PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Metal Progressif Devin Townsend Ocean Machine
Album, date de parution : 1997 - InsideOut Music
Style: Metal Progressif

NOTE : 18/20
Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Seventh Wave
2. Life
3. Night
4. Hide Nowhere
5. Sister
6. 3 A.M.
7. Voices in the Fan
8. Greetings
9. Regulator
10. Funeral
11. Bastard
12. The Death of Music
Bonustrack
13. Things Beyond Things

modifier l'album  imprimer cet article
205 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique/commentaire
89 avis 2 18/20
Chronique
19 / 20
    Eternalis, Mardi 23 Décembre 2008 parlez-en à vos amis  
A l'instar d'un vignoble déclarant qu’il existe le vin et le vin, je pourrais affirmer (à mon humble avis) qu’il existe la musique et la musique.
Il y a cette masse sonore indigeste considérée comme un métier comme un autre (je sais c’est déprimant mais que voulez-vous !), créée par le seul appât du gain et dans l’unique but d’un succès commercial et financier rapide visant à emmagasiner le maximum de billets verts (car l’effet de surprise ne marche qu’une seule fois !). Et il y a cette musique, que l’on pourra comparer à de l’art (le terme artiste étant un peu utilisé à tort et à travers ces derniers temps), créée dans une vision d’éthique et de totale indépendance afin de véhiculer des émotions sincères, brutes et reflétant un monde ou une personnalité. Un art proposant une constante recherche autant technique et musical qu’émotionnelles, un travail de fond et de forme en somme, sans trace de fainéantise polluant les ondes actuelles.

Devin Townsend fait irrémédiablement partie des hommes de cette seconde catégorie. Il s’implique incroyablement dans ses œuvres, tant que l’on peut parfois penser que cela le dépasse, qu’il ne se rend pas compte de ce qu’il pond.
Que ce soit "Infinity", "Terria" ou cet "Ocean Machine", la splendeur, la magie et le mysticisme de ces albums ne se retrouve chez personne d’autres que lui, on ne pense plus à rien. Sa musique est unique et efface complètement tous les aprioris que l’on peut avoir et on se retrouve dans l’incapacité de trouver de réels points de comparaisons, prouvant le caractère artistique du canadien.

Si S.Y.L dévoile le visage inhumain et schizophrénique de l’homme, sa carrière solo évoque son parfait contraire, l’expression d’une certaine quiétude et d’une paix intérieure, mais toujours avec ce sentiment d’urgence et de pression latente pesant sur nos épaules. La beauté à un prix, et son prix est cette difficulté d’accès dont souffrent les albums de Devin. Mais quelle récompense avons lorsque l’album consent enfin à s’ouvrir à nous, lorsque ce métal atmosphérique et enchanteur ouvre ses portes pour nous emporter dans son monde si particulier.
Pourtant, "Seventh Wave", le premier titre, est relativement facile à digérer. Une intro saturée à la guitare (un son de gratte absolument unique que seul Devin peut réaliser en raison de son accordage très bizarre et de son travail de production également étrange) puis un spectre sonore qui, s’il est très riche et dense, se veut facile à appréhender. Les vocaux mélodiques de Devin rappelle ce qu’il faisait chez Steve Vai.
"Life" apporte un peu plus de clarté à l’album avec une pop légère mais d’une grande profondeur d’interprétation, notamment dans le chant de Devin et les claviers contant un optimisme souvent absent des productions du génie. La partie de batterie, costaud et recherchée, apporte un petit côté metal traditionnel plaisant, comme si devin jouait à nous faire écouter ce que nous voulons entendre.

Mais le malaise s’épaissit considérablement avec "Light" qui, malgré son titre, voit l’arrivée de vocaux bien plus saturés et oppressants, presque en retrait d'une musique comme hors du temps. Les guitares sont lourdes et le son si énorme nous abreuve d’informations contradictoires et antinomiques (beauté-agressivité, légèreté des claviers-épaisseur des guitares). Une noirceur toujours présente sur le morceau suivant, "Hide Nowhere", coincé entre féérie et opacité des ambiances avec des pistes de chant sublimes se dédoublant des dizaines de fois pour un résultat magnifique et unique.
C’est dans cette surenchère musicale (mais pas indigeste) qu’arrive "Sister" et "3 A.M", complètement dépouillés et minimalistes avec un Devin à nu et exceptionnel. Un morceau d’une beauté enivrante où les quelques effets vous emportent loin, très loin.
Ce sentiment de retrait et de minimalisme trouve son aboutissement sur "Voices In The Fan", très accessible et pop se terminant devant nos oreilles ébahis sur une chorale dégageant une émotion incroyable, palpable et d’une pureté absolue (comme sur le "War" de l’album suivant !). Mais Devin ne croit pas aux contes de fées, et il le prouve en utilisant de nombreux effets discrets mais bel et bien présents pour nous empêcher de tomber dans un émerveillement complet et béant.

L’album prendra ensuite une toute autre tournure. Le fait qu’il n’y est aucune coupure présente fait que l’on peut (et doit) écouter le disque dans son ensemble en une seule traite, aidant ainsi à créer une impression de voyage dans les tréfonds d’un monde que seul son créateur connait véritablement (et encore !). L’auditeur, continuellement baladé sans qu’il puisse comprendre ce qui lui arrive, ne pourra ressentir que la fêlure présente à ce moment du disque, avec l’enchainement de "Grettings" et "Regulator", dévastateur et joussif, Townsend chantant comme ce qu’on peut entendre dans Strapping, c'est-à-dire avec une rage que seul lui peut exprimer et dans un mur sonore nous collant une baffe si bonne que l’on tend l’autre joue pour en prendre toujours plus (ô tentation fétichiste !). Quel son, indescriptible pour ceux n’ayant jamais écouté de leur vie un morceau de Devin (et étant par conséquent inculte d’une très grande chose).

