PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Heavy Metal Black Sabbath Born Again
CD, date de parution : 07 Août 1983 - Warner Music Group
Style: Heavy Metal

NOTE SOM : 15/20
Toutes les notes : 16/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Trashed 04:16
2. Stonehenge 01:58
3. Disturbing the Priest 05:49
4. The Dark 00:45
5. Zero the Hero 07:35
6. Digital Bitch 03:39
7. Born Again 06:34
8. Hot Line 04:52
9. Keep it Warm 05:36
Total playing time 41:04

modifier l'album  imprimer cet article
300 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
92 avis 2 16/20
Chronique
    wodulf, Mercredi 23 Janvier 2013 parlez-en à vos amis  
Un album incompris

Après le départ de Dio et du batteur Vinny Appice, Tony Iommi et Geezer Butler se retrouvant à deux décident de faire tout pour que le groupe reste au sommet. La première chose, c'est de convaincre Bill Ward de revenir dans le groupe. Celui-ci qui était parti du groupe pendant la tournée Heaven and Hell pour raisons de santé (addiction à la drogue et à l'alcool) et problèmes personnels (décès de ses parents) accepte de revenir pour le studio. Par contre, se sentant encore incapable de reprendre la vie des tournées - certainement par peur de se replonger dans ses vieux démons - , se fera remplacer par Bev Bevan sur la tournée.
Ensuite, il leur fallait trouver un nouveau chanteur. Dès le départ, l'intention était d'embaucher un grand qui puisse à la fois reprendre le flambeau d'un Ronnie James Dio mais aussi certainement leur faire un gros coup de marketing. Le groupe aurait d'abord approché David Coverdale avant de jeter son dévolu sur l'autre chanteur mythique de Deep Purple, Ian Gillian, dont la carrière solo n'était pas aussi rentable que son ancien groupe.
Soyons clair dès le départ, Gillian a accepté de rejoindre Black Sabbath uniquement pour l'argent. Il semblerait en plus que la reformation de Deep Purple était déjà plus ou moins sur le feu et que sa participation au sein de Black Sabbath était dès le départ, à ses yeux, un bouche trou pour se refaire financièrement. D'ailleurs Gillian a pas mal critiqué Born Again déclarant ce fameux "I saw the cover and puked. I heard the record and puked" ( J'ai vu la pochette et j'ai vomi. J'ai écouté l'enregistrement et j'ai vomi).
Il faut aussi dire que ce Deep Sabbath a été très mal accueuilli par les fans des deux groupes, surtout ceux de Black Sabbath. Le groupe s'est fait siffler sur scène, notamment en France, lorsqu'il reprenait "Smoke on the Water".
Tout était donc réuni pour que Born Again se fasse bien détester et descendre, ce qu'il n'a pas manqué d'être.
Effectivement, tout ce qui a entouré ce disque, l'argent, le marketing, tout ça n'était pas très sain. Pourtant, musicalement, ce disque tient parfaitement la route.
On sent très bien que l'objectif du groupe est de revenir aux ambiances très noires du premier album mais tout en gardant le style très heavy metal de la période Dio.
Ceci nous donne une face A totalement époustouflante sur laquelle le groupe atteint un degré de noirceur assez incroyable. Il faut quand même dire un mot sur la production avec ce son de guitare dégueulasse qui en fait peut-être vomir certains mais qui pour moi apporte réellement un plus au niveau des ambiances. Je ne serais pas étonné d'apprendre que ce son de guitare a été voulu par Iommi qui, comme pour le premier album, voulait un son bien sinistre.
Ce désir de fusionner un peu les périodes Ozzy / Dio se retrouve vraiment bien sur un morceau comme "Trashed" qui marie parfaitement le côté très heavy d'un Mob Rules aux ambiances lugubres d'un Paranoid. Ce côté lugubre et sinistre va vraiment être renforcé par ces instrumentaux "ambients" que sont "Stonehenge" et "The Dark", deux morceaux à vous donner des frissons tellement ils sont glauques. Mais le meilleur de cette face, c'est vraiment "Disturbing the Priest" avec un Ian Gillian qui semblant possédé, hurle et rit d'un air démoniaque et le sinistre "Zero the Hero" avec son riff "plus doom tu meurs !". Pour moi, ce sont réellement deux classiques du groupe dont la noirceur n'a rien à envier à la grande période. Une face A qui, personnellement me laisse sur les rotules.
C'est vrai que la face B démarre sur un "Digital Bitch" un peu facile qui fait figure de Deep Sabbath du pauvre. Par contre, la ballade "Born Again" relève le niveau direct avec son ambiance vraiment à cheval entre la noirceur et le désespoir. On est vraiment bien loin d'un pauvre "Change" et au niveau ambiance, le groupe talonne sensiblement les "Planet Caravan" et "Solitude". Une ballade à pleurer d'émotion ! On peut dire ce que qu'on veut -lui surtout- sur la participation de Gillian au sein de Black Sabbath, mais ça reste un chanteur monstreux qui peut te faire voir le diable dans les moments les plus noirs ou donner envie de te pendre dans les moments les plus tristes. Et quand lui-même déclare qu'il a été le "plus mauvais chanteur de Black Sabbath", je ne suis pas du tout d'accord !
Après un "Hot Line" qui, lui aussi fait un peu Deep Sabbath", l'album se clôt en toute beauté avec un excellent "Keep It Warm" heavy et lancinant, avec un refrain à vous faire chavirer le coeur.
Ce serait vraiment débile de déclarer que Born Again est le meilleur album de Black Sabbath bien supérieur à l'éponyme, Master of Reality ou Heaven and Hell, cependant il reste pour moi un grand album du groupe. Mais surtout, Born Again est l'album de Black Sabbath que j'ai le plus écouté dans ma vie.




18 Commentaires
Commentaire
    GLADIATOR, Dimanche 25 Janvier 2009 parlez-en à vos amis  
Sombre , lourd et menaçant...

La légende veut qu'un soIr de beuverIe , Ian GIllan aIt accepté de rejoIndre le trIo IommI-Butler-Ward en remplacement de RonnIe James DIo . Se trouvant lIbre à cette pérIode ( Le groupe GIllan ayant été dIssous par ses soIns , et la reformatIon de Deep Purple pas encore à l'ordre du jour ) , GIllan complète donc cette équIpe pour l'enregIstrement de ce "Born Again" sI décrIé à sa sortIe .
Boudé par les fans du "Sabbat NoIr" autant que par ceux du "Pourpre Profond" , cet album mérIte néanmoIns que l'on s'y attarde en neuf chapItres :

"Trashed" IntroduIt l'album brutalement , sans prévenIr . Le son est parfaIt ( édItIon re-masterIsée conseIllée ), IommI Impose d'emblée ses rIffs pendant que la frappe lourde de BIll Ward et la basse ronflante de "Geezer" Butler fInIssent de nous convaIncre . Ian GIllan chante très bIen et hurle à la lune...Bref , un tItre parfaIt , traversé et conclu par deux magnIfIques solI de Tony IommI , quI nous rappelle qu'Il est toujours le patron .
"Stonehenge" , un Interlude InquIétant précède "DIsturbIng The PrIest" , lourd et Heavy , ou GIllan tour-à-tour hurleur , racoleur et coquIn nous propose d'aller "déranger le curé"...Nous le suIvons bIen sur , avec un plaIsIr d'enfant de choeur...
EnsuIte "The Dark" , nouvel Interlude , et puIs..."Zero The Hero"...Le dIamant noIr de l'album pour sept mInutes dantesques : Un rIff rampant et entêtant , une batterIe écrasante , le vrombIssement de la basse et la terre quI semble réellement trembler . GIllan pose sa voIx magnIfIque sur l'ensemble , et ce tItre justIfIe à luI tout seul l'achat de ce dIsque .
Après ce "Zero The Hero" abyssal , "DIgItal Bitch" nous ramène à la surface , pour un tItre effIcace , un brIn
 "catchy" , traversé encore une foIs par de magnIfIques InterventIons "sur-électrIfIés" de MaItre Tony , et des hurlements léonIns de MaItre Ian .
On se calme avec "Born Again" , le morceau-tItre de l'album , quI nous emmène loIn sur un océan de trIstesse et de nostalgIe..."Yes , we wIll soon be Born Again" .
"Hot LIne" nous remet ImmédIatement en lIgne , grace à un rIff "over-dIstordu" , et à des vocaux rageurs hallucInés , et complètement hystérIques à la fIn du morceau (quelle IntensIté !). "Keep It Warm" conclut ce voyage sur un rythme plus apaIsé , IommI accouchant une nouvelle foIs d'un magnIfIque rIff lourd et précIs ; puIs la mer démontée se calme comme par magIe sur une note d'espoIr..."keep It warm , I soon wIll be comIng home" .


Cette IncarnatIon de Black Sabbath partIra ensuIte en tournée mondIale ( BIll Ward remplacé par Bev. Bevan d' ElectrIc LIght Orchestra ) sans rencontrer le succès escompté .
Ian GIllan devra donc Interpréter quelques classIques de Black Sabbath ( "Paranoid" , "War Pigs" , etc...MaIs aussI "Heaven and Hell" (en écoute plus bas version Dio)... ) , et IommI se verra donc en retour forcé de plaquer les accords de "Smoke on the Water" ; provoquant la confusIon dans l'esprIt des fans de ce Deep-Sabbath , et donc la fIn de cette collaboratIon un brIn hasardeuse .

Il étaIt peu probable que cette assocIatIon provoque l'enthousIasme des fanatIques du groupe , La communIon artIstIque de ses quatre membres n'étant pas sI évIdente . Pourtant , au delà de toute attente , ce dIsque unIque est très réussI , et faIt partIe des nombreux albums sous-estImés du Sabbat NoIr .

Sombre , lourd , menaçant...et unIque .


Glad.




19 Commentaires

Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘metal beat.’ Contact - Liens
Follow us :