In the Absence of Light

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Abigail Williams
Nom de l'album In the Absence of Light
Type Album
Date de parution 29 Septembre 2010
Style MusicalBlack Atmosphérique
Membres possèdant cet album55

Tracklist

1. Hope the Great Betrayal 06:44
2. Final Destiny of the Gods 08:15
3. The Mysteries That Bind the Flesh 06:51
4. Infernal Divide 04:59
5. In Death Comes the Great Silence 06:17
6. What Hells Await Me 04:47
7. An Echo in Our Legends 04:59
8. Malediction 07:01
Total playing time 49:52

Chronique @ The_Black_Doll

01 Janvier 2011

Un potentiel et une personnalité trop retenus...

On connaît Abigail Williams du fait que ce soit le side-project de Ken Sorceron, guitariste chez Aborted, on peut aussi le connaître par son line-up incroyablement irrégulier. Et pour cette dernière raison, il y a forcément un problème, ou alors monsieur Sorceron est encore plus autoritaire qu’un Gallager ou alors c’est la faute à pas de chance ou alors le groupe est très mal géré, ou alors est-ce un projet solo à l’instar de Jeff Waters avec Annihilator ? Et quand ça maintient le cap du line-up qui change constamment on s’expose souvent à de très gros problèmes pour la composition d’albums. Abigail Williams a démarré en tant que groupe de metalcore qui a ensuite pris un tournant black symphonique avec In the Shadow of a Thousand Suns, premier album assez plaisant mais qui nous servait du déjà vu et qui avait quand même droit à pas mal de tares par moments. Maintenant qu’est-ce que ça va être pour cet album ? Du black symphonique qui tend de plus en plus vers le black pur et dur, alors, sans vouloir être vachard ou hostile sous n’importe quelle forme, j’aimerais demander à monsieur Sorceron: quand allez-vous vous décider à arrêter ces changements incessants ?

Rien qu’avec un tel aperçu, c’est très difficile de ne pas partir avec un à priori sur ce nouvel album, tout dépend du point de vue bien évidemment, mais ici il s’agît d’un point de vue quelque peu pessimiste ... Pour l’instant ...
Alors essayons de gagner en optimisme. In the Abscence of Light s’ouvre avec le titre Hope the Great Betrayal, titre sombre avec une intro à la guitare qui se révèle quelque peu pesante, puis le reste du groupe commence à jouer. La qualité de production est déjà au rendez-vous, le mixage est soigné, on entend bien tout les instruments qui font preuve une fois de plus d’un grand potentiel, mais ... Et c’est une tare qui se rencontre souvent avec le black metal, c’est déjà du mâché, pré-mâché et re-remâché ... Pas bon signe ...

Les deux autres morceaux n’arrivent pas à décoller ce sentiment de déjà entendu, on n’a pas vraiment le sentiment d’écouter un groupe qui cherche à se détacher du lot. C’est trop lisse, trop commun ...
Pourtant, lorsque Infernal Divide arrive, on tombe enfin sur une piste qui possède ne serait-ce qu’un minimum de personnalité. L’ambiance reste glauque, dramatique, mais quelque chose se dégage enfin de l’album. Une exception en plein milieu d’une écoute ? Voilà donc quelque chose qui pourrait redonner espoir. In Death Comes the Great Silence est plutôt sympa, malgré le fait qu’on ait droit à des riffs trop communs. Mais c’est lorsqu’on finit par écouter les morceaux suivants que les choses se gâtent ... On se retrouve une nouvelle fois face à une désillusion qui reste vraiment amère. Il nous arrive même d’avoir des impressions de copié/collé sur certaines formes, et le titre final ne fait pas exception à la règle, où on se demande si on écoute pas plutôt un album de Dimmu Borgir ...

Mais que se passe-t-il bon sang ? In the Shadow of a Thousand Suns annonçait la venue d’un groupe qui avait l’air d’en vouloir malgré ses erreurs, quelque chose nous disait que c’était probablement le début de la carrière d’un nom qui va monter et monter encore pour arriver à sortir du lot... Mais non, In the Abscence of Light n’aide en rien la bande à Sorceron à se démarquer. Certes, la production est grandiose, le potentiel y est, mais il est très mal exploité, la faute à des changements de line-up incessants. En espérant que Abigail Williams arrive à se détacher de la vase dans laquelle il s’est embourbé, malgré les quelques exceptions ... Mais si peu de titres n’aideront en rien un groupe à jouer la carte de l’anticonformisme musical, fusillant alors une personnalité qui pourtant mérite d’être mise au grand jour.

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Arachnid - 02 Janvier 2011: J'ai bien aimé ce deuxième opus malgré bien sûr l'énième changement de voie musicale. On ne saura hélas pas si Ken Sorceron a voulu se démarquer de l'étiquette qu'on lui a imposé sur In the Shadow of a Thousand Suns ou s'il a réellement voulu se montrer plus "trve" (d'où le nouveau look pseudo-maquillage + bracelets à piques et cie.).

Après j'ai trouvé le son cool, plus froid et moins surfait mais qui perd en impact.

Bonne chronique ceci dit, agréable et bien écrite.
TheTenth - 12 Septembre 2011: une des bonnes surprises de ces dernières années, agressif, mélodique et froid. le "déjà vu et revu" c'est un peu facile, on peut le dire de 95% des groupes de black depuis la première année. Ils sont suffisamment inspirés pour que ce soit agréable.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Abigail Williams


Autres albums populaires en Black Atmosphérique