Burzum

Paroles
Type Album
Date de parution Mars 1992
Produit par Eirik Hundvin
Enregistré à Grieghallen Studio
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album229

Tracklist

1.
 Feeble Screams from Forests Unknown
 07:28
2.
 Ea, Lord of the Deeps
 04:52
3.
 Black Spell of Destruction
 05:39
4.
 Channelling the Power of Souls into a New God
 03:27
5.
 War
 02:30
6.
 The Crying Orc
 00:57
7.
 A Lost Forgotten Sad Spirit
 09:10
8.
 My Journey to the Stars
 08:10
9.
 Dungeons of Darkness
 04:50

Durée totale : 47:03


Chronique @ GrindKiller

10 Juillet 2016

L'album n'aura probablement jamais son pareil.

Quelle histoire que celle du Black Metal norvégien au début des années 90... incendies criminels, menaces de morts, suicides, meurtres, etc... le Black Metal est à l'apogée de son horreur. Cependant, bien qu'il soit important de situer le contexte historique de cet album mythique, nous ne retracerons pas toutes les aventures du Black Inner Circle. Nous sommes en mars 1992, et cet album éponyme de Burzum voit le jour sur le label du célèbre Euronymous : Deathlike Silence Production. Auteur de deux démos auto-produites, le one man band du également célèbre Varg Vikernes avait séduit le guitariste par le son « extrême et nouveau » qu'il proposait alors. Varg était déjà connu de quelques membres aujourd'hui piliers de la scène Black Metal pour avoir joué dans le groupe, splitté depuis, Old Funeral (avec entre autres Abbath et Demonaz). C'était donc plein d'espoir que Euronymous prit Burzum sous son aile pour le promouvoir...

La pochette, tout d'abord. Réalisée par Jannicke Wiise-Hansen (qui a également conçu la pochette de Det Som Engang Var, le logo d'Enslaved et d'Immortal pour ne citer qu'eux...), elle est extrêmement sombre. Une nuit noire et un brouillard laissant voir quelques arbres morts et une ombre. Simplement. C'est le premier aperçu de la noirceur qui nous attend dans cet album, qui s'ouvre sur « Feeble Screams from Forests Unknown », une piste de 7 minutes, révélant alors rapidement la voix torturée de Varg Vikernes qui va hurler tout le long de cet album. Un premier riff relativement rapide et typique du Black Metal tel qu'on le connaît laisse alors place, après cette introduction, à un riff lent et morbide, qui hypnotisera n'importe quel adepte du genre. La voix glaciale, possédée, plaintive, voire même agonisante, de Varg Vikernes est sûrement un des traits les plus marquants de cet album. On ne la retrouvera plus tard que sur les albums « Det Som Engang Var » et « Hvis Lyset Tar Oss ».

Vient ensuite « Ea, Lord Of The Depths » (que Euronymous avait imprimé par erreur Ea, Lord Of The Deeps), morceau désormais culte parmi les cultes, qui se lance par une fameuse double pédale ô combien utilisée dans le milieu du metal en général. Les riffs se lancent et se ressemblent globalement il faut le dire. Ce morceau reste relativement rapide sur tout le long.
A noter que quelques solos de guitares trouvent leur place, ce qui nous permet de savourer plus amplement ce son de guitare si particulier, propre à cet album. Ce brouillon pourtant clair, cette laideur si attrayante, c'est un sentiment indescriptible qui nous envoûte à travers ses cordes. Et ce sentiment est terriblement présent sur « Black Spell of Destruction », qui est peut-être la meilleure piste de cette œuvre. Sombres à en mourir, de la première à la dernière seconde, les riffs morbides de guitares vous attrapent au fond des tripes et vous maintiennent dans un stress moribond... sans parler des horribles hurlements de torture qui nous sont proposés dès la quatrième minute du morceau, accompagnés encore une fois par cette sinistre guitare dont le riff va grouiller dans votre esprit sans jamais en sortir. Ce morceau est au-delà de tout.

