PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Death Mélodique Amon Amarth With Oden on Our Side
CD, date de parution : 22 Septembre 2006 - Metal Blade Records
Produit par : Jens Bogren , Enregistré à : Fascination Street Studios
Style: Death Mélodique

NOTE SOM : 14/20
Toutes les notes : 17/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
DISC 1
1. Valhall Awaits Me 04:44
2. Runes to My Memory 04:33
3. Asator 03:04
4. Hermod's Ride to Hel (Lokes Treachery - Pt. 1) 04:41
5. Gods of War Arise 06:03
6. With Oden on Our Side 04:35
7. Cry of the Black Birds 03:50
8. Under the Northern Star 04:17
9. Prediction of Warfare 06:37
DISC 2 - LIMITED EDITION
1. Where Silent Gods Stand Guard (Live) 06:11
2. Death in Fire (Live) 04:55
3. With Oden on Our Side (Demo) 04:32
4. Hermod's Ride to Hel - Lokes Treachery - Pt. 1 (Demo) 04:49
5. Once Sent from the Golden Hall (Sunlight Recording) 04:03
6. Return of the Gods (Sunlight Recording) 03:34
Total playing time 1:10:21

modifier l'album  imprimer cet article
885 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
272 avis 5 17/20
Chronique
16 / 20
    Nekrosmos, Mercredi 18 Octobre 2006 parlez-en à vos amis  
A peine les corbeaux ont-ils nettoyé les traces des derniers combats livrés par les vikings d'Amon Amarth que ces derniers repartent en guerre. Et cette fois encore, l'aube sera rouge ! Justement intitulé "With Oden on Our Side", le dernier effort des Suédois aligne les titres comme un Berserk aligne ses ennemis : sauvagement et sans pitié. Chaque morceau est un hymne guerrier, un chant de bataille, une ode à la gloire de leurs ancêtres tombés l'arme au poing...

Dès les premiers roulements de "Valhall Awaits Me", le premier des 9 titres qui composent l'album, on est propulsé en plein de champ de bataille : son massif et brut, riff simple et efficace, ambiance guerrière... On reconnaît immédiatement la patte du groupe. En fait, "With Oden on Our Side" est un album d'Amon Amarth pur et dur, qui regroupe tout les éléments qui ont fait leur succès : un death metal épique, assez mid-tempo, des ambiance guerrières, des riffs facilement mémorisables et la voix inimitable de Johan Hegg, qui alterne chant guttural et voix plus écorchée. Rien de bien neuf donc... La production, quant à elle, est très proche de celle de "Fate of Norns", c'est-à-dire excellente. Amon Amarth suit donc son petit viking de chemin.

Cependant, quelques points sont à relever. Déjà, le niveau technique semble avoir augmenté. Cela s'entend surtout au niveau de la batterie. En effet, le jeu de Fredrik Andersson est plus complet sur certains morceaux que par le passé (c'est même flagrant à certains moments). Les solos ont également gagné en complexité et en rapidité d'execution. Un très bon point de "With Oden on Our Side" est également qu'il sagit, de loin, de l'album le plus mélodique du groupe. On a droit à des mélodies simples, mais terriblement puissantes et efficaces qui résonneront dans votre tête pendant longtemps, tels les échos de batailles passées. Les classiques solis qui concluent certains morceaux risquent même de soutirer quelques frissons aux barbares les plus sensibles d'entre vous. De plus, des morceaux comme "Under The Northern Star" pourraient presque apparaître comme des ballades, tant le sentiment de nostalgie pour une époque passée ou de dévotion envers leurs ancêtres s'y fait sentir.

Mais alors, "With Oden on Our Side", un CD tout mou ? Oh que non ! Amon Amarth a su garder toute sa fougue, et ils nous le prouvent d'une main de maître. Certains morceaux font preuve d'une brutalité qu'on avait pas entendu depuis "The Crusher"... Et qu'est-ce que c'est bon !! D'ailleurs, sur ce point, "Asator" se place à mon goût comme l'un des meilleurs morceaux de l'album. Planquez vos haches et vos épées, vous ne resisterez pas à l'envie d'aller fracasser quelques crânes en entendant pareille tuerie !!! Et je peux vous assurer que ce sentiment de puissance est perceptible tout au long de l'album, même durant les morceaux les plus lents. Amon Amarth a gagné en maturité et fait vraiment preuve de maîtrise dans un style qu'il domine désormais depuis quelques temps, et cet album en est la preuve. Les compos sont plus variées, plus longues et encore plus travaillées. Il y a fort à parier qu'avec de tels morceaux, les prochains concerts seront particulièrement sanglants !!!

