PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Hard Rock AC-DC Black Ice
CD, date de parution : 18 Octobre 2008 - Epic Records / Columbia Records
Produit par : O'Brien Brendan, Enregistré à : The Warehouse Studio
Style: Hard Rock
1 2

NOTE : 15/20
Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Rock 'n' Roll Train 04:21
2. Skies on Fire 03:34
3. Big Jack 03:57
4. Anything Goes 03:22
5. War Machine 03:10
6. Smash 'n' Grab 04:06
7. Spoilin' for a Fight 03:17
8. Wheels 03:28
9. Decibel 03:34
10. Stormy May Day 03:10
11. She Likes Rock 'n' Roll 03:53
12. Money Made 04:15
13. Rock 'n' Roll Dream 04:41
14. Rocking All the Way 03:22
15. Black Ice 03:25
Total playing time 55:35

modifier l'album  imprimer cet article
878 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
328 avis 6 15/20
Chronique
12 / 20
    fabkiss, Jeudi 23 Octobre 2008 parlez-en à vos amis  
Après le dernier Mötley Crüe, Motörhead, Metallica je change de lettre, et m'offre le dernier AC-DC, groupe dont j'avais lâché la carrière depuis "For Those About to Rock" et comme pour les sus nommés, plus de 25 ans.
Et je suis assez déçu.
Premièrement, au niveau du son, une production sans relief. Une caisse claire, pas assez sèche et un charlé envahissant, la basse trop souvent en arrière. Phil Rudd et Cliff Williams, étant, et il faut bien le dire, les seuls à vraiment apporter quelque chose de vraiment intéressant. Mais le groove simple mais dévastateur de Cliff se retrouve noyé dans la bouillie du charleston. Il faut souligné aussi le jeu toujours clair et impeccable du Leader du groupe...Malcom (Hé oui!! ne pas confondre Leader et front man) le Front Man, Angus, étant sur le coup, bien décevant, et en manque total d'inspiration, ce n'est pas sur Black Ice, que l'on trouvera un Riff d'anthologie, les soli sont poussifs, et bien souvent sans le moindre souffle d'âme.

Et le Brian Johnson qui pousse... le pauvre, ça fait bientôt 30 ans qu'il pousse, et il à toujours pas avancé d'un centimètre. Et 15 titres. 10 auraient été amplement suffisant, un bon tiers aurait du prendre le chemin de la corbeille.

Bon, après c'est quelques méchancetés, ressortant de la première écoute à froid, mais qui est l'impression brute que m'a rendu ce disque, approfondissons un peu la chose.

Je commence en continuant d'être méchant, et en virant de facto les titres en trop.
En premier lieu, le déconcertant "Black Ice" un effort d'ouverture vers un Rock FM variétoche qui aurait pu être louable s’il n'était aussi grotesque, une abomination... pour AC-DC.
"Skies On Fire" qui ne se décoince enfin que dans sa dernière minute, "Big Jack", un titre qui tourne bien, mais n'a aucun intérêt, "Spoilin' For A Fight" un titre boiteux à qui il manque quelque chose, comme "Wheels" qui ne décolle jamais vraiment malgré les effort de la section rythmique.

A la réécoute, je sauve in extremis "Black Ice", qui me fait comprendre, que si il y a un sens à cette album, c'est, la marche arrière, direction les années 70.
Le son est très inspiré de cette époque, où la captation des cymbales, la place de la basse n'étaient pas idéales et où bien sur et surtout, parfois, les soli de guitare étaient improbable et d'une exécution pas toujours impeccable, mais où, le feeling était prépondérant, et c'est là que le bat blesse, car, là où l'on pardonnait une attaque batarde à Keith Richard, un doigt qui coince à Jimmy Page ou une touche foireuse à Ace Frehley, avec Angus qui se frotte à ce genre de "Jeu", ça sonne faux, pas vrai, Angus n'as aucun feeling sur cette album et c'est ce qui saute le plus aux oreille

