Wretched and Divine: the Story of the Wild Ones

Liste des groupes Emo Metal Black Veil Brides Wretched and Divine: the Story of the Wild Ones
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Black Veil Brides
Nom de l'album Wretched and Divine: the Story of the Wild Ones
Type Album
Date de parution 08 Janvier 2013
Produit par John Feldmann
Style MusicalMetal Symphonique
Membres possèdant cet album83

Tracklist

1. Exordium 00:25
2. I am Bulletproof 03:34
3. New Year's Day 03:25
4. F.E.A.R. Transmission 1: Stay Close (ft. Wil Francis of Aiden) 00:35
5. Wretched and Divine 03:37
6. We Don't Belong 03:36
7. F.E.A.R. Transmission 2: Trust (ft. Wil Francis of Aiden) 00:20
8. Devil's Choir 02:57
9. Resurrect the Sun 04:34
10. Overture 01:38
11. Shadows Die 05:25
12. Abeyance 00:14
13. Days Are Numbered (ft. Bert McCracken of The Used) 03:40
14. Done for You 02:33
15. Nobody's Hero 03:35
16. Lost It All (ft. Juliet Sims of Automatic Loveletter & Roberta Freeman) 05:20
17. F.E.A.R. Transmission 3: As War Fades (ft. Wil Francis of Aiden) 00:58
18. In the End 03:48
19. F.E.A.R. Final Transmission (ft. Wil Francis of Aiden) 00:54
Bonustracks (Ultimate Edition)
20. Revelation 03:35
21. Victory Call 03:34
22. Let You Down 03:31
Total playing time 51:08

Chronique @ BlackDieRose

25 Fevrier 2013

Un album concept ambitieux et assez bien réussi...

Les voilà enfin de retour ! Après un EP médiocre, Rebels (tout est dans le titre), qui traçait le tout nouveau virage Heavy/Hard Rock des émos d’Hollywood, on était en droit de se demander quelle allure allait avoir ce nouvel album. En 2010, leur premier album montrait un groupe innovateur avec un Metalcore mélodique aux accents Heavy et Glam. Un an plus tard, la tendance s’est complètement renversé sur leur second album Set the World on Fire qui replaça leur musique au service du Heavy/Hard Rock à la Kiss. Ce style, le groupe l’a conservé sur son dernier EP en affirmant toujours plus ses influences c’est-à-dire Billy Idol, Kiss, Def Leppard et compagnie. Nous voilà donc en 2013, la fin du monde n’a pas eu lieu et l’album est enfin dans mes mains. Première constatation : enfin un artwork recherché et singulier remplaçant les classiques photos du groupe posant sur la pochette. Ce dernier représente un petit garçon de dos faisant face à une créature qui fait au moins deux fois sa taille avec une tête ou un masque en forme de tête de mort. Ce troisième album est produit par John Feldmann (The Used, Atreyu, Attack Attack!, Escape The Fate…) et signé Lava/Universal Republic Records.

L’album est aussi un concept à part entière, et tout de son long, nous racontera une histoire. Bien que le principe semble un peu pompé sur leurs homologues d’Alesana, cela changera des thèmes musicaux banals et récurrents. Pour que l’auditeur rentre encore plus dans l’univers du groupe et dans l’histoire en particulier, Black Veil Brides a même créé un film intitulé Legion of the Black. Le film suit un groupe de rebelles connu sous le nom The Wild Ones, qui défendent leurs cœurs et leurs esprits contre un organisme impérial et malfaisant appelé F.E.A.R. dont le dirigeant est joué par Wil Francis (Aiden, William Control).

Bref passées les présentations, la musique ! Tout d’abord nous allons observer à quel point un producteur peut influencer un groupe. Ici, John Feldmann va tout faire pour lisser les bords, rendre le son net et sans bavure. On assiste alors à une production fine et chirurgicale. Le professionnalisme sans limite de John ira même jusqu’au formatage sonore en lissant la musique pour la rendre encore plus accessible comme il l’a si bien fait avec Saosin et Shazam Foxy. Il y a beaucoup de moments sur Wretched and Divine : the Story of the Wild Ones qui rappellent les précédents albums qu'il a produit avec par exemple du Atreyu et du Destroy Rebuild Until God Showset ici et là donnant un aspect plus Punk/Metal à l'opus. Pour l’occasion, le chanteur Bert Mc Cracken (The Used) apparaît même en tant qu’invité dans Days Are Numbered cimentant davantage la comparaison.