Cependant, aussi bon soit-il, "With Oden on Our Side" montre quelques faiblesses (minimes, je vous rassure) au bout de quelques écoutes. Amon Amarth semble s'enfermer dans son carcan, et de ce fait, un impression de "déjà-entendu" se fait sentir à certains moments ; certains riffs semblent même avoir été directement récuperés sur d'anciennes compos... À un moment, j'ai même eu l'impression d'être en train d'écouter "Versus the World". Mais bon, pourquoi vouloir être à tout prix original quand on sait composer d'excellentes chansons dans un même style, malgré le temps ? C'est exactement ce que l'on pourrait penser d'Amon Amarth. Ils maîtrisent parfaitement leur style et nous ont pondu ici un excellent album. Pas original du tout, seulement excellent. Alors, passer à côté serait une grossière erreur, surtout que l'album est vendu avec un second CD comprenant plusieurs morceaux du premier album "Once Sent from the Golden Hall" (qui est à mon goût l'un des meilleur album du groupe... LE meilleur ?) entièrement ré-enregistrés, et quelques titres en live, nottament le cultissime "Death In Fire" !!!




6 Commentaires
Chronique
5 / 20
    sargeist, Mercredi 18 Octobre 2006 parlez-en à vos amis  
Tiens? Voilà que Amon Amarth nous ressort à peine deux ans après le mou du genou "Fate of Norns", ce "With Oden On Your Side". Ayant quelque argent à claquer dans le vide, et un peu attiré par la pochette sobre et classieuse, j'ai investi dans ce disque sans trop me faire d'illusion. En effet, ce groupe péréclite à mon humble avis depuis son deuxième album, n'ayant rien à proposer à la hauteur du génial "Once Sent from the Golden Hall".

Et dans ce sens, je peux dire que je n'ai pas été surpris. Précisons les choses tout de suite: je ne suis pas un fana des concepts qu'on nomment "évolutions" pour des groupes. Mais il y a un fossé abyssal entre ne "pas évoluer" et "faire toujours le même disque médiocre". Car oui, c'est avant tout de médiocrité dont il s'agit ici.

Commencons par la production. On dirait que je n'ai pas écouté le même disque que certains. Jamais entendu aussi faiblard. Une production digne des années 80. Tout est plat, égal, aucun instrument ne se démarque, et il faut pousser le volume pour avoir un minimum de puissance. Indigne de leur style qui se veut "powerful". Mais là je dois bien avouer que je finaude. Ce qui est abusif par contre, c'est ce son qui déraille au sens propre à partir de la plage 6, c'est à dire du titre éponyme, qui continue sur la plage suivante avant de s'améliorer un tant soi peu sur les deux derniers morceaux. On dirait qu'on écoute un 33 tours qui perd quelques tours par intermittence. Un effet de style? J'y crois peu. Mal vu en tout cas. Pas très agréable pour les oreilles par contre.