Par contre, s'il y a une perle à extraire de ce CD, c'est assurément "She Likes Rock N Roll" le titre où Angus se révèle le meilleur et où Cliff Williams s'éclate comme un joyeux drille, et comme un bonheur ne vient jamais seul, le morceau suivant "Money Made" est du même tonneau, avec un Brian presque charmeur et une section rythmique au cordeau qui est la vedette incontestable ce "Black Ice", ce Money Made est irrésistiblement... Dansant.
S'il n'y avait eu que "Rock N Roll Train" (qui ouvre l'album), je me serait surement attendu au meilleur album d'AC-DC depuis "Back in Black" du Hard Rock Made In AC-DC 100% pur Malt s'il n'y avait eu le misérable solo d'Angus. "War Machine" se révèle très sympathique sous les doigt de Papy Cliff (59ans),"Smash N Grab" est presque "planant", "Decibel" Diablement ZZ Topien et "Rock N Roll Dream" lui est peut être le titre le plus complet et riche de cette opus, une presque ballade bluesy où le timbre de Brian Johnson, une fois n'est pas coutume va à merveille et j'aime beaucoup le petit thème de guitare de "Stormy May Day".

Donc en conclusion, un album d'AC-DC de prime abord décevant, mais pas tant que ça, pas dans les meilleur mais peut-être pas dans les moins bons.
L’absence d'Angus Young est assez bien comblée par une section rythmique en pleine forme et Brian est moins mauvais (malgré tout) qu'à ses début dans le combo de Melbourne.

Et hop!!!! J'me r'passe "She Likes Rock N Roll".....ME TOO!!!


fabkiss







28 Commentaires
Chronique
15 / 20
    starsky007, Lundi 20 Octobre 2008 parlez-en à vos amis  
8 ans. Il nous aura fallu attendre 8 ans pour ajouter à notre CD thèque une nouvelle galette. Un changement de label, un changement de style pour la jaquette : fini les jaquettes hautes en couleur (mis à part Back in Black évidement), Black Ice arrive en noir et blanc, avec une simple silhouette de Young, rappelant la pochette de Stiff Upper Lip.
Étant donné que personne encore ne connait l'album, je vais essayer de vous donner un aperçu général.


A première vue, pour une approche en diagonale, l'album est génial :
Même un aveugle reconnaîtrait le style musical si particulier dès les premières notes de Rock'N-Roll Train. Une intro rappelant Safe in New York City, des riffs incisifs mais simples comme d'habitude, une base de batterie qui ne se fait plus oublier comme dans Ballbreaker ou certains moments de Stiff Upper Lip... bref, je n'irais pas jusqu'à dire que c'est une tuerie mais elle nous met en condition rapidement.
D'autres titres résonnent le bon AC-DC, et nous font penser que les papys du Hard Rock sont toujours aussi géniaux : Big Jack a un rythme qui nous fait taper du pied malgré nous tel un vieux Thunderstuck ; Johnson donne de la voix pendant que Young fait jouer ses doigts sur sa gratte avec virtuosité dans Spoilin' For A Fight ; Wheels est percutante... on a même un petit retour sur Safe in New York City avec She Likes Rock'n'Roll. Enfin, Black Ice, chanson qui a donné son titre à l'album : intro plus rapide que d'habitude, l'ambiance des concerts se retrouve sans problème. Quand on voit ce que les australiens sont capables de faire avec celle-ci, on se demande pourquoi ils ont pondu un album ne regorgeant pas de joyaux. La dernière impression de l’album est donc excellente.

Avec Skies On Fire, AC-DC nous prouve qu'ils peuvent aussi faire des bonnes intro batterie. Certes c'est déroutant, mais pas déplaisant. Cette chanson, assez sombre, est déroutante à cause d'un autre changement : la voie de Brian. Je ne me rappelle pas avoir déjà entendu une chanson des australien dans laquelle le chanteur ne monte pas dans les aiguës... Angus 'rattrape' quand même cette chanson par son riff, accompagné de 'Hey ! Hey ! Hey !" de Johnson, comme dans Thunderstuck, mais avec la puissance de voix en moins. C'est assez décevant, tout comme Stormy May Day : un son "vieux rock", limite blues. C'est pas mauvais, juste différent. Le groupe semble être fâché avec les aiguës si caractéristiques du Hard Rock, et ça s'entend très bien dans Money Made.