La dernière trilogie conceptuelle de l’album, constitué de "Funeral", "Bastard" et "The Death Of Music", sera la plus musicale et approchera de l’extase musicale pure dans son unicité et sa splendeur. Si "Funeral" est un titre typique de Devin en solo, d’une grande douceur mais avec toujours cette tension latente pour une musique atmosphérique, lente et grandiose de plus de huit minutes. "Bastard" lui, n’a rien de typique.
Pendant dix minutes (ces trois morceaux font à eux trois une demi-heure de musique !), une mosaïque de sonorités explose dans nos oreilles avec un bonheur proche du divin. Traitant de la mort, mais avec une grâce incroyable, son penchant exceptionnellement atmosphérique, reposant mais dur, prend aux tripes. Si Devin impressionne souvent pour sa folie créatrice, ici, c’est avant tout l’émotion qu’il dégage qui étonne…et subjugue. La mélodie centrale provoque une espèce de dépendance auditive qui nous rend dans l’impossibilité de ne pas écouter ce titre jusqu’à sa fin tant il est passionnant et droguant. Son tempo languissant pénètre l’esprit insidieusement et brise toutes nos protections émotionnelles afin de nous mettre sans défense avant le final unique et…(mettez l’adjectif qu’il vous plaira !) "The Death Of Music".

Jamais personne n’aura fait un morceau ressemblant à ce dernier, que ce soit dans le fond où la forme. Abordant la mort d’un ami proche, ce titre est une expérience exigeante et difficile mais si profitable. Imaginez un "beat" électronique et répétitif pendant douze minutes pendant lequel Devin hurle sa peine dans une complainte déchirante de sincérité. Musicalement, il est clair que c’est très minimaliste, voir simpliste mais le but est ailleurs car l’émotion qu’il véhicule dépasse tous ce que n’importe quelle forme de technicité pourrait apporter, elle atteint de véritables sommets d’intensité grâce à cette voix parfois chevrotante, au bord de la crise de nerfs, intimiste et écorchée. Un monument de douze minutes que Devin ne dépassera probablement jamais.

Alors si vous n’avez pas compris que cet album se doit d’être dans votre discographie au plus vite, je ne sais plus quoi faire. Je ne lui accorde pas la note maximale pour le simple fait que son géniteur ait produit "Infinity" l’année suivante. Mais cela ne vous empêchera pas de découvrir ce surdoué qui réalise bien plus que de la musique…mais l’expression en sonorité d’une humanité fragile et en constant équilibre entre la paix et la folie.




8 Commentaires
Chronique
20 / 20
    olivierbarbery, Mercredi 26 Septembre 2007 parlez-en à vos amis  
On aura attendu un bon moment ce projet mélodique dont Devin parlait déjà lors de la sortie de son excellent "Heavy as a Really Heavy Thing via son autre groupe : Strapping Young Lad... Notre attente fut largement comblée, car cet album est véritablement une pure merveille. Oubliez l'agressivité des albums de SYL, n'espérez même pas headbanger comme un dingue devant votre miroir, car Ocean Machine nous fait accéder à la paix de notre esprit. Les deux projets sont à l'opposé l'un de l'autre. Les projets solo de Devin Townsend sont le côté "docteur Jeckyl", alors que Strapping Young Lad prend l'apparence du monstrueux "Mister Hyde". On a même du mal à croire que ces deux projets sont les deux facettes d'un seul et même homme. Et pourtant... Nous retrouvons avec bonheur le timbre vocal mélodieux que Devin avait depuis VAI totalement annihilé de son répertoire, lui préférant celui d'un démon sorti des entrailles de l'enfer avec SYL.
Ce qui frappe de prime abord, c'est le son qui émane des 13 titres ; un son massif et puissant qui apporte un souffle incroyablement bénéfique à l'ensemble. L'album s'ouvre superbement avec "Seventh Wave", un titre disposant d'une longue intro qui nous permet d'entrer progressivement dans l'univers musical du canadien. Un univers majestueux, parfois mélancolique, mais toujours enchanteur. On se laisse alors transporter au gré des chansons par des mélodies magnifiques, des vocaux hypnotiques et des rythmiques touchant à la magie. "Life" (avec son refrain très FM), "Night" (et son tempo enlevé), ainsi que "Hide Nowhere" défilent sans que l'on s'en aperçoive. "Sister" casse le ton. Les sonorités psychédéliques se mélangent au son limpide d'une guitare acoustique, pour laisser place à un "3 A.M." très atmosphérique ; un titre d'une pureté toute cristalline, servant d'intro à "Voices In the Fan". "Greetings" succède à ce titre pour laisser à son tour la place à "Regulator" (certainement le morceau le plus heavy de l'album) qui remue énergiquement sans agresser. "Funeral", morceau somptueux s'il en est, d'une infinie douceur prend le relais. Son sujet : la mort, est traité avec la plus infinie douceur. La chair de poule nous guette, et pourtant ce n'est pas terminé. "Bastard" clôt merveilleusement cette odyssée profonde des émotions humaines. En effet c'est un voyage que nous propose le sieur Devin. Le fil conducteur de ces 11 morceaux. "The Death of Music", chanson composée hors cadre de l'album conclut magnifiquement le CD, évoluant dans une atmosphère étrange et féerique qu'aime à créer Devin. On ne peut ressortir indemne d'un tel album. Il réussit à toucher notre âme, à effacer nos peurs et nos angoisses, à voir le monde autrement, et surtout à aimer sa musique au-delà de tout. La musique de Devin Townsend n'est pas de la musique, c'est de l'Art.




3 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘The metal spirit.’ Contact - Liens
Follow us :