Passons à la musique proprement dite. Soyons direct: rien de mieux qui n'a déjà été entendu sur les médiocres "The Avenger" ou "The Crusher". Je ne me prononcerais pas par rapport à "Versus the World" qui est le seul que je n'ai jamais écouté. Paraitrait il que c'est le meilleur. Au vu du peu d'exigeance de certains, je me méfie. Les compos sont d'une platitude extrême. Hormis la basse dont je n'ai rien à dire puisque qu'elle est inexistante, j'ai rarement entendu des riffs de guitares aussi peu inspirés. Tellement peu qu'elles en arrivent le plus souvent à se calquer sur le rythme de la batterie, ce qui est à la base le travail de la basse, du moins d'un bassiste peu affirmé. Chiant à mourir. Ce pauvre Fredrik Andersson doit s'ennuyer à rythmer ce genre de morceaux indigestes, vu le talent qu'on lui a connu dans Marduk. Il s'agit de toute manière toujours du même tempo. Quand à Johan Hegg, il est devenu d'un prévisible. Les structures des morceaux sont d'ailleurs si fades qu'on arrive presque à anticiper son chant. Le gros couplet avec la grosse voix grave, le pont plus mélodique avec la voix hurlé limite Black, et le refrain scandé avec plusieurs couches de voix. Très peu imaginatif. Je dois avouer tout de même qu'il m'a un peu surpris sur certains passages, allant chercher très loin une voix bien gutturale qu'il n'avait jamais exploré sur les opus précédents. Mais cela est nettement insuffisant.

D'ailleurs, pour ne pas paraitre abusif, je dois bien avouer qu'il y a certaines choses nouvelles dans ce disque. En effet, les solis sont particulièrement léchés, mais à mon gout complètement soporifiques. Le morceau 8 contient un bon passage harmonique qui titille légèrement l'oreille, mais entendu mille fois chez n'importe qui. Sans personnalité je trouve. Indigne d'un groupe de cette stature commerciale. Mais après s'être tapé 30 minutes d'auto pompe intégrale, cela est bien peu.

L'histoire d'un groupe à bout de souffle à mon sens. Quand au souffle épique ou viking, on repassera. A propos du cd bonus sur la version digipack, rien de spécial à se mettre sous la dent. Deux lives, deux pré prods et deux vieux morceaux versions démos pour un total de 25 mn. Qui auraient pu largement être casé sur le cd de l'album qui fait 42 mn. Merci Metal Blade. Bien pauvre tout cela.

Ce n'est point de gaité de coeur que je descend cet album, surtout quand on connait l'amour que j'ai pour le magnifique premier opus. Cela donnera peut être des idées à certains, vu qu'on semble toujours chroniquer les disques qu'on aime ici. Mais le sentiment de m'être fait enfler a pris le dessus. Evidemment que pour énormément de choses, ma chronique est totalement subjective, surtout pour le côté artistique. Mais objectivement, je trouve que certains aspects sont impardonnables.

Mais je ne me fait point de soucis pour Amon Amarth. La vague très tendance du viking/ pagan qui ravi nos jeunes métalleux en ce moment leur permettra certainement d'en vendre plein. Surtout si on n'est pas regardant sur la qualité. Et puis l'artwork attire l'oeil. La preuve, je me suis laissé tenté. Bien pauvre de moi.

Cet achat m'aura au moins permis d'ouvrir encore plus les yeux sur ce groupe. Quand à mon exemplaire, il a déjà trouvé preneur sur un célèbre site de vente aux enchères. A perte, pour le prix que je le vend. Le prix qu'il vaut.

5/20.






12 Commentaires
Commentaire
18 / 20
    Finnish_metal_fan, Vendredi 04 Janvier 2008 parlez-en à vos amis  
Un excellent album du groupe suèdois qui signe ici ses lettres de noblesse. En effet, la puissance des rythmiques en fait sa principale force.

L'album commence avec une véritable bombe musicale, Valhall Awaits Me. L'introduction laisse à présager un morceau un peu lent, mais la suite prouve le contraire et la pièce est étincelante, de par son solo et son drum implacable. Par la suite, Runes To My Memory est un morceau très intéressant typique du genre de metal d'Amon Amarth. Puis vient Asator. Selon moi le meilleur morceau du disque, également le plus rapide, brille par la voix principale ainsi que les backing vocals sont bien emplacés et tout aussi excellents que le solo signé Soderberg. La pièce qui suit, Hermod's Ride To Hell-Lokes Treachery Part 1 est peut-être une faiblesse du disque. Les mélodies sont correctes, et c'est justement cela le problème, car on la compare aux troix premieres pièces et on est amèrement deçu. Gods Of War Arise fait figure d'entre-deux du disque. En effet, elle regroupe la puissance des premiers morceaux, mais également le côté prgressisste de la deuxième partie de l'album. Ensuite, la chanson thème est un hymne au metal et un bien excellent morceau qui contraste avec les deux précédents. Cry Of The Black Birds commence drammatiquement et assez néo-,étal à mon goût, ce qui n'est pas pour me déplaire, mais le groupe revient à l'idéologie propre à Amon Amarth, ce qui fait de cette pièce un des chef d'oeuvres du disque. Par après, Under The Northern Star fait bien piètre figure à côté de ce que l'on a déjà vu. Finalement, le morceau le plus progressif du disque, Prediction Of Warfare, ne fait que rappeler qu'Amon Amarth fait partie des grands du metal d'aujourd'hui.