Néanmoins, le groupe mérite des félicitations pour tenter de se pousser lui-même en dehors de ses zones de confort. Même si la musique suivra le même fil conducteur, ce qui la rend un peu linéaire, le groupe tentera (en vain) d’endiguer la monotonie ainsi produite par une diversité stylistique plus importante que sur Set the World on Fire en oscillant entre Metal Alternatif (In the End), Punk (Days Are Numbered) et Heavy/Hard Rock (I Am Bulletproof). On remarquera aussi les six interludes narratifs ayant pour musique de fond des violons et un piano contrastant et reposant tâchant de faire oublier la linéarité de l’opus. Wretched and Divine : the Story of the Wild Ones arrive aussi à délivrer des chansons chargées en émotion à la structure efficace et au refrain envoûtant comme l'hymne New Years Day ou encore In the End très inspirées par 30 Seconds To Mars.

Enfin on a en face de soi un Andy en pleine forme et vocalement au top. On reconnaît avec facilité son timbre si particulier qui peut cependant lasser au bout d’un certain temps. Sa voix est toujours aussi unique et efficace lui permettant d’accrocher sans problème l’auditeur que ce soit dans les couplets ou dans les refrains émos et très entraînants. Au niveau instrumental, les guitaristes savent parfaitement ce qu’ils font et donnent à la musique son allure à l’aide de riffs rythmiques solides et mélodiques (parfois bateaux) à l’origine d’un son très aérien et accrocheur. Jinxx et Jake Pitts brille particulièrement sur Shadows Die et I Am Bulletproof. Les soli sont toujours très présents et permettent de rajouter une petite touche Heavy fort agréable à la musique.

Voilà c’est la fin, que dire de plus… Cet album n’est surement pas parfait mais il est sympathique à écouter et permet de passer un bon moment. Ce que l’on retiendra le mieux ce sont les refrains, les parties à la gratte magistrales, la rythmique solide, les interludes et la production aux petits oignons. Black Veil Brides propose un nouveau son sans être totalement révolutionnaire et délivre un bon album sincère qui n’a que pour défauts majeurs sa linéarité et ses ballades.

25 Commentaires

6 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

hadsonners - 28 Fevrier 2013: BMTH pour moi c’était quand même un groupe défoulatoir, ils sont devenu un peu trop gentils sur le dernier, enfin a mon goûts, même si les deux chansons calmes "Dont Go" et "Blessed with a Curse" sont très bonne, je trouve que a coté les morceaux soit disant brutaux ne sont pas convaincant... des morceaux comme "Alligator Blood" ou "It Never Ends" sont très loin de valoir un "Chelsea Smile" !!



Enfin pour le nouvel opus a paraître, je trouve le morceaux "Shadow Moses" très bon, j'ai pas encore écouté le second, a voir donc !
Lepard - 28 Fevrier 2013: Plus gentil ? Peut-être. Ils ont expérimentés, surtout au niveau des arrangements (l'épique "Crucify Me" est une oeuvre d'art). Les mélodies sont aussi plus présentes (les ballades en particulier : l'introduction de "Blessed With A Curse" et l'échange Sykes/Lights sont magnifiques).
Aaaaaaaaaargh, on ne vas pas être ami haha. Je trouve les morceaux brutaux supérieurs à ceux de "Suicide Season", ils sont plus subtils, recherchés (le refrain de "It Never End").

Oui, moi aussi. "Shadow Moses" est très belle ! Ecoute "Antivist", le résultat n'est pas mauvais mais un peu basique (retour des courts soli d'ailleurs !).
Lepard - 28 Fevrier 2013: "Sempiternal" est disponible en écoute sur Groovershark.
Celldweller55 - 14 Août 2013: Pas du tout accroché à cet album sauf la piste "In The End".
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Black Veil Brides


Autres albums populaires en Metal Symphonique