PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Metal Industriel American Head Charge The Feeding
CD, date de parution : 2005 - Metal Blade Records
Style: Metal Industriel

NOTE SOM : 14/20
Toutes les notes : 17/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Loyalty
2. Pledge Allegiance
3. Dirty
4. Ridicule
5. Take What I've Taken
6. Leave Me Alone
7. Walk Away
8. Erratic
9. Fiend
10. Cowards
11. To Be Me
Bonustrack
12. Downstream

modifier l'album  imprimer cet article
59 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 €6,52
 €7,05
17 avis 4 17/20
Chronique
16 / 20
    joKeR, Mardi 04 Septembre 2007 parlez-en à vos amis  
On lit tout un tas de trucs sur le Net, et il faut avouer que pour juger un album, rien ne vaut mieux que l'écoute personnelle. Ceci étant dit, je viens de lire pas mal de conneries au sujet de "The Feeding", dont notamment une comparaison avec Korn. Aberrant... Soyons clairs : American Head Charge n'a strictement aucun lien avec Korn, et on peut sans problème aimer l'un mais pas l'autre, tant que l'on ne les compare pas. La voix est diamétralement opposée, et beaucoup plus saturée chez AHC, les grattes sont plus grasses, la batterie se prend parfois à nous surprendre avec quelques blasts, etc. Non mais sans déconner, rien à voir, ce n'est absolument pas la même musique.

Blague à part, cet opus n'est, je pense, pas à la hauteur de "The War of Art", mais relève le niveau du plus que moyen "Ultimate Beatdowns". On retrouve donc quelques éléments de "The War of Art", dont un morceau ultra blasté clairement hardcore ("Cowards"), quelques titres très lents plongés dans une ambiance malsaine arrangée avec quelques octaves sur les cordes des guitares ("Take What I've Taken", "Walk Away", "Fiend"), et quelques curiosités.

Parmi elles, l'ouverture de l'album : "Loyalty", très simple dans sa construction et pourtant très surprenante (on tourne ici en 12/6, pour les musiciens), tape fort et secoue sans prévenir. On retrouve ces touches d'électro, par le biais de quelques sons synthétisés ou samplés, qui réhaussent encore le niveau des morceaux. La basse est également étonnante, bref, tout y est !

"Ridicule" est également pour moi un titre qui vaut son pesant de cacahuètes, avec une construction un peu plus complexe, des riffs un peu moins simplifiés, et des idées à la pelle. On retrouve également cette qualité du chant, alternant chant clair et saturé avec une facilité assez déroutante.

Attardons-nous maintenant sur le reste. Jusque-là, la partition du groupe est plus qu'intéressante, mais il faut bien un bémol quelque part. Et ce bémol est... le déjà-vu. En effet, rien de bien nouveau dans la suite, malgré quelques titres encore bien accrocheurs. En fait, tout dépend de l'oreille avec laquelle on écoute l'album. Si l'on attend du renouveau métallique, on en trouvera. Si l'on attend du renouveau au sein même du groupe, on sera déçu. Seulement 11 pistes, ce n'est pas assez pour apporter suffisamment de nouvelles choses.

Et alors, me direz-vous ! Une recette qui marche n'a pas nécessairement besoin d'être brassée sans cesse. Vrai... et faux. Dans le cas d'AHC, la fenêtre métallique dans laquelle ils nous ont habitués à évoluer ne leur permet pas une grande marge de manœuvre, à part s'ils décident de se renouveler.

En tout cas, l'auditeur curieux qui ne connaît pas ce groupe a tout intérêt à le découvrir, et peut-être même à commencer par "The Feeding" plutôt que par "The War of Art". Pourquoi ? Parce qu'il est plus accessible, plus facile à écouter, et qu'il donne un aperçu de ce que peut être l'autre... La démarche inverse amènera fatalement à plus de déception !




1 Commentaire
Commentaire
11 / 20
    Julien, Mardi 17 Janvier 2006 parlez-en à vos amis  
Bon bon voilà un CD qui me semble bien étrange. Mais que se cache t’il derrière un pochette aussi étrange. Et bien non ce n’est pas un CD étrange malheureusement…

Fort d’un premier CD assez réussi dans le monde du néo métal, je m’attendais à une continuité. Mais au lieu de ça nous avons le droit un sous pale copie de Korn. Et c’est bien dommage car même si ce n’était pas très original ça avait au moine le mérite d’être efficace. Dans le CD qui nous intéresse ici tout est prévisible et surtout très stéréotypé. Toute l’efficacité est partie dans d’autre sphères et il ne nous reste que les clichés : gros riffs pas originaux et refrains mélodiques entendus mille fois. Quand le groupe s’aventure dans des passages lents (en théorie), on se retrouve toujours dans ce qui se passe dans Korn. Alors même si les américains sont la référence du genre, on peut tout de même se trouver un genre qui nous est propre, non ?
En terme de qualité c’est sur que la prod est de qualité et que le son est énorme. Les mixages sont parfaits mais étant donné de manque de riffs c’est du gâchis.

En un mot comme en cent, restez sur Korn et oubliez ce nouvel opus qui est une déception, vraiment dommage




3 Commentaires
Commentaire
18 / 20
    supercheche, Mercredi 28 Mars 2007 parlez-en à vos amis  
American Head Charge... Ces mecs sortent pour certains d'une maison de redressement... A écouter leur musique, c'est clair que ces mecs ne sont pas des fils à papa.
Loyalty envoie la sauce... Un rythme en ternaire ( assez rare pour du néo-métal ) qui carbure néanmoins à la violence.

Resultat : ca balance et ca dégage une puissance phénoménale.
Respectés durant tout l'album, ce sont des riffs puissants qui envoie la gouache, et surtout une voix gigantesque... Mention spécial au beugleur !

Ce sont des morceaux comme Pledge Allegiance, Ridicule, Walk Away, To Be Me et le titanesque Cowards ( mon dieu quel must... ), qui relèvent le niveau, car il est vrai que les riffs sont assez simples et répétitifs, même si ce n'est pas toujours les morceaux les plus compliqués les meilleurs...

On préfère tout de même les morceaux où on a affaire à du métal-core dégénéré ( dédicasse à Cowards... ) que les lenteurs excessives dont personnellement je me passerai bien, comme Take What I've Taken et Fiend...

Tout de même un bon album qui en dégage et qui impose un style bien différent des 2 précédents albums, que l'on peut parfois regretter lors des quelques longueurs.

PS : J'ai quand même mis 18/20 !! Ca vaut le détour... Perso j'suis devenu accro !...




1 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘metal beat.’ Contact - Liens
Follow us :