PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Thrash Metal Anthrax We've Come for You All
CD, date de parution : 27 Fevrier 2003 - Nuclear Blast
Produit par : Benante Charlie, Enregistré à : Bear Track Studios
Style: Thrash Metal

NOTE SOM : 15/20
Toutes les notes : 16/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Contact 01:15
2. What Doesn't Die 04:10
3. Superhero 04:03
4. Refuse to Be Denied 03:20
5. Safe Home 05:11
6. Any Place But Here 05:49
7. Nobody Knows Anything 02:57
8. Strap It On 03:32
9. Black Dahlia 02:38
10. Cadillac Rock Box 03:41
11. Taking the Music Back 03:11
12. Crash 00:58
13. Think About an End 05:09
14. W.C.F.Y.A. (We've Come for You All) 04:12
Bonustracks (Limited Digipack Edition)
15. Safe Home (Acoustic Version) 05:55
16. We're a Happy Family (The Ramones Cover) 05:07
Total playing time 53:06

modifier l'album  imprimer cet article
291 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
80 avis 3 16/20
Chronique
    Lunuy, Dimanche 24 Juillet 2011 parlez-en à vos amis  
Dans la continuité des 2 albums précédents... en plus abouti

Un grand A se détachant d’un pentacle... Après 5 années de silence, Anthrax est de retour pour nous faire profiter de son esprit à la fois bon enfant et contestataire.

Pendant les années 90, le groupe mené par Scott Ian a changé progressivement de style de musique : du Thrash mâtiné de Hardcore, le groupe a ensuite pris un virage Groove Metal/Rock alternatif, surtout à partir de "Stomp 442".
De fait, le présent "We’ve Come for You All" est dans la continuité des 2 albums précédents. Les principaux atouts sont à nouveau la puissance vocale du chanteur John Bush, des rythmiques syncopées et l’usage d’un son plus « moderne ». En fait, l’aide à la production et au mixage de "Scrap 60" a doté ce CD d’un son en tout point irréprochable. Atout appréciable ou caractéristique pompeuse qui fait juste illusion ? Je pencherai pour la première possibilité, vu que ceci décuple la force de pratiquement tous les titres.

Très inspiré dans ses riffs et ses paroles et usant d’introductions recherchées, le groupe nous sert des titres efficaces, jouant sur un groove directe et accrocheur ("What’s Doesn’t Die", "Nobody Knows Anything", "Taking the Music Back"...) ou sur des rythmiques plus lentes qui laissent la part belle au chant ("Superhero", "Strap It on", le provocateur "Think about an End"...). Comme dit plus haut, John Bush donne une force certaine à l’album, tout en étant soutenu par des "noises"/"backing voices" du batteur Charlie Benante, du guitariste Rob Caggiano ou, le plus souvent, par Scott Ian.
Si la nouvelle recrue d’Anthrax Caggiano assure le poste de principal lead guitariste, le batteur Charlie Benante assure certains soli en plus de quelques passages de guitare acoustique. Cerise sur le gâteau, trois guest stars ont contribué à quelques morceaux, dont le chanteur Anthony Martini du groupe E. Town Concrete sur le brûlot "Refuse to Be Denied" - cf. le commentaire de Trashking pour plus de détails sur les deux autres.

En outre, on retrouve çà et là plusieurs idées avancées sur "Volume 8 – The Threat Is Real" avec l’inclusion de titres assez différents des autres, tels l’austère et inquiétant "Crash !" (chanté en écho éthéré par le bassiste Franck Bello) ou le typé grindcore "Black Dahlia", morceau parodique à la manière de Stormtroopers Of Death.
De plus, que l’on possède l’édition standard ou l’édition limitée à deux bonustracks, le CD comporte une courte piste finale cachée... dont on se demande l'utilité.

Dans l’ensemble, et malgré des passages moins réussis ou assez plats (exemples : la semi-ballade "Safe Home", malgré le bon jeu en appui de Caggiano ou "Caddilac Rock Box" qui use et ré-use d'applaudissements simulés), le neuvième album d’Anthrax est une réalisation correcte et relativement cohérente, sans pour autant être franchement transcendante, les compositions manquant d’un certain grain de folie ou se reposant trop sur le chant qui a tendance à noyer le jeu des guitares.
Par comparaison, les titres sont plus variés que ceux de "Stomp 442" et plus homogènes ou s’enchaînant mieux que ceux de "Volume 8 - the Threat Is Real" (sans doute cela est en partie dû à la production) ; en d’autres termes, "We’ve Come for You All" est l’aboutissement du style fin années 90 du gang new-yorkais, une bonne synthèse de ses deux prédécesseurs.

------------

"We’re not changing our name" peut-on lire à l’intérieur du boîtier...
Mmm... Certes, Anthrax n’a pas changé son nom malgré la fameuse affaire des attaques d’enveloppes contaminées au bacille de charbon durant l'automne 2001, mais côté line-up, la solidarité n’a pas été au rendez-vous : se séparer deux ans après cet album de John Bush et Rob Caggiano pour le retour de Joey Belladonna et Dan Spitz au sein du groupe, était-ce une idée judicieuse ?

Bon, finalement, la nouvelle collaboration de Spitz n’a pas duré et Caggiano a été repris, mais Anthrax va-t-il pouvoir poursuivre son bonhomme de chemin avec Belladonna au chant ? Réponse dans un mois et demi, en septembre, avec le prochain "Worship Music"...




10 Commentaires
Commentaire
    Trashking, Dimanche 30 Novembre 2008 parlez-en à vos amis  
Le thrash métal pratiqué autrefois par Anthrax dans les années 80 est loin, très loin.
Mais peut-on dire que cet album est mauvais pour cela?
Non, bien sur que non. Avec cette galette, Anthrax fait dans le gros rock, celui qui donne envie de taper du pied et d'headbanguer à tout va. Peut-être pas très technique musicalement mais bougrement efficace.
Pour cet album, Anthrax s'est offert le luxe d'inviter le chanteur Roger Daltrey (the Who) sur le refrain du morceau "Taking the Music Back" et Dimebag (ex-Pantera; ex-Damage Plan) pour jouer les solos sur "Strap it on" et "Cadillac rock box".
L'intro de la galette monte bien la pression pour enchainer avec l'excellent" what doesn't die". Les autres morceaux sortent du même moule à part la trop fade "Safe Home" qui est beaucoup plus agréable jouée en acoustique qu'en électrique.
Cet album déplaira peut-être aux fans de la première heure qui espéraient un retour aux racines mais plairont surement à ceux qui ont aimé les précédents opus avec John Bush au chant.




9 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Think different, think metal.’ Contact - Liens
Follow us :