A Rising Thunder

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Drenaï
Nom de l'album A Rising Thunder
Type Demo
Date de parution 05 Octobre 2013
Style MusicalFolk Metal
Membres possèdant cet album10

Tracklist

1. Intro / When Legends Walked Amongst Men
2. Rebellion
3. Nadir's March
4. Drenaï
5. Eldibar
6. Keepers of the Pride

Acheter cet album

Drenaï


Chronique @ AlonewithL

19 Novembre 2013

C’est par un éclair, que Drenaï se lance dans l’aventure.

On regrette parfois que la Normandie, territoire durablement marqué par son passé, n’ait pas fait germer moult formations populaires œuvrant dans la musique folklorique. En folk metal, certains connaissent déjà « Hopes Of Freedom », ayant fait dans le heavy épique bancal, avant de convenir pour un power folk beaucoup plus entreprenant. Un petit nouveau originaire de Rouen viendra s’associer pour défendre les couleurs du drapeau aux deux léopards. Le projet « Drenaï », initié en 2011, ne conte pas les exploits de leurs ancêtres normands, mais plutôt ceux des romans de l’auteur britannique David Gemmel, décédé en 2006, créateur de romans de Heroic-fantasy, et plus particulièrement du cycle dit « de Drenaï ». Il sera donc question de magnifiques héros et de grandes batailles à l’épée. C’est par un éclair, que « Drenaï » se lance dans l’aventure, sous la protection donc du dieu Taranis.

« A Rising Thunder » est en fait une démo composée de six morceaux. Son introduction « When Legends Walked Amongst Men » nous donne un aperçu magistral. Dès lors, nous sommes enclins à spéculer sur la suite de l’album et l’avenir du groupe. Cette intro est en fait une superbe orchestration épique menée brillamment, ayant un air de ressemblance avec « The Return » d’« Ancient Rites », en grande partie pour sa solennité et sa forte dimension épique. Puis, cela va être la coupure, le divorce. Nous ferons la moue à l’écoute des premières notes des premiers riffs bruts et tranchants de « Rebellion », qui vient relayer l’extase introductive. Ce serait un heavy un peu trop sec, qui n’aurait pas mérité de figurer juste après une composition symphonique aussi ambitieuse. Néanmoins, « Rebellion » va vite révéler ses atouts. Une flûte très déterminée et une bonne couverture épique vont soutenir avec succès l’effort. Nous avons là une rencontre efficace entre la musique de « Cruachan » et celle d’un « Thrudvangar ». Au final, le morceau gagnera notre estime, au point de le repasser avec plaisir des fois et des fois.

Cette attraction tient aussi du fait de l’originalité des chœurs, qui ne font pas dans le registre contemplatif, comme on voit trop souvent dans de nombreuses formations folk et pagan. Nous les retiendrons encore, pour le titre « Drenaï », peut-être moins attachants que sur « Rebellion ». Celui-là mise sur l’énergie, le dynamisme. Nous sommes au comble de l’esprit guerrier. Cet élan est stoppé peu avant le milieu de piste pour une courte pause, pour une courte ballade acoustique emmenée par deux chants clairs ; un masculin et l’autre féminin, ceux d’un couple. Cette phase terminée, l’équipe relance la bataille. On regrettera par contre l’aspect répétitif de sa fin, comme on regrettera également la tournure trop bourrue que prend le très pagan « Nadir’s March ». On aurait beau ici reprendre un aspect plus tribal, la rythmique est poussive, la guitare trop maladroite. Ses sonorités grésillées ne posent pas de problème sur les autres morceaux, ici c’est un handicap. Heureusement, les claviers et la flûte viennent renforcer la structure, la complétant avec de douces mélodies.

La flûte disposera d’un moment privilégié sur l’entame de « Keepers of the Pride ». La sobriété et lla tournure traditionnelle de cette entame rappellera aux intéressés l’œuvre de « Cruachan ». Ce constat passera à trépas au bout de 50 secondes d’écoulement. « Drenaï » semble se révolter, renverser la table en proposant un jeu pleinement viril. En revanche, ce bouleversement dans les remous, dans la force, ne jouera pas en milieu de piste. C’est au tour de la flûte de prendre sa revanche, et d’inviter à ses côtés ce qui semble être un accordéon diatonique. Le répit est de courte durée et cédera aux assauts du trio guitare/batterie/growl. Ils avanceront ensuite de concert, redonnant cette musique finntrollienne que l’on avait entraperçu avant le break. Cette prise en subtilité n’équivaut toutefois pas celle d’« Eldibar », surprenant pour ces accents groove. Ce sont les claviers qui redonneront une assise folk au morceau, en produisant des airs celtiques et dansants. Nous avons en seconde partie de piste un superbe solo, qui fera taire toute médisance à propos de la prestation réalisée par les guitaristes du combo tout le long de cette sympathique démo.

Pour une première réalisation, une démo qui plus est, ça a de la gueule. Si on compare à d’autres pays plus en pointe dans le mouvement folk metal (je songe au voisin allemand par exemple), la France offre peu de formations et peu de réalisations. Néanmoins, gardez à l’esprit que quelques soient ses provinces, en Normandie, dans le bassin parisien ou dans le Poitou, notre pays cultive l’espoir de jours meilleurs, de talents promus à un grand avenir. « A Rising Thunder » laisse l’espérance que « Drenaï » affrontera un jour peuplades mythiques, dragons et êtres maléfiques à travers de nombreuses et lointaines contrées. En travaillant d’arrache-pied ils gagneront ensemble l’expérience et les armes, qui leur permettront un jour prochain d’accomplir de fabuleux exploits. Ils sont encore petits, jeunes, mais déjà forts. « Les gens ont besoin de héros, et s'ils n'en ont pas, ils s'en inventent. » (David Gemmel – Druss la Légende).

14/20

10 Commentaires

8 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Asgard973 - 21 Novembre 2013: Je dirais même plus, c'est d'une telle bassesse d'esprit de s'attaquer lâchement à la note d'une première démo d'une jeune formation française que l'on supposerait que ce Lolo n'a que 12 ans. Mais, vu qu'il a le pouvoir ultime de changer les notes, c'est qu'il doit faire partis des Grands Manitous Somiens. (Mes félicitions à la direction!)
Ca aurait été plus judicieux de s'attaquer à toi(je dis cela sans méchanceté hein) qu'à un groupe qui vient de ce lancer et qui n'a rien à voir dans l'histoire. De surcroît ca pourrait éventuellement ternir leur image dès le début de leur carrière. Bien le professionnalisme de cet administrateur.
AlonewithL - 21 Novembre 2013: La "direction" n'a rien à voir là dedans. Lolol-sel-tique a obtenu son statut en important des chroniques d'un autre site. ça lui monte un peu à la tête, et il a cru bon de me faire une crise de nerfs juste parce que j'ai soumis quelques articles hard rock sur SOR (qu'il croit lui être réservé).
Asgard973 - 21 Novembre 2013: D'accord. Bon, A la limite rien ne lui empêche de faire des chroniques avant ou après toi s'il souhaite se faire une petite collec' de chroniques de Hard Rock.
Hacktivist - 24 Novembre 2013: En effet, ça ressemble plus à un acte gratuit et personnel qu'à une note raisonnée si j'en juge sur la qualité de ta chronique et de tes arguments. Belle pochette aussi. Si ça sent bon le folk, j'irais écouter ! Merci pour la chronique.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Drenaï


Autres albums populaires en Folk Metal