Drowned

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Drowning The Light
Nom de l'album Drowned
Type Album
Date de parution 20 Juillet 2004
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album10

Tracklist

1.
 An Eclipse of Sorrow
Ecouter08:51
2.
 A Golden Age Turned to Rust
Ecouter06:57
3.
 The Spear of Longinus
Ecouter07:36
4.
 Varcolaci (Devourer of Sun and Moon)
Ecouter08:56
5.
 Alone in Thought
Ecouter04:01
6.
 To Know Death
Ecouter10:02
7.
 Suffering
Ecouter04:29

Durée totale : 50:52

Acheter cet album

Drowning The Light



Chronique @ Antonin_Martin

21 Mai 2017

Drowned est une oeuvre à part dans la discographie du groupe, d'une production crue et unique

C'est en 2003 que se forma Drowning The Light, projet One Man Band mené par Azgorh, qui deviendra, par la suite, l'une des figures emblématiques du Black en Australie. Drowning The Light est sans conteste l'un des groupes les plus prolifiques et talentueux dans l'Underground, mais également l'un des précurseurs du genre en Australie. Azghorh dévoile, avec Drowned, son premier véritable full-length, paru un an après "The Longing", compilation réunissant les précédentes démos du groupe.

Il existe deux versions de cet album : la première étant une réalisation auto-produite par le groupe, et la seconde une réédition datant de 2011, rééditée par Obscure Abhorrence Productions, sur support CD également, mais avec une autre pochette. En tout cas, les deux covers sont très similaires : elles illustrent l'océan sur un fin grisâtre et le dénommé Azghorh en premier plan. En tout cas, vis-à-vis du second pressage, le son n'a pas été remasterisé, et est resté fidèle à la version d'origine.

"Drowned" est une oeuvre à part dans la discographie du groupe, d'une production unique, qui fait à la fois son charme et sa particularité. En effet, parmi tous les albums de Drowning The Light que j'ai pu écouter jusqu'à lors, je dois avouer que celui-ci est vraiment très différent par sa production singulière, par comparaison aux autres réalisations du groupe, toutes pourvues d'une production identique, et ne variant pas d'un pouce d'un album à un autre. D'une part, je trouve que c'est un manque d'originalité de toujours fournir la même recette, sans apporter du renouveau à sa musicalité. Et d'autre part, c'est aussi la marque de fabrique d'Azgorh, de conserver ce son qui lui est propre, et qui définit aussi l'empreinte de Drowning The Light. En tout cas, bien que "Drowned" soit une sorte d'ovni dans la discographie du groupe, c'est justement cette différence qui le départage des autres productions, pour la majeure partie, comme dit, uniformes et sans variations conséquentes.

Que ce soit au niveau du visuel ou vis-à-vis de la production, le titre de l'album est parfaitement bien choisi : "Drowned" se noie à la fois dans la crasse mais également dans la beauté. Une crasse définie par les vocaux d'Azghorh, très poussés, s'apparentant à des grondements, des raillements inhumains différenciables entre mille ; et notamment le son bourdonnant et peu perceptible des guitares, formant à elles seules un mur sonore massif. Et une beauté définie par la présence de claviers, étant toutefois utilisés avec parcimonie, et s'avérant du plus bel effet, sur des titres comme "An Eclipse of Sorrow", "Varcolaci (Devourer of Sun and Moon)", "To Know Death", octroyant à l'ensemble un aspect vraiment triste et bellissime. Et plus encore sur des morceaux instrumentaux, comme "Alone in Thought" ou sur "Suffering", dernier titre de la galette, qui vient clôturer l'album dans une brise de tristesse et d'une teinte infiniment mélancolique.

"Drowned" est donc un superbe album et reste une oeuvre à part entière dans l'immense discographie du groupe, par cette production crue mais aussi cet aspect mélancolique très fortement accentué sur cet opus. Un essentiel du groupe à se procurer, fleurant bon la mélancolie, tout en conservant un attrait "true" et ancien, qui définit l'essence même du Black d'antan.

5 Commentaires

1 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Antonin_Martin - 21 Mai 2017: Seul : je ne définirai pas cet album de dépressif mais plutôt de mélancolique. Il est vrai qu'il s'en dégage une certaine tristesse mais la dépression est un stade bien plus bas à mon goût. Ce que j'entends par "ovni", c'est que cet album a vraiment une production unique vis-à-vis des autres, même si l'on peut effectivement faire un rapprochement avec "A World Dead", par rapport à l'ambiance qui s'en dégage. En tout cas, la production de "Drowned" est bien plus sale et je trouve les compos moins abouties que sur "A World Long Dead", mais après, chacun ses préférences. Perso, j'aime beaucoup les deux. Par contre, je suis d'accord par rapport au fait que chaque album recèle sa propre atmosphère, cependant il est indéniable que la production ne diffère pas des masses sur la plupart des albums.
Seul - 21 Mai 2017: Oui je vois, disons que je le caractérise dans ce genre car je trouve ça beaucoup plus prenant que la plupart de ces groupes où j'ai plus l'impression d'écouter un mauvais sketch.
Drowned est pour moi le meilleur album de ce que j'appelle la première ère de DtL, c'est à dire jusqu'à Through the Noose. Cette guitare ultra brumeuse, cette voie sortie de nul part avec ces claviers minimalistes mais putain de malsain me retourne complètement. Un des rares albums de dépressif que j'apprécie.
Seul - 21 Mai 2017: Et pour info, il n'existe pas de première version autoproduite tout comme The Longing, il s'agit en réalité de la compilation The Fallen Years les regroupant en double cds. La pochette dite "originale" vient en réalité du livret (j'avais la compile à une époque mais revendu depuis)
Antonin_Martin - 21 Mai 2017: Oui, les claviers sont vraiment minimalistes mais efficaces, et restent du plus bel effet. Ils apportent une touche atmosphérique, un brin d'oxygène à toute cette crasse. Au passage, merci pour l'info, je ne savais pas que cette image provenait de cette compile. Je pensais simplement qu'il y avait un first press avec l'image en question, mais malheureusement, je ne l'ai trouvée nulle part. Des fois les auto-prods sont vraiment très difficiles à se procurer, voire introuvables, c'est ce qui m'a induit en erreur. En tout cas, dans le livret de "Drowned" il y a cette photo, mais sur un fond noir, pas avec l'océan en arrière plan.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Drowning The Light


Autres albums populaires en Black Metal