malheureusement, il y a encore pire dans cet album : On se demande presque si c'est bien du AC-DC lorsqu'on a Anything Goes qui résonne country. Smash'n'Grab est poussive. Bien que les riffs de Young soient inaltérables, ce n'est pas le cas de la voie de Johnson, qui a fêté il y a peu ses 61 ans... et ça s'entend. Même Décibel, qui reprend le principe de The Honey Roll, a oublié ce qui avait fait la force de cette dernière. On croirait entendre un Johnson agonisant tellement sa voix manque de punch, et même les riffs sont moins incisifs. Le groupe perd clairement de son éclat et de son brio, ce qui s'entend dans Rock'n'Roll Dream : elle commence comme son nom l’indique par une intro faisant très « rêve » : doux, mélodieux, léger... c’est bien, mais c’est pas du AC-DC. Quelques longueurs sont même observables, et le rythme n’est pas accéléré tout au long de la chanson. Enfin, War machine. Cette chanson a été très appréciée et très attendue par de nombreux fans, mais soyons objectifs : l'intro longue ne débouche sur quasiment rien. Pour une chanson si attendue, ça manque de punch...

Comment pourrais-je résumer cet album en un mot ? Génial serait faux, tout comme décevant. Le mot déroutant conviendrait mieux. C'est pas mauvais, juste différent. Et comme à chaque 'réorientation', le groupe est soit adulé soit trainé dans la poussière selon les fans, je ne doute pas que certains aimerons. Moi pour ma part, je préfère me réécouter les autres en boucle.

A écouter... sans trop d’attentes.




4 Commentaires
Chronique
    Burt, Lundi 20 Octobre 2008 parlez-en à vos amis  
Depuis longtemps, j'ai toujours guetté la sortie des nouveaux albums d'AC-DC. J'aime l'univers de ce groupe, leur musique pure et tellement rafraichissante, cela sera-t-il de même pour ce nouvel opus ?
Et c'est avec un grand OUI que je vous répondrai !

Ma première crainte a été de voir que l'album contenait pas moins de 15 titres. On préfère en général en avoir moins et que la qualité soit au rendez-vous que l'inverse, surtout qu'AC-DC nous a déjà habitué à des titres ennuyeux. Je pense qu'ici, on aurait pu réduire la quantité mais, en y réfléchissant, on ne va pas s'en plaindre pour autant !

La première chose à noter est l'excellente production, chaque instrument à sa place et même cette légendaire basse archi-simple mais toujours efficace ! Et, grande surprise, Brian a rajeuni de la voix ! Si si, je vous assure, il a l'air en meilleur santé que sur Stiff Upper Lip.

Les riffs sont toujours en béton et les refrains taillés pour les concerts. D'ailleurs, chacun peut s'amuser à trouver celles qui seront présentes pour la prochaine tournée !
Sur cet album, les Australiens ont réussi encore une fois à garder leur recette tout en restant en phase avec notre époque. ça sonne parfois un peu 80's, mélangé à du Ballbreaker (War Machine), je dirais même qu'il y a un peu de pop (Rock'n roll dream) là-dessous, et le côté boogie pur et dure sauce Stiff Upper Lip est mis de côté pour laisser place au Rock'n Roll tout simplement.

Un des titres auquel j'ai tout de suite accroché, c'est ce Anything Goes avec cette petite guitare légère et sa petite mélodie en picking (made in Angus), titre fou que l'on aurait pu entendre sur Let There Be Rock.
Rock'n Roll Dream est vraiment pas mal non plus dans son genre. Comme je le disais plus haut, le côté pop colle bien à l'esprit. Le reste est classique.

Autant et malgré toutes ces années, les riffs arrivent encore à s'innover. Autant, au niveau des lignes de chants, ça ne sera pas vraiment le cas. On n'en voudra pas à Brian mais c'est un point qui (pour moi) sera un des seuls mauvais.
Pour ce qui est du petit Angus, toujours égal à lui-même et toujours en pleine forme. On regrettera que certains solos soient un peu fouillis et que l'on aura du mal à les retenir... c'est vrai que la magie vient aussi du fait qu'on soit capable de chanter le solo en plein concert, en même temps que notre guitar hero oeuvre !

Pour conclure, je dirai que tout est là pour nous satisfaire, rock, énergie, refrain et qualité ! On n'osera pas encore à dire "les papys du Rock" vu que c'est encore eux qui nous trainent ! L'album s'écoute d'une traite sans aucun problème.
Amis d'AC-DC ! Foncez, écoutez et jubilez !




7 Commentaires
Chronique
14 / 20
    Lordmike, Mardi 28 Octobre 2008 parlez-en à vos amis  
On peut dire qu'on l'aura attendu cet album.
8 ans après un Stiff Upper Lip assez moyen dans son ensemble, AC-DC nous revient avec un nouvel album : Black Ice.