Nous vient ensuite une piste instrumentale presque apaisante : « Channelling The Power Of Souls Into A New God », entièrement jouée au synthétiseur, c'est ce qui se rapproche le plus de ce que nous proposera alors le Count lors de son séjour en prison en 1997 avec son album Daudi Baldrs (également composé au synthétiseur, seul instrument auquel il avait accès alors). Très envoûtant, le morceau vous relaxerait même après cette perle noire qu'est Black Spell of Destruction, avant d'enchaîner sur, à nouveau, un hymne du Black Metal : « War »
Qui, bercé dans le Black Metal, n'a jamais entendu War ? Réellement ? Morceau rapide, rythmé, ô combien repris, War est une figure emblématique du Black Metal actuel et encore plus de celui d'antan. Le morceau s'achève sur ce qui est pour moi le meilleur solo de l'album, car beaucoup plus prenant aux tripes. Il reste intéressant de savoir que ce fameux solo est joué par... Euronymous !
Ce « War !! » hurlé en guise de refrain ne pourra jamais vous laisser indifférent.

La guerre finie, « The Crying Orc », piste instrumentale de moins d'une minute vous prépare pour le célèbre « A Lost Forgotten Sad Spirit ». Une pièce longue de presque onze minute, alternant entre ces fameux riffs rapides où la double pédale domine et ses riffs lents et glacials.
« My Journey To The Stars », titre qui replonge dans les ténèbres du premier morceau. D'une longueur relativement similaire (huit minutes), la piste reste fidèle au reste de l'album, et cette batterie vers les six minutes quarante, les toms frappés tels des tambours de guerre vont donneront des frissons dans le dos.

Encore une fois, morceau on ne peut plus ambiant : « Dungeons Of Darkness ». Quelques grincements, un bruit profond et omniprésent, de plus en plus pesant, un (presque) silence mortuaire assez long, puisque le morceau dure presque cinq minutes. Ce seront cinq longues minutes pour les non adeptes de l'ambiant. Et ces cinq minutes clôtureront donc l'écoute de ce monument norvégien : l'album éponyme du célèbre one man band Burzum.

Voilà, considérons en conclusion que cet album est... exceptionnel. Oui, je le qualifierais d'exceptionnel car tout y est unique. Ce son est unique, ce chant est unique, cette froideur dans les riffs de guitare est unique, cette ambiance morbide est unique. Nombreux sont les groupes qui témoignent d'une ambiance morbide, funéraire, glaciale, glauque, malsaine et tout autre adjectif du même genre, mais aucune n'est celle de cet album de Burzum, preuve que cette production n'aura probablement jamais son pareil. Il pourra s'avérer répétitif, long, ennuyeux pour certains, c'est évident, mais il ne pourra jamais laisser indifférent ou ne pas surprendre son auditeur.

Cependant, on pourrait se poser une question en écoutant cette merveille : d'où est tiré son succès ? Est-ce bien en effet du talent du Count, ou est-ce dû aux événements qui suivirent peu de temps après ? Il est évidemment sûr que l'année 93 a créé une vague dans le milieu du Black Metal et de nombreux groupes ont alors commencé leur carrière. Comme disait Metalion, personne ne connaissait Vikernes lors de son arrivée sur la scène Black Metal. Euronymous semblait très enthousiaste devant l’œuvre de Burzum, ce qui n'est probablement pas un manque de goût, preuve en est. Il est également impossible de nier que les actes de Varg n'ont pas aidé à sa popularité croissante et à son influence plus que gigantesque dans la scène. Cependant, parmi les milliers de one man bands qui existent, est-ce qu'un seul a su créer cette atmosphère dont cet album fait preuve ?

Et si rien ne s'était passé, est-ce que Burzum serait allé aussi haut ? Impossible de le dire car l'Histoire s'est déroulée autrement. Toujours est-il, qu'à mes yeux, cet album est inimitable, doté d'une force misanthropique malsaine, moribonde. Les influences de Varg Vikernes sont notables aussi, notamment Ea, divinité mésopotamienne connue aussi sous le nom d'Enki, ainsi que l'écrivain J.R.R Tolkien, évidemment. L'homme a donc fait parler son âme à travers ce chef-d'oeuvre, et pour moi, c'est du talent.

