PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Death Grind Brutal Truth End Time
CD, date de parution : 27 Septembre 2011 - Relapse Records
Style: Death Grind

NOTE SOM : 12/20
Toutes les notes : 15/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Malice
2. Simple Math
3. End Time
4. Fuck Cancer
5. Celebratory Gunfire
6. Small Talk
7. .58 Caliber
8. Swift and Violent (Swift Version)
9. Crawling Man Blues
10. Lottery
11. Warm Embrace of Poverty
12. Old World Order
13. Butcher
14. Killing Planet Earth
15. Gut-Check
16. All Work and No Play
17. Addicted
18. Sweet Dreams
19. Echo Friendly Discharge
20. Twenty Bag
21. Trash
22. Drink Up
23. Control Room
Bonustracks (Deluxe Edition)
24. Dead (Napalm Death Cover)
25. Money Stinks (DRI Cover)
26. White Clam Sauce (N.Y.C. Mayhem Cover)
27. Swift and Violent (Violent Version)
28. S.O.B. (S.O.B. Cover)
29. The Nightmare Continues (Discharge Cover)

modifier l'album  imprimer cet article
46 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 €6,97
 buy
14 avis 2 15/20
Chronique
17 / 20
    FBD5367, Mercredi 02 Novembre 2011 parlez-en à vos amis  
End Time… avec des albums comme celui-ci, on n’est vraiment pas pressé qu’elle arrive, la fin des temps!

Vu et entendu que, malgré la bonne volonté de quelques poignées de citoyens du monde, l’humanité ne fait pas l’effort de progresser, qu’elle s’enlise dans les mentalités égocentriques et matérialistes, se complaît dans le confort par le profit, la médiocrité intellectuelle et l’aliénation des valeurs altruistes, elle se condamne elle-même à une misérable extinction. À l’image des grands empires et civilisations suffisants et décadents.
La stase est la mort… Les beaux discours n’ont aucun effet…
Peut-être qu’un ultime avertissement braillé dans une explosion de décibels secouera un peu les fesses molles des consciences assoupies ?
Il y a des coups de pieds au cul de l’intelligence qui se perdent…

Brutal Truth constate, s’indigne, accuse, invective. Toujours contestataire. Mais fi des longs discours ; les textes sont courts et simples, voire simplistes, car ce sont des évidences, des observations, des interrogations. Toujours les mêmes, oui, parce que rien n’a changé. L’avenir est toujours sombre et misérable.
Ainsi “Malice” ouvre-t-il l’album de façon inquiétante, avec une lourdeur désabusée qui laisse entrevoir les ruines des sociétés dites civilisées ; puis monte progressivement en puissance avant de retomber dans une pesanteur boueuse, déjà accompagnée d’une guitare distordue. C’est un des morceaux les plus longs (il dépasse les 3 minutes), si l’on excepte le tout dernier qui dure un quart d’heure, “Control Room”, qui fait office d’outro, une instrumentale antimusicale expérimentale qui donne la part belle aux solos de batterie.
“Simple Math” enchaîne brutalement ! C’est parti pour tancer le système !
Les titres se suivent sans se ressembler, ils sont exécutés entre 40 secondes et 1 minute 40, ce qui leur permet d’avoir chacun une identité, avec leurs propres riffs et variations alambiquées (“Crawling Man Blues”), leur propre lot d’inserts grinçants, qu’il s’agisse de solos ou de mélodies dissonantes. “End Time” a son joli petit final, limite mélancolique. “Celebratory Gunfire” reprend le riff très entraînant de “Global Good Guy”, titre présent sur Evolution Through Revolution. “Old World Order” possède des caractéristiques Punk et Thrash relevées par le jeu de basse.
Après de bonnes rasades de brutalité brute, on a le droit à des morceaux plus… calmes (si on peut dire !), comme “Butcher”, qui, du coup, avoisine les 3 minutes ; et qui précède l’excellent “Killing Planet Earth”, puissant, fouillé, riche, avec son riff avant le final qui fait headbanger automatiquement. Mais surtout, on a le droit à ces fameuses interludes barrées et pesantes, chères à Brutal Truth, histoire de bien faire comprendre que tout est foutu ; cependant, mis à part “58 Caliber”, elles ne sont pas des pistes à part mais insérées dans certains titres, comme le final de “Gut-Check” avec Winters In Osaka pour les parties électroniques, ou “Warm Embrace of Poverty” où l’on croit entendre une flûte (?!) ; il peut s’agir de larsens, comme dans “Control Room”, mais notons la participation d’un certain Robert Piotrovicz (artiste polonais prolifique, compositeur électro-accoustique et adepte des improvisations noise) au synthétiseur analogique modulaire.

Par la variété de ses compositions et la juste disposition des morceaux qui donnent une bonne dynamique à l’album, on a parfois l’impression d’entendre la suite directe et logique de Evolution Through Revolution mêlée à la folie et l’inventivité de Sounds of the Animal Kingdom.
En fait, End Time pourrait être un mix du meilleur des deux, tant il en reprend les bons ingrédients ; saupoudré, qui plus est, d’essence de Need to Control.
La production est soignée, l’ensemble est un poil moins noisy que l’album précédent, il n’y a plus cette impression de grésillements d’ampli sur la fin, et la voix de Kevin Sharp sonne légèrement moins criarde. Certains le regretteront peut-être.

Cependant, si End Time comporte des compos travaillées, point de surenchère, elles restent directes, efficaces, explicites !

En tout cas, le dégoût de l’ultra libéralisme, du consumérisme, de la manipulation politique et médiatique, et des phénomènes de masse, avec les comportements absurdes qui en découlent, est toujours le thème principal de Brutal Truth.
L’artwork, réalisé par Orion Landau (artiste chez Relapse depuis les 90’s, auteur des couvertures de Cephalic Carnage, Dying Fetus, Misery Index, Mumakil, Origin… entre autres, et Total Fucking Destruction en collaboration avec Rich Hoak), illustre cette idée de contre-culture américaine contestataire : tout en contraste de noirs et blancs, avec effets de salissures et d’usure adéquats. Détournement des affiches de propagande consumériste avec un humour noir et sale. Facile ? Simpliste ? Classique ? Déjà-vu ? Certainement, mais c’est le propos.
C’est la fin des temps, bordel ! On ne va pas enjoliver un tel sujet ! D’autant plus que la masse adepte du moindre effort de l’humanité en déliquescence ne lèvera peut-être même pas un œil endormi sur le visuel…

End Time… avec des albums comme celui-ci, on n’est vraiment pas pressé qu’elle arrive, la fin des temps !




17 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Think. Feel. metal.’ Contact - Liens
Follow us :