PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Hard Rock DAD (DK) Everything Glows
Album, date de parution : 13 Avril 2000 - EMI Records
Style: Hard Rock

NOTE SOM : 14/20
Toutes les notes : 17/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Everything Glows
2. Nineteenhundredandyesterday
3. The Road Below Me
4. Something Good
5. Sunstar
6. Evil Twin
7. Candy Bar
8. A Kiss Between the Legs
9. I'm Not the Same
10. Summer Me Soon
11. As Common As
Bonustracks (Japanese Release)
12. Last Mango in Paris
13. I'm a Little Cloud

modifier l'album  imprimer cet article
24 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique/commentaire Album précédent
9 avis 1 17/20
Chronique
    vincysteria, Mardi 25 Juillet 2017 parlez-en à vos amis  
Ce septième opus (...) s’imbrique parfaitement dans la discographie maintenant très fournie de DAD.

Il y a des groupes qui nous font voyager.

Grâce à leurs ambiances lancinantes, à même de nous faire perdre pieds, de nous plonger dans notre subconscient… Je pense évidemment au métal atmosphérique : Anathema, Lacuna Coil en sont les principaux artistes ainsi qu’Alcest, Naïve ou encore Les Discrets pour parler de notre scène française.


Il y a des groupes qui nous font voyager.

Il y a ces albums, qui n’ont pas révolutionné le monde de la musique, qui peuvent même être anodins dans une discographie mais qui, pour nous, représente bien plus. A leur écoute, différents souvenirs peuvent rejaillir : la nostalgie d’une période, une histoire d’amour, une naissance ou tout simplement une bonne soirée. C’est ce qui en fait leur particularité et leur beauté. Pour ma part, Everything Glows, fait indéniablement parti de cette catégorie.

Lorsque Disneyland After Dark (officieusement) sort en 2000 son septième album, je suis très loin d’avoir atteint la dizaine. Mais pour l’entrée dans le second millénaire, je me souviens très bien écouter cette nouvelle offrande des Danois : assis à l’arrière d’une voiture, la tête posée contre la vitre, à avaler les kilomètres sur la Corniche, observant le soleil se couchant sur la Méditerranée. Certains souvenirs sont impérissables.

Est-ce dû au départ de Peter Lundholm Jensen l’année précédente, batteur et membre fondateur du combo, et à son remplacement par Laust Sonne, que l’on a cette sensation que Everything Glows a ralenti la cadence par rapport à l’excellent Simpatico sorti trois ans auparavant ? En effet, hormis quelques envolées, comme sur « Evil Twin », le tempo a quelque peu diminué. Tant et si bien que sur ce nouvel opus, DAD sonne plus rock que hard.

L’album démarre avec le morceau éponyme et ce dernier représente parfaitement ce qu’est Everything Glows : alternance son clair/saturé pour les guitares, une basse ronde, une batterie au jeu simpliste, un chant juste et entraînant, des refrains mémorisables. En bref, une recette simple mais redoutablement efficace.

Parmi les chansons les plus mémorables de toute la carrière des danois, « Nineteenhundredandyesterday » y a, sans conteste possible, une place de choix : exclusivement jouée en clair, celle-ci est d’une beauté prenante. Le chant de Jesper Binzer n’a jamais semblé retransmettre autant d’émotions. Un solo simple mais parfaitement exécuté. Une pépite.

Le reste du disque n’est pas en reste avec la sublime et planante semi-ballade « Something Good » qui débute à la guitare sèche et où l’assise rythmique basse/batterie fait des merveilles. « Evil Twin » et « The Road Below Me », les deux chansons les plus énergiques de l’album, nous rappellent que DAD est avant tout un groupe de Hard-Rock et qu’ils sont capables de nous proposer un beau panel d’ambiance sur leurs albums. « As Common As », très belle balade, avec sa basse d’une rondeur incroyable, clôture Everything Glows sur une note aérienne.

Cet opus ne connait pas véritablement de temps mort, si ce n’est un « I’m Not the Same » avec sa batterie électronique et un « A Kiss Between the Legs » aux sonorités hispaniques certes sympathiques mais qui sont en deçà de la qualité générale de l’album malgré un chant toujours aussi parfait de Jesper.

Everything Glows n’est pas l’album le plus marquant de la carrière du groupe : moins rythmé et percutant qu’un Riskin’it All ou qu’un Sympatico par exemple. Cependant, grâce à ce son reconnaissable, ses refrains entêtants et surtout grâce au talent et à l’exubérance de ses musiciens, ce septième opus nous propose un Hard-Rock de très bonne facture et s’imbrique parfaitement dans la discographie maintenant très fournie des Copenhaguois.


Il y a des groupes qui nous font voyager.

Ce disque a une aura particulière pour moi qui fait que je ne m’hasarderais pas à donner une note. L’objectivité ne serait pas de mise. Dix-sept ans après sa sortie, j’ai dépassé la vingtaine. Je roule au volant de ma voiture, à avaler les kilomètres vers le Sud-Ouest de la France, observant le soleil se couchant derrière les Pyrénées, en écoutant Evrything Glows et en repensant au chemin parcouru. La vie nous réserve bien des surprises.

A ma famille.
La musique nous fait voyager, tout simplement.




3 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘One goal, one passion - Metal.’ Contact - Liens
Follow us :