PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Black Thrash Absu Absu
Album, date de parution : 01 Mars 2009 - Candlelight Records
Enregistré à : Nomad Recording Studio
Style: Black Thrash

NOTE : 16/20
Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Between the Absu of Eridu & Erech 04:08
2. Night Fire Canonization 03:19
3. Amy 04:54
4. Nunbarshegunu 03:06
5. 13 Globes 04:47
6. Of the Dead Who Never Rest in Their Tombs Are the Attendance of Familiar Spirits 07:03
a/ Diversified Signs Inscribed
b/ Our Earth of Black
c/ Voor
7. Magik Square Cipher 04:48
8. In the Name of Auebothiabathabaithobeuee 03:26
9. Girra's Temple 02:39
10. Those of the Void Will Re-Enter 04:56
11. Sceptre Command 05:00
12. Ye Uttuku Spells 04:42
13. Twix Yesterday, the Day and the Morrow 00:58
Total playing time 53:46

modifier l'album  imprimer cet article
130 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique/commentaire Album précédent
49 avis 3 16/20
Chronique
15 / 20
    BEERGRINDER, Samedi 14 Mars 2009 parlez-en à vos amis  
Il était temps, 8 longues années que les fans d’Absu attendaient le successeur du terrible Tara. Entre sa participation à Melechesh, son intégration ratée dans Slayer et ses expérimentations dans Equimanthorn, on pouvait penser que Russley Randell Givens (alias Proscriptor McGovern) avait définitivement abandonné l’idée de sortir un nouvel album de Absu. Heureusement, il n’en était rien et enfin le groupe texan est de retour avec ce cinquième album éponyme (2009).

Cette fois-ci, Equitant et Shaftiel, les deux compères historiques du batteur / chanteur ne font plus partie de l’aventure, remplacés par Zawicizus et Aethyris, et comme un changement n’arrive jamais seul, les pourvoyeurs du "Mythological Occult Metal" ont quitté Osmose Productions pour rejoindre les rangs de Candlelight Records.

Quoi qu’il en soit les 8 années d’inactivité n’ont pas émoussé l’envie des américains, Between the Absu of Eridu & Erech (et oui il faut toujours maîtriser magicien 2ème langue pour comprendre Absu…) débute en effet sans la moindre intro sur le Black / Thrash qu’ils savent si bien pratiquer, démontrant au passage une régularité et une vitesse plus que respectable de Proscriptor à la double-pédale. Si on retrouve dans les compositions les ingrédients des anciens albums de Absu, notamment au niveau des riffs et du jeu de batterie, les ambiances atmosphériques de The Sun of Tiphareth ou celtiques si présentes sur The Third Storm of Cythraul et Tara ont été quasiment rayées de la carte. Absu propose en effet un album épuré et finalement très accrocheur, tel Amy et son imparable mid –tempo de départ, sur ce titre épique le parallèle avec Deströyer 666 est évident.

Absu est de plus suffisamment varié pour maintenir l’auditeur en éveil jusqu’au bout : 13 Globes montre le combo plus brutal que jamais avec des blast-beats furieux sur fond de guitares frénétiques, tandis que sur un …Of the Dead Who Never Rest… à tiroirs, on retrouve un peu ce côté mystique du combo entre deux riffs à la Kreator. Ces ambiances, bien que moins présentes, reviennent malgré tout ponctuellement, comme sur Those of the Void Will Re-Enter, doté au passage dans sa partie finale d’un jouissif solo distordu et débridé façon Slayer.
L’apogée de ce disque est sans conteste le majestueux Magic(k) Square Cypher sur lequel Proscriptor et ses sbires sont au sommet de leur art musical, réussissant brillamment une improbable osmose entre les côtés brutaux et épiques.

Si vous n’en étiez pas convaincu, sachez que In the Name of Auebothiabathabaiththobeuee (il faudrait taper ça sur google pour voir) vous démontrera que Proscriptor est l’un des meilleurs cogneurs dans le milieu du Black Metal, en tout cas le plus polyvalent. Même si ce disque est relativement long, on s'en délecte chaque seconde, à l’image d’un Ye Uttuku Spells final qui fait mouche à chaque riff.

Et « last but not least » c’est encore une fois le talentueux Kris Verwimp qui s’est chargé de l’illustration de la pochette qui est comme d’habitude parfaite et collant au mieux à l’esprit ésotérique et mystérieux des paroles du groupe.

Aucune faute de goût n’est à déplorer sur ce disque éponyme qui s’imposera sans doute dans les disques Black Metal marquants de cette année 2009. Celle-ci démarre d’ailleurs sur les chapeaux de roues avec entre autres le nouveau Archgoat. S’il n’atteint pas l’intensité d’un Tara ni la force mystique de The Sun of Tiphareth, Absu tire son épingle du jeu dans un style plus direct et a le mérite de renouveler le répertoire des texans qui n’ont pas sombré dans la facilité ne proposant pas un Tara bis.

Voici donc un retour très attendu qui ne déçoit pas, on attend désormais que cela dure sur la longueur et que Absu nous propose sans tarder un album monumental après cette remise en route déjà fort réussie.

BG




9 Commentaires
Commentaire
17 / 20
    trashercorpse, Lundi 23 Fevrier 2009 parlez-en à vos amis  
Absu : voilà un groupe qui sait se faire attendre. Après 8 ans de silence, le groupe culte pour nombres de black metalleux nous revient enfin avec un album consistant qui lorgne près de la bonne heure de zik.

Vous me direz, quoi de plus normal après une telle attente ? Et bien en plus de la durée, on a droit à un travail et un album vraiment bon venant de la bête, avec des thèmes mythologiques, sortis de la tête du batteur/chanteur Proscriptor, et ayant pour base l'occultisme et la magie Sumérienne. Un retour aux sources du black metal, à l'époque ou l'excellence se nommait Emperor, immortal, Marduk et bien d'autres ... Avec Absu c'est un peu ce flashback que l'on fait avec des titres inspirés, fulgurants. On y retrouve le génie de Morbid Angel avec des solis sublimes et un feeling assez Thrash 80's dans le riff mais aussi le côté sombre et mystique que l'on pourrait retrouver dans Nile par exemple. Ce qui est plutôt fort c'est que l'on est bien en présence d'un groupe de Black Metal qui envoit la purée et qui s'accorde librement de biens belles déviances sonores, classieuses proche de la musique Psyché / Progressive des années 70 ! Bon je vous rassure : pas de pattes d'éléphants, de peace and love, de oinj' et de coupes afros dans tout ça.

On retrouve en guest une floppée de types bien barrés aussi, venus pour cette occasion unique enregistrée au Nomad Recording Studio (King Diamond, Solitude AeternuS) :
Ashmedi (Melechesh)
Blasphemer (ex-Mayhem/Ava Inferi)
Equitant (ex-Absu/Equitant)
David Harbour (ex-King Diamond/David Harbour)
Michael Harris (Darkology/Michael Harris)
Mindwalker (The Firstborn)
Nornagest (Enthroned)
Vorskaath (Zemial).

Bref, y a du beau monde et 13 titres de qualité naviguant entre le monde actuel (principalement dû à la prod) et le monde des Anciens (grâce à l'esprit même des morceaux). Un masterpiece qui redonne un bon coup de fouet et ses lettres de noblesse à un style qui se noit souvent dans la fange immonde de la médiocrité !!!




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘Think. Feel. metal.’ Contact - Liens
Follow us :