Finalement, on ne pourrait pas ne pas parler du mini-cd qu'ils joignent au cd contenant les démos de Hermod's Ride To Hell-Lokes Treachery Part 1 et With Oden on Our Side franchement pas utils, mais par contre, un Once Sent from the Golden Hall original excellent ainsi que le Return Of The Gods original tout aussi bon. De plus, la performance live de Death In Fire est un gros plus à cet album, et celle de Where Silent Gods Stand Guard est moyenne.

Un très bon cd à offrir à tous les fans de death metal un peu viking.




0 Commentaire
Commentaire
13 / 20
    disgracia, Jeudi 21 Décembre 2006 parlez-en à vos amis  
Les avis concernant cette album sont plutot partagés, comme le montrent les chroniques ci-dessus.
Alors je vais me permettre d'ajouter mon petit grain de sel.

OK, Amon Amarth fait la même chose, OK, musicalement l'intérêt devient limité, ( sauf pour la batterie et quelques solos ). OK Amon Amarth tourne en rond, mais ce qui compte tout de même c'est la musique, et force est de constater qu'elle est bonne, et là-dessus je rejoins l'avis de Nekrokosmos, le manque d'innovation n'est pas si grave si les sensations à l'écoute de l'album sont bonnes.
Olavi (guitariste) disait dans une interview, que la musique d'Amon Amarth est sensée rendre "plus fort".
Et on ne pas nier que ces morceaux nous mettent dans la peau d'un guerrier, donc le but est atteint!

Il est vrai que l'impression de déja entendu dans les albums prédédents frustre un peu, et çà ne passera sûrement plus au prochain opus, ils seront bien forcés de faire quelque chose de vraiment nouveau, bien que je ne voit pas trop de quelles mannière ils peuvent évoluer...

Voilà donc pour conclure sur cet album, il est décevant musicalement, mais c'est toujours du bon metal lourd et épique!

PS:pour ceux qui ont la version limitée, ne négligez pas "Return Of The Gods": un instrumental, réalisé il y a longtemps et jamais sorti sur CD il me semble, c'est vraiment une bonne chanson en tout cas!




1 Commentaire
Commentaire
19 / 20
    HetriX, Mercredi 20 Septembre 2006 parlez-en à vos amis  
Note : 18/20

Aprés le lourd "Fates Of Norm", les Vikings nous reviennent avec cet album plus qu'intéressant.

Amon Amarth, c'est la creme du viking, le top du top du death mélodique si on peut appeller cela du death mélodique tellement leur musique ne se rapproche d'aucun style de death en particulier.

L'album s'ouvre sur un morceau qui nous fait bien penser à un album de la trempe de "The Crusher". Excellent morceau, tout comme les trois autres qui vont suivre, dans la même veine.

Nous attaquons ensuite un morceau plus lent, nommé "Hermod’s Ride To Hel - Lokes Treachery, Part 1". Lourd comme il le faut, sans être saoûlant, ce morceau effectue son travail : calmé un peu les esprits après les trois premières furies.

Tout l'album oscille entre un "The Crusher" dévastateur et un "Versus The Vikings" lourd. C'est l'album le plus varié d'Amon Amarth à ce jour ; on voit que les compositions ont pris en maturié ; la voix, à laquelle il n'y a toujours rien à reprocher, est toujours parfaite, alternant entre du gros death et des cris aigus magnifiques.

Le retour des vikings est fracassant : allez vous procurer cet album d'urgence, l'un des meilleurs du groupe avec "The Avenger" !!!




2 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Just metal.’ Contact - Liens
Follow us :