Un album hypnotisant, fascinant et dégoulinant de noirceur, inimitable, unique et gravé dans l'Histoire du Black Metal.

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
PhuckingPhiphi - 11 Juillet 2016: Cet album aurait-il eu le retentissement qu'on lui connaît aujourd'hui sans les frasques du sieur Vikernes et de ses aimables compagnons de jeu de l'époque ? Difficile à dire… Toujours est-il que l'œuvre demeure fondatrice et d'une noirceur rarement égalée, même un quart de siècle après. L'ami Varg ayant par ailleurs toujours pris soin de ne jamais exprimer ses opinions politiques discutables dans sa musique, ce disque y gagne un petit quelque chose d’intemporel et d’éthéré, une sorte de poésie macabre que même ses détracteurs les plus féroces (et ce n’est pas ça qui manque !) ne pourront lui dénier.

Petite précision quant à la pochette (également valable pour celle de Det Som Engang Var) : elle est bien signée Jannicke Wiise-Hansen, mais il s’agit en réalité d’une reprise frôlant la contrefaçon d’une illustration réalisée à l’origine par Keith Parkinson pour un antique module d’Advanced Dungeons & Dragons : The Temple of Elemental Evil. Quand on sait que Vikerness était un énorme fan de jeux de rôles dans sa jeunesse (et même encore maintenant, puisqu’il en a récemment publié un), ce gros clin d’œil n’est guère étonnant.

L’illustration originale peut être vue ici :

https://www.tumblr.com/search/the temple of elemental evil

Merci pour la kro ! :)
GrindKiller - 11 Juillet 2016: Oui je suis d'accord pour ton premier paragraphe :)

Intéressant à savoir, je ne connaissais pas tant de chose sur cette pochette, merci!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Alakihel

12 Juin 2011

Burzum, premier album de Vikernes à voir le jour, après 1 an d'attente, deux démos et deux groupes dissouts (Old Funeral et Uruk-Haï), Vikernes va pouvoir sortir son premier opus, titre éponyme, pochette sombre, son très crade, une voix d'outre tombe à réveiller un mort, Varg nous présente
un des albums incontournables de sa discographie [bien que la totalité des albums soit Kvlt et incontournable], celui ci est inlassable.

Première écoute, une grande claque dans la figure s'impose. Tous les titres sont parfaits du début à la fin. On retrouve des titres mythiques tels que "War" [qui je pense vraiment est une des chansons de l'histoire du Black à être le
plus reprise avec "Freezing Moon" de Mayhem] ou "Ea. Lord of the Depth".
L'album fait ressortir une ambiance bien propre à celle que nous propose Varg dans chacun de ces opus suivants, que ce soit "Hvis Lyset Tar Oss" ou "Det Som Engang Var".
Bref, une figure incontournable et mythique de l'histoire du black métal que nous connaissons tous et qui s'achèvera le jour ou le destin frappera à la porte de Oystein
Aarseth [alias Euronymous] par cette nuit Août.

Un album génial, un style souvent copié mais jamais égalé et comme l'a dit lui-même Varg en parlant de la raison qui l'a poussé à faire son One-man band.
"A quoi cela sert-il de faire 35.000 groupes qui font la même musique?"

Alakihel.

3 Commentaires

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
nightmare34 - 27 Décembre 2011: Excellent album! Comme tu l'as dit, inlassable!
Lingon - 22 Juillet 2013: Le meilleur album de Black Metal de tous les temps. PS: Immense soutient à Monsieur Vikernes et soulagé d'avoir appris sa libération, hail à lui ! 14
Thorstein - 12 Juillet 2016: URUK Hai etait son projet solo pré-Burzum , on va dire projet solo pour etre plus correct .
sinon super album , chronique courte mais agréable .
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Burzum


Autres albums populaires en Black Metal