Black Ice n'est pas un album vraiment original de la part d'AC-DC mais il se trouve être assez efficace et homogène dans ses compositions.
Cet album est, pour ma part, une nouvelle pierre au temple du hard rock qu'est AC-DC. Sans être un album exceptionnel, il a plusieurs bons cotés qui le rende sympathique.

Black Ice contient tout de même en son sein plusieurs titres vraiment très bon tels qu'Anything Goes, Smash 'n' grab, Rockin' all the way ou encore Big Jack.

On ne peut pas reprocher un manque d'énergie dans ce disque (à part peut-être sur Skies on fire), les guitares des frères Young restent entrainantes et Brian johnson nous offre une bonne prestance vocale.
Évidemment, ce n'est pas le AC-DC de Highway to Hell ou encore High Voltage mais c'est compréhensible, 30 ans ont passé et Bon Scott n'est (malheureusement) plus là.
Angus nous offre tout de même de beau solo (sur Smash 'n' grab, Anything Goes et She likes rock 'n' roll notamment) et le tout, dans son ensemble, est franchement bon à écouter.

On sent tout de même (enfin de mon avis purement personnel) que le groupe a composé cet album comme un Ballbreaker II. En effet, je trouve que cet album porte beaucoup de compos qui n'aurait pas choqué sur Ballbreaker.
Personnellement ça ne me gène pas, je trouve que Ballbreaker n'est pas un mauvais album, simplement je trouve dommage que le son du groupe pompe sur cet album et pas sur un album du type For Those About to Rock ou Back in Black.

Enfin, un point négatif, je trouve que le son n'a pas été assez soigné, le tout parait un peu vite produit et trop peu travaillé au niveau de la qualité du son.
Ceci dit, ça n'est pas non plus un défaut majeur, Black Ice en reste un album digne de ce nom.

Alors que retenir de cet album ?
Et bien c'est un album qui, sans être un album monstrueux comme le groupe a su nous en donner, reste tout de même un bon album que ne renieront pas les fans (à part les pros Bon Scott mais je trouve ça dommage).
En tout cas, pour ma part, j'ai mon billet pour le 27 février et j'espère y entendre les quelques petites bombes de cet album.




0 Commentaire
Commentaire
    phantasmagoria, Dimanche 24 Mai 2009 parlez-en à vos amis  
Après Metallica et son "death magnetic" victorieux, c'est à présent un autre géant du metal de revenir avec un album qui sent bon les années 80, j'ai nommé AC-DC et son "Black Ice". Et à l'instar des californiens, les kangourous vont également truster les 1ères places des charts, remettant ainsi le hard au goût du jour.

C'est surtout à la période 80-90, plus précisément, que ce "Black Ice" fait penser, c'est à dire à un AC-DC plus foncièrement hard que rock ou bluesy comme sur leur précédent Stiff Upper Lip (au demeurant excellent).
C'est le cas de morceaux comme rock'n'roll train (qui ouvre l'album), smash'n'grab, skies on fire ou rock'n'roll dream qui auraient pu figurer sur The Razors Edge. De war machine (qui fait penser à given the dog abone) ou Black Ice, faisant penser à Back in Black. Spoilin'for a fight rappelle, lui, come hell and high water de Fly on the Wall tandis que stormy may day (avec, ici, la sonorité très blues texane d'angus) évoque un peu badlands de The Razors Edge.
Le meilleur titre de l'album est pour moi Big Jack, faisant lui penser aux meilleurs morceaux de Ballbreaker (Ballbreaker, Hail Caesar) mais en plus péchu.
Il faut nuancer cependant ce retour aux eighties par des morceaux comme decibel au groove plus blues comme Stiff Upper Lip ou money made qui fait lui assez country western. On dit qu'AC-DC ne se renouvelle jamais (certaines mauvaises langues prétendant même qu'ils n'ont fait qu'un seul album mais l'ont sorti 15 fois) mais il le fait pourtant ici. Amusant, mais je ne suis pas sûr que 15 titres dans ce genre auraient fait rire tous les fans !!
Deux morceaux me paraissent en dessous des autres : wheels et rockin'all the way, dans le genre rolling stones assez banal.

En conclusion, encore un bon album d'AC-DC renouant, pour une bonne partie, avec les années 80 mais avec un son moins metal que durant celles-ci, cependant.




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Think. Feel. metal.’ Contact - Liens
Follow us :