoup moins par la suite.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Ihopeyoudie

09 Mai 2007
Le black metal peut dire merci à Burzum ! Aussi bien pour avoir donné naissance à cette scène black ambiant, porteuse de quelques putain de bons groupes, mais aussi d'une bonne flopée de merdes, ainsi que d’avoir insérer une idéologie plus que douteuse dans ses mœurs, déjà pas très clean dans le fond de la chose. Le pire c’est comment certains bons groupes adhèrent à ça. Là est le mystère, et il demeurera.

Alors oui, si tu veux écouter de la bonne musique, tu devrais d’abord privilégier la qualité intrinsèque de cet album, à savoir la musique en elle-même. Parce que Drudkh, groupe Ukrainien en son état, le mérite entièrement. Comment ne pas fondre en entendant SA musique ? Bon c’est vrai que la scène de ce pays ne nous avait pas apporté de bons groupes, Astrofaes et Hate Forest en tête, un brin des bouses trois étoiles sur le routard du black metal. Donc là, aucune raison de se priver. Aucune raison de se priver parce que la première musique de l’album justifie à elle seule l’achat du frisbee, soit presque 16 min de douce mélancolie qui vient nous bercer. Et surtout nous baffe comme il se doit. Bien que commençant sur les chapeaux de roues, l’utilisation d’un petit blastounet des familles pas violent pour deux sous n’interviendra qu’à partir de la 3e minute, donnant à la mélancolie sourde dégagée une colère presque sans nom. Tout en restant dans l’acceptable et sans pourtant autant devenir ‘mardukienne’. Puis rien que le chant de Roman Saenko en dit long sur l’état d’esprit sur la composition de ce titre, ressemblant certes à un death-metalleux qui se fait étrangler en plein hurlement, mais force est d’avouer qu’il sied à merveille à la musique, tellement il se fait vide d’expression. Le ralentissement se fait écrasant, les effets réduits au minimum achèvent plus qu’au autre chose. Morceau en somme très répétitif, très prenant même, et pas loin de surpasser son maitre à penser dans l’histoire, à savoir Burzum.

Les deux autres ne sont pas anecdotiques, et ne font absolument pas office de remplissage. Loin de là, même si elles ne possèdent pas autant de force que ‘False dawn’. La formule est ici identique, et devrait ravir dans aucun problème les amateurs du style. Moi en tête. Je conseille de planquer les lames de rasoir si tu entres dans un jour de dépression et que tu décides d’écouter ce formidable ‘Forgotten Legends’.

Ah oui, petit détail que j’allais oublier : la production du cd. Tout simplement à tomber sur le cul. A la fois rêche et puissante, surtout pour les guitares, au son pas très commun pour le genre. Puis il faut aussi l’écouter presque à fond, non seulement pour se rendre compte que la caisse claire de la batterie raisonne énormément et que tout l’espace sonore du cd est occupé, pas de ‘trou’, ce qui est tout bonnement hallucinant. Raison de plus pour l’écouter…

0 Commentaire

5 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Drudkh


Autres albums populaires en Black Pagan