PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Thrash Metal Bonded By Blood Exiled to Earth
Album, date de parution : 10 Août 2010 - Earache Records
Style: Thrash Metal

NOTE SOM : 14/20
Toutes les notes : 15/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. 600 A.B. (After the Bomb) 05:02
2. Episodes of Aggression 03:39
3. Prototype: Death Machine 05:55
4. Prison Planet 03:09
5. Genetic Encryption 03:43
6. Blood Spilled Offerings 03:07
7. Exiled to Earth 03:08
8. Parasitic Infection 00:53
9. Desolate Future 04:43
10. Sector 87 03:20
11. Cross-Insemination 05:35
Total playing time 42:08

modifier l'album  imprimer cet article
60 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent
17 avis 2 15/20
Chronique
13 / 20
    Fabien, Jeudi 30 Septembre 2010 parlez-en à vos amis  
A l’image de Warbringer ou Evile l’an passé, de nombreux jeunes groupes issus du revival thrashmetal proposent désormais leur second album, après des débuts prometteurs mais encore trop scolaires. C’est le cas de Bonded By Blood en ce mois d’août 2010, de retour chez le label mythique Earache Records, désormais sans grandes formations deathmetal en son catalogue, excepté les norvégiens de Blood Red Throne encore présents dans ses rangs.

Bonded By Blood revient cette année avec un concept album, contant l’invasion de la terre par une race alien déterminée à dominer la race humaine, fort bien mis en image par Raid Southen. Le groupe californien s’offre parallèlement les services de l’ingénieur du son Ralph Patian (connu par ses prestations pour des formations telles que Megadeth, UFO ou White Wizzard), bénéficiant d’un enregistrement à la fois puissant et suffisamment incisif.

Le très bon 600 AB ouvre idéalement ce nouveau Exiled to Earth, débutant sur un passage acoustique suivi d’un mur de guitare tout en puissance. Le rythme devient alors tantôt tapageur ou entrainant pour le meilleur effet, renfermant un solo magnifique en son coeur, assurément une des grande force de l’album. Les parties leads éclatent en effet régulièrement au fil des morceaux, leur donnant beaucoup de corps, sans compter ces mosh-parts à foison, si emblématiques d’Anthrax ou plus récemment de Municipal Waste, qui apportent le relief demandé.

A l’image du bon Episodes of Aggression aux accélérations fracassantes, du titre éponyme et de Sector 87 particulièrement entrainants, ou encore du fabuleux Desolate Future divinement calibré, Bonded By Blood maîtrise bien son sujet, lâchant un thrashmetal nerveux, débordant de l’entrain si vital dans le style. En revanche, le résultat reste encore académique et manque véritablement d’identité, tant le groupe s’évertue à retrouver les codes du genre établis durant les années 80.

Plus abouti et plus personnel que son prédécesseur, à l’instar des derniers albums d’Evile et Gama Bomb montrant des formations en progression constante, Exiled to Earth s’impose comme une oeuvre de qualité au sein de cette scène revival thrashmetal actuelle. Il manque encore au jeune Bonded By Blood ce zest de personnalité pour vraiment faire la différence, bien que le groupe semble se diriger sur les bons rails. Il reste toutefois la voix éraillée de Jose Barrales, un brin irritante, faut-il l’admettre. En revanche, ces duels de soli entre Alex Lee et Juan Juarez, quel bonheur !

Fabien.




14 Commentaires

Chronique
15 / 20
    Mindkiller45, Mardi 12 Octobre 2010 parlez-en à vos amis  
Deuxième galette en deux ans pour nos américains thrasheux de Bonded By Blood. Ces derniers nous avaient livrés un premier album il y a deux ans, de bonne facture certes, mais trop emprunt de leurs influences. Ainsi on y retrouvait les recettes qui faisaient mouches il y a maintenant 25 à 30 ans, à l'époque des glorieux Death Angel, Metallica, Exodus et j'en passe. Mais nos latinos américains, qui ont depuis la sortie de cet album changé de chanteur, persistent et on sent que des efforts sont fait pour ne pas être une pâle copie des groupes thrash 80'S !

C’est donc avec avec cet Exiled to Earth que BbB remet le couvert et nous donne cette baffe qu'on attendait d'eux. Loin d'être le thrash deathisant de Fueled By Fire sans pour autant lorgné vers l'orientation 90's du style. Bon, la production elle est très moderne avec un bon gros son (ça change du son garage des 80's). Mais le petit plus qui manquait sur l’album précédent semble avoir été corrigé. Désormais, le groupe semble ne plus simplement vouloir être un très bon élève du Thrash mais plutôt une référence. Les titres sont plus travaillés avec des riffs toujours aussi ravageurs… Mais l’intensité y est. On sent plus la hargne dans la façon de jouer que sur l’album précédent.

Bref le groupe se construit une identité et mise sur la pérennité. On sent qu'il a envie de rester présent et ne pas juste être un effet de mode "Back to the 80's" comme on peut le voir avec de nombreux groupes en ce moment (Enforcer, White Wizzard, The Sword, Fueled By Fire...). Preuve en est avec l'intro de l’album sur 600 A.B. (After Bomb) ce titre aurait pu prendre son intro dans un groupe black metal mais donne vite le ton, c'est du thrash avec tous les défauts qui faisait son charme à ses débuts (voix peu mélodique, très aigues, parties ultra speed...) sont présents sur ce titre. Mais les titres qui suivront le prouveront aussi comme cet excellent Prison Planet ou les riffs semblent tout droit sorti de la tête d'un Lee Altus très inspiré. Cependant, Bonded By Blood s'implique plus en mettant des effets de surprise (le titre d'ouverture est la plus belle en la matière) et se démarque ainsi de ses ainés.

Côté solis, ils sont bien mieux servis que sur l'album précédent. Ca reste des solos thrash, cependant ils sont plus mélodiques que sur l'album précédent, ils cherchent plus à émouvoir l'auditeur, le percuter que de faire de la démonstration. Encore une fois, Prison Planet est le plus bel exemple dans ce cas.

Bref, cet album sent une peu plus la maturité et la digestion des influences (en particulier Exodus) qu’il n’y avait pas sur Feed the Beast. Un album à posséder pour des thrasheux fait par des thrasheux en bonne, très bonne voie pour la pérennité!




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘The metal spirit.’ Contact - Liens
Follow us :