PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Thrash Bay Area Death Angel The Art of Dying
Album, date de parution : 27 Avril 2004 - Nuclear Blast
Style: Thrash Bay Area

NOTE : 17/20
Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Intro / Thrown to the Wolves 07:26
2. 5 Steps of Freedom 04:45
3. Thicker Than Blood 03:43
4. The Devil Incarnate 06:05
5. Famine 04:30
6. Prophecy 05:09
7. No 03:23
8. Spirit 06:23
9. Land of Blood 03:37
10. Never Me 05:16
11. Word to the Wise 04:56
Bonus-Video (Japanese and Korean Release)
12. Thicker Than Blood (Enhanced Video Promo)
Total playing time 55:08

modifier l'album  imprimer cet article
213 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent
56 avis 2 17/20
Chronique
    Nightwing, Jeudi 24 Juin 2010 parlez-en à vos amis  
Début du XXI ème siècle. Le thrash, déjà mourant dans les années 90, est littéralement en train d'agoniser. Ces premières années du nouveau millénaire sont endeuillées par une véritable pénurie de riffs acérés. Seuls, quelques acteurs tels que Dew-Scented ou Carnal Forge portent encore à bout de bras une base thrash qui a perdu de toute sa superbe. Relégué au rang de musique has-been, dépassée par les événements, rares sont ceux qui portent encore un intérêt à la Bay Area et à son influence.
2004! Qui aurait pu croire que cette morne année verrait renaître de ses cendres une des formations les plus mythiques de San Francisco? C'est à la surprise générale, que les Thrashers/skaters de Death Angel arrivent comme un cheveu sur la soupe, avec un album plus étincelant que le soleil californien sous le bras. Véritables fantômes absents de la scène depuis 14 ans, les membres de Death Angel n'avaient plus fait parler d'eux depuis l'original Act III (1990). Quelques projets parallèles (en particulier The Organization) durant la décennie 90 ne laissaient en rien transparaître une éventuelle reformation.
Mais c'est en 2003, en participant au festival destiné à venir en aide à Chuck Billy (le chanteur de Testament pour les incultes…) atteint d'un cancer de la gorge, que les Death Angel retrouvent la flamme et l'inspiration qui les caractérisaient.

Alors que propose ce nouvel album savamment intitulé The Art of Dying?
Comment? Qu'avez-vous dit? Du thrash Bay Area? Ce style dont tout le monde se fout et qui ne fait plus peur à personne? C'est une plaisanterie?

Une plaisanterie? Très loin de là! Car cet album est tout simplement une bombe en puissance, qui de par son énergie hallucinante, fit trembler l'année 2004 de tout son long.
Avec une production moderne mais respectueuse des 80's, les Philippins parviennent à donner à leur thrash un dynamisme et une fraicheur sans précédent.
Les 11 titres de cet opus, extrêmement diversifiés, teintés d'influences rocks et heavy, se découvrent avec plaisir et candeur. Tout l'ensemble s'enchaîne avec une aisance et une fluidité rares.
Un arpège aux inspirations folk, léger comme le vent ouvre les hostilités. Amadoués par cette douce introduction, le choc est encore plus grand lorsque le premier riff de Thrown to the Wolves nous explose au visage.
Acte de jeunesse éternelle, intemporel, le morceau semble avoir voyagé des 80's à nos jours sans prendre une seule ride. Tempo thrash à 200 km/h, guitares rageuses, solo malsain et dissonant, refrain imparable: tous les ingrédients sont réunis pour satisfaire nos oreilles en mal de sensations fortes.
Une jolie collection de brulôts 100% thrashy ponctue ce merveilleux album : le sautillant Thicker than Blood aux accents punk, l'inquiétant Prophecy, le furieux 5 steps to freedom avec son intro envoutante ou encore le rugueux Land of Blood (chanté pour l'occasion par le bassiste Gus Pepa). Rien n'est à jeter dans cet enchaînement de titres dopés aux amphétamines.
Pour venir ajouter de la variété à ces missiles à têtes chercheuses, l'excellent famine vient ajouter un côté rock avec son riff de basse auquel vient s'ajouter la guitare wah wah de Rob Cavestany.
Sinueux, corrosif, the Devil incarnate montre un Death Angel qui peut se montrer vicieux et diablement électrisant sur des rythmes lents et tordus. Les voix s'entremêlent à l'unisson pour partir au loin telles des spectres fuyant après avoir commis quelques méfaits.
Mark Osegueda a d'ailleurs évolué vocalement et sa performance, bien que singulière, apparait comme hallucinante sur cet opus. Suintant la rage et la haine, Mark offre une prestation sauvage et maîtrisée tout au long des titres.
L'influence rock se fait de plus en plus sentir, sur un No enjoué, un Spirit touchant (écrit en mémoire du père d'Andy Galeon, le batteur du groupe et chanté par ce-dernier) et un Never Me tout bonnement incroyable, avec son accalmie angevine et son final dévastateur.


Le tout est clôturé par une ballade chantée par Rob lui-même. Très émotionnelle au début, elle prend ensuite des allures de cavalcades démentielles avec sa structure punk et ses soli bluesy.

Inutile d'en dire plus. Vous l'aurez compris, cet album frappe fort, très fort. Bénéficiant d'une véritable identité et d'un savoir-faire indéniable, The Art of Dying marqua en cette année 2004, aux côtés d'Exodus avec son Tempo of the Damned le retour du thrash Bay Area. Et quel retour mes enfants! Convertissant nombres de jeunes auditeurs à sa cause, il fût l'un des albums qui contribua à l'essor de la vague Revival thrash que nous connaissons bien.
Poursuivant dans le registre qui lui est propre, mélangeant son thrash à diverses influences, Death Angel redorait son blason en alliant modernité et tradition.
Magnifique revers de médaille, après 14 longues années d'absence! Putain d'album…





7 Commentaires
Commentaire
18 / 20
    Stench, Dimanche 27 Juin 2004 parlez-en à vos amis  
Pas facile de chroniquer ce premier album de DEATH ANGEL en ... 14 ans !! Pas que la musique soit difficilement identifiable, puisqu’il s’agit toujours d’un putain de thrash metal qu’eux seuls savent faire, mais il n’est pas évident de voir le clavier du pc quand on a les yeux pleins de larmes ! Oui, les DEATH ANGEL sont de retour, et le résultat est à chialer tellement c’est bon ! Un arpège de trente seconde, le premier riff nous saute à la tronche, et premier constat : on retrouve le groupe là où il s’était arrêté, et c’est étonnant de voir comment en l’espace de trois disques pendant les années 80 le combo a réussi à définir un style qui lui est propre, et qui est aujourd’hui immédiatement reconnaissable. Ces nouvelles compos débordent d’énergie, et ne devraient décevoir ni les vieux fans qui retrouveront là leur groupe fétiche au plus haut niveau, ni les plus jeunes en mal de nouvelle sensation. Oscillant entre des joyaux thrash dignes du premier album « The ultraviolence » (« Thrown to wolves », « Thocker than blood » etc, etc, parce que ce disque en regorge !) et des titres plus groove mais très puissants plus proches de l’époque « Act III » (l’excellent « The devil Incarnate » par exemple), cet album est une démonstration de thrash, et même de metal en général. Riffs speeds, guitares hurlantes pendant des solos mémorables, chant varié entre la mélodie et l’agression, pas de doute que ce retour est largement justifié, parce que le groupe a de toute évidence des choses à dire. La grande classe, mais franchement, pouvait-il en être autrement ?




3 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘Made by Metal’ Contact - Liens
Follow us :