Orthodoxyn

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Arkhon Infaustus
Nom de l'album Orthodoxyn
Type Album
Date de parution 27 Mai 2007
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album167

Tracklist

1.
 Trigrammaton
 06:02
2.
 When They Have Called
 06:11
3.
 Magnificat Satanas
 06:11
4.
 Behind the Husk of Faith
 05:14
5.
 La Particule de Dieu
 05:34
6.
 Narcofili Sancti
 05:32
7.
 Evanggelion Youdas
 06:03
8.
 Annunciation to the Holy Ghost
 05:05
9.
 Orthodoxyn
 03:08

Durée totale : 49:00


Chronique @ Nekrosmos

22 Juin 2007
Dire que le temps m’a semblé (très) long avant la sortie cet album relève de l'euphémisme. Inutile donc de préciser que j'attendais beaucoup de la sulfureuse formation parisienne.
C'est avec beaucoup d'excitation, mais aussi avec une petite touche d'appréhension, que je me suis enfin plongé dans "Orthdoxyn", le quatrième opus du groupe. Et autant le dire tout de suite, ceux qui appréciaient Arkhon Infaustus pour la bestialité exacerbée de leur musique, et qui avaient été déçus par le chemin qu'avait emprunté le groupe sur Perdition Insanabilis, risquent ici de carrément lâcher l'affaire. En effet, loin du bordel crasspec et sauvage qui habitait Hell Injection ou Filth Catalyst, la musique du groupe n'est désormais plus que lourdeur et dissonance, et de laquelle émane une aura d'une noirceur incroyable.

Divisée en neuf morceaux, Orthodoxyn est une oeuvre compacte, qui nécessitera plusieurs écoutes avant d'être complètement digérée. Compacte, elle l'est dans sa production, beaucoup plus massive et lourde que celle du précédent album. Mais elle l'est également de par ses structures alambiquées, ses arrangements complexes et, toujours, cette ambiance propre au groupe : étouffante, malsaine, perverse...

Bien que l'on y retrouve le jeu hallucinant de la machine à blast Azk.6, Orthodoxyn est l'album le moins "violent" de la discographie du groupe (j’y reviendrais plus tard).
Ce qui frappe de prime abord lorsqu’on l’écoute, c'est cette profondeur, cette impression de vide, ce néant absolu qui en émane. La sensation d’une chute sans fin.
Ces riffs tordus, ces arpèges vicieux, ces guitares lancinantes… La musique d’Arkhon Infaustus s'immisce, telle un poison, dans les moindres recoins de notre esprit, pour en corrompre chaque parcelle. Un véritable processus d’auto destruction.
Et toujours ce duo infernal, les déments Deviant et Torturer, qui donne une voix (inhumaine) à cette entité résolument maléfique, enfantée dans la douleur et la folie. Une folie à la fois destructrice et créatrice, qui semble habiter chaque membre du groupe. Car oui, habitée, la musique d’Arkhon Infaustus l’est.
Il suffit d’entendre ces passages "atmosphériques", d’une lourdeur pachydermique et d’un pessimisme effrayant, s’accoupler avec une aisance presque dérangeante à des passages de démence pure, pour se rendre compte du caractère insaisissable qui anime chaque morceau. Comme si la création cherchait à s’émanciper de son géniteur. Il faut l’écouter pour s’en rendre compte.

Il était question de violence tout à l’heure. Alors qu’aujourd’hui, de nombreux groupes se vautrent dans le "bordel sonore" pour prétendre au titre de "groupe extrême", Arkhon Infaustus, lui, fait preuve d’une grande maitrise et de beaucoup de maturité en la matière. Ici, la violence est distillée avec une intelligence pernicieuse, et n’explose qu’à des moments stratégiques. Le résultat : des morceaux d’une puissance inouïe, d’une intensité démentielle. A ce stade les mots sont inutiles, la musique se suffit à elle-même.

Le point de non-retour est loin, et la chute plus vertigineuse que jamais. Arkhon Infaustus signe là un album diabolique, névrosé et destructeur.

-Nekrosmos-

13 Commentaires

11 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

mamafucker - 17 Avril 2008: Sovietic vas te pendre. C'est toi qui devrait faire un grand pas en avant en arretant d'écouter cette musique qui n'est visiblement pas pour toi... Bonne chronique Nekrosmos.
 
Madrigal - 17 Octobre 2008: @Sovietik:Tu parles de respect? gnagnagnagnagna....

"En attendant ce groupe pense de la merde!" hum...Je crois que cette phrase à elle seule "te résume vite".
TheMajin - 23 Janvier 2009: Pour moi, il s'agit de l'album de l'année 2007 en matière de métal extrême.
Magistral.
(Drôle de coincidence, Altar fait figure de pieuvre également sur un autre album qui restera dans les annales cette année-là DoxaORevelation de Crystalium, respect)
HelMist - 16 Octobre 2013: En monde pelleteuse, je commentes ici ce qui me fait rire : quelqu'un qui attend de l'humanisme dans le Black Metal et des défenseurs du temple qui s'en prennent à ce doux naÏf comme s'ils étaient plus légitime que Sovietik.
L'écoute d'un CD se fait seule chez soi, qui peut juger la légitimité de ce moment intime ? La composition se fait seul dans un studio, qui peut juger la légitimité de l'acte ? L'idéologie, si on se la créé uniquement pour la musique qu'on aime est vide de sens.
Mais c'est dans un concert que l'on sait qui est légitime. Et ce n'est surement pas ceux qui restent sur la touche a croiser les bras, faire des concours de froncement de sourcils et a collectioner les T-Shirts qui sont les plus légitimes. J'aime ceux qui vont dans les plus noirs et plus sombres concerts et qui tirent du plaisir, qui rient dans l’œil du cyclone. Eux, je sais qu'ils aiment ce qu'est cette musique et donc sont légitime.
Alors pour répondre à Sovietik, comment peux-tu composer une musique noire et violente qui soit le reflet de l'humanisme ? Ce n'est pas possible...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Arkhon Infaustus


Autres albums populaires en Black Death