PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Black Thrash Deströyer 666 Wildfire
Album, date de parution : 26 Fevrier 2016 - Season Of Mist
Style: Black Thrash

NOTE SOM : 11/20
Toutes les notes : 16/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1.
 Traitor
 
2.
 Live and Burn
 
3.
 Artiglio del Diavolo
 
4.
 Hounds at Ya Bac
 
5.
 Hymn to Dionysus
 
6.
 Wildfire
 
7.
 White Line Fever
 
8.
 Die You Fucking Pig
 
9.
 Tamam Shud
 

modifier l'album  imprimer cet article
44 membres possèdent cet album
ajouter une chronique/commentaire Album précédent
15 avis 1 16/20
Chronique
11 / 20
    growler, Mercredi 02 Mars 2016 parlez-en à vos amis  
votre serviteur en espérait sans doute trop des australiens...

Dire que l’attente fut interminable est un doux euphémisme, puisque sept longues années séparent « Defiance » du dernier méfait de Deströyer 666 intitulé « Wildfire » et fraichement publié chez Season Of Mist. Pour tous les néophytes, il faut savoir que la formation australienne est active depuis 1994 et a publié seulement 5 longs formats dont le fabuleux « Phoenix Rising » en 2000. La musique développée par le combo, et qui a fait sa renommée, est un « black/death » thrashisant, furieux, ravageur et volontairement rétro, tant au niveau de l’élaboration des compositions que de la mise en son. Bien que très ancré dans le milieu underground, Deströyer 666 a acquis, à la force du poignet, une solide réputation et une notoriété grandissante à travers le monde. L’artwork de « Wildfire » est l’œuvre de Zbigniew M. Bielak, artiste polonais, plus connu pour s’être chargé de l’imagerie de groupes tels que Ghost, Watain, Vader ou Absu et Paradise Lost.

D’emblée, Deströyer 666 choisit d’attraper l’auditeur à la gorge avec un cri dont Tom Araya, himself, n’aurait pu renier la paternité. « Traitor » est un premier morceau rapide, au riffing puissant et efficace, émaillé de solos mélodiques, le tout, dans un esprit très « thrash-metal », hérité des 80’s. Cela sera d’ailleurs le maître-mot de « Wildfire », car les compositions d’obédience « Thrash old-school » se succèdent, enrobées de l’aura noire habituelle des Australiens et de cette atmosphère morbide typique. Les accords destructeurs s’enchaînent comme autant d’uppercuts, envoyez-vous donc « Live And Burn », « Traitor », « Wildfire » ou « Die You Fucking Pig » dans vos cages à miel pour sentir vos bouchons de cérumen, explosés les uns après les autres.

Mais Deströyer 666 ne fait pas que foncer dans le tas et sait varier les plaisirs, en ralentissant les tempos avec plus ou moins de succès comme sur « Tamam Shud », long de plus de 7 minutes et qui clôt l’album de manière plutôt incongrue, sur « Hounds At Ya Black » et sa montée en puissance ou encore le début de « Hymn To Dyonisus » et « White Line Fever », plus Rock N’Roll dans son approche.

Et c’est bien là que le bât blesse. Tuons le suspens, un seul mot vient à la bouche de votre serviteur à l’issue de la découverte intégrale de « Wildfire » : déception. Tout comme « Defiance », « Wildfire » est loin de m’enthousiasmer. D’abord, le côté « black/death » a été quasiment totalement gommé au profit d’un « thrash » vieille école qui le rapproche désormais des premiers albums de Slayer, « Show No Mercy » et « Hells Awaits » en tête, ce qui, vous en conviendrez, reste encore très flatteur. Mais lorsqu’on enchaîne sur le fantastique « Phoenix Rising » et ce dernier, il est évident que la sauvagerie destructrice qui habitait Deströyer 666 à l’époque a presque disparu, j’en veux pour preuve qu’un seul morceau, « Hymn To Dyonisus », intègre des blasts-beats.

Comme le « thrash » du début des années 80 est à l’honneur sur « Wildfire », il n’est pas étonnant de ressentir un fort sentiment de déjà entendu comme par exemple, cette incursion, certes très courte, sur le dernier solo de « Live And Burn » (à 3.33 minutes exactement), chez « Creeping Death » de qui vous savez. Aussi, même si « Hounds At Ya Black » est plus sinueux et offre une montée crescendo, il trouve parfaitement sa place sur cette galette, contrairement à « Tamam Shud », qui est aussi dispensable que hors sujet. Il est certain que Deströyer 666 a voulu prendre un risque, mais il est loin d’être payant. Cette composition ne parvient jamais à décoller, traîne en longueur et se termine par des chœurs tout droit sortis de chez Hammerfall.
Pour finir, trop de rétro tue le rétro. La production vintage manque parfois de clarté et confère, de temps en temps, à une bouillie sonore quasiment inaudible, avec un mix de la batterie assez inégal, cet état de fait est encore plus flagrant avec une écoute au casque à fort volume.

L’authenticité et l’honnêteté de la démarche de Deströyer 666 ne seront jamais à remettre en cause, le groupe se fout totalement des modes et pratique la musique qu’il affectionne. Malgré de bons titres (« Traitor », « Live And Burn », « Wildfire » ou « Hymn To Dyonisus ») et, au regard de son passé, la déception est tout de même grande chez votre serviteur. Les morceaux que renferme cet album sont directs et sans fioritures (hormis « Tamam Shud »), mais avec une furie amoindrie en comparaison de ses œuvres précédentes, en faisant abstraction de « Defiance » qui présentait déjà ces quelques défauts. Puis, je dois avouer que je n’ai pas retenu grand-chose de ce disque, au final. Votre serviteur en espérait sans doute trop des Australiens...




11 Commentaires

Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘Metal your head !’ Contact - Liens
